Europa2014 : 8 mai

Voyage Europa 2014
Jeudi 8 mai 2014 - J038 - 245 km - 203 photos (10142-7137)
La route des crêtes, la plaine d'Alsace, la forêt noire.

Encore une nuit dans un lit... Dur dur, le réveil !

Après un excellent petit déjeuner, et après l'arrivée de mon neveu, je quitte la famille vers 9h30.

Il ne fait pas froid, mais ça sent la pluie à plein nez. On verra bien.

Le lac de Gérardmer.

Et la ville qui lui a donné son nom.

Et le lac de Longemer vu depuis la Roche du Diable. C'est superbe.

J'adore ces vues d'avion.

Le point de vue de la Roche du Diable.
Vous reconnaissez à gauche les maisons prises au zoom sur la photo précédente.

Et de l'autre côté du même panorama. Superbe.

PPuis j'attaque la fameuse route des crêtes, que mon frère adore.

Et c'est vrai que c'est beau, et en fait, j'apprécie beaucoup le fait qu'il y ait des nuages !

Comme hier, la montagne fume, et c'est un spectacle vivant. J'ai d'ailleurs fait un petit film, tant les nuages se déplacent rapidement !

Alors, qu'en pensez-vous ? Les Vosges, ça vaut le déplacement, non ?

Sur les crêtes; c'est splendide. Les paysages se dérobent à mes yeux pour ensuite ressurgir, c'est fantastique.
Des formes apparaissent et disparaissent.
Et le vent, rageur et méchant, cherche à me faire fuir, mais je résiste courageusement.

Alors, comme pour me punir, il recouvre les montagnes de nuages.
Mais j'attends, et il finit par ne plus pouvoir les retenir.

C'est ainsi que je découvre ce lac au creux d'une profonde vallée.

C'est fabuleux, et j'avoue être verni avec cette météo.
Ce matin, il n'y avait rien à voir, mon frangin a regardé les webcams...
En montagne, c'est comme au bord de la mer, il faut toujours tenter le coup !

Et ça s'en va, et ça revient....

Je savoure cette route.

Le Markstein.

Les superbes forêts : un plaisir pour les yeux, mais aussi pour le pilote, avec les virages. La joie du motard.

La mairie de Guebwiller, à droite.

Puis je traverse la grande plaine d'Alsace, en direction de l'Allemagne. Donc... vers l'Est, pour ceux qui ne suivent pas !

Weckolsheim.

Vue arrière sur la chaîne des Vosges, que nous venons de traverser..

Entrée en Allemagne en traversant le Rhin. Je mange là, sur la frontière... Enfin, non, en Allemagne, en fait.

Breisach-am-Rhein.

Forte circulation, travaux, déviations. Un peu pénible. Les allemands travaillent, en ce 8 mai. Ils ne fêtent pas la fin de la seconde guerre mondiale...

Au loin, les montagnes de la Forêt Noire, ou Schwarzwald.

En fait, une fois la grosse circulation passée, je m'approche vite.

Et je ne suis pas déçu. Bien sûr, ça ressemble beaucoup à l'Alsace, au niveau architecture.
Mais... l'Alsace est plus allemande que française, sur ce point.

Attention, que personne n'interprète mes phrases autrement : architecture, population, origines, l'Alsace est très allemande, je trouve !
Et ce n'est pas une tare. De toute façon, j'aime tous les peuples.

Une fois de plus, c'est l'ébahissement devant la beauté des lieux, des paysages, des maisons.

Les motards allemands ont une très grosse réputation, bien réelle : ils prennent souvent la route pour une piste.

Je suis ébloui par la beauté des paysages.
Naturels, oui, mais aussi façonnés, et de bien belle façon, par les hommes.

Si j'étais sur les îles britanniques, les prés seraient couverts de moutons !

Ouah, ces pensions, ces "Gasthaus", qu'est-ce qu'elles sont belles !

Mais comment font-ils pour rendre leurs montagnes aussi magnifiques ?
C'est encore plus beau que les pelouses !

Vous avez remarqué, au passage ? La météo s'est améliorée, et il fait même chaud lorsque le soleil paraît.

Bon, alors, à savoir : il n'y a pas de déchets, ici, tout est beau, vous pouvez prendre n'importe quelle route, vous ne serez pas déçus !

Ici aussi, les forêts sont extrêmement belles.

J'aime bien quand la route surplombe les vallées.

Ceci dit, il faut quand même regarder où l'on met les roues...

Et toujours ces jolis clochers qui émergent au-dessus des toits des maisons de leurs villages.

Parfois, on en a même deux pour le prix d'un seul !
Todtnau.

Une descente comme je les aime.

Le berger est sur la route, et les chiens courent autour des parties extérieures du troupeau.
C'est un travail, sans doute pas évident, mais le berger ne dit qu'un mot, et le chien sait aussitôt ce qu'il doit faire.

Il y avait encore un peu de neige sur les sommets.

Dans le parc naturel du sud de la Forêt Noire.

Un joli petit lac comme je les aime.

Le Schluchsee. Il y avait un camping, je voulais y aller, mais pas de WiFi.

Une des innombrables forêts traversées.

Lenzkirch.

AAh, ces maisons immenses et si belles.

Les peintures de celle-ci étaient extraordinaires.

Descente vers le Titisee (see = lac).

Titisee.
Au moins six campings, mais ce n'est qu'au cinquième que je me suis décidé.

14,50 €. Je montre ma documentation à la patronne, et elle me fait le prix à... 8,50 € ! En fait, je ne paye que pour moi, l'emplacement et la moto sont gratuits. Et en plus, elle me fait cadeau de deux heures d'Internet ! En plus, ce camping est extrêmement propre au niveau des sanitaires. J'ai d'ailleurs bien rigolé. Il y a une porte dans le couloir d'entrée aux sanitaires, sur laquelle est inscrit : le plus important pour nous. Evidemment, j'ai ouvert... et je me suis retrouvé en face de... moi ! En fait, il n'y a qu'une voitre derrière la porte. J'ai trouvé ça vraiment bien fait. Et sympa.

Je suis allé bosser au restaurant, dans lequel j'ai pris une petit coca pour changer. Mais j'ai été obligé de partir vers 22h30, car j'étais le dernier, et la patronne voulait fermer. Il pleuvait lorsque je suis retourné à la tente !

Pour moi, en tout cas, pluie ou pas pluie, c'est directement dans les bras de Morphée que je me suis précipité. Et avec succès, comme toujours.

Page précédente: Europa2014 : 7 mai
Page suivante: Europa2014 : 9 mai


Depuis le 06/06/2005 Visites:861998 Aujourd'hui :43 Maintenant:5 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)