Nazare-a

8 et 9 janvier 2019 : Nazaré

Pas de carte d'itinéraire, car Rouletabille n'a pas bougé d'un centimètre. Nous avons marché le premier jour vers la plage et le port de Nazaré, une balade d'environ 8 à 9 km. Et aujourd'hui, nous nous sommes baladés sur la Praia da Norte, environ 7 kms. Il a fait extrêmement beau, 15 à 17 °C le jour et, bonne nouvelle, les nuits ont été bien plus douces, 5 à 7 degrés pour les minima.

Départ de notre promenade vers Nazaré, la petite ville qui se trouve en bas près de la plage, et son port dont vous apercevez les deux jetées au loin. Nous avons ensuite contourné tout le port pour atteindre la plage que l'on distingue par derrière au loin en bout de plage. Il faut aussi préciser que, si nous surplombons Nazaré, nous sommes en fait à Sitio, construit sur le roc qui domine Nazaré.

Remarquez la couche de brume recouvrant les zones les plus basses.

On aperçoit au tout premier plan l'escalier descendant sur Nazaré. Il y a bien un funiculaire, mais tant que nous pouvons marcher...

Une fresque splendide orne le dernier point de vue avant de pénétrer dans les rues de Nazaré. Ci-dessus juste un morceau !

Malheureusement rien d'exceptionnel en matière d'immeubles, dommage.

La luminosité est tellement forte sur les pavés du remblai que nous préférons marcher dans le sable ! Claudine admire la falaise que nous venons de descendre, et Sitié qui se trouve en haut, ainsi que Rouletabille.

Et en bout de falaise, le fort de Sào Miguel Arcanjo, que nous irons voir demain.

Curieux coquillage ramassé par Claudine. Comme à chaque fois, je lui dit : "n'y pense même pas !", car si elle s'écoutait, elle remplirait le camion d'objets trouvés sur les plages... Là, en l'occurence, je pense qu'il ne s'agit que d'une banale pince de crabe !

Les baïnes formées par les vagues sont énormes, et dangereuses au point qu'une voiture est stationnée sur le sable en milieu de plage pour empêcher les promeneurs de s'approcher trop près de l'eau !

Coup d'oeil sur la plage de Nazaré et Sitié depuis la première jetée.

Quelques coques en carénage sur le port.

Sur un long mur longeant la criée, on peut voir les peintures laissées par les navigateurs passés ici à Nazaré. Malheureusement, beaucoup sont effacées, et la mode semble un peu passée, dommage !

Nous rejoignons ensuite la plage en passant près de ces grands aloès, plantes que j'adore.

Coup d'oeil arrière sur la côte sud de Nazaré.

Il est près de 13 heures et nous avons faim, ce qui nous fait entrer dans un petit bistrot en bout de criée. Oui, nous pouvons manger du poisson, avec brocoli, pommes de terre et un grand verre de vin rouge ou blanc à notre convenance. Deux belles plies chacun, le tout pour neuf euros par personne, une demi-heure d'attente : vendu ! C'était délicieux, et nous étions avec les ouvriers du port, loin d'un restaurant à touristes, ce que nous préférons !

Nous avons vu Jésus-Christ à quai...

Retour en marchant sur le remblai de Nazaré. Soudain, nous avons la grande surprise de voir du poisson mis à sécher au soleil sur de grandes lattes de bois, enserré entre deux grillages. Hareng, morue, sardine...?

Cette petite dame nous en propose, je lui prends un poisson et je lui demande l'autorisation de la photographier. J'adore le poisson séché.

Sitié au sommet de la falaise, notre destination...

Une vieille portugaise dans sa tenue typique, avec les hautes chaussettes de laine. Dommage, mon zoom est vraiment trop minable !

Oups, enfin en haut... Nazaré s'étale maintenant sous nos pieds.





Mercredi 9 janvier 2019, une nouvelle journée de soleil commence, et nous partons randonner vers la plage du nord.



Cette statue bizarre pour honorer ce haut lieu de surf et la vague mythique de Nazaré.

Nous nous dirigeons d'abord vers le fort Arcanjo, situé en bas de la barre rocheuse sur laquelle nous avons notre appartement. Admirez ces eaux transparentes d'un magnifique vert émeraude digne des plages de Guadeloupe...

Au loin, l'entrée du port de Nazaré où nous sommes allés hier. Nous discutons un peu avec un allemand occupé à manoeuvrer un drone au-dessus de l'îlot situé au bout de l'éperon rocheux. Peut-être en achèterai-je un plus tard, mais je dois vous avouer que ce qui me fait peur, c'est d'avoir ça de plus à traiter en fin de journée...

Et voici la très longue Praia da Norte, où nous allons maintenant. Nous discutons un moment avec deux nantaises venues en avion passer 4 jours autour de Porto. Elles ont loué une voiture et arpentent les environs. L'avion leur a coûté 80 euros aller-retour pour deux personnes...

Le fort vu d'en bas. Je vous laisse déambuler en notre compagnie sans explication supplémentaire, les photos parlant d'elles-mêmes...

Nous avions envie de manger sur la plage, et c'est l'heure...

Pour changer un peu, nous rentrons par la forêt de sapins qui recouvre la dune.

Tiens, voilà : Sitio en haut, Nazaré en bas, le funiculaire reliant les deux cités...

Et voilà, ce sera la dernière image de la journée. Il n'est même pas 14h30, et nous rentrons à la maison où il fait particulièrement bon. Douche, café, repos, PC, dessin, que du bonheur. A côté de nous, des belges qui viendront frapper à la porte en fin de journée pour être certains que nous sommes bien vivants... "Une fois, le monsieur était mort dans son camping-car à côté de nous, alors je préfère être sûr que tout va bien", me dit-il ! De l'autre côté, des français du Languedoc... Les derniers touristes sont venus photographier le magnifique coucher de soleil bien rouge que nous observons depuis notre salon, puis doucement la nuit tombe, le calme envahit la nuit, c'est merveilleux. Je vous le disais bien, la vie est belle.

Merci à ceux qui nous laissent un mot sur le livre d'or. Et, oui, les copains, j'ai fini par céder et me suis -enfin...!- acheté un smartphone, après plus de dix années passées à voyager sans téléphone. Pas de regret, c'est vraiment formidable !

Page précédente: Nazaré
Page suivante: Sao Martinho


Depuis le 06/06/2005 Visites:1148277 Aujourd'hui :232 Maintenant:13 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)