Tana Bru - Ivalo - 34ème jour

Mercredi 31 mai 2006
Wednesday, the 31th of May, 2006
Tana Bru - Ivalo

34ème jour de voyage - 205 km - 374 photos - 168 photos sélectionnées
Plus 95 km en camion, soit 300 km au total.

34th journey's day - 205 km - 374 photos - 168 photos selected
Plus 95 km with tow truck, then 300 km overall.

Pour accéder directement à une rubrique, promenez-vous avec la souris sur les lieux près d'un cercle rouge-jaune. Si une main s'affiche, cliquez, et hop!

To reach directly a section, walk around with the mouse onto the places near red-yellow circles. If your pointer changes to a hand, then click, and hup!

Il était hier soir, ou plutôt ce matin, 2 heures du matin lorsque j'en ai eu terminé avec ma journée. Oui, je ne fais pas la semaine de 35 heures, c'est clair... Et tout ça non payé, en plus! Mais ce n'est pas le sujet de mon récit. Avant de fermer mes petits yeux, je me suis dit qu'il fallait que je vous fasse une photo à une heure aussi tardive, ou matinale, comme vous voudrez...

It was yesterday evening, or not yesterday but rather this morning, 2 o'clock (am) when I was ready to go to bed! Yes, you can notice that my weeks are far more than 35 hours working long, and moreover, I become no money for that! But that's not the purpose of my report. Before to close my small eyes, I thought that it could be interesting to make some photos for you at a so late time, or early time, as you want.

 

Voici donc le résultat. Quelques explications. J'étais fatigué, bien au chaud dans mon duvet, et je n'avais donc absolument aucune envie de sortir pour faire de jolis cadrages. Alors, j'ai ouvert la tente, mis l'appareil dehors et appuyé plusieurs fois sur la détente. Ah oui, la première, je l'ai prise à l'intérieur. Sans flash!

Here's the result. Some explanations. I was tired, I feeled well in the warm of my sleeping bag, and I didn't feel like going outside to make some good framings. Then, I half opened the tent, put the camera outside and shot several times. Ah yes, the first one, I shot it inside... . Whithout any flash light!

Je voulais la date et l'heure, et vous donner une idée de la luminosité ambiante. Evidemment, toutes sans l'aide d'un flash. Elles ont également toutes été déclenchées avec ISO à 100.... Ah, oui, il était exactement 2h15'....

Ici, on voit la tête de JJ, de profil...

I wanted to have date and time, and that you see how is the ambient light. Of course, no photo with flash light. And all photos were shot with ISO set at 100. And, yes, it was exactly 2:15 am...

Here, you see the Jolly Jumper's head, sideways on.

Et ici, un auvent de caravane, et le terrain de camping. Et souvenez-vous, il est deux heures du matin!

And here, an caravan's canopy, and the camp site. And remember, it's 2 o'clock in the morning!

Bon, ce matin donc, je me réveille finalement à 8h30, et j'ai du mal à me lever, et... il pleut! La guigne. Bon, je vais à l'hôtel pour la toilette, et aussi pour envoyer le récit et les photos à mon frangin, le pauvre! La pluie s'arrête entre temps; ce n'est pas génial, mais au moins, ça ne mouille plus. Et je démarre à 10h50... Donc, je quitte Tana Bru, et comme c'est le pont de Tana, (ouvert en 1948, le précédent ayant été détruit par les Allemands en 1944 lors de leur retraite), je vous en fais une photo. Je pouvais le soir du camping, qui est juste du côté gauche de cette photo.

Finally, I wake up at 8:30 am, and it's difficult to get up, and... it's raining! Bad luck. So, I go to hotel to have a wash, and also to send reports and photos to my brother, poor guy! It's no more raining now, not very good, but it's at least dry. And it's 10:50 when I start... So I leave Tana Bru, and because it's the bridge (opened in 1948, the previous was destroyed in 1944 by Germans when they retreat), I make a photo. I could see it from the camp site, which was here on the left side of this photo.

Je prends à droite, et je retrouve la fameuse E6.

I turn on the right, and I recover the E6.

Tentes Saami, appelées "Lavvo" ou "Lavvu".

Saami tents, called Lavvo or Lavvu.

Vue arrière sur le pont de Tana. En langue Samie la rivière s’appelle Deatnu, en finnois Teno («Grande rivère»). Avec tous ses affluents, le réseau hydrographique de la Tana compte 800 km de cours d’eau avec du saumon, et 256 km de la rivière constituent la frontière entre la Norvège et la Finlande.

Look back to the Tana bridge. In Saami language, the river is called Deatnu, and Teno (Big River) in Finnish. With all its affluents, the Tana's water system is 800 km long with salmon fish, and 256 km of the Tana are used as border between Norway and Finland.

Zoom sur le pont. Il fait 8 degrés, brr..., mais en fait, vous me direz tous qu'il ne fait pas plus chaud chez nous... Et c'est le dernier jour de mai...

Close-up upon the bridge. It's 8 degrees Celsius, brr... but in fact, I red yesterday that it's also cold at home... And it's today the last day of May...

Bienvenue dans le Finnmark. En fait, j'y suis depuis un moment déjà, dans le Finnmark. Ce panneau est destiné à ceux qui y arrivent.

Welcome in Finnland. In fact, I'm driving in Finnmark since a moment. This display panel is for the new comer.

JJ, toujours très en forme!

JJ, always very healthy.

Je retrouve donc la E6 à Skippagurra, et après avoir traversé un petit plateau, j'arrive en bord de mer, ou plutôt en bord de fjord, le Varangerfjorden (50 km de long et 10 de large), qui débouche en Mer de Barents, et je suis catapulté à nouveau en... Bretagne! Oui! C'est très ressemblant aux paysages du Porsanger.

It's in Skippagurra that I recover the E6, and after the crossing of a small plateau, I arrive on seafront, or rather on fjord front, the Varangerfjorden (50 km long and 10 wide), which emerge in the Barents Sea. And I'm again projected in... Brittany! Yes! And it's look like the Porsanger's landscapes.

Karlebotn au fond du Stuorravuonna

Karlebotn at the bottom of the Stuorravuonna

Varangerfjorden. Nesseby est visible sur l'autre rive.

Varangerfjorden. We can see Nesseby on the other side.

Varangerfjorden

Varangerfjorden

Une vraie mer intérieure. Difficile de croire qu'il y a plus de dix kilomètres jusqu'à l'autre rive du fjord, mais c'est bien vrai.

It's like an inland sea. Difficult to imagine that there are more than 10 km until the other fjord's shore, but it's true!

Il reste encore un peu de neige le 31 mai, presque en bord de mer, ce qui donne quand même une idée du climat général!

Some snow remains still here on the 31st of May, almost on seafront, what can give a good idea of the climate which reigns here!

Grasbakken - Nyelv

Grasbakken - Nyelv

Vue générale sur le Varangerfjorden, vers l'Est. En effet, ce fjord est un peu une anomalie ici dans le Nord, puisque tous les autres sont orientés plus ou moins Nord-Sud, et celui-ci est dans le sens Est-Ouest!

Overview upon the Varangerfjorden, towards East. Indeed, this fjord looks like an anomaly here in North, because all the other fjords are in a more or less North-South orientation, and this one is in an East-West orientation!

La route prend un peu de hauteur, permettant de mieux appréhender le site.

The road gains some height, allowing catching much better better the place.

Lorsque le paysage est à gauche, je traverse systématiquement la chaussée avec JJ, de façon à pouvoir photographier sans même descendre de selle. Le peu de circulation me permet de le faire sans déranger les autres usagers.

When the landscape is on the left, I cross consistently the road with JJ, so I can photography whithout even dismount. There so few traffic than I can do it whithout anybody disturb.

La E6 contourne cette jolie baie, la Juvravuonna.

The E6 turns around this nice bay, the Juvravuonna.

Je viens de faire le tour de la Juvravuonna et de traverser le petit village de Gandvik dont on aperçoit les quelques maisons ici. Le mont en arrière est le Suologaissat à 407 mètres.

I've just gone around the Juvravuonna and crossed the small village Gandvik whose you can see the some houses here. The mount in the back is the Suologaissat which is 407 meters high.

Le hameau Aldda-Ahkku, au début de la Juvravuonna.

Aldda-Ahkku's hamlet, at the beginning of the Juvravuonna.

Aldda-Ahkku au zoom. Je viens de passer devant.

Close-up upon Aldda-Ahkku. I just drived in front of it.

La baie suivante, Suttesjohgohppi ou Apenvikbukta

The next bay, Suttesjohgohppi or Apenvikbukta

3 bateaux, un tracteur, une caravane, quelques voitures rouillées, une vieille pelle mécanique, une ou deux bicoques en piteux état...

Three boats, a tractor, a caravan, some rusty cars, an old digger, one or two shacks in a pitiful state...

La E6 continue à s'élever en s'éloignant du Varangerfjorden. Et comme toujours en Norvège, dès que l'altitude augmente, tout change. Le lac Ganddajavri que vous voyez ici n'est pas encore complètement dégelé, et son altitude est de 81 mètres seulement! C'est vraiment incroyable.

The E6 is climbing while moving away from Varangerfjorden. And as usual in Norway, as soon as the height grows, all changes. The Ganddajavri lake that you see here is not entirely defrosted, and its altitude is only 81 meters high! It's really incredible.

Juste après, ce petit lac est à 116 mètres, et il n'est pas encore dégelé!

Just afterwards, this small lake is 116 meters high and is still not unfrozen!

Et il en est de même pour le Fallejavri, à 107 mètres, 4 km de long.

And it's equally true for the Fallejavri, 107 meters high, 4 km long!

La E6 longeant le Fallejavri.

The E6 along the Fallejavri.

Et nous retrouvons aussitôt nos bouleaux pas encore libérés de l'hiver...

And we find right away our birches still not free from winter.

Et la route redescend maintenant au niveau zéro vers Bugoyfjord. C'est un fjord étroit, en forme de "S", qui se jette dans le Varangerfjorden au bout d'une douzaine de kilomètres.

And the road now goes down to level zero towards Bugoyfjord. It's a narrow fjord, in the shape of a "S", which ends in the Varangerfjorden after about 12 km.

Le village installé au fond du fjord porte aussi le nom du fjord, Bugoyfjord.

The village at the bottom of the fjord is also called Bugoyfjord.

Eglise de Bugoyfjord

Bugoyfjord's church

Ce hameau se nomme Grundvik.

This hamlet is called Grundvik.

JJ attendant patiemment, une fois de plus, que je prenne mes photos.

JJ patiently waiting, one more time, that I take some photos.

Bugoyfjord

Bugoyfjord

Bugoyfjord

Bugoyfjord

Bugoyfjord. Zoom sur la suivante.

Bugoyfjord. Close-up on the next.

Vers l'arrière. On voit très bien en face la E6 qui descend vers le Bugoyfjord.

Towards back. We can see the E6 which goes down to the Bugoyfjord.

A marée basse, c'est moins joli.

It's not so nice at low tide.

Maintenant, je quitte définitivement la mer de Barents, et la mer tout court, car je me dirige vers la Finlande, et que je ne poursuis pas plus loin à l'est vers Kirkenes. Je reprends donc une traversée de plateau, comme je dis à chaque fois: quelques virages et je suis en haut, et là, c'est encore une surprise.

I leave now definitely the Barents Sea, and also the sea, because I'm driving towards Finland and I don't want to drive more towards East and Kirkenes. I begin a new plateau crossing and, as usual, some bends later, I'm at the top, and I have another surprise.

Il fait toujours 8 degrés, mais ici, pas de neige, bien au contraire. On sent que le printemps est là, les bouleaux ont reçu leur feuillage, et le paysage doit davantage ressembler à son aspect estival, ce qui est plus agréable à l'oeil.

It's still eight degrees Celsius, but without any snow, on the contrary! It's smelling here springtime, the birches receive their foliage, and landscape looks now almost as in summer, what's much more pleasant.

C'est une immense vallée marécageuse. On ne voit pas l'eau, mais elle est bien présente, cachée sous l'épais tapis de mousses. La rivière se nomme Klokkerelva.

It's a huge boggy valley. We can't see water, but it's really present, hidden under the stick moss's carpet. The river is called Klokkerelva.

Il y a même quelques rayons de soleil, et comme il est 13 heures et que j'ai faim, je décide de casser la croûte ici. Je me lance dans l'autoportrait, pour que vous puissiez voir la touche du pilote... m'étonne que tout le monde me regarde comme si j'étais un martien, avec cette cagoule sur la tronche...

There are even some sunbeams, and because it's one o'clock and I'm hungry, I decide to eat something. I try a self-portrait, because I want that you see the driver's sight... you can now understand why everybody looks at me as if I was a Martian, with that hood upon the nut...

Comme ça, c'est un peu mieux, et ça fait surtout moins peur!

So it's a bit better, and most of all, it frightens less!

Vue générale de la vallée de la Klokkerelva

Overview upon the Klokkerelva's valley.

Beaucoup de traces de chasseurs...

A lot of hunters' spoors...

Au loin, la route que je viens de parcourir.

In the background, the road I drived.

Une immense dalle de granit lisse descend vers la vallée.

A huge slick granite's flagstone is falling towards the valley.

JJ encore en train d'attendre son maître!

JJ again waiting for its master!

Le paysage devient de plus en plus désertique.

The landscape becomes more and more desert.

C'est une zone marécageuse, le Ferdesmyra ou Garrenjeaggi.

That's a boggy area, the Ferdesmyra or Garrenjeaggi.

J'arrive finalement à Neiden, dernière ville avant la frontière finlandaise. Il est 14 h, je ne suis pas pressé, et je décide d'aller voir le fjord qui se trouve à moins de 10 km, en longeant la large rivière Neidenelva (troisème rivière de Norvège pour la pêche au saumon), et de prendre mes dernières photos de fjord norvégien et de bord de mer. Eh bien, c'est simple, 3 km, oui pas plus, c'est tout ce que j'ai tenu! La route est épouvantable, des trous, des bosses, partout sur la route, à gauche, à droite, sans compter les fissures dans lesquelles la roue entière peut y rester... Et l'asphalte qui disparait. Non, merci, pauvre JJ, demi-tour, c'est trop horrible. Je comprends pourquoi ils ont presque tous des énormes 4x4... Avant de faire demi-tour, je prends une photo de la Neidenelva qui se jette dans le Kjofjorden, lequel débouche bien sûr dans la Mer de Barents.


I finally arrive in neiden, last city before the Finnish border. It's two o'clock, i'm not in a hurry, and I decide to look at the fjord which is less than 10 km far way, driving along the wide river Neidenelva (Neiden river) - Norway's third best salmon river- to take the last Norwegian's fjord and seaside photos. But unfortunately, I could not drive more than three kilometers! The road is awful, holes, bumps, everywhere on the road, on the left, on the right, excluding the cracks, so big that the entire wheel can stay inside... And asphalt disappears... No, thank you, it's enough, poor JJ, half-turn, it's too terrible. I understand why they all have 4x4 vehicles... Here just before the half-turn, I take a photo of the Neidenelva which ends in the Kjofjorden, which ends of course in the Barents Sea.

Jusqu'en 1751, cette région appartenait à la Russie jusqu'à Burgoyfjord (nous y sommes passés tout-à-l'heure), puis fut déclarée "district commun" entre la Norvège, et la Russie. En 1826, les habitants de Neiden ont du choisir entre la Russie et la Norvège. Ils choisir la Norvège, et Neiden fut déclaré Norvégien.

Neiden was nomannsland until the year 1826. In 1826 the russians and norwegians drew new borderlines and the people in Neiden could choose between Russia and Norway. The people choosed Norway and Neiden was declared Norwegian territory.

Et au retour de cet enfer routier, je tombe sur cette magnifique église, malheureusement fermée à clef... La chapelle de Neiden, historiquement et architecturalement fascinante. Cosntruite en 1901. Ouverte le 13 juillet 1902. Un de ses objectifs était d'élever le sentiment national dans une région où les résidents étaient principalement des Finlandais et des Saami.

On the back way, I find this wonderful church, which is unfortunately locked up. Historically and architecturally fascinating Neiden chapel was built in 1901. Opened on the 13st of July, 1902. One of it's purposes was to raise nationality in the area where residents were mainly Finnish and Sámi.

Le petit cimetière entourant l'église.

The small cemetery surrounding church.

Je vous laisse admirer.

I let you admire.

Tout d'un coup, je vois la gouttière: elle est superbe, j'aime bien cet art figuratif.

I see suddenly the gutter: it's superb, I like this figurative art.

Les outils sont là, bien rangés.

The tools are here, well placed.

Un autre dragon.

Another dragoon.

Les bancs dans un cimetière. Il fallait y penser, mais quoi de plus naturel que de s'asseoir en pensant aux être chers qui sont partis...

Benches in a cemetery. It's good to consider that it's natural to sit down while thinking about the lost loved ones... I didn't see that in France.

J'ai photographié quelques tombes pour vous montrer.

I phtographed some graves to show you.

Oui, Jolly Jumper, on y va, j'arrive...

Yes, Jolly Jumper, we go on, I come...

La rivière Neiden ou Neidenelva.

The river Neiden, or Neidenelva.

Je traverse la rivière et je prends d'abord vers l'Est, vers Kirkenes.

I cross the river and I go first towards East, towards Kirkenes.

Voilà, je suis à une trentaine de km de la Russie à vol d'oiseau, et à une cinquantaine par la route. J'hésite un peu, mais finalement, je décide de partir maintenant en Finlande. Demi-tour donc.

So, Russia is now just about thirthy km bird's-eye away from here, and about 50 km with the road. I don't hesitate much, and finally, I decide to drive now in Finland. So half-turn again.

Je suis revenu au pont de Neiden, sur la Neidenelva.

I come back to the Neiden's river bridge, upon the Neidenelva.

Et je prends à gauche cette fois, vers Ivalo. J'ai prévu de faire ma pause à Inari. Il est 14h20, et il me reste environ 145 km à parcourir. Au pire, je peux aller jusqu'à Ivalo sans problème, à 195 km. Cela dit, entre ces villes, il n'y a rien, juste des maisons isolées... Comme la nuit ne tombe pas, j'ai tout mon temps pour y parvenir dans la soirée...

And this time, I turn on the left, totwards Ivalo. I plan to stop in Inari. It's 2:20 pm, and I have so about 145 km to drive. At worst, I can drive until Ivalo whithout any problem, 195 km. That said, between these cities, there's nothing, just some remote houses... Because there's no night, I've all the time I want to come there before the night...

C'est toujours avec une certaine émotion que je passe les frontères, surtout lorsque c'est pour la première fois.

I allways cross a border with some feeling, especially when it's the first time.

Et c'est effectivement la première fois que je pénètre en Finlande.

And it's indeed the first time I come into Finland.

Et les premiers êtres vivants que je rencontre en Finlande sont des rennes.

And the first living beings that I meet in Finland are reindeers.

Maintenant, c'est simple: forêt, lac, lac, lac, virage à gauche, ligne droite, forêt, virage à droite, forêt, lac, lac, forêt, lac, .... Vous m'avez compris.

It's now very simple: forest, lake, lake, lake, bend on the left, straight line, forest, bend on the right, forest, lake, lake, forest, lake... You understand...

Ah si, très souvent, vraiment très très souvent, il y a aussi des... rennes, qui se sauvent dès que vous approchez, en touts petits troupeaux de moins de 10 individus, souvent 3-4, voire 5-6

But yes, there are also often, very often.. reindeers, which run away as soon as I come near. They are in little herds, less than ten, more often 3 or 4, or even 5-6.

Des bêtes magnifiques, très musclées, très puissantes. Je les vois démarrer à courrir, avec une allure très particulière et je dirais très fière, bourgeoise, royale, du style "trot" mélangé au "pas", c'est un caméscope qu'il m'aurait fallu.

Wonderful animals, very athletic, very powerful. I see them beginning to run, with a unique look, I would say very proud, bourgeois, majestic, a mix of trot with pace. Too bad that I have no video camera.

Allez, Jolly Jumper, tu peux passer maintenant...

You can now drive again, Jolly Jumper, the way is free...

La Finlande, c'est vraiment un gros changement. D'abord, la route, je veux dire son revêtement: parfait. Pas de nid de poule, pas de bosses, impeccablement nettoyée sur les deux côtés, c'est le jour et la nuit. Et deuxièmement, les arbres. Côté norvégien, ces pauvres arbustes torturés, une impression de nature sale, je ne sais pas comment dire, et ici, bien sûr il y a des bouleaux, mais ils sont superbes, et il y a des sapins, énormément de sapins. Et c'est vrai que j'ai très souvent pensé, en parcourant les grands plateaux norvégiens, pourquoi ils ne plantaient pas des sapins? Bon, de toute façon, le changement est vraiment très visible, et c'est très étonnant.

Arrivée sur le lac Kirakkajarvi.

Finland, it's a big change. First with the road, I mean its perfect surface. No pothole, no bump, perfectly cleaned on the two sides, it's day and night compared to Norway. And secondly with the trees. Norwegian side, poor tortured trees, the feeling of a dirty nature, I don't know how to describe it, and here in Finland, superb birches, and firs, a lot of fir-trees. And that's true that I often wondered, while driving upon the Norwegian plateau, why they didn't plant fir-trees? So, anyway, these changes are clearly visible, and that's amazing!

I arrive to the lake Kirakkajarvi.

Parfois, des quantités énormes de très très gros cailloux gris, vraiment énormes, sur quelques centaines de mètres, comme si un géant avait empierré son chemin avec des graviers correspondant à sa taille.

Sometimes, huge amounts od very very big grey stones, really over-sized, within several hundred meters, as if some giant had covered his path with gravel matching to his body height.

Ici, le lac Janisjarvi.

Here, the lake Janisjarvi.

Vous avez remarqué aussi. Plus de montagnes, tout est plat!

You noticed it you also. No mountain more, all is flat.

Le lac Sevetjarvi, avec une belle plage de sable.

The Sevetjarvi lake, with its nice sandy beach.

Je me suis arrêté sur un petit parking aménagé, juste après le lac Sevetjarvi. Il y a toutes les explications-recommandations-plans-durées pour aller faire des treks de plusieurs jours, y compris en pêche.

I stopped on a little park place, just after the Sevetjarvi lake. You can find here all the explanations-advices-maps-lenghts about trekkings within several days, including fishing treks.

Cette partie plairait bien à mes frangins, grand pêcheurs devant l'éternel, hein les gars?? C'est une expérience que j'aimerais bien tenter un jour...

I'm sure that this part would be very attractive to my brothers, big fishmen... It's an experiment that I would like to try with them someday...

Rautanejarvi. Le suffixe "jarvi" signifie lac.

Rautanejarvi. The suffix "jarvi" means "lake".

L'eau est d'une transparence extraordinaire!

The water is extremely crystalline.

Des dunes de sable. On se croirait dans les Landes, dans le Sud-Ouest de la France.

Sand dunes. It looks like in the "Landes", in South-West of France.

Mihkalijarvi.

Mihkalijarvi.

Les lacs se suivent presque sans discontinuer. Ils portent des noms différents, mais en fait, ils communiquent les uns avec les autres. On aperçoit ici le léger courant.

Et ça continue, lacs, forêts... et je commence à m'assoupir.

Lakes follow one after the other, almost without a break. They have different names, but in fact, they communicate each others. We can see here a small flow.

And again, lakes, forests... and I begin to fall asleep.

Heureusement, de temps à autre, des rennes me réveillent. Ils se sauvent en courant, tellement JJ leur fait peur.

Fortunately, from time to time, some reindeers wake me up. They run away, because JJ provoke fear for them.

Mais je n'ai plus envie de prendre des photos, car elles vont toutes se ressembler. Je roule à 80 km/h, et comme je ne m'arrête plus, évidemment, je fais du chemin... Et ça fait bien 15 minutes que je roule sans aucun arrêt, ce qui est très rare, quand soudain, une énorme déflagration retentit à mes oreilles qui me fait littéralement sursauter.

Je pense immédiatement à un coup de feu, étant donné qu'il doit y avoir pas mal de chasseurs par ici, à tel point que je m'attends à ressentir une douleur, mais je comprends très vite, car je ressens ma roue arrière qui part à droite, puis à gauche,
aïe aïe aïe, le pneu arrière est en train de se dégonfler, c'est une crevaison...

But I don't feel like photographying, because they'll be all similar. I dive at 80 km by hour, and because I don't stop anymore, I go forth... And there is at least 15 minutes than I drive without any break, what's rare for me, when suddenly, a violent explosion rings out, which makes me startle.

I instantly think to a shot, because there is surely a lot of hunters in the area, insomuch that I'm waiting to feel some hurt, but I very quickly realize, because I feel that my back wheel is going alternately to the left and to the right... Ouch, the back tyre has to be burst, it's a puncture, a flat!

Je stoppe pour constater que oui, JJ n'est encore pas complètement à plat, mais il termine sa descente sur le sol!

Et je m'aperçois à quel point mon pneu est abimé. Il est en fait complètement déchiré, et irréparable. Si j'avais regardé l'état de mes pneus... Mais je ne regarde absolument rien, je fais confiance totale à mon matériel...

I stop and have to state that yes. JJ's tyre is not completely flat, but is finishing to empty..

And I can notice to what degree my tyre is damaged. It's in fact entirely torn, and irreparable. If I would have looked at the tyre's state before... But I don't look at anything, I trust into the equipment..

Eh bien, c'est plutôt joli, ici. Il est 15h16...

La première chose que je ressens....
Quel silence tout d'un coup! Presque palpable! Pas un bruit, pas un oiseau, rien!

Il y avait longtemps...
Bon, Jef, qu'est-ce-qu'on fait maintenant?

J'ai roulé 90 km en Finlande, pas mal! Plus 115 km en Norvège. Soit, pour JJ, un total de 205 km pour sa journée, car c'est terminé pour lui, maintenant!
Prochaine ville: Kaamanen, 33 km, à pied, dur dur...
Téléphone? Je n'en ai pas. J'avais volontairement décidé de ne pas en prendre. Pourquoi? Parce que je payais 50 euros par mois depuis 3 ans. Et avant de partir, j'ai demandé à ma compagnie de téléphone -Bouygues en l'occurence- de transférer ces 50 euros sur mes appels depuis l'étranger... Vous savez ce qu'ils m'ont répondu? Quand on part en vacances, on continue à payer son loyer. Cinq minutes plus tard, j'avais définitivement réglé la question du téléphone, contrat terminé, appareil à la poubelle, adieu, bande de voleurs...
Bon, il ne me reste plus qu'à faire appel à la solidarité humaine...

Il ne passe pas beaucoup de voitures... Celà fait maintenant 90 km que je suis en Finlande, comme je le disais, et croyez-moi, je n'ai pas croisé beaucoup de véhicules, et encore moins été doublé!
En voilà un, qui se dirige en sens inverse, je lève ma main au dernier moment, il s'arrête... bonjour, oui, je parle anglais. Un jeune homme, dans une grosse Mercedes, pas de dernière génération. Il comprend de suite la situation, va faire demi-tour et ranger son véhicule bien sur le côté. Il m'invite dans sa voiture, et me passe son téléphone: j'appelle "mondial assistance" en leur demandant de rappeler sur le téléphone de mon "sauveur" de façon à ce que celà ne lui coûte rien, mais il ne m'avait rien demandé!
Bon, génial, ils acceptent. heureusement d'ailleurs, car ça va durer un moment.
Je vous passe les détails, mais déjà, une fois la localisation de la panne réalisée, il s'agit de trouver une ville... Et là encore, Pétri, c'est son prénom, nous rend bien service. Car mon étape, moi, Kaamanen, ce n'est pas une ville... au plus un hameau!
Rien à voir avec la France, ici. Vous prenez les Landes, peut-être, en comparaison, et multipliez par deux les distance entre deux hameaux. En fait, la route sur laquelle je suis, Petri me dit que sur 120 km, il y a à peine 500 habitants, il connaît très bien, il en fait partie, lui, des 500. Non, la première ville ayant un mécano, il le sait c'est Ivalo, il en vient, il me fait voir son compteur journalier, il l'avait mis à zéro, il y a "96"...
Bon, je vous passe les détails, Pétri reste bien une heure avec moi, il m'accélère même la recherche du dépannage, puisqu'il a appelé un dépanneur en liaison avec toutes les demandes de dépannage, lequel a trouvé la demande de mondial assistance et y a répondu, et a été choisi. Du moins c'est ce que j'ai compris. Toujours est-il que vers 18h15, Pétri s'en va et le dépanneur vient juste d'appeler pour me demander mon accord sur le prix: 320 euros (oui, c'est énorme) et 150 payés par mondial-assistance, donc 170 pour ma pomme si j'accepte..
Et que pensez-vous qu'il a fait, le gars, hein? Eh bien, il a accepté, comme un grand garçon, sans discuter!
Ah ça rigole moins, maintenant, ça fait moins le guignol!
Bon, Pétri parti, je me sens affreusement seul.


Je prends mon appareil photo et vais marcher un peu dans le "bush"...

Well, it's rather nice, her. It's 3:16 pm...

The first feeling is... the silence! Almost palpable. No noise at all, even not a bird, nothing!

So Jef, what can we do, now?

I drived 90 km in Finland, not so bad! Plus 115 km in Norway. For JJ, it's finally 205 km today, and it's finished for him, now!
Next city, Kaamanen, 33 km, by foot, tough...

Phone? I can't. I voluntarily decided to travel without any phone. Why? Because I was monthly paying for 3 years 50 euros for the phone. And before to start with the travel, I ask my phone's company -which was Bouygues- to transfer these 50 euros to foreign's calls... Can you imagine what they answer? When you go on holidays, you continue to pay your house's rent, here's the same. Five minutes later, I'm resolved the matter once for all, no phone more, bybye, gang of louts!

So, I have to experiment with the human solidarity...

There is not a lot of cars... I drived 90 kms in Finland as I said it to you, and believe me, I didn't cross many vehicles, nor less been overtaken!

Here comes one in the other direction, I raise the hand at last moment, he stops... Good afternoon, yes, I speak english. A young man, in a big Mercedes, old-model. He understands immediately the situation, turns around and parks his car. He invites me to sit down in his car, he gives me his phone! I call my insurance company, explaining and asking them very quickly to call back upon the phone of my savior, because I don't want that he pays the call, but he didn't ask me for that. They accept. The call lasts a while. I don't want to explain you what happens. But shortly, we had first to explain where we are exactly, then they had to find a repair shop. Petri (it's the first name of the man who helps me) helps a lot. We're not in France. The cities are very very small. And Petri is very firm and sure: there's nothing before Ivalo. That's to say 95 km, he knows it exactly, he comes from... Petri says to me that on this road, within 120 km, there's perhaps 500 inhabitants, he is sure, he is one of the 500...

Petri stays one hour with me. He helps during the time the insurance is searching for a repair shop, he calls someone who can repair, and... Petri goes away at about 6:15 pm, after the tow truck's boss calling who wants to know if I accept the price. It will cost 320 euros to carry Jolly Jumper until Ivalo... The insurance will pay 150, and I accept -of course- to pay the last 170 euros!

Ouch, that's not more so funny, isnt'it?

Petri gone, I feel terribly alone. Silence again. Absolute silence!

I take my camera and I go to walk a little bit in the "bush"...

Il y a un lac à 200 ou 300 mètres.

There's a lake at about 200 or 300 meters.

C'est terriblement humide, et je suis toujours bloqué par l'eau, car quand il n'y a plus d'arbres, il y a un lac ou il y a une zone de marais où, sous l'herbe dans laquelle vous enfoncez jusqu'à la cheville, vous sentez que vous êtes pratiquement sur l'eau. D'ailleurs, les lacs n'ont rien à voir avec les lacs norvégiens: il n'y a pas beaucoup d'eau, ils sont très très peu profonds. C'est spongieux, partout...

It's terribly wet, and i'm always blocked by the water, because when there's no more trees, there's a lake or there's a boggy area where, under grass in which you sink until the ankle, you can feel that you walk almost upon water. Besides, the Finland lakes have quite different than the Norwegian ones. They are here shallow. It's everywhere spongy...

J'aperçois JJ là-bas. Pas besoin de le surveiller, il ne va pas s'envoler...

I can see JJ there. Not worth to take care of it, it can't fly away...

Oui, je suis là, ne t'inquiète pas, bébé...

Yes, I'm here, baby, don't worry...

Je traverse la route et vais visiter un peu du même côté que JJ.

Non, pas moyen d'avancer ici non plus. Ce doit être couvert de neige partout en hiver, et maintenant, logiquement, c'est plein d'eau. Comme en plus le terrain est plat, il n'y a pas d'écoulement...

I cross the road to visit the same side as JJ.

No, impossible to walk here. It has to be full of snow everywhere here in winter, and now, it's logically full with water. As moreover the ground is flat, there's almost no flowing...

Je devine l'eau partout dans les herbes.

I guess there's water everywhere unedr the grass.

En plus, ce n'est pas trois centimètres d'eau, mais bien 20, 30, voire 50 cm...

And moreover, it's not 3 cm deep water, but mostly 20, 30 or even 50 cm deep...

Là, c'est un superbe chemin. Mais je ne veux pas trop m'éloigner du scooter, j'ai quand même toutes mes affaires dessus.

Here is a wonderful path. But I don't want to go too far away from scooter, because it has all my goods...

Je vais ainsi attendre presque une heure et demie, et croyez-moi, je n'ai vraiment pas vu grand monde. Je viens vraiment très chanceux d'être tombé sur Piétri. On a pas mal discuté, tous les deux. En fait, il a une sorte de petit camping, enfin, des cottages, et il fait la nourriture, grillades, il organise des parties de chasse et de pêche. Enfin, on met tout ça à l'imparfait. C'est un bosseur, il travaillait jour et nuit, comme un malade, toujours en action, jusqu'au jour où il a fait une thrombose... Qu'est-que c'est que ça? Je connais bien, ma mère en a fait une. C'est un caillot qui bouche une artère. Il est parti en hélico, branché de partout, paralysie alternée parole et membres... Il en est revenu, mais quelque chose a cassé. Il arrête, la santé avant tout, il n'y a pas que le boulot dans la vie... Il vient de mettre en vente. D'ailleurs, il me dit avoir un site, il faut chercher "kotakomsio" sur google. Il me dit avoir deux filles, l'une de 13 ans et l'autre de 16 ans, ce qui m'a très étonné, car il fait extrêmement jeune. Il veut maintenant travailler 8-9 heures par jour comme tout le monde, être employé... et s'occuper de sa famille et de lui. Vous voyez, même en Finlande, le stress...


Bon, où en étais-je, moi, avec tout ça?

I'm waiting so about 90 minutes, and I didn't see many cars. I think I was lucky to find Petri. We spoke together while awaiting insurance's backcallings. He owns a little camp site with some cottages, he makes cookery, he organize hunting and fishings parties. But, all that is to write at the imperfect time. He is a big worker, he worked day and night, always in action, until he became sick. A cerebrovascular accident, airlifted, speaking paralysis, legs paralysis, alterned paralysis... Now he's going better, but he has decided to stop working so much. He is selling. He has some Internet pages, look at "kotakomsio" with google. He has two daughters, 13 and 16 years old. He just now wants to work 8_9 hours the day, and to be in charge of his family, nothing more. So, you see, even in Finland...

So, and what's with Jef, now?

Crottes de rennes?

Reindeers' droppings?

Cabane de guêt pour la chasse?

Observation's shed for hunters?

Excellent camouflage.

First-class camouflage.

Ah oui, mon camion arrive enfin. Un gars qui ne parle pas un mot d'anglais, qui me dit "ya-ya" à chaque fois que je lui demande un truc, qui rigole tout le temps, un type très très gentil, mais... pas de communication.

Yes, my tow truck arrives finally! The man doesn't speak any English, answers me "ya-ya" each time I ask him for something, laughs continuously, a very very king guy, but... no communication at all.

Il ne connaissait pas trop son camion, je vois bien que ce n'est pas lui qui le fait habituellement, c'est clair. Et de harnacher JJ comme sur ce plateau, sans autre protection, franchement, j'avais les boules!

Moreover, he doesn't know the tow truck, I can clearly understand that he's not the usual driver. I don't like the way JJ is anchored, and I'm anxious.

21h07... Et on a encore 39 km à faire....

Et on a roulé tout doucement, et on est arrivés à 22h passées. Pendant ce temps, il m'a passé son téléphone pour appeler à nouveau mondial-assistance pour me trouver un hôtel. Le gars n'était pas très sympa, mais une fille a appelé, la correspondante finlandaise de mondial, qui s'est occupée de me réserver l'hôtel, à 400 mètres du réparateur. OK

Une fois arrivés, il a bien fallu 20 minutes à mon gars pour remplir ses papiers, et noter ma carte bleue, et me passer son patron qui parlait anglais. Puis on a descendu le scoot dehors devant le garage -seul dans la nuit, le pauvre garçon- , j'ai pris une partie de mon "bazar", et je suis arrivé en camion à l'hôtel Ivalo avec mon chauffeur qui descendait tous mes sacs derrière le comptoir! Epique, mémorable.

Mais... j'étais bien attendu, et dix minutes plus tard, j'étais sous une merveilleuse douche chaude qui a coulé, coulé, coulé.... Et quand j'en suis enfin ressorti, je ne tenais plus debout. J'étais groggy, KO


Je me suis couché, et, à mon avis, 5 secondes après, je dormais...
J'avais quand même eu le temps de mettre mon réveil en route pour 6h30 -petit déjeuner à 7 heures, et ouverture de mon garage à 8 heures...

9:07 pm... We have still 39 km to drive...

And we drived very slowly, and we arrived in Ivalo after ten pm. During that travel, I could speak with my insurance who called upon the phone's driver, for the hotel research. The man at phone was not so kind, but a Finnish girl called later, she does all reservation, she gives us the hotel's adress. Good.

Once arrived, my lorry's pilot needed 20 minutes to prepare the bill, speak with his boss, and charge... We had then to put the scooter down of the lorry, and leave it in front of the garage -alone in the night, the poor guy. I empty then the scooter out, and came in the hotel with the lorry, and my driver who helped me to bring all my luggage in the Ivalo hotel! Heroic, memorable!

But, they waited for me at hotel and, ten minutes later, I was under a terrific hot shower which flowed, flowed, flowed... And when I went out, I was groggy.

 

I'm sure I was asleep so about five seconds after being to bed... I just took the time to set the alarm for 6:30 am (breakfast from 7 am, and garage's opening at 8 am).

 

 

 

Bilan de la journée
Environ 205 km et 374 photos

Voila, c'est le kilométrage effectué par JJ
Ensuite, on a rajouté environ 95 km, moi dans la cabine bien au chaud, et lui harnaché sur le plateau arrière dans le froid...
On a vu encore des rennes, mais l'ambiance n'était pas la même...

Bref, ce soir, dodo dans un lit pour moi, et sur le trottoir pour lui...
C'est la vie!

----------------
Bon parlons un peu chiffres maintenant.

Si je fais le décompte mathématique des km effectués par JJ depuis le départ,
je trouve exactement 9.247 km. Si je tiens compte qu'il se trompe de 3% qu'il faut rajouter -ce qui est réel, je l'ai vérifié plein de fois le long de la route- il a effectué réellement 9.524 km en 34 jours, ce qui fait une moyenne quotidienne d'environ 280 km

-----------

Et pour les photos, j'en ai pris 11.104, soit une moyenne quotidienne de 326 photos,
soit en gros 9 pellicules de 36 par JOUR -ramené en langage 24x36 d'autrefois....
Ce qui est énorme. Et comme il y en a au moins 30 % que j'adore, ça m'en fait en gros une centaine de géniales par jour. Je suis donc TRES satisfait de ce résultat, car c'est ce qui va me rester comme capital, en plus de tout le vécu qui, lui, est dans ma tête.


-------------
Pour la suite, maintenant, on va dire que tant que je ne suis pas réparé, je ne sais pas, car les gars qui ont mon scooter ne sont pas des spécialistes de scooter...
Par contre, j'ai vu deux scooters des neiges "le ventre ouvert" dans leur garage!

On verra bien.


Day's report.

About 205 km and 374 photos.
Then 95 km more, I in the cab's warmth, and Jolly Jumper harnessed behind in the coldness... We saw some reindeers, but the atmosphere had changed...
And this evening, I sleep in a bed and JJ upon the pavement...

C'est la vie!

----------------

Some figures now.

If I count all the km drived since departure, I find exactly 9,247 km. I have to add three percent (odometer checked), Jolly Jumper cruised really 9,524 km within 34 days, which means so about 280 km daily.

------

And I took 11,104 photos during the same time, which means 326 phots daily, so about nine 36 slides' pellicules daily... Huge! And because I consider that about 30 percent are very good, it means so about 100 good photos per day. I'm very happy of that result, because it's what I'll preserve from this travel, the remainder will stay in my head -I hope so....

-----------

And for the next step, I can't say anything, I've to wait for repair. The guys who have the scooter are not scooter's engineer, but I saw two breakdown snowmobiles in front of the garage!

 

Wait and see.

Page précédente: Alta - Tana Bru - 33ème jour
Page suivante: Finlande


Depuis le 06/06/2005 Visites:939597 Aujourd'hui :386 Maintenant:8 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)