Centre de Formation de Ledenon

Le permis moto
Vendredi 6 avril 2007
Centre de Formation Moto
Circuit de Lédenon

10 photos

J'ai mis le réveil à 6h45. Un peu dur, mais c'est pour qui, hein? Pour moi? Bon, ok alors, allons-y.

Un bon petit déjeûner. J'entends des voitures arriver, il y a pas mal de trafic sur le parking.

Je finis par sortir, et me diriger vers les bâtiments administratifs. En même temps, ce sont les bâtiments qui abritent les motos. Une grosse grille est toujours fermée à clef, ce qui se comprend aisément. Au bureau, confirmation auprès de la secrétaire de mon arrivée. Puis un gars que je n'avais pas remarqué, avec une casquette, prend la parole.

 

C'est William, et il sera mon instructeur de la semaine. Ils sont deux -du moins, je n'en connais que deux- William et Mickaël.

Donc William commence par la partie administrative, les documents à remplir, les papiers à signer, puis nous nous retrouvons dans la cour. Les affaires sérieuses vont commencer. Quelques motos sont alignées devant nous. Dommage, je ne les ai pas prises en photo. ce sont des Suzuki GS 500, bleues pour la plupart, les plus récentes étant blanches.

Et c'est là, devant les bureaux, que William va nous faire une première démonstration. La prise en mains de la moto. Les passages des vitesses, la recherche du point mort. Il tourne autour de nous de façon très impressionnante. Lui, au moins, ce n'est pas un instructeur bidon, il sait de quoi il parle, et il sait faire ce qu'il nous dit de faire, et bien plus encore.

Ensuite, eh bien c'est simple, nous y allons. Je vais hériter d'une 125 cm3 pour commencer, puisqu'à la phrase "ceux qui ne connaissent que le scooter se mettent sur le côté", je me suis mis sur le côté! Bien ma veine, tiens! Franchement, je suis fâché contre moi, je pouvais prendre une 500, et ça m'énerve de devoir passer quelques heures avec "ça", vu que je ne suis pas venu pour piloter une 125. Bon, c'est décidé, à toute question sur les scooters, je ne dirai plus rien. Et pas question de parler de l'engin que je me suis acheté... Un scooter, je sens que ce n'est pas l'endroit pour parler de ces engins!

 

Et nous voici partis, la tête bien remplie de toutes les recommandations fournies par William. La piste n'est pas loin, je dirais à 200 mètres des bureaux, près de la piste de karting. Et nous voici déjà dans le vif du sujet. Le plateau. William commence par le plus important, l'indispensable, le geste que l'on doit savoir faire sans réfléchir, la technique à connaître par coeur, instinctivement: le contre-braquage, pour faire le demi-tour les doigts dans le nez, pour ne pas perdre une seule seconde, pour être déjà au point d'accélération dès la sortie du demi-tour.

Les paroles sont claires, les gestes aussi, les démonstrations sans appel. Il n'y a plus qu'à.... Je suis avec cette maudite 125, alors c'est facile, mais je suis énervé, évidemment. On tourne, les uns derrière les autres, à la queue-leu-leu. William nous regarde faire, et mine de rien, il ne perd rien de nos capacités, il repère de suite les bons et les mauvais.

Ensuite, on se sépare, et on fait aussi du lent. Ah oui, je ne vous ai pas expliqué. Le permis moto, c'est quelque chose. Il est dur, vraiment dur, et très complet. Les pouvoirs publics croient qu'en faisant un permis difficile, ils vont diminuer le nombre de morts. Les pauvres! Ils n'ont vraiment rien compris!

 

Le permis moto consiste en sept épreuves. Oui oui, je dis bien, SEPT!

Six d'entre elles constituent ce qu'on appèlle communément le "plateau", et la septième est la conduite en circulation.

Le plateau.

1- Maîtrise de la moto sans l'aide du moteur.

William nous dit que nous n'avons pas le temps de le faire. On apprend à manipuler les motos sans le moteur tous les jours, matin, midi et soir, en les rentrant et en les sortant du garage. Il dit que c'est suffisant. Ce n'est pas la peine d'apprendre les exercices réels. Ils sont au nombre de trois. En effet, il y a trois "circuits" possibles à réaliser avec la moto, sans le moteur. D'ailleurs, pour les épreuves du plateau, il y a souvent trois exercices à connaître, et le jour de l'examen, l'un d'entre eux est tiré au sort. Bien, donc pour la poussette, trois exercices.

C'est la partie du permis moto que je trouve débile, et je pèse mes mots. Le pire, c'est que si le déplacement ne se fait pas exactement comme décrit dans la procédure, si vous l'arrêtez quelques cm avant ou après le point prévu, eh bien vous perdez des points, ce qui peut vous faire perdre le gain du permis... Oui, oui, il faut le savoir!

Les règles principales.

Chaque épreuve est sanctionnée par une note exprimée sous la forme d'une lettre. Les trois notes possibles sont A, B ou C.

Vous l'aurez compris, A est la meilleure et C la moins bonne. Par ailleurs, A signifie "satisfaisant", B "moyen" et C "insuffisant". Pour ma part, je proposerais pour A "très bien", pour B "satisfaisant" et pour C "moyen".

Pour avoir le permis, il faut obtenir au minimum une note A, et aucune note C. Ce qui revient à dire que la note C, quel que soit l'exercice, est éliminatoire! Or, une chute équivaut aussitôt à un C. Et deux B valent un C. Par exemple, vous renversez un plot, ça fait un B, mais vous en renversez deux, ça fait un.... C, oui, bravo! Donc, un C, et vous l'avez dans l'os, il faut tout recommencer, les cours, le fric à sortir, et pas même la certitude de faire mieux la fois suivante. Je vous l'avais dit, ce permis, c'est l'horreur! Ce que je trouve le plus vicieux, dans tout ça, c'est que tous les gars et toutes les filles qui se présentent savent le faire, ont déjà réussi toutes les épreuves pendant les entraînements. Je pense que les professionnels devraient être assermentées, et avoir la capacité de nous délivrer le permis, du moins d'apposer sur les documents le cachet prouvant que nous avons réussi les divers exercices. Un point c'est tout. Bon, je m'égare, c'est parce que ça m'énerve!

Or, dans l'épreuve décrite plus haut, on ne peut pas être éliminé. je vous l'ai dit. Mais on peut perdre le permis quand même à cause de la poussette. Pourquoi? Tout simplement parce que c'est l'épreuve la plus propice pour gagner un A. Or, et je vous le rappèlle, l'obtention d'au moins un A est obligatoire pour obtenir le plateau... Vous avez tout compris!

Le plateau.

2- Vérifications à effectuer.

Cette épreuve se trouve à la suite de la précédente, dont elle fait partie intégrante. Il s'agit d'apprendre par coeur trois grands groupes de vérifications à effectuer sur une moto avant de l'enfourcher. Lorsque vous avez fini la "poussette", l'inspecteur vous fait tirer au sort une fiche, et vous récitez les points de contrôle de cette fiche, en les montrant sur la moto.

Cette épreuve, vous ne la "passez" que si vous avez réussi un A à la poussette. Sinon, vous avez déjà un B, et comme on ne peut pas avoir moins, l'inspecteur ne vous demande même pas d'effectuer la vérification. En effet, même si vous répondiez parfaitement à la vérification, votre note ne pourrait pas passer de B vers A... C'est mathématique, et implacable!

Je vous raconterai mon expérience sur cette épreuve, vous ne serez pas déçus!

Avec William et Mickaël, nous faisons ces vérifications tous les jours, le matin et le midi, avant de partir sur le plateau ou en circulation. Ils nous les ont d'abord expliquées, et montrées, puis nous les récitons entre nous. L'un parle et explique, les autres écoutent, commentent, corrigent. C'est une excellente méthode. De plus, ils nous ont donné des moyens mnémotechniques pour les retenir, du moins pour se souvenir de chaque partie de la moto. Voici la technique.

a- Chaîne cinématique et notice d'utilisation.
Il suffit de retenir "3 M - 2 C - 1 N". Qu'est-ce que c'est que ce charabia? 3 M signifie 3 points sur le moteur. 2 C signifie deux points avec "C" -commandes et chaîne-, et 1 N signifie une notice. En ayant ça en tête, on se souvient aussitôt du reste, et j'avoue que cette méthode s'est avérée excellente pour moi, et pour tous mes camarades.

b- Partie cycle et gants.
Il suffit de retenir "PPDA freine avec ses gants". Tout le monde connaît PPDA. Cette phrase si facile à retenir nous aide à retenir P¨pour pneu avant, P pour pneu arrière, D pour direction, A pour amortisseurs, "freine" pour freins, et gants pour gants... Et voilà, le tour est joué. C'est tout bonnement excellent.

c- Eclairage et accessoires de sécurité moto-pilote.
Le mot à retenir est "KREC". K pour klackson, R pour rétroviseurs, E pour éclairage, et C pour casque. C'est facile, c'est pas cher, et ça peut rapporter un A. En tout cas, nous avons tout en tête, et avec l'entraide deux fois par jour, les répétitions, j'avoue que je n'ai pas même pas eu besoin de relire cette partie le soir. Un très très bon point. Merci les gars.

 

Alors, le jour de l'examen, si vous avez eu un A à la poussette, et si vous faites au moins 5 vérifications sur les 6 que contient chaque groupe, vous aurez un A. Dans le cas contraire, ce sera un B.

En attendant, le temps passe vite, et c'est l'heure de plier bagage. Retour à la base -qui se trouve à 200 mètres environ-, rangement des motos dans le garage, et... CHAMPAGNE. Quoi, le champagne? Pour nous? Ben oui. C'est la tradition ici, au CFM de Lédenon. Le vendredi, c'est le jour du permis. Les élèves de cette semaine qui s'achève viennent, pour la plupart, d'obtenir le fameux césame, qui va leur donner le droit d'enfourcher une belle machine, pour certains dès cet après-midi!

Les bouchons sautent, et j'avoue que c'est très agréable de boire une coupe de champagne maintenant. Je trouve que c'est excellent pour le moral. Merci les gars, la semaine prochaine, ce sera à notre tour d'arroser les suivants, du moins je l'espère bien! Il y a beaucoup de joie, ça rigole, chacun y va de ses explications. Ils ont passé la circulation aujourd'hui, car le plateau se déroule le jeudi. Et ils nous disent de ne pas nous en faire, que c'est facile, en tout cas, bien plus facile qu'avec nos instructeurs pendant la semaine. Je crois que nous sommes tous galvanisés par leur réussite.

Puis nous partons tous ensemble déjeûner. Le restaurant se trouve à Lédenon, sur la N86. Il faut donc redescendre en bas, traverser le village, et nous y sommes. Je dirais, grosso-modo, à environ 4 kilomètres. Je me fais conduire, car il n'est pas question que j'y aille avec le camping-car... Je fais plus ample connaissance avec Daniel et avec Gilles, plus près de mon âge -quoique encore bien plus jeunes...! Je suis l'ancêtre, parmi les élèves. Je dois faire figure de pappy. Mais je suis pappy, alors, c'est finalement bien normal!

"Au relais de Lédenon" tenu par Nathalie et Alain. Route Nationale 86. 30210 Lédenon. Tél. 04.66.37.34.46

Un immense parking devant. J'avais l'intention de rester manger dans le camping-car, j'avais tout prévu pour ça. Mais finalement, je décide d'accompagner mes camarades de jeux, j'estime que c'est important pour l'ambiance entre nous. Et je dois dire que je ne regrette pas. L'hôtel-restaurant ne paye pas de mine. On y mange bien, et à un prix très correct (11 à 12 euros le menu complet -entrée à volonté, un plat à choisir parmi 3 ou 4, un dessert, ou bien le plat de résistance direct pour 7 euros). Mais surtout, Alain, le patron, est extraordinaire de gentillesse, de bonne humeur, de "pêche". Il est toujours en forme, il a toujours un mot gentil, il ne rechigne pas, loin s'en faut, à payer sa tournée. Bref, je le trouve formidable, et je prends directement la décision de venir manger ici tous les midis avec mes camarades de "bagne"... On commence par s'enfiler un gros "demi", par cette chaleur. Le temps est au beau fixe, et il fait bien 25 degrés, pour ne pas dire 27-28. De plus, sous nos blousons de cuir, c'est l'enfer! Je pense à Fred, notre ami le routier, qui passe son permis avec nous. Bien enveloppé, et aimant bien la bonne bière, il souffre de la chaleur!

C'est le premier jour. Alors ça traîne un peu. De plus, comme nous sommes arrivés tard, nous repartons en retard. L'ambiance est à la fête, bien sûr, à cause des gars qui viennent de réussir leur permis, et qui arrosent ça abondamment. Alors que nous repartons, certains n'ont encore pas commencé à manger... et ne sont pas très frais, il faut bien le dire.

Pour nous, l'intermède est bien fini. On ressort les motos du garage, je repars avec ma 125...

Direction, la piste d'entrainement, juste de l'autre côté du parking, à 200 mètres, je vous l'ai déjà dit. Le parking est un peu en arrière, à gauche. Et l'entrainement se fait à droite, derrière ces grilles. Pour y accéder, on doit aller au bout ce ce passage! A gauche, derrière ce grand mur, ce sont les équipages qui courrent sur le circuit qui sont installés, avec leurs camping-cars, leurs toiles de tente, leur matériel. J'entends vrombir les moteurs des motos qui vont tourner ce week-end!

Peu après, William m'apporte -ouf- une 500 cm3. Nous étions quatre à avoir une 125. C'est terminé. Je respire, car je n'avais vraiment pas envie de continuer. Non pas que je n'aime pas les 125 cm3, mais je ne suis pas venu pour ça, et c'est bien sur la 500 que je vais passer l'examen, alors j'estime ne pas avoir de temps à perdre. Bon, elle est plus lourde, c'est indéniable, mais ça va. Je me sens bien avec. Cette fois, après l'échauffement sur le parcours dit "rapide", pour la prise en mains, direction le parcours "lent". Aïe, c'est chaud. Mais je suis content, ça passe plutôt bien, en tout cas bien mieux que je ne le pensais. Le "truc", sur le lent, c'est de bien tourner la tête, c'est essentiel. En tournant la tête vers le passage suivant, le corps et donc les mains se tournent également tout naturellement dans la bonne direction, et la moto, comme par enchantement, suit le mouvement. A peine arrivé à la porte suivante, et déjà, il faut tourner la tête vers la suivante, et ainsi de suite. Bref, j'y parviens assez vite.

Par contre, le problème, il vient des motos. Aucune ne réagit de la même façon. Ce qu'il faut savoir, c'est que nous roulons sans utiliser l'embrayage, ni les vitesses. Il n'y a pas de chrono dans cet exercice. Alors que faisons-nous? Nous passons la première, débrayons doucement jusqu'à lâcher la poignée d'embrayage, et c'est parti pour effectuer tout le parcours en "première". Les mains ne servent à rien, sinon à accompagner la moto, à tourner le guidon. Ni accélérateur, ni frein. On laisse filer. Seulement, si certaines motos ont un bon ralenti, d'autres pas. Et alors, la moto hoquète, elle accélère, ralentit, ré-accélère, bref, elle roule par à-coups. Et alors, quand vous vous trouvez dans une porte au moment où elle pousse son "hoquet", c'est un peu chaud. je déteste ça. Mais j'y arrive quand même, alors je suis assez satisfait. Ce qu'il faut obtenir, c'est du "sans faute", alors je recommence continuellement, comme mes petits camarades.

Une partie d'entre nous est sur le lent, pendant que les autres sont partis en circulation avec Mickaël. Les instructeurs nous ont partagés, et ont fait deux groupes. Nous sommes 7 avec William, et ils sont 6 avec Mike. Je ne sais pas sur quels critères ils se basent pour nous départager, et peu importe, finalement, du moment que nous progressions. Ce qui fait que nous sommes 3 sur le lent, et 4 sur le rapide. Nous bossons dur, nous n'arrêtons pas, ou très peu. Parfois, William, excédé par nos erreurs, stoppe tout, nous fait éteindre les moteurs, nous fait un discours, toujours suivi par des démonstrations, et pas des "semblants" de démonstration! Il nous fait les parcours en faisant crisser les cale-pieds, droite-gauche, dans les slaloms et sur le demi-tour. C'est un as avec une bécane. Il rouspète, il hurle, il tempête, il crie, mais il est doué, c'est sûr!

Le plateau.

3 - Maîtrise de la moto à allure lente.

Pour cet exercice, il y a également 3 parcours différents, que je vous ai dessinés ci-dessous. Oui, je sais, ce n'est pas très droit, mais c'est bien suffisant pour comprendre. Et au moins, comme ça, pas de problème de copyright, hein?

Alors, quelles sont les règles d'après vous? Comment? Vous ne savez pas?

Bon, c'est simple. Une chute, ça donne un C. Donc "éliminé"! Eh bien non, pas éliminé. Sur les parcours, le lent et aussi le rapide, on a droit à deux essais. Génial, non? Donc, vous avez un C, vous recommencez. Vous avez un deuxième C? Alors là, c'est terminé, au-revoir, à la prochaine, "end of job".

Un plot renversé, une porte tombée, c'est un B. Si on en renverse deux, ça fait C. Un pied à terre, c'est un B. Deux pieds à terre, c'est un C. Une porte non franchie, c'est un C. Une erreur de parcours, c'est un C. Et ainsi de suite. Bref, vous avez tout compris. Si vous avez un B, l'examinateur vous propose de recommencer pour essayer d'avoir un A. Si vous avez déjà un A, laissez tomber, dîtes "non, merci". Par contre, si vous avez eu B à l'épreuve de la poussette, il peut être intéressant de "tenter" le A maintenant, sur le parcours lent, car il en faut un de toute façon. Mais attention, si vous avez un C au deuxième essai, tout est perdu, adieu veau, vaches, cochons, poulets... Retour à la case départ, sans toucher les 20.000...

Dommage!

Au fait, on ne choisit pas le parcours. L'un d'entre nous le tirera au sort avant de commencer, et tout le monde passera l'épreuve sur celui-ci. C'est comme ça!

Le plateau.

4 - Maîtrise de la moto à allure normale.

Bon, tous les motards appèllent cette épreuve le parcours "rapide". Ben oui, c'est rapide, comparé à l'épreuve précédente. Cette fois, un nouveau personnage entre en scène. C'est le chronomètre. Eh oui, les amis, en moto, il faut faire très attention, on ne doit pas rouler vite, la vitesse ça tue, etc... Mais, pour passer le permis, il faut apprendre à rouler vite!

Bande de débiles! Faudrait savoir, hein! Pour ma part, je ne sais pas comment vous faites, vous, mais personnellement, si je dois contourner des obstacles, sur la route, je vais faire quoi? hein? Je n'ai pas bien entendu? Je vais RALENTIR. C'est évident, y'a pas besoin de sortir de Saint-Cyr pour savoir ça. C'est instinctif! Mais non, le jour du permis, si ton chrono est trop lent, tu sors, éliminé. Franchement, des fois, j'ai des envies de meurtre. Et qui a pondu ces beaux exercices? Hein? Un motard doué qui a jugé que ses futurs petits camarades, s'ils ne savaient pas faire ça, étaient des gros nuls? Ou une bande de fonctionnaires imbus de leur personne et surtout de leur pouvoir...?!

J'arrête, car je suis en train de m'énerver, là. J'explique.

Alors, quelles sont les règles, cette fois-ci?

Vous voyez tous la ligne de départ? En bas, au niveau des lettres C. Arrivé au trait "début du chrono", vous devez être en troisième. Oui, c'est comme ça. De façon à ce que ces messieurs voient que vous savez passer trois vitesses. Ensuite, c'est le slalom. C'est rigolo, j'aime bien ça. La vitesse dans le slalom, c'est comme vous voulez. Vous accélérez, vous ralentissez, c'est vous qui voyez. Quoi qu'il en soit, en sortie de slalom, le plus dur à négocier -du moins pour moi-, c'est le demi-tour. Pas question de poser un pied à terre. De plus, interdit de dépasser les lignes du rectangle du haut. Après, en sortie du demi-tour, c'est selon. Si tu juges que tu as été lent, il faut remettre de la gomme, à fond. Si tu trouves que tu es dans les temps, accélération normale, sans plus. En tout cas, il faut se remettre en troisième, c'est impératif. Ensuite, au niveau du X, on sort du slalom à allure STABILISEE. Eh, ça veut dire quoi, ça? Tout simplement que tu n'as pas le droit de ralentir jusqu'au niveau du trait, où se trouve l'inspecteur. Et il écoute, l'inspecteur, et si le moteur descend en régime, il te mettra un gros C. Pourquoi? Parce qu'au niveau de l'inspecteur, il y a le problème qui survient, et auquel tu ne t'attends pas du tout. C'est quoi? Tout simplement, la portière qui s'ouvre (parcours 1 et 4, évitement), ou le piéton qui traverse soudainement (parcours 2, freinage d'urgence), ou autre (parcours 3, rétrogradage).

Bon, comment ça marche? Selon l'endroit où tu t'arrêtes, tu as A, B ou C. Si l'examinateur juge que tu as mal freiné (dérapage, blocage des roues...), il te donne la note qu'il veut, C si ça lui fait plaisir. Cest le maître. Si tu poses un pied, si tu renverses un plot, c'est un B. Si tu le fais deux fois, c'est un C. Si tu vas trop vite, c'est un C. Si tu ne vas pas assez vite, c'est un C. En effet, le parcours doit s'effectuer entre 19 et 22 secondes. S'il pleut, c'est entre 20 et 23. Arrêt hors zone, chute de la machine, obstacle non franchi, erreur de parcours, sortie de terrain, tout ça c'est du C.

Bien entendu, on a droit à deux essais... C'est royal.

On en "bouffe" tout l'après-midi, du plateau. Sous une chaleur torride. Avec nos blousons et nos gants. Pendant les pauses (5-10 minutes), on enlève les vestes. On pourrait essorer nos T-shirts, tellement ils sont trempés! Mais c'est quand même génial. Je suis très content, car je trouve que j'ai vraiment beaucoup progressé. je suis pratiquement dans les temps ce soir.

On "bosse" -eh oui, c'est du boulot- jusqu'à 18h30, puisqu'on avait commencé en retard. C'est un truc que j'apprécie beaucoup. C'est le respect du client. On a payé pour apprendre à piloter une moto, et pour passer le permis, et je dois dire qu'on en a pour notre argent, et même davantage. Je vous dirais pourquoi plus tard.

Avant de nous relâcher dans la nature, William nous rappèlle l'urgence qu'il y a à apprendre les fiches. Les fiches? Mais quelles fiches? Ah, je ne vous en ai pas encore parlé? Si, vaguement, hier soir.

Le plateau.

5- Les fiches.

Vous avez réussi la poussette, vous avez réussi le lent, vous avez passé le rapide. C'est génial. Mais ce n'est pas encore terminé. Il reste les fiches. Maintenant, l'examinateur va vous recevoir un par un, dans son bureau ou dans sa voiture, et vous questionner sur une fiche que vous allez tirer au sort. Une sur les vingt qu'il faut connaître. Alors, ce n'est pas du "par coeur". Tout le monde est bien d'accord sur ce point. Mais cela ne change pas grand chose à la finalité de la chose. Par coeur ou pas par coeur, il faut connaître tous les arguments, et les développer. Bon, on est un peu aidés. Le document que l'on choisit contient le titre de la fiche -c'est la moindre des choses-, mais également les grands chapitres à développer, et ça, c'est d'une grande aide. Certaines fiches doivent quand même être apprises par coeur, acr elles contiennent des données chiffrées qui ne s'inventent pas. Par exemple, le nombre de tués et de blessés sur les routes, les pourcentages entre motos et voitures, etc. je les connais par coeur. je peux encore vous les citer, une semaine après l'examen. Oui, je sais que je dois apprendre les fiches. Et je vais les apprendre. C'est bien simple, j'ai décidé d'y consacrer tout mon temps, et ça va donc commencer par ce week-end... Oui, je sias, ce n'est pas rigolo, mais c'est comme ça!

Donc, avant de partir, William nous avertit. Apprenez vos fiches. Et ce midi, j'ai oublié de vous dire que Mickaël nous a fait un cours sur la question complémentaire. Ben oui, vous croyiez que c'en était fini? Faux.

Vous avez réussi l'examen des fiches. C'est parfait. mais il y a une question supplémentaire. Obligatoire.

Et passible de vous apporter le C interdit.

Ce sont les panneaux de circulation spécifiques à la moto. Il y a quarante panneaux, certains à commenter. Il faut les connaître par coeur. Et ça aussi, nous allons en "bouffer" tous les jours, le matin avant de partir, et l'après-midi aussi avant de partir. Chacun son tour, on doit commenter le panneau. C'est une excellente méthode, collective, et à laquelle nous répondons tous obligatoirement, à tour de rôle, et rarement au même panneau. C'est génial.

Le plateau.

6- La question complémentaire.

C'est donc la question sur le panneau. Si vous répondez mal, vous avez un C.

Et si vous avez un C, vous pouvez repasser. Tout est à refaire!

La conclusion s'impose: il n'est pas question de faire l'impasse sur ce point. Je les connais tous par coeur.

Ce serait bien trop bête, hein? Non mais!

 

Voilà. Tout le monde s'en va. Je rentre dans le camping-car. J'entends les voitures partir les unes après les autres.
J'entends la grille qui se referme.

Je suis bientôt seul sur le parking. C'est bien triste!

Mais il n'est pas question de rester là. Vous voyez, la grille bleue, là-bas, c'est celle qui est fermée, et qui conduit au centre.
Et au premier plan, la route, c'est celle qui conduit à la piste d'entrainement, vous savez, celle que je vous ai photographiée plus haut, entre le mur et la longue grille.

D'abord, il me faut une bouteille de gaz, car je suis tombé en panne ce matin. De plus, je veux bien passer mon week-end à apprendre mes fiches, mais que ce soit dans un cadre agréable. J'ai envie d'aller au pied du Pont du Gard. J'adore ce lieu, emprunt d'histoire, et que je trouve grandiose. J'y suis déjà venu plusieurs fois, et je suis heureux d'y revenir. Allez, aussitôt dit, aussitôt fait. Direction Remoulins. J'arrive à temps pour la bouteille, ils étaient en train de fermer. Ouf! maintenant, je me dirige vers le Pont du Gard, mais c'est une grosse, une très grosse déception. La route ne passe plus près du pont comme autrefois. Tout a été aménagé. Le pont n'est plus accessible qu'à pied. Et les parkings sont payants. 5 euros la journée, et je ne sais même pas si le camping-car peut y rester la nuit. Je n'en ai pas l'impression, et je décide d'aller chercher fortune ailleurs. Et c'est bien difficile, en Provence, de trouver un coin sympa en camping-car. Il n'y a pas d'arbres, ici, ou si peu! Mais la chance est avec moi. Je prends une petite route qui me conduit à Argilliers.

Et dans ce minuscule village, il y a une très belle place, juste à côté d'un jardin, dans un très joli cadre. C'est le pied. Je sais déjà que je vais rester ici tout le week-end, je m'y trouve bien instantanément.

L'église d'Argilliers.

Le lavoir d'Argilliers, en face de la place du village.

Page précédente: Vers le circuit de Ledenon
Page suivante: Argilliers


Depuis le 06/06/2005 Visites:939944 Aujourd'hui :25 Maintenant:5 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)