La fresque nantaise

Vendredi 3 juin 2011 - Nantes

Je profite de l'interruption du beau voyage France 2011 pour aller à Nantes mettre en application mes décisions (changer mon matériel photo, abandonner les objectifs fixes que je remplace par un seul zoom de qualité "L", le top du top chez "Canon". Bon deal, puisque l'opération me laisse un solde positif ! Je me suis décidé pour le "24-105 F4 L IS" et, au vu de mes premières photos, c'est formidable !

Mon photographe se situant près du "Commerce", place de la Bourse, quel ne fut pas mon étonnement en "tombant" sur...

... ce pan de mur, comme "tombé du ciel", sur lequel je découvre une fresque historique de la ville de Nantes.

En me renseignant sur la toile pour vous en faire une petite présentation, j'ai eu l'énorme surprise de constater que ce gigantesque mur s'est "écrasé" dans la nuit du 23 au 24 mai 2011. L'événement est donc extrêmement récent ! Empruntant le style de l’artiste mexicain Diego Rivera (1886-1957), la peinture murale nantaise tombée du ciel illustre "La véritable Histoire de Nantes, du Moyen-âge à nos jours". Il se trouve que j'adore ce genre artistique, et j'ai donc aussitôt admiré cette scène : du très beau travail, réalisé par la compagnie "Royal de Luxe" installée à Nantes depuis 1989.

Pour "lire" le mur et tout savoir sur les personnages nantais, les sites emblématiques et les événements historiques peints sur la fresque, Royal de Luxe a édité un dépliant descriptif, que vous pouvez télécharger ici.

Je vous ai fait quelques "découpages". On voit ici, tout à gauche, la devise de la ville de Nantes, proposée en 1816 par Prosper de Barante, préfet de Loire-Inférieure.

Favet Neptunus Eunti ---> Que Neptune favorise le voyageur.

En bas à gauche, les demoiselles Amadou (Magdeleine-Marie et Joséphine Chéreau), chanteuses de rues excentriques. Sous les doux prénoms de Coquette et Papillon, ces deux lingères populaires poussaient la chansonnette et battaient le pavé nantais avec acharnement et passion au début du 19è. On reconnait Henri IV au centre et Anne de Bretagne (1477-1514), duchesse de Bretagne et double reine de France (je lui ai coupé la tête, désolé...).

A gauche, la grève des ACB, en 1955 : un ouvrier, Jean Rigolet, est tué par les CRS... Plus bas, l'affiche "l'homme qui va mourir" : il s'agit de Willy Wolf. Il plonge du haut du pont transbordeur le 31 mai 1925, devant la foule et les caméras de la Gaumont. On retrouvera son corps au Pellerin 6 jours plus tard.

La traite négrière (1707-1831). Nantes fut, de tous les ports de France, celui qui se livra le plus activement à ce trafic inhumain, et gagna par là- même son titre de premier port du royaume. Nantes sera la dernière place forte à continuer cet odieux trafic.

La femme en noir, avec le parapluie, c'est Barbara, la chanteuse (1930-1997).
Le cinéaste populaire Jacques Demy, avec sa caméra.

En haut à droite, le fameux Guy Môquet, martyr de la Résistance, l'un des 48 otages fusillés à Nantes le 22 octobre 1941...

 

J'ai recopié les descriptions des personnages sur le document cité plus haut.

David Bartex, muraliste, a réalisé le croquis.

Si vous passez à Nantes, allez voir cette fresque, elle en vaut le détour, et j'espère avoir contribué à vous donner l'envie d'y aller.


Depuis le 06/06/2005 Visites:851820 Aujourd'hui :150 Maintenant:12 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)