De Spa (Belgique) à Padenstedt (Allemagne)

Mardi 2 mai 2006 - 5ème jour de voyage

Spa (Belgique) - Padenstedt (Allemagne)

623 km - 8 photos - toutes sélectionnées pour le site

Sur la carte ci-dessous, il y a des liens vous permettant d'accéder directement aux photos et au récit attaché à cette région. Dirigez votre souris vers les coins qui vous intéressent, et si la flèche se change en une main, c'est qu'il y a un lien direct. Attendez un petit moment avant de cliquer si vous arrivez juste sur cette page, le temps que les photos se chargent. En attendant un peu, vous pouvez commencer à lire le début, ce qui vous permettra de patienter. Lorsque vous voudrez revenir à la carte, utilisez la flèche "précédent" de votre navigateur. Bonne lecture.

 

Il est 9 heures. Je viens de plier la tente. Encore quelques bricoles à rentrer dans le sac bleu, celui correspondant aux affaires de la tente, puis à fixer les sacs sur JJ, et c'est le départ. Je mets mon équipement de pluie, car le ciel, bien que meilleur, est encore un peu menaçant. N'ayant pas trop d'essence, il faut que j'aille en ville, à Spa, faire le plein.

Je discute un bon moment avec un motard à la station d'essence, et je lui donne l'adresse de mon site, car il veut suivre mon périple. C'est un gars qui fait tous les ans de grandes virées en Europe, avec sa grosse béhème...

Je prends l'autoroute, et j'ai décidé d'y rester toute la journée. Il faut que j'avance, car mon bateau part demain après-midi à la pointe nord du Danemark, et je ne veux pas avoir à me lever à 4 heures du matin pour y parvenir... La Belgique est vite passée, et je me retrouve bientôt en Allemagne, pays que je connais particulièrement bien. Les autoroutes sont complètement gratuites. Bien sûr, elles sont moins belles qu'en France, mais peu m'importe...

11h30 déjà, je fais une petite pause. Je décide de garder mon équipement de pluie, bien que le temps se soit énormément arrangé, tout simplement parce que le sur-pantalon me protège énormément du vent.

Gros plan de JJ, sur le parking d'autoroute, près de Düsseldorf. Je viens -il vient- de parcourir environ 125 km.

JJ me demande de venir aussi sur la photo... OK, je viens, mon p'tit camarade.
Il s'agit de maintenir une bonne ambiance à bord, alors je fais quelques concessions.

Ensuite, ma foi, c'est la traversée de la Ruhr, et c'est toujours pour moi la galère, dans cet incroyable enchevêtrement d'autoroutes, de bretelles de changement, de contournements de villes toutes plus immenses les unes que les autres! Je n'aime pas du tout cette partie de l'Allemagne, que je voudrais toujours éviter, mais c'est bien difficile! C'est un coin que je déteste un peu comme la région parisienne: contournement le plus large possible! Dans cent ans, le contournement fera sûrement dans les 400 à 500 km, au train où vont les choses... Quelle horreur!

 

Vers 14h30, je passe au large d'Osnabrück. J'arrête sur une aire d'autoroute à la recherche d'une cabine téléphonique pour appeler une très fidèle amie qui habite dans cette ville jumelée avec Angers. Elle est là, et m'explique comment faire pour aller chez elle, car elle m'invite à manger. Malheureusement, je loupe la sortie d'autoroute, et comme je suis assez pressé, je décide de ne pas faire demi-tour... Je suis très déçu, et elle aussi. Je l'appelle en effet d'une autre cabine une heure plus tard pour lui expliquer mon erreur... Excuse-moi, Christa, j'aurais tant aimé discuter un peu... La prochaine fois.

Je profite de cette pause pour manger quelques saloperies, et me désaltérer. Et appeler la famille de la cabine. C'est quand même pratique, car mes pièces françaises sont acceptées dans les cabines allemandes, Euro oblige... Mais au lieu de me piquer quelques francs -ou quelques "Pfennige"- il me pique des euros, ce qui fait beaucoup plus de mal!

Et je reprends la poursuite du long ruban d'asphalte... Les villes défilent, les nuages s'effilochent, le soleil arrive, c'est génial. Je suis pleinement heureux.

C'est ainsi que je passe Brème -ou Bremen- vers 16h30, puis Hambourg vers 18 heures.

 

Je file maintenant plein nord, vers le Danemark. J'aimerais quand même trouver un camping en Allemagne. C'est en arrivant à Neumünster, une soixantaine de km au nord de Hambourg, que je vois des pancartes indiquant un camping. Je quitte alors l'autoroute et suis les pancartes du camping, et après pas mal de changements de direction, je me retrouve dans la jolie campagne allemande, près d'un superbe village -tellement propre, je reconnais bien là les allemands- du nom de Padenstedt.

Il y a un grand centre de vacances pour cavaliers près du camping.

C'est un camping 4 étoiles, c'est ouvert, il y a de la place -évidemment.

 

Voilà, j'y suis, et c'est ici que je vais monter la tente. Il est 19h20.

Il y a un petit lac, près duquel je pourrais m'installer, mais la peur des moustiques me fait préférer cet emplacement-là.

Vous avez remarqué l'état du ciel? Absolument bleu! C'est fantastique, je suis comblé!

JJ, pas fatigué, mais son conducteur l'est un peu, et a hâte de s'allonger sur ses matelas...

20h45, le soleil s'est couché, je viens de manger une bonne soupe, et je vais me coucher.

Il me reste à préparer l'itinéraire pour demain, décider de l'heure de réveil, regarder mes photos -alors là, ça va être vite fait, car je détiens là un de mes records en terme de nombre de photos.... Une misère!

Petit bémol pour ce camping. Si j'ai parcouru 5 km entre la bretelle de sortie d'autoroute et le terrain de camping, il se trouve qu'il n'est qu'à 300 mètres du ruban d'asphalte, et je suis très très surpris du bruit généré par le passage des véhicules à grande vitesse, c'est vraiment impressionnant. Comme je dors comme un bébé, ça ne m'a pas trop dérangé, mais je plains ceux qui ont le sommeil léger, ou qui sont insomniaques... Dommage!


Depuis le 06/06/2005 Visites:905139 Aujourd'hui :85 Maintenant:9 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)