Europa2014 : 8 aout

Voyage Europa 2014
Vendredi 8 août 2014 - J023 - 246 km - 552 photos (7.462-6.857/31.685-28.825)
Dans les Maramures...

Réveil à 6h30.... Mais en fait, il est 7h30 en Roumanie, hi hi hi.
Le gardien m'ouvre la porte des WC, il est vraiment génial, merci à lui pour sa gentillesse..

Les différents massifs montagneux des Maramures font tous partie des Carpates orientales.
Les voici donc, dans la lumière matinale d'une nouvelle chaude journée d'été.

Cette région est touristiquement très réputée pour ses magnifiques monastères. En voici un.

La porte n'est pas fermée à clef, alors j'entre....

A l'extérieur.

Détail.

J'entre ensuite dans une très belle forêt. Une seule chose va gâter ma journée : l'état terriblement abîmé du revêtement des routes, c'est catastrophique. Pourtant, je peux vous dire qu'au niveau des virages, c'est le paradis. Il y a tout le panel : du virage tranquilou à l'épingle la plus coriace, avec tous les modèles intermédiaires. Et en plus, toutes les courbes sont bien dessinées, et donc pas dangereuses. Sauf... que si, à cause des trous et bosses continues, aucun répit, jamais; Alors si, en voiture, c'est pénible, je sais comment ça doit être en moto... T'as intérêt à bien tenir ton guidon, et à ne pas quitter l'asphalte des yeux !

A ce moment précis, je suis à 3 km de l'Ukraine, située sur ma gauche, au nord, puisque je roule vers l'est, donc à droite en regardant la carte.... Vous me suivez ? Tout ça pour dire que je longe l'Ukraine pendant tout un moment.

Puis j'arrive dans la petite ville de Sapanta, réputée pour....

son cimetière... JOYEUX !!!!

Tout est dans l'explication livrée plus haut, j'espère que vous avez lu. Sinon, c'est aussi ici.

Il y a un droit d'entrée de 5 Lei, soit un peu plus de un euro.

Alors, que vous dire ?

Comme je ne visite pas les musées, je vais vous mettre quelques photos de ce cimetière, car il me plait beaucoup.

En fait, la mort est pour moi un sujet qui me chifonne, depuis toujours.

Car on est débarqué sur Terre sans avoir donné notre accord -ce qui est déjà un premier scandale-, mais en plus, alors qu'en nous y mettant, on nous donne l'envie d'y rester, on apprend qu'on doit en repartir obligatoirement -deuxième scandale....

Alors ça m'énerve, vous ne pouvez pas savoir à quel point.

En plus, le pire, c'est qu'on nous donne grosso-modo 100 ans -au maxi, hein !-, ce qui constitue le troisième scandale !

Et quand on s'en va, il y a le cimetière.... ou les cendres maintenant, selon les nouvelles modes.

J'ai visité pas mal de cimetières, dans pas mal de pays.

Le cimetière, c'est censé, il me semble, laisser une trace de notre passage. Un souvenir pour les descendants.

He bien, j'ai remarqué que, au fil des années, les tombes sont de moins en moins entretenues, les ancêtres sont oubliés, les sculptures s'effacent, la pierre s'use, les inscriptions disparaissent, les croix tombent, puis plus personne ne connaît ces gens, alors on donne l'emplacement à un mort plus récent....

Et la boucle recommence. Parfois, les cimetières entiers disparaissent, au fil des siècles, des guerres, des....

Et ce qui me fait tant de peine, c'est que toutes ces vies disparaissent, totalement, inexorablement, définitivement.

Je trouve ça terrifiant. Tu viens, tu pars, et en plus, ça ne sert à rien !

Vous voyez, je suis très gai, ce matin. Mais c'est le fruit de mes réflexions sur le sujet, et je profite de ce lieu pour vous en faire part. Ici, vous avez vu, la vie des gens est décrite. OK, très succintement, mais il y a quelque chose. Un métier, la cause de la mort, de l'humour et/ou de la dérision, pas de tristesse, et un peu de poésie par-dessus tout ça, car les textes sont en vers.

Et en plus, c'est fait avec art, je trouve. C'est très beau.

Alors, ça tiendra plus longtemps pour ça ? Pas évident, car certaines tombes sont déjà en piteux état, la peinture est partie, les textes ne sont plus lisibles, le bois commence à se déliter...

Alors, pas de solution ?

Lui, on dirait qu'il s'est tiré un coup de fusil dans la bouche, non ?

Et lui, on sait avec quelle marque de machine il faisait la couture !

Je disais donc.... que ça me fait suer, que nos vies disparaissent ! Vous voyez, je rencontre des gens, ils me racontent un bout de leur vie, je trouve ça passionnant, j'adore. Mais.... voilà, nous nous quittons, et tout s'efface.

Solution ?

Il y a bien ce cimetière. Mais ce n'est pas suffisant !

Accident de voiture pour cette petite fille !

Alors j'ai pensé à Internet.

Le mariage d'Internet et du cimetière : ça donne le cimetière virtuel.

J'ai recherché sur Internet, et.... je ne suis pas le premier à y avoir pensé, forcément.
Il y a même déjà plein de sites de cimetières virtuels. Et dans plein de pays !

J'en ai visité beaucoup. Aucun ne me plait vraiment.

Kiki, je suis désolé, mon petit frère, mais en voyant cette tyombe, j'ai pensé à toi !

Oui, je disais que j'aimerais bien créer un cimetière virtuel.
Je profite d'avoir quelques lecteurs, et je profite de la visite de ce cimetière bien réel, pour vous faire part de mon idée.

Vous en pensez quoi ?

Sachant que dans ma tête, c'est pour raconter la vie des gens qui sont partis, laisser des traces de leur passage, ce qu'ils ont fait, ce qu'ils pensaient, bref.... Les biographies de tout le monde, des millions d'inconnus, et non pas seulement de ceux qui sont connus.

Ah ah, c'était la grande surprise du jour !

Reprenons la route.
Je passe devant une église dont le mur extérieur est couvert de peintures.

Sighetu Marmatiei. L'ancienne préfecture des Maramures. Il y a un trafic monstre. Il faut dire qu'elle touche l'Ukraine, et qu'il doit y avoir ici un commerce énorme, ce que je peux voir en passant. Les parkings sont pleins à craquer, les rues sont bondées de monde. Je serais bien allé visiter le Méùorial aux deux millions de victimes recencées du communisme, mais trouver une place dans cette chaleur infernale est au-dessus de mes forces...

Quittons la ville et partons à la découverte du trajet concocté cet hiver. Il s'agit d'une belle boucle dans le massif montagneux situé au sud-ouest.

Les maisons de cette région sont toutes entourées de clôtures en bois, comme ci-dessus, avec des portails absolument démesurés, tant en taille, largeur et hauteur, qu'en sculptures. A mon avis, ce devait être à qui aurait le plus grand et le plus beau, c'était certainement la partie extérieure de l'importance des occupants (en terme monétaire, et donc de puissance...).

Je loupe plein de photos, à cause... de la circulation roumaine !

Car je fais connaissance avec la fureur routière roumaine. A la Pologne, il me faut rajouter la Roumanie. Ce sont des fous du volant. Et on double sur ligne continue, et on roule vite, très vite. Mais à la différence de la Pologne, il y a sur la route des piétons, des cyclistes, des charrettes, des attelages de toute sorte, des chevaux, des chiens errants en quantité, des gosses, des pépés avec leur faux sur l'épaule, des mémés avec une hotte sur le dos, des tracteurs de toute sorte, et tout ça sur un revêtement affreux, tout plein de trous et de bosses...

Alors, se faire doubler en ville à toute vitesse sur ligne continue dans un tel environnement, c'est terrifiant ! Pressés de mourrir, les Roumains... Je veux bien, ça ne me gêne pas, chacun fait ce qu'il veut, mais à condition qu'il n'entraîne pas les autres avec lui. A la sortie d'un village, sur ligne continue, je vois dans mon rétro une voiture débouler comme une folle, doublant deux voitures derrière moi, puis Mygoo.... Devant, un virage, et une voiture arrive. Le gars me fait une queue de poisson en freinant pour passer quand même, et part en vrac.... Aïe, non, finalement, il s'en sort, et moi aussi par conséquent ! Et c'est comme ça toute la journée.

Ajoutez à ça la dernière partie de mon trajet : toute neuve, parfaite, entièrement terminée, délimitée, peinturlurée, pancartisée. Bref, une route parfaite, comme on pourrait en rêver. Sauf.... que, sur cette route, aucun stationnement ou presque sur 50 bornes, et des panneaux de limitations à 30 km/h pour des virages où 60 serait parfait, aucun trottoir pour les piétons, etc, etc.

Alors, voilà, les contrastes de la Roumanie.

Ah, une belle forêt, de l'ombre... C'est là que je me pose pour prendre l'air frais. Délicieux.

Au loin, le massif montagneux, dans la chaleur moite de ce début d'après-midi.

C'est superbe.

Ah, cette langue roumaine qui ressemble tant à l'italien, mais qu'ils parlent comme les espagnols, à une vitesse incroyable.

En fait, je vais vous dire, la Roumanie, c'est un pays hors du commun en Europe. Ici, je vois des hommes couper l'herbe à la faux sur le bord des routes, il y a encore beaucoup de gens utilisant des chevaux comme moyen de transport avec un attelage, je vois des hommes et des femmes en train de ramasser l'herbe dans les champs et de constituer d'énormes et magnifiques bottes de foin -et je vois des outils que j'ai connus moi-même lorsque, gamin, j'allais au champ avec mon grand-père. Je vois des gens revenir chez eux avec une broutte, ou une hotte (comme le père-noël, portée par deux sangles) remplie d'herbe, sans doute pour nourrir les lapins. Tu côtoies ici plusieurs décennies d'histoire humaine et technologique sur un même kilomètre. Et il règne, par conséquent, un grand sentiment de liberté que j'aime énormément. C'est le grand bazar, OK, c'est vrai, mais c'est en même temps le droit de faire ce que l'on veut, et comme l'on veut, et ça me plait. Ici, ta maison, tu la construis à ta façon, personne ne va te dire de mettre des tuiles rouges ou roses, ce grand n'importe quoi insupportable que nous subissons chez nous, et qui me met hors de moi.

Les gens sont super sympas. J'étais en train de photographier une église, une vieille mémé toute courbée vient me demander si je veux qu'elle aille chercher les clefs pour me faire visiter. Non non, pas la peine, mémé, retourne à l'ombre te reposer, tu as assez travaillé comme ça ! Tu fais un sourire et tu as aussitôt de grands bonjours. Il y a des sources d'eau potable dans la montagne, les voitures s'arrêtent n'importe comment, tout le monde sort avec une bonbonne, une bouteille. Je fais pareil, on discute, on me dit "bonjour". J'avais aimé mon premier passage dans ce pays en moto en 2010, j'adore celui-ci en voiture.

Ah les églises. Il y en a partout, et pas que des vieilles !

Des "toutes neuves", incroyablement propres et riches, à côté de maisons de misère....

La Roumanie sans ses fameuses bottes de foin. Admirables.

Il y en a partout. Hommes et femmes bossent dans les champs, sont en train de les "monter".
Un sacré boulot, sous cette chaleur torride !

Mais comme elles sont belles, une fois terminées.

C'est de l'art.

Alors ici, un truc de "ouf" ! Un couple me fait voir. Regardez cette route. Elle est en pente... MONTANTE. C'est important, ce que je vous dis. Et c'est la vérité. Là, les gens me disent : "phénomène naturel". Et ils posent une bouteille d'eau sur le goudron. Et.... elle MONTE ! Normalement, tu vois toujours les choses qui ont du poids DESCENDRE. En tout cas, c'est comme ça partout sur la terre. Eh bien, pas ici.

Je me frotte les yeux, je me dis qu'il y a un "truc". Mon côté méfiant de vendéen, de chouan. Alors, le gars me dit : vas-y avec ta voiture. Je souris, incrédule. Je suis en pente montante, je le répète. Je ne démarre pas le moteur. Et la voiture part, et accélère, alors que je suis en côte !

Ecoutez, c'est du vécu. Je n'ai pas d'explication, mais je l'ai vu de mes propres yeux. Ceci est un témoignage.

Et celles-ci, vous les trouvez comment ?

Et ces portails....

Et ces très vieilles églises, du 17ème siècle !

Et les maisons curieuses.

Et les portails.

Et les bottes... Et une cigogne dans les prés.

Et une vieille église...

Et les Carpates.

Dans la chaleur estivale.

Une rivière qui te fait penser que tu es ici en Amazonie, ou quelque part en Amérique du Sud.... ou dans les Tropiques....

Et je trouve une pension-camping. 35 Lei pour la nuit, ce n'est pas donné, mais c'est absolument parfait. Tu es accueilli avec un verre de .... schnaps ! Oui oui. Douches parfaites. Toilettes parfaites. Internet, cuisine, salle commune, restau, TV, tout. Je discute un bon moment avec un couple de cyclo-touristes roumains qui se font un tour de deux semaines dans les Maramures, surtout en montagne, hors goudron, car ils ont trop peur sur les routes normales... Et je les comprends !

Allez, je vous laisse méditer sur tout ça, je vais me coucher.
Il est tombé des cordes pendant plus d'une heure, avec force éclairs et tonnerre, c'était beau.

Page précédente: Europa2014 : 7 aout
Page suivante: Europa2014 : 9 aout


Depuis le 06/06/2005 Visites:920673 Aujourd'hui :16 Maintenant:6 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)