Europa2014 : 8 septembre

Voyage Europa 2014
Lundi 8 septembre 2014 - J055 - 177 km - 351 photos (16.602-17.141/40.825-399.109)
Descente vers l'Adriatique et sa perle, Dubrovnik, Croatie.

Je quitte le camping vers 8h15, après une excellente douche pour bien me réveiller, et un super petit déj' dehors comme j'en rêvais. Il fait beau et bon.

Je repars donc à Mostar pour faire la photo qui va bien.... Le pont de la réconciliation.

Quelques traces de la guerre, encore visibles. Ville-témoin de l'histoire récente de notre pauvre Europe. C'était la raison de mon passage.

Il y en a beaucoup plus à photographier, mais j'ai eu un bon aperçu de la ville hier soir. Et honnêtement, pour moi, ça me suffit amplement !
J'oserais même écrire "Moche-Star" pour Mostar.

C'est sale, c'est grand, c'est délabré, c'est une circulation impossible, de sont des rues étroites, en pente... Les gens sont tristes.
Bref, tout ce que je déteste.

Si vous voulez y aller, vou trouverez aisément de la doc' partout. Pour ma part, je ne risque pas d'y revenir.

Je m'enfuis donc de la grande cité, direction la Mer Adriatique, vers le sud-est, et par la montagne.
Puisque ma route remonte ensuite vers l'ouest; et par la côte.

Encore une rivière avec ces merveilleuses couleurs, entre vert et bleu, avec tous les intermédiaires.

Quelques façades avec des traces de balles et d'obus sont encore visibles dans les villages que je traverse.

Un site remarquable datant du Moyen-Âge, sur le bord de la route : la nécropole de Radimlja.

Superbes gravures sur ces gros blocs de granite.

Un euro l'entrée, acceptée avec une pièce de un euro ! Site qui me fait beaucoup de bien, après Mostar.

Considérée comme le coeur du pays, habitée depuis au moins 15.000 ans comme l'attestent de nombreux restes historiques, voici Stolac.

Que je ne fais que traverser. La route part ensuite vers les hauteurs et franchit un col.

Pour déboucher sur une très vaste plaine qui fut, j'en suis absolument certain, un lac, ou une mer intérieure, encerclé par les montagnes.

C'est absolument magnifique, je suis totalement sous le charme de cette belle région.

Une route, pas longue, pourrait filer plein sud sur la côte.
Mais non, il faut longer la frontière croate sur de nombreux kilomètres, parallèlement à la mer, en suivant cette rivière bétonnée.

Ce qui fait une grosse rallonge. Mais largement compensée par la beauté naturelle des lieux.

C'est à Trebinje, que voici, que l'on peut enfin tourner le volant...

Il s'est tué -ou a été tué- le 19 mars de cette année, alors que je terminais mes préparatifs avant de partir....

Puis c'est l'arrivée, franchement magique, sur la ligne des crêtes, et de partage des pays. La Mer Adriatique est là, en contre-jour, mais si belle....

Franchissement de frontière trop cool.... Le visage du douanier croate, au départ bien sombre, s'éclaire soudain en découvrant la photo de Norvège collée sur le côté gauche de Mygoo, et me dit y être allé trois fois, en levant le pouce. Magique, non ?

Vue arrière vers la Bosnie-Herzégovine que je viens de quitter.

Et seulement quelques minutes plus tard apparaît, sous mes yeux une nouvelle fois émerveillés, ce que d'aucuns disent "la perle de l'Adriatique", et ce d'autres, les grincheux, disent "la lie touristique"... Il y a du vrai dans les deux affirmations. A chacun de décider.

Mais ce qui ne peut lui être enlevé, c'est son extraordinaire beauté.

La vieille ville, entre ses murailles, le coeur historique de la cité.

Plus près.... Mon intention est simple : Titi m'a trouvé un camping, j'y vais, et j'irai me promener dans la vieille ville, et me mélanger aux touristes, et admirer, admirer, et encore admirer. Me sentir en vacances. Me sentir totalement libre, dans une ville propre, plus de poubelles, plus de déchets, plus de saletés, plus de délabrements... J'ai soif de beauté, de propreté.

Et Titi me fait longer le port, et je suis heureux.

Et c'est beau, beau, beau....

J'arrive au camping. Et.... déconvenue. La fille, au demeurant fort sympathique, me demande la somme exhubérante de 25 euros. Je dis "non". Il ne faut pas pousser ! Déception, c'est certain. Mais ça ne me gêne pas plus que ça, je reste totalement heureux, car tout est propre autour de moi, et je sais que les campings sont légion le long de la côte. En repartant, je vois un camping-car français, de l'Aude. La porte est ouverte, j'aperçois le monsieur dehors. Je m'arrête pour discuter un peu. Ils ont passé la nuit dans ce camping et ont payé.... 16 euros, à deux personnes, avec un camping-car ! Là, je suis sidéré. Mais ils me disent avoir une carte faisant partie d'un groupement. Pas grave. Nous sympathisons, je suis invité à prendre le café. Et j'apprends qu'ils veulent quitter la région. Pourquoi ? Eh bien, ils ont vécu une expérience très traumatisante. Ils ont dormi une nuit entière au bord de la mer avec les vagues montant presque au pare-brise (oui oui, je vous assure). Il y a eu une formidable tempête, un orage énorme, et ils se sont trouvés bloqués... Bref, ils sont, surtout lui, encore totalement sous le choc, ce que je peux comprendre. Pour ma part, je ne serais jamais resté au bord de l'eau comme ça, j'ai trop peur des éléments, je pense bien connaître le bord de mer, et je suis très méfiant. Je pense qu'il ont eu beaucoup de chance, ils auraient pu être emportés !

Ceci dit, ils me racontent Dubrovnic, et le centre historique, car ils y sont allés. Il faut y aller le matin. L'après-midi, des milliers de touristes arrivent par bus, containers, avions entiers et, me dit-il, on peut à peine marcher ! Et ça, maintenant, début septembre ! Vous vous rendez compte ? Et c'est vrai que la circulation y est dense, le stationnement impossible ! Mais, me disent-ils, oui, ça vaut vraiment le coup, ce dont je ne doute pas une seule seconde. Et je sais que je préfèrerais me "faire" Dubrovnic avec la foule plutôt que Mostar sans foule.... Question de goût !

Donc, nous nous quittons joyeusement, et, pas même 300 mètres plus loin, je vois une concession Renault.

Je passe, je regarde ma montre... 14h10.... et.....

Oui oui, vous ne rêvez pas ! Je fais demi-tour.

Je suis très bien accueilli, tout le monde parle anglais. Le boss est super sympa, me donne tous les prix, répond à toutes mes questions. OK, je décide donc de faire faire la vidange. Oui, on peut vous prendre de suite. Puis, je demande pour les pneus. Les mécanos me disent qu'il faut changer les quatre, après auscultation détaillée. A l'avant, ils sont lisses. A l'arrière, ils sont totalement boursouflés de partout. Ils me font passer la main dessus, pour que je comprenne, c'est incroyable, les bosses ! OK, je change aussi les pneus.

Et mon problème de compteur qui ne fonctionne plus depuis belle lurette. C'est sûrement la sonde. J'en ai une. Oui, elle correspond à votre modèle. On peut la monter pour vérifier si c'est ça, et si ça ne fonctionne pas, on remettra la vôtre. C'était bien ça ! C'est donc Mygoo qui bénéficie de mon passage à Dubrovnic, elle ressort toute neuve, et me fait une bise en repartant ! En tout cas, si j'ai cassé ma tirelire, j'ai peut-être sauvé ma peau. Car en ligne de mire, j'ai les Alpes, la Corse, les Pyrénées, les montagnes espagnoles... Alors, les pneus, c'est important !

La facture ? 430 euros pour vidange+filtre, 4 pneus Continental de très bonne qualité, et la sonde du compteur kilométrique, main-d'oeuvre comprise, et le tout en concession Renault. Je pense que c'est très très correct !

Sous le pont.

Et depuis le pont.

Que ceux qui disent que ce n'est pas beau...

Par contre, je n'ai aucune envie de rouler. Il y a un camping dans la baie suivante, à une dizaine de bornes. Là, au fond de cette baie.

C'est là. Et ça me fait penser un peu à Kotor.

Le terrain, superbe, est à gauche. La maison, c'est la réception, et la première partie, ce sont les douches et les toilettes.
De 15 euros, je suis passé à 10 en discutant un peu.

La vue en sortant d'une bonne douche longue et délicieuse.

Le rêve ? Oui, sauf que la pluie vespérale est arrivée 5 minutes plus tard, m'empêchant de rester dehors ! Je bois quand même mon café dehors sur ma petite table, sous mon parapluie, en savourant ce lieu de quiétude. Il faisait bon, vous ne pouvez pas savoir. Mais pour le PC, les gouttes d'eau, ça ne le fait pas !!!

20h30, je termine. J'espère que les fichiers vont passer, le débit est très faible.

Bises à tous, si vous me lisez, car j'ai l'impression d'être presque seul depuis quelque temps !
Merci aux courageux qui me laissent, ou m'envoient, un mot, c'est important.

Page précédente: Europa2014 : 7 septembre
Page suivante: Europa2014 : 9 septembre


Depuis le 06/06/2005 Visites:905834 Aujourd'hui :356 Maintenant:14 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)