La dernière rando!

En souvenir d'un grand homme, Jean-Claude Fourès

S'il est une qualité humaine que j'apprécie par-dessus toutes les autres, c'est la gentillesse.
Si, en plus, cette première vertu est accompagnée de modestie, alors là, je deviens admiratif.
Et si, enfin, le tout est assaisonné d'une forte dose de courage, alors là, je dis "chapeau bas", et je m'incline très respectueusement.

Jean-Claude Fourès, c'était tout celà à la fois. C'est pourquoi j'avais envie de lui dédier une page spéciale.

Pas sûr qu'il aurait apprécié. Mais je suis certain qu'il me pardonnera et m'accueillera d'une bonne poignée de mains lorsque ce sera mon tour.

J'ai fait sa connaissance récemment, en fait la veille du jour où j'ai pris cette photo (29 avril 2006). C'est lui, là, au premier plan, au guidon de son scooter Piaggio x9 125 cm3, avec Anny, son épouse et passagère, elle-même profondément humaine et généreuse. C'était à Brive-la-Gaillarde, en Corrèze. Il s'agissait de ma deuxième participation à une randonnée d'un groupe de scooteristes "x9", celle-ci étant organisée par Bruno Le Corrézien. Je suis arrivé assez tard au terrain de camping prévu, et j'y ai été accueilli par Jean-Claude et Anny, qui étaient arrivés plus tôt dans la soirée, avec justement cette merveilleuse gentillesse dont je vous parlais plus tôt. Ils avaient mangé, mais Anny voulait que je vienne manger dans leur camping-car, et Jean-Claude faisait tout son possible pour me donner un coup de mains. Comme je suis, au contraire, d'un abord plutôt distant, ils en ont aussitôt tenu compte. Bref, j'étais déjà conquis par eux!

D'un naturel plutôt réservé, Jean-Claude écoute attentivement les propos de Didier, avant de se prononcer sur l'attitude à adopter: rire ou ne pas rire! De son côté, Anny a déjà choisi le rire, et c'est un plaisir tellement son sourire est communicatif. Enfin, Christian, habituellement plutôt sérieux lui aussi, semble avoir également choisi de sourire...Didier étant l'instigateur de ce moment, je pense que le rire était la bonne réponse!

Le lendemain midi, pendant le repas. Jean-Claude semble un peu songeur, mais je pense tout "simplement" -si je puis dire...- qu'il souffre. Et comme il n'est pas du genre à ennuyer la compagnie avec ses "petits" -pardon, énormes- problèmes de santé...


Vendredi 20 octobre 2006.

Je retrouve Jean-Claude et Anny pour partager une nouvelle randonnée, organisée cette fois par Didier en région PACA. Je vous transmets ce que j'avais écrit dans mon compte-rendu:

"Bon, mais la grande joie de ce matin, en arrivant ici, c'est de retrouver les amis. Jean-Claude et Anny sont installés avec leur camping-car, et leur x9 prêt à partir. C'est avec joie que je les retrouve. La dernière fois, c'était lors de la rando en Corrèze. Bien entendu, Anny s'empresse de m'inviter au petit-déjeuner, et c'est un grand moment de bonheur que d'être choyé, au chaud, dans un fauteuil, avec de délicieuses tartines de confitures faites "maison". Hum, un grand moment."

Ceci pour résumer, une fois de plus, cette fantastique gentillesse qui les caractérise. Jean-Claude semble soucieux, mais nous savons maintenant tous pourquoi!

L'équipe des joyeux randonneurs dans les rues de Saint Tropez. Jean-Claude est le troisième à partir de la droite.


Toujours un plaisir de voir Jean-Claude souriant.

Ici, le même soir, lors de l'apéritif chez Didier.


Jean-Claude et Anny, le lendemain, samedi 21 octobre 2006, dans le village du Vieux-Cannet. A droite, Jean-Claude pendant le repas du midi.

Dans les gorges du Verdon.


Et le soir, en pleine conversation, juste avant l'apéro.

Dimanche 22 octobre 2006, fin d'après-midi, au Mont Faron, dominant Toulon, Jean-Claude fait quelques photos.

C'est le 8 juin 2007 que nous devions nous retrouver, chez nous en Vendée.
Jean-Claude se bat toujours comme un lion contre sa terrible maladie qui ne lui laisse pas de répit.

Au Mont des Alouettes, en Vendée, en attendant les participants à la randonnée.

J'ai souvent vu Jean-Claude comme ça, en retrait, discret. Lorsqu'il avait trop mal, il devait s'asseoir, et il supportait son mal en solitaire.


Jean-Claude pendant cette randonnée vendéenne.

Didier m'a envoyé cette belle photo, et je l'en remercie. Je le laisse s'exprimer.

"Une image de JC et Anny que j'aime bien. Elle fut prise le 9 juin 2007 lors de la Rando Vendée près de la tour de Moricq. Jean-Claude semblait vouloir profiter de la quiétude du lieu et, à l'ombre, de la fraicheur de l'herbe".

Dimanche 10 juin 2007, près de Saint-Jean-de-Monts en Vendée. Jean-Claude regarde l'océan, Anny est songeuse.

Saleté de maladie!

Sur le passage du Gois, en Vendée, aux commandes de son x9. Dernière photo de ce merveilleux week-end, malheureusement entaché de la présence sournoise et continue de ce cancer qui le ronge, et ronge en même temps ses proches.


25 août 2007 à Toulouse. Jean-Claude et Anny nous ont invité à passer le week-end chez eux.

Le lendemain, Jean-Claude et Anny nous font visiter leur région, jusqu'à Carcassonne, le tout avec nos scooters et l'ami Christian, leur "voisin".

Ici à Carcassonne, à l'intérieur des murs de la vieille cité médiévale. Il faisait une chaleur terrible, et nous étions tous fatigués.

Toujours à Carcassonne, Jean-Claude, Christian et Anny. La première photo de cette page a été prise peu après.

Petit arrêt pour se désaltérer le long du canal de midi. Un peu d'air après Carcassonne, un vrai plaisir.


Nous nous retrouvons avec bonheur le 30 novembre de la même année, lors d'un voyage en camping-car dans le Pays Basque, ici dans la forêt d'Iraty.

Dans la soirée, à Saint-Jean-Pied-de-Port.

28 mars 2008. Jean-Claude a passé son permis moto cet hiver 2007, et je peux vous dire que c'est un exploit. Tous les motards savent que le permis "A" est un permis difficile, moi le premier. Or, jean-Claude a passé le sien à 60 ans, entre des séances de chimiothérapie... Sa volonté était telle qu'il a réussi à l'obtenir! Vous pouvez facilement imaginer, slalomer entre les piquets au ralenti, déjà pas facile lorsque l'on est en pleine forme...

Je suis très admiratif de ce qu'il a fait, et lorsque j'ai un moment de découragement ou de doute, il me suffit de penser à lui.

Il s'est alors acheté une superbe Honda Deauville, avec laquelle il a pu faire de bonnes randos avec un groupe de motards "Deauville" de Toulouse. Je suis très heureux qu'il ait réussi à s'offrir ce plaisir avant de nous quitter. Malheureusement, les douleurs physiques ont repris en début d'année, à tel point qu'il a évité de toucher à la moto plusieurs semaines afin de pouvoir venir à cette randonnée.

C'est terrible pour lui, car il n'a pas pu continuer à rouler au guidon de sa Deauville au-delà de la première journée! Il avait prévu le coup avec Anny, et était venu avec le camping-car et un ami motard, qui a pu continuer sur la moto à sa place, pendant qu'Anny et lui nous suivaient avec le camping-car.

Et je retrouve à nouveau Jean-Claude, solitaire avec sa douleur, ici dans la forteresse de Blaye.

C'est la dernière photo que je possède de Jean-Claude, et je ne devais plus le revoir. Je suis parti quelques semaines plus tard pour mon grand voyage de 5 mois. Nous avons échangé des mails, et il m'a appris l'accident qu'il a eu avec sa belle Deauville: perte de contrôle de la moto qu'il ne s'est jamais expliquée. C'est à ce moment qu'il a décidé de la vendre et d'arrêter. C'est à ce moment que j'ai pris conscience qu'il ne voulait plus lutter, qu'il était fatigué de se battre, de souffrir sans aucun répit. Il n'est pas venu à la rando de Bruno en Corrèze en octobre 2008, car il n'avait plus envie, et avait trop mal. C'est juste avant cette randonnée que j'ai eu une dernière conversation avec lui, qui m'avait complètement démoralisé. Il me disait ne même plus avoir ni le courage ni l'envie de lire ses mails. Je ne savais pas quoi lui dire pour lui remonter le moral, je n'ai pas su trouver les mots. Que répondre à quelqu'un qui vous dit qu'il ne sera sûrement pas là pour ci ou pour ça... ? L'hiver est passé sans que je le contacte, puis le printemps...

 

Et je n'ai évidemment pas été surpris d'apprendre la terrible nouvelle.

Jean-Claude a été incinéré le 16 juin 2009.

 

Ce que je peux vous dire, c'est que non seulement je ne l'oublierai jamais, mais qu'en plus je pense très souvent à lui. Et il ne me quitte guère lorsque je roule avec d'autres motards. Ce sont ses qualités humaines, son courage, sa volonté, son comportement envers les autres, qui m'ont marqué comme très peu de personnes avant lui. Pour me consoler, je me dis qu'il ne souffre plus. C'est vrai. Mais en même temps, j'aimerais tellement qu'il soit encore là. Il me manquera à toutes les randonnées que je pourrai encore faire, je le sais. Mais voilà, c'est notre destinée à tous...

 

Accrochons-nous donc à la vie tant que possible, et soyons aimables les uns envers les autres. C'est la leçon que je retiendrai de lui.

 

Et merci à Anny pour tout ce qu'elle a fait pour lui, et pour sa joie de vivre si communicative.

 

Je ne peux terminer sans vous transmettre quelques-unes des lignes reçues de sa part.

Le 21 décembre 2007
J'ai un pot énorme , je n'ai pas mal à l'épaule sur la moto . La position bras tendus devant ne me cause aucune douleur , alors j'en profite . Par contre j'hésite à me balader à pied les bras tendus devant moi , je crains de me faire remarquer et de finir à l'hopital pyschiatrique .

Le 5 février 2008
Dimanche ,j'ai sorti la moto pour faire 1 kms ,jusqu'à l'atelier d'un ami ,et le soir rebelotte , cachets + cachets  pour calmer la douleur . J'ai rendez vous le 8 / 2 pour une autre infiltration. et  je vais éviter de toucher à l'engin le plus longtemps possible , pour essayer d'étre en forme pour la rando .
Je t'envie de pouvoir sortir en moto , surtout que moi je l'ai devant la fenêtre ,sous sa bâche , et elle n'arrète pas de me faire signe de venir la chevaucher. Anny râle toujours autant , j'en déduit qu'elle va trés bien .

Le 8 avril 2008
On est quand même la premiere rando a avoir notre propre voiture balai   . la classe quoi ....

(Humour de Jean-Claude, alors que, incapable de piloter sa bécane, il nous suivait avec son camping-car!)

Le 14 avril 2008
Excuse moi si je t'ai pas répondu plus vite , mais tu avais vu juste ,le traitement me fait autant d'effet qu'un cataplasme sur une jambe de bois.

Le 27 avril 2008
Pour abaisser ton centre de gravité  ,il m'est venu l'idée que tant que tu est tu circules en bord de mer , tu devrais trouver chez un brocanteur ,un ancien scaphandre ,et lui acheter juste les chaussures de plomb. Ainsi avec beaucoup de poids en bas ,la moto serait beaucoup plus équilibrée . Bien sûr quand tu descendras de la moto tu risque de te faire remarquer ,ou de rester sur place si ,vu le poids tu n'arrives plus a soulever les pieds . Enfin je disais cela comme ça , juste pour t'aider .   MDR

Le 23 mai 2008
La santé n'est pas brillante , mais suffisante pour que je ne quitte pas ton porte bagage .
Grace à tes commentaires on est avec toi ,tour de roue aprés tour de roue .
Le voyage va étre encore trés long , et j'espere que tu auras toujours le courage de nous faire partager la beauté de ces paysages , car j'imagine qu'aprés les journées que tu passes au guidon ,il y a des soirs ou le compte -rendu doit étre dur a faire .
J'apprécie d'autan plus tes récits , que je crois que pour moi les carottes sont cuites . Je n'ai pu jamais retoucher la moto ,sauf pour aller au dépot . J'attend que Christian 81 m'appelle pour une ballade d'un jour et si j'ai un peu de pot et bourré de morphine je verrai si je peux faire une sortie .
A cause du traitement qu'ils m'ont collé , qui entre parenthèse ne semble pas amener d'amélioration , j'ai les jambes et chevilles tellement enflées ,que je n'arrive plus à mettre les bottes de moto . Et je te parle pas des pertes d'équilibre et le fait que je m'endors dés que je me pose plus de 5 minutes .
Ces quelques mots ne sont pas pour que tu me plaignes mais pour que tu apprécies a sa juste valeur et que tu profites un max de chaque minutes d'étre en bonne santé . Les paysages n'en seront que plus beau , et les moments que tu passes encore plus apprécié .
Fait bien attention à toi .
Sincéres amitiés

C'est moi qui ai mis en caractères gras ces deux phrases très importantes. Nous devrions tenir compte de ce genre de réflexions dans notre vie de tous les jours, car elles proviennent de quelqu'un qui connaissait bien la valeur des choses!

 

 

Page précédente: La fresque nantaise
Page suivante: Festivals


Depuis le 06/06/2005 Visites:872573 Aujourd'hui :59 Maintenant:11 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)