Europa2014 : 9 avril

Mercredi 9 avril 2014 - 322 km - 176 photos (2867-1023)

Et on grimpe vers le nord...

Ce matin, il ne pleut pas. je me réveille à 6h10, je me lève vers 6h30. C'est dur de sortir du duvet, mais je sais par expérience qu'une fois sur la moto, c'est le pied. Il ne pleut pas, mais c'est un ciel bien chargé, gris foncé, avec du vent. Au moins, je range une tente presque sèche.

Je prends le temps de remettre les doublures de la veste et du pantalon, et de bien les installer. Ce qui prend du temps, mais j'estime que c'est important. Et ça l'a été, croyez-moi. Rouler ici en Ecosse avec cette tenue, c'est royal. Je n'ai pas eu froid de la journée, et je peux vous dire que ça caillait. C'est dommage qu'il n'y ait pas de thermomètre sur la moto. Quand je pense que Jolly Jumper en avait un, lui (c'était mon x9 125...).

Et je démarre à 7h50.

J'apprécie de rouler à cette heure. De savoir que j'ai une belle longue journée de "ride" devant moi, aucun stress. C'est à partir de Moffat que les affaires sérieuses commencent. Enfin, après avoir une fois de plus pris la mauvaise route, à cause du GPS. Je décide de prendre le taureau par les cornes, et de comprendre ce qui se passe. Et j'ai enfin trouvé le moyen de suivre ma trace, et rien qu'elle. C'est un peu plus dur que l'itinéraire calculé, mais au moins,je vais là où j'ai prévu d'aller. Il faut charger les fichiers en temps que "tracé vol d'oiseau".... Le pied. Me voici donc sur la A708, après avoir fait un aller-retour d'une vingtaine de bornes sur la A701. D'ailleurs, sur la A701, je venais de faire des photos lorsqu'une voiture arrivait. Comme j'étais à côté de la moto, elle s'est arrêtée pour me demander si j'avais besoin d'aide. Pas la voiture, hein, mais son pilote ! Faut tout vous dire; c'est quand même quelquefois pénible ! Super sympa, le gars. Ensuite, il m'a demandé d'où je venais en France -il avais vu ma plaque. Et il m'a dit très bien connaître Angers... Vous voyez bien que les anglais sont très gentils !

Cette A708, une beauté que je vous laisse découvrir. Une fois de plus, les brumes de nuages collées sur les flancs des montagnes donnent à l'ensemble cette insdescriptible atmosphère de mystère, mais ici avec une très bonne visibilité.

Oh là, c'est le "frenchie" qui passe, salut les moutons.

Ici, c'est encore pire qu'hier. je suis absolument seul avec les moutons, c'est divin.

Les rivières qui coulent me font de plus en plus penser à la Scandinavie. Les pays du nord se ressemblent. L'eau doit être glaciale, ça se devine aisément. Alors que je suis bien au chaud, j'aime ouvrir légèrement le bas du casque et laisser passer ce filet d'air très froid qui remonte sur mon visage. Ce qui fait un bien fou, j'ai toujours aimé rouler comme ça quand il fait froid, c'est un des plaisirs de la moto, je trouve, en plus des odeurs.

Et si j'aime naviguer au milieu de ces paysages sauvages, je n'aimerais pas vivre, comme eux, ici.

Le premier loch de ce voyage. C'est toujours aussi magique !

Là, c'est le deuxième ! On voit mal sur la photo, mais si vous regardez bien, vous verrez le blanc de l'écume des vaguelettes formées par le vent qui souffle ici en de terribles et puissantes rafales. Je ne voudrais pas être cyclo-touriste ici et maintenant. Dona, je peux te dire que ce doit être terrifiant, car avec Serparti, je suis ballotté comme un bouchon. Et une fois de plus, je viens d'entrer dans une chambre froide. Et merci à Bering pour cette tenue Odyssée, je leur fais un peu de pub', mais ce n'est pas forcé. Quel bon flair j'ai eu de remettre les doublures. Et je trouve ça totalement jouissif de rouler sur une moto dans un air glacial en ayant bien chaud. Ouah, c'est super !

Serparti, elle, rien ne la touche. Elle est fortement secouée, mais elle avance sereinement, sans sourciller.

Remarquez la neige, là-haut. Et pourtant, le point culminant du coin est à 850 mètres seulement !

Après avoir longé le loch, la route serpente le long des méandres de cette petite rivière, dans une vallée assez large, et magnifique.
Il fait toujours aussi froid.

Solitude absolue. Enfin, non, il y a toujours des moutons.
Pour ma part, je suis aux anges, car je chemine dans un environnement que j'adore.

Et une fois de plus, je ne peux m'empêcher de remercier la route, qui seule me permet de voir ça.
Sans elle, jamais je ne serais parvenu jusqu'ici.

Là, les bras m'en tombent. Même Serparti, qui n'aime pourtant pas s'arrêter, s'est posée.
La seule chose que je n'ai pas envie de faire, c'est d'aller me baigner !

Admirez ces murs de pierre, on se croirait presque transporté plusieurs millénaires en arrière.
Difficile d'imaginer le travail pour monter tous ces murs de pierre, mais le résultat est là : magnifique.

Un loch qui ressemble bien à un fjord norvégien. Juste moins encaissé, mais sinon, tous les ingrédients y sont.

Salut les p'tits loups. Il m'a bien fait rire, celui qui est monté sur le muret.

J'ai fait un aller-retour juste pour venir voir ce loch, sur une route assez défoncée.

Sur la A702, en approche d'Edinbourgh, capitale de l'Ecosse. A gauche, les Pentland Hills, superbes.

Un peu plus loin.

Alors, dans les faubourgs d'Edinburgh, le gag de la journée. Station d'essence à droite, il faut traverser -on roule à gauche- et rentrer dans la station dans le sens inverse. Je prends mes 13,49 litres pour 396 km (3,40 l/100, elle est gourmande, Serparti, ici), et je repars... dans la mauvaise direction ! Au bout d'une dizaine de bornes : "mais j'ai l'impression d'être passé ici, moi....". Bref, le pauvre gars !

Du coup, ça m'a fâché, et enlevé l'envie de me payer la traversée de la capitale, telle que je l"avais initialemement planifiée. Je contourne !

Et une dieaine de kilomètres après la grande ville, je tombe sur une roulotte "sandwichs". Et je commande un "medium breakfast", après avoir religieusement écouté les explications de la jeune femme. On sympathise, on papote, et elle m'offre un grand bol de café au lait, délicieux. Et ce petit déjeûner, pareil, comme c'est bon. Rien qu'en en parlant, là, j'en ai l'eau à la bouche. Prixc : 3 £.

Et elle m'a dit que j'ai drôlement bien fait de ne pas traverser Edinburgh, que c'est tout simplement horrible, au niveau de la circulation, et qu'elle en a par-dessus les oreilles de devoir y retourner tous les jours !

Au nord d'Edinburgh, il y a un très grand pont, le Forth Bridge, pour traverser le Firth of Forth. Eh bien, vous allez vous marrer. Je me trimpe encore avec le GPS, et... je me retrouve coincé, sans possibilité de faoire demi-tour, sur une deux fois deux voies qui... me fait retraverser le pont que je viens de franchir ! Faut l'faire quand même ! Donc, au final, le Forth Bridge, je l'ai traversé trois fois en une demi-heure !

Ensuite, je longe la côte. A Kirkcaldy, une immense plage longe la ville sur plusieurs kilomètres. Et elle est... totalement et hermétiquement fermée par un immense grillage infranchissable, à tel point que ça fait pitié de voir les gens marcher le long de ces grillages avec une plage de l'autre côté, à deux pas, mais inaccessible. Il y a tout plein d'engins de travaux publics, ils font peut-être un beau remblai pour la saison ?

Enfin, un peu plus loin, j'arrive au bord de la mer ! La Mer du Nord. C'est Serparti qui est contente, elle a toujours adoré les bords de mer, elle.

St Andrews. Son port historique.

Sa plage.

Sa magnifique abbaye.

Serparti devant une belle maison ancienne.

Elle se paye ensuite la traversée de Dundee, difficile, mais après Paris, Bruxelles et London, c'est plutôt facile. On a quand même réussi à se faire piéger par un sens unique qui nous a obligés à un long détour avant de pouvoir revenir... Même que c'était interdit de faire demi-tour, mais nous, on en avait marre de rouler dans la direction opposée. Déjà deux fois aujourd'hui, alors...

Pour vous, mesdames, cette curieuse statue devant une grande grille, au milieu de nulle part... L'entrée du Glamis Castle, peut-être ?

Je passe devant un camping. Cool, non ?

Cette fois, en entrant, je présente la page que j'ai écrite concernant Europa 2014, proposant aux campings de me faire une ristourne, et je parlerai d'eux dans mon bouquin. Le gars, très sympa, me fait le prix à 12£ au lieu de 16£ -et là, le prix est bien écrit.. Merci à lui. Je lui demande si je peux bosser sur une table et une chaise, et me brancher sur le courant -vous savez, hier, le PC s'est éteint en vidant complètement sa batterie. Il me propose la buanderie, il y a une machine qui délivre l'électricité pour 20 pence.

D'abord la bonne douche chaude. Très propre, absolument parfait, il ne manque rien.

Au fait, il me demande si je vais vers le nord. Oui ? Alors, je peux vous rendre un billet de 5£ écossaises. Non, parce que, si vous descendiez vers l'Angleterre, ils ne les acceptent pas toujours.... Et c'est vrai, je le savais, mais j'avais oublié.

Bon alors, la buanderie. Je mets les 20 pences, et miracle, l'électricité arrive. Je lance le PC, erreur de démarrage, ré-installation ? Je fais "oui" comme un idiot, trop vite, je veux canceler, impossible, il bosse.... il bosse.... ça dure ... et.... Paf. Coupure de courant ! Allez, on va dire, même pas dix minutes ! A ce train, je vais y laisser ma chemise et, en plus, pas sûr que j'arrive à lancer l"ami Windows. La réception est fermée, et... je vois un restaurant. Je rentre, bonjour, ou plutôt "good evening"... Est-il possible de prendre une bière et de bosser avec mon PC et votre électriité ?"Oui". "Super, merci", ou plutôt "thank you". Je bosse jusqu'à 21 heures, fermeture de l'établissement oblige. Au fait, Windows s'est rétabli tout seul, ouf ! On discute une dizaine de minutes avec le boss, sa soeur fait de la moto, il prend l'adresse de mon site pour elle....

La bière m'aura coûté 3 £, j"ai laissé la monnaie...

Retour à la maison, je plonge dans le duvet, et je poursuis le boulot sur un coude. Dur dur... Il est 22h55, je termine, et je n'ai pas encore mangé. Croquettes avec fruits rouges au menu, ça va être délicieux.

Au fait, le camping. Il est vraiment bien, mais je suis installé au bord d'une route et le bruit des voitures qui passent est énorme. Et ça circule beaucoup, même encore maintenant. Alors, du coup, ça gâche beaucoup le reste !

Ciao ciao.

Page précédente: Europa2014 : 8 avril
Page suivante: Europa2014 : 10 avril


Depuis le 06/06/2005 Visites:919923 Aujourd'hui :123 Maintenant:8 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)