Le kayak

Enfin sur l'eau !















A pied, en vélo, en VTT, en VTT électrique, en moto, en voiture, en camping-car, en kangoo aménagée... Tout ça, c'est sur la route, ou sur la terre, ou sur le sable... Mais... Et pourquoi pas sur l'eau ? Il y a bien longtemps que l'idée de me déplacer aussi sur l'eau fait son chemin dans ma petite tête. Au cours de mon passage au Salon du Véhicule d'Aventure fin avril 2015, près de Nantes, mon attention avait été attirée par un kayak très particulier, puisqu'il était gonflable, et propulsé par une sorte de pédalier générant une propulsion comparable à celle utilisée par les tortues... Il s'agit du Hobie (marque américaine) Mirage i12S.

Oui, c'est exactement ce qu'il me faudrait pour la Kangoo. Ainsi, je pourrais aller randonner dans la montagne, rouler en VTT sur les pistes et chemins inaccessibles à la kangoo, et aller sur les rivières, longer les plages depuis la mer, pénétrer au coeur des fjords... Seulement voilà, le prix était... hors de prix. Pourtant, l'engin est resté quelque part dans mon cerveau, et le vendeur était de nouveau présent sur le même salon en 2016. Décidément, il faut que j'essaye ce kayak. Et la chance a voulu que le seul magasin proposant ce kayak en test se trouvait aux... Sables d'Olonne, juste à côté de chez moi.




3 mai 2016

Port Olona, Les Sables d'Olonne, France

Et c'est comme ça que, le 3 mai 2016, je "pédalais" sur les eaux de Port Olona, précisément là même où les plus grands navigateurs solitaires du monde sont venus s'amarrer pour se lancer dans l'Everest des Mers, j'ai nommé, le Vendée Globe 2016 ! Vous me voyez ici (enfin, mes pieds), et la proue de mon "navire", avec devant moi un des fameux Imoca qui ont pris le départ le 6 novembre 2016, à savoir "La Mie Câline" (ci-dessous), son skipper Arnaud Boissières aux commandes. Je me sens à la fois heureux et fier d'être ici, et très intimidé, et très humble, dans mon petit "rafiot", face à un de ces hommes que j'admire...

Port Olona, Les Sables d'Olonne, France

Je suis emballé par le test. Pédaler s'avère beaucoup moins fatiguant que ramer, et également plus efficace. Le boss d'Oceano Sports, accepte de dégonfler son kayak de démonstration, de le replier et de le mettre dans son sac, de venir m'aider à le mettre dans la Kangoo (je tenais absolument à le mettre sur le siège avant pour "voir" si c'était possible), puis de me montrer et me laisser regonfler le bateau. Comme je vous le disais plus haut, le constructeur de ce kayak, Hobie, est américain, et le seul importateur pour l'Europe se trouve aux Pays-Bas. Renseignements pris, j'apprends que le Hobie MirageDrive I12S a été modifié dans sa forme, et est différent de celui qui se trouve au magasin en démonstration. Je préfère prendre le nouveau modèle. Et c'est ainsi que, après mûre réflexion, je passe commande du Mirage i12S pour livraison au 15 juillet 2016. Entretemps, j'avais bien d'autres chats à fouetter...




Dimanche 7 août 2016

Après 5 semaines non-stop sur les routes en moto avec les copains, il faut bien admettre que le kayak était quelque peu sorti de ma tête. J'apprends à mon retour qu'il n'est pas encore arrivé, et qu'il aura du retard, ce qui me ravit ! En effet, la moto occupe entièrement la place restante de mon cerveau, je ne pense qu'aux futurs voyages, j'ai envie de changer de bécane... Bref, pour un gars qui voulait arrêter définitivement ce mode de locomotion... j'achète une nouvelle moto le 2 août 2016 ! Passons... Du coup, le retard mis dans la livraison du kayak m'a bien arrangé.

Enfin, c'est le samedi 6 août 2016 que je vais réceptionner mon nouveau véhicule. Et c'est le dimanche 7 août, sous un soleil et une température estivale, que je vais le baptiser en le mettant à l'eau. Pas question de commencer par la mer. Je suis intimidé, on ne plaisante pas avec l'élément liquide, et bien que mon embarcation soit extrêmement rassurante et de qualité irréprochable, je ne suis pas encore prêt pour le Grand Bleu, et je pars faire mon premier test en rivière. J'ai de la chance, il y a du choix dans mon secteur, et je décide d'aller embarquer dans les marais du Jaunay, à quelques kilomètres seulement de chez moi. Peu désireux de voir du monde autour de moi lors de ce premier gonflage, je savais que j'y serais au calme, loin de la foule touristique envahissant notre côte. Premières photos...

Vous avez sous les yeux la raison principale de mon choix : c'est un kayak pliable, ce qui me permet de le transporter aisément dans ma kangoo, sans avoir besoin de remorque : un sacré "plus".

Début du gonflage. L'opération se fait en moins d'un quart d'heure, et est plutôt facile. En fait, ce qui est difficile, c'est le pliage.

Ci-dessus, je viens de gonfler la partie centrale et le boudin droit. Il reste à terminer le gonflage du boudin gauche, au premier plan. La pompe, très efficace, est posée sur le sol. On aperçoit au fond le sac de rangement, le siège, la rame. Sur le kayak, le gouvernail est en position relevée, comme il se doit.




Page précédente: Test avec EM-5 Mark II
Page suivante: Sur la Vertonne


Depuis le 06/06/2005 Visites:919488 Aujourd'hui :163 Maintenant:12 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)