Nazaré

6 et 7 janvier 2019 : Nazaré

Carte des deux jours de route. 89 km le premier jour, et 109 km le deuxième jour. Les petites balises rectangulaires numérotées représentent les lieux des bivouacs nocturnes. Toujours tempête de ciel bleu ces deux jours, 15°C à 18°C le jour, -2°C la première nuit, et -1°C la deuxième. Départ de Aveiro, plages et forêts (brûlées), petites balades. Le deuxième jour, Serra de Bom Viagem, petite balade, puis plages, forêts, balade à Nazaré.

Il a de nouveau gelé cette nuit... Et nous avons retrouvé les 14 à 16 °C dans la journée. Le fond de l'air reste donc plutôt frais, mais au soleil dans la journée, la sensation de vivre le printemps est extraordinaire, et nous allons jusqu'à nous mettre en t-shirt au moment du repas de midi ! Mais je voulais avant tout refaire le plein de GPL, car nous avons entamé la deuxième bouteille, et plutôt que de faire des kilomètres pour les recharger, autant le faire lorsque nous passons à côté d'une station, ce qui est le cas ce matin à Gafanha da Nazaré, juste à côté d'Aveiro. C'est le premier plein au Portugal, et je prépare donc l'embout adéquate. Mais là, c'est la grosse déception : ça ne correspond pas avec celui de la station... Galère ! Heureusement, nous avons essayé une deuxième station dans la soirée, et le boss avait beaucoup d'embouts différents, dont un correspondant au nôtre : génial, nous voilà tranquilles pour une dizaine de jours, voire davantage, selon le froid nocturne !

Nous rejoignons la mer à Barra avec l'intention de longer le canal de Mira plein sud, pour de nouveau rouler entre un canal et l'océan. Mais nous avons d'abord envie de nous dégourdir les jambes.

...

Les portugais protègent leurs dunes et ont fabriqué pour ce faire d'immenses chemins surélevés au-dessus du sable, en bois. Non seulement ça protège la dune, mais c'est beaucoup plus agréable que de marcher dans le sable !

Force est de constater que dame Nature se moque bien souvent des constructions humaines...

C'est dimanche, et l'atmosphère est très agréable. Les gens font du sport, de la planche à voile, d'aucuns lisent, nous adorons cette ambiance.

Nous reprenons la route pour peu de temps, et faisons la pause peu après dans la petite ville appelée Costa Nova, et dont nous avait parlé la jeune femme rencontrée hier au marché couvert à Aveiro. En effet, comme elle nous le disait, l'avenue est bordée de très belles maisons de bois toutes colorées. Nous allons nous promener de nouveau.

De l'autre côté se trouve le canal de Barra.

Nous achetons du pain, puis un poulet rôti (le patron nous a parlé en français : il a bossé 15 ans à Paris...). Puis nous entrons dans la halle réservée aux poissons : c'est superbe. Nous achetons un kilo de belles palourdes pour 9 euros.

De retour au camion, et c'est déjà l'heure du repas. Du coup, nous restons manger là notre poulet. Il fait tellement bon que nous avons ouvert le lanterneau, quel bonheur !

Après manger, nous reprenons la route en direction de Figueira da Foz, avec comme but la Serra da Boa Viagem, autrement dit la montagne Bon Voyage ! Nous passons donc Mira puis, peu désireux de poursuivre sur la grande voie, nous retournons vers la mer pour suivre une petite route parallèle à l'océan. Au début, tout se passa bien, c'était fort sympathique, et la circulation était très faible, comme nous l'aimons.

Malheureusement, les choses se sont rapidement gâtées. D'abord, nous nous sommes retrouvés dans une forêt ayant subi les graves incendies de 2017. Très triste !

Mais, plus grave encore, la route s'est très vite détériorée. Des pancartes nous ont avertis, mais elles indiquaient 5 km, puis 2,5 km de "mauvais état". Informations bien mensongères ! Nous avons parcouru près de trente kilomètres sur des routes au goudron complètement détérioré, avec des trous nous obligeant bien souvent à passer au pas ! Ce fut très pénible, le soir tombait et, sans renseignement complémentaire, nous commencions à nous demander si nous n'allions pas devoir coucher là, dans cette forêt devenant passablement lugubre...

C'est bien entendu dans les cas difficiles qu'on omet de faire des photos...

Nous nous en sortons enfin à Quiaios, et décidons de planter la tente ici sur la plage, où nous arrivons pile poil pour le coucher de soleil. C'est magique !

On aperçoit à gauche la fameuse Serra da Boa Viagem.

Et ce soir, dans nos assiettes, en récomprense de tous nos efforts, nous avons le plaisir de déguster notre kilo de palourdes, absolument délicieuses !





Silence total cette nuit le long de cette plage. Deux autres camping-cars sont venus s'installer là, mais à distance fort respectable, c'était parfait.




Nous commençons la journée par la visite de la petite Serra da Boa Viagem. Il faut savoir que le point culminant est à 288 mètres d'altitude seulement ! J'arrête le camion sur une piste au mauvais goudron qui semble se détériorer fortement. Claudine étant bien malade (très gros rhume), je pars donc randonner seul, pendant qu'elle se met à peindre bien au chaud dans Rouletabille. La vue (ici vers le nord) de l'immense plage est absolument magique. Le village est la partie balnéaire de Quiaios, où nous venons de passer la nuit.

J'ai vraiment bien fait de ne pas aller plus loin avec le camion, la piste est complètement défoncée. J'aperçois au loin le phare du Cabo Mondego. De chaque côté, la montagne est complètement effondrée : ce sont des carrières, tout est entouré d'une haute ceinture de grillages... Je fais assez vite demi-tour, un peu déçu. Retour au camion !

Nous cherchons et finissons par trouver la route principale pour aller dans la montagne, au sommet de laquelle nous allons faire un petit tour à pied dans l'espoir de trouver un joli point de vue, mais que nenni...

Nous reprenons alors la route du sud et traversons ici le rio Mondego à Figueira da Foz.

Des hommes préparent des marais salants.

Pas question de faire la même erreur qu'hier, nous restons sur la route principale N109 chargée de trafic, dont beaucoup de camions ! Du coup, à Carriço, nous décidons de retourner vers l'océan où une route longe la mer : peut-être sera-t-elle meilleure que celle d'hier !? Au centre du village, près de la place de l'église, je vois de belles mosaïques...

La route est superbe, pourvu que ça continue !

Nous arrivons à Pedrogào juste à l'heure du déjeuner, que nous prenons face à l'océan, c'est magique, sous une température d'environ 18°C. Quel bonheur !

Là-bas, la place se poursuit sans fin vers le sud. La lumière est d'une violence inouïe, et faire des photos correctes s'avère bien difficile ! Il nous est pratiquement impossible de regarder l'eau face au soleil. Mais... ne nous plaignons pas !

Nous traversons de nouveau des forêts ayant subi les assauts du feu, ainsi que ceux de l'ouragan Leslie qui s'est transformé en cyclone extratropical peu avant de toucher le Portugal le 13 octobre dernier à Figueira da Foz. De nombreux arbres sont coupés à la base, on en voyait déjà au sommet de la Serra da Boa Viagem !

De belles falaises ont fait leur apparition, au mileiu desquelles se cachent des plages magnifiques, comme celle-ci, malheureusement en contre-jour !

Nous traversons de nouveau une zone dont les forêts ont été brûlées, quelle désolation !

Puis c'est l'arrivée à Nazaré. Notre spot de bivouac se trouve pile-poil au-dessus de la splendide plage de Nazaré. Nous décidons de rester ici au moins deux nuits, et partons faire un petit tour et quelques photos avant de prendre notre café.

Juste avant ce cloître, nous entrons dans un mini-musée, celui de Notre-Dame de Nazaré. Là, Claudine remarque que la vierge donne le sein à son enfant, ce qu'elle n'avait jamais vu auparavant et, entendant un jeune couple parler français, elle se tourne vers eux pour leur faire remarquer, en français naturellement. Puis nous poursuivons notre balade. Mais peu après, ils nous interpèlent et nous demandent si nous ne nous serions pas déjà rencontrés.

Alors là, c'est juste incroyable ! Nous avons effectivement rencontré Quillian et Amélie vers la fin novembre sur la piste cyclable longeant la mer à Saint-Gilles-Croix-de-Vie, chez nous ! Nous avions alors discuté un bon moment ensemble. Partis de la région de Colmar, ils étaient en train de descendre la côte atlantique en vélo, couchant dans les campings, et venaient de passer deux jours de pluie à Saint-Gilles. Ils m'avaient promis de m'envoyer le nom de leur blog de voyage par téléphone, ce qu'ils ont fait, sauf que, ne reconnaissant pas le numéro, je l'avais directement effacé sans lire le message, et j'étais désolé de cette gaffe lorsque je m'en suis aperçu, trop tard. Et là, nous les retrouvons, ici à Nazaré !!! Ils ont terminé leur périble cycliste en Gironde, et ont continué en voiture...

Du coup, nous les invitons à prendre un ricard dans notre joli studio, et nous passons un long moment à discuter voyages et à philosopher. La nuit était tombée depuis un moment lorsqu'ils nous ont quitté. Bonne fin de voyage à vous, les amis, et à bientôt j'espère. Bravo en tout cas pour votre façon de voir les choses, nous sommes certains que vous serez heureux ! Pour ceux que ça intéresse, voici leur blog.

Soleil couchant...

Et Rouletabille au bivouac !

Encore une journée de rêve, et des rencontres humaines comme on les aime !

Page précédente: Aveiro
Page suivante: Nazare-a


Depuis le 06/06/2005 Visites:1122003 Aujourd'hui :11 Maintenant:11 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)