mertola

Du 24 au 26 février 2019 : Alte, Salir, Mertola, Moura, Luz.

24 février, 24 km avec Rouletabille. Journée d'été, sans doute 23 ou 24 °C, grandiose. Lumière crue et dure, difficile pour la photo ! Sortie VTT de 30,5 km sur la Via Algarviana. 25 février : 121 km, météo estivale. On commence vraiment la remontée vers le nord. 26 février, 125 km, même météo.

Nous étions seuls sur le parking cette nuit. Ce matin, comme nous l'avions décidé hier soir, nous nous lançons dans l'étape Alte-Salir de la Via Algarviana, qui fait 16 km. Regardez à quel point Claudine est ravie.

Ce fut dur, car nous économisons au maximum nos batteries, pour nous obliger à "bosser", et aussi parce que nous n'avons pas vraiment de solutions pour les recharges pour l'instant. Cette région est montagneuse. Oh bien sûr, ce ne sont que de petites montagnes, du genre 400 à 500 mètres d'altitude, mais elles sont assez pointues, et les portugais ne font pas vraiment dans la dentelle lorsqu'il s'agit d'avancer : droit sur le sommet, une énorme côte, suivie d'une énorme descente. Bref, tout ça pour dire que nous avons bien transpiré, et que nous n'avons pas gardé les gilets longtemps (moins d'un kilomètre....). Voyez un petit panel des différents sentiers rencontrés.

Arrivée dans le village de Benafim par un sentier magnifique.

Attention, Claudine, tu es sur la photo... Trop tard.

Cette descente était énorme, et nous l'avons faite debout sur les pédales, les deux mains sur les freins.

Quel arbre incroyable ! Claudine a fait une recherche sur Internet et pense qu'il s'agit d'un caroubier algarve.

Voyez les montagnettes dont je vous parlais, eh bien ma foi, il faut se les faire, croyez-moi sur parole.

Et voilà, arrivée à Salir. Ici, vue depuis les restes du vieux château. Devinez quoi ? Nous y avons retrouvé Colette, de St Gilles, rencontrée hier soir à Alte. Elle fait une balade sur son vélo de course, donc sur les routes goudronnées. Nous avons papoté un moment avant de nous séparer. Claudine et moi avons pique-niqué dans le village sur un espace ombragé. Et si Claudine était prête à refaire les 16 bornes de la piste, je préférais rentrer par la route : 2 km de moins et, surtout, moins difficile. Claudine s'est (très facilement) laissée convaincre par mon idée...

Retour en 3/4 d'heure, franchement beaucoup plus facile que l'aller, mais moins joli en terme de décor, naturellement. Vous savez bien, il y a, toujours, dans la prise d'une décision, des avantages et des inconvénients... Comme nous n'avons pas de réseau sur ce bivouac, nous allons en chercher un autre. Ce sera dans un hameau situé à peine 20 km plus à l'ouest : Querença, ce qui me permet de vous mettre en ligne les deux jours précédents. Nous y sommes bien, et au calme, c'est génial, comme d'hab'. Ciao ciao.




Lundi 25 février 2019



Grand beau temps comme vous le voyez. Cette fois, nous prenons la route pour de bon, direction la maison. On va rester un peu côté portugais pour l'instant. Vous voyez là une des nombreuses "casa de cantoneiros" souvent transformées en gîtes, qui ont été construites dans les années 1935-1945 dans le but de goudronner les routes au Portugal.

Nous traversons la Serra do Malhao, dans laquelle avaient lieu des courses de vélo hier, et qui culmine à 589 m. Nous choisissons les petites routes et serpentons tranquillement. C'est tout simplement magnifique, voyez plutôt.

Depuis le temps que Claudine voulait photographier un tas d'écorces de chênes-lièges. C'est difficile, car ils sont souvent inccessibles, protégés du vol par des grillages, mais celui-ci, sans doute à cause de sa petite taille, était au bord de la route, alors...

Nous roulons vers l'est et l'Espagne après Almodovar, et un nouveau paysage se déroule sous nos yeux : petites collines, chênes-verts, eucalyptus encadrant la chaussée, cigognes, barrages et nombreux bassins hydrographiques. Très agréable, excepté le revêtement de la chaussée plutôt moyen.

La découverte de la petite ville de Mertola est grandiose. C'est ici que nous bivouaquons, au bord de la rivière, et nous partons aussitôt visiter cette belle cité au passé historique impressionnant, puisqu'elle a plus de deux mille ans d'âge. Romains, Wisigoths, arabes (capitale d'un royaume musulman), etc...

Rouletabille est celui qui n'est pas dans le même sens que les autres... Il y avait là un suédois, un italien, deux allemands, un belge, un anglais et... des français !

Statue représentant Ahmad Ibn Qasi, le fondateur musulman, en 1140.

Près du château, nous pouvons voir les fouilles archéologiques en cours depuis plusieurs années. La mairie conserve sur place les objets découverts, et nous avons eu la chance d'arriver avant la fermeture de ce superbe petit musée, entièrement gratuit.

Mertola s'appelait Myrtilis, regardez sur la carte.

Retour au bercail. Les plus hauts bâtiments de la ville sont visibles au-dessus de nos têtes et des murailles, ainsi que les cigognes (on en voit une sur cette photo). Tout est illuminé à la tombée de la nuit, c'est magnifique. Nous avons passé ici une nuit superbe. Il faut dire que les camping-caristes venant ici sont du genre "calme", et c'est tant mieux.




Mardi 26 février 2019. Brume ce matin au-dessus de la rivière, mais le soleil s'enb charge très rapidement. C'est l'été avant l'heure, les températures dépassent les 20 degrés. Nous avons appris que c'était la même chose en France... Il n'y a plus de saison !


Franchissement du fleuve Guadiana qui arrose Mertola, et qui sert aussi de frontière entre le Portugal et l'Espagne. Nous en garderons un très bon souvenir. On aperçoit les camping-cars, pour vous situer l'emplacement où nous avons dormi cette nuit. Nous traversons d'abord le Parque Natural do Vale do Guadiana, avant découvrir l'agriculture intensive portugaise. Depuis notre entrée dans le pays, c'est la première fois que nous découvrons les grandes oliveraies, spectacle si courant chez leurs voisins espagnols.

Photo faite presque en roulant, car je ne pouvais pas stationner Rouletabille. Mais les immenses cercles concentriques créés par le système d'arrosage était très curieux et, surtout, très photogénique, sur les sommets arrondis des petites collines !

Nous voici maintenant en Italie, plus précisément en Toscane. Non, je rigoooole....

Nous faisons halte dans la petite ville de Moura, et allons nous promener dans le centre et autour du château. Superbe balade. Nous nous sommes ensuite régalés avec du lapin, plat cuisiné dégusté à la cafétéria de l'Intermarché.

Les toits de Moura depuis l'esplanade du château.

Nous reprenons la route avec l'intention d'aller bivouaquer quelque part autour de l'immense Albufeira (bassin hydrographique) d'Alqueva. En attendant, voici le type de paysage que nous traversons, magnifique !

Petite chapelle et cimetière de Luz, hameau perdu près des immenses étendues d'eau du barrage. Nous trouvons là un spot extraordinaire, et sortons pour la première fois table et chaises pour prendre notre café à l'extérieur. Nous avons assisté à un fabuleux coucher de soleil.

Bonne nuit à tous et à toutes, c'est l'heure de fermer les écoutilles !

Page précédente: alte
Page suivante: caceres


Depuis le 06/06/2005 Visites:1245384 Aujourd'hui :209 Maintenant:10 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)