De Jurbarkas (Lituanie) à Nerew (Pologne)

Samedi 10 juin 2006 - 44ème jour - 336 km - 196 photos

De Jurbarkas (Lituanie) à Nerew (Pologne)



Alors là, dormi d'une traite, même pas réveillé. Il est 7h10, j'aperçois le soleil, je suis aussitôt debout.



Je me lève à 7h30.
Helena m'apporte un solide petit déj composé entre autres de 3 saucisses et de toute une assiétée d'oeufs avec crème, tomates, ails, etc.



Petit coup d'oeil dans la maison. Le beau poêle en faïence.



L'horloge sur le mur. je devais être un peu bourré en prenant la photo, car ça penche "sévère".



Helena et son mari, et votre serviteur au centre. Il faut toujours qu'elle me tienne par le bras, ça m'énerve !
A part ça, ils sont très sympathiques, et je vous recommande chaudement leur B&B.



Bref, en partant, je n'ai plus faim. Je remplis leur livre d'or, et la petite photo souvenir avant le départ. Je quitte la ville vers 9h20; JJ près du trottoir, juste pour vous montrer la hauteur de celui-ci: au moins 40 cm! Aucune voiture ne peut y stationner... Et moi non plus !



Du même endroit (Jurbarkas), vue sur le beau fleuve Niemen, qui vient de Russie (et donc de l'est), et que je vais franchir puisqu'il je vais au sud.



Tous les petits villages ont de beaux clochers, un peu comme dans nos campagnes, et c'est ce qui change des deux autres états Baltes.



Il fait beau, et la température est proche de 17 degrés: je me sens terriblement bien! Je croise aussi quelques personnes conduisant un cheval et une charette, enfin, toutes sortes de charettes. J'ai quand même l'impression que c'est la fin, baucoup emmènent des enfants dedans. Enfin, celle-ci, c'est un tombereau, et ce sont deuxc anciens qui vont dans les champs.



Alors, les passages à niveau: rien n'est automatique. Un stop, et il vaut mieux s'arrêter, car je pense qu'en cas d'accident, on aurait certainement tord. Celà dit, quand t'es mort, tu t'en fous un peu, d'avoir tord! Donc, il vaut mieux s'arrêter, d'abord pour ne pas se prendre un train sur la figure, ce qui en soi est déjà une bonne raison, mais aussi pour ne pas rester planté dans les traverses!



C'est horrible. T'as intérêt à le passer au pas, compte tenu de l'écartement entre les rails, et des énormes trous! Celui-ci, lorsque le camion qui était en face est passé, un des madriers placé entre les dalles de béton s'est carrément levé, et j'aurais pu être soulevé avec JJ sans problème...



Je traverse quand même un paysage de campagne, de temps en temps une belle forêt, mais plat pays, donc monotone. Franchement, ça change de la Norvège, et c'est moins intéressant pour les yeux! Les arbres, par contre, sont superbes, et beaucoup plus beaux que les arbres norvégiens!




Je vois régulièrement des cigognes le long de la route.




Sur l'A7, peu avant Marijampolé.




Eglise à Marijampolé.



Les églises sont donc moins délabrées et plus utilisées ici en Lituanie; cependant, leur état extérieur est quand même pas mal abîmé, et l'intérieur assez austère. Voici ici la ville de Kalvarija, dernière ville importante avant l'entrée en Pologne, et se trouvant sur l'ancienne route Saint Petersburg-Varsovie. L'église est imposante et se voit de très loin. je vais aller la voir de plus près.



Dans la rue principale. Les gens semblent heureux, la modernité n'a pas encore détruit le tissu social.



Toujours dans la rue principale Vous noterez à nouveau les hauts trottoirs, empêchant absolument tout stationnement intempestif.



La très belle église de Kalvarija, datant de 1840. C'est ici le style orthodoxe.



L'intérieur me fait démentir ce que je disais plus tôt : celle-ci est extrêmement bien entretenue.



En fait, je pense qu'elle a été récemment rénovée.



Les peintures semblent neuves.




Très vieille croix à l'extérieur de l'église.



On voit déjà Varsovie sur les panneaux!

Et il me restait quelques pièces que je voulais dépenser. En effet, comme c'est samedi, de peur de trouver les banques polonaises fermées cet après-midi, je viens de changer mes billets lituaniens contre des slotys polonais, plus quelques euros. La banquière m'a un peu roulé dans la farine, mais bon, c'est le jeu... Je vous raconterai un jour, mais en tout cas, c'était comique, la vitesse que mes euros ont disparu dans ses mains, et qu'elle me laissait mes billets lituaniens...


Bon, la frontière polonaise; en fait, avant d'entrer en Pologne, je dois quitter la Lituanie, logique, non? Eh bien, je ne vous raconte pas la file de camions... en attente... au moins un km. Et les voitures, sur deux files, environ une quinzaine. Bien sûr, je choisis la mauvaise file, mais c'est du quitte ou double, on ne peut pas savoir! Ils étaient plus zèlés de mon bord. J'ai attendu plus d'une heure! Je suis passé en 2 minutes, à peine: c'était moi le plus rapide de la file!

Affreux, les Lituaniens, ils sont pénibles, pour quitter leur pays, c'est pas la joie; côté polonais, réglé en 2 secondes, puisque je n'ai tout simplement vu personne...



Je quitte la route principale et prends de suite vers l'est, vers la Biélorussie, car ma carte signale une petite route touristique sympa. En fait, c'est la campagne, mais très légèrement vallonnée, et quelques belles forêts. Mais ce qui frappe immédiatement, c'est la quantité de signes extérieurs de religion catholique: il y a des calvaires, des vierges, des croix, des petits mausolées, des parterres à tout bout de champ; en fait, j'ai bien regardé, il y en a plusieurs au km, c'est hallucinant. Il y en a même dans les jardins, je suis sidéré! Et entretenu, avec des fleurs, des banderolles.



Les maisons sont plus riches que dans les pays baltes, les tracteurs sont moins vieux, en fait, on voit très bien que le pays est plus proche du nôtre.



Les églises sont extraordinairement belles et entretenues, ça se voit au premier coup d'oeil: elles servent encore énormément!
Ici, l'église du petit village de Smolany.



Peu avant d'arrivée à Sejny.



Eglise Sainte Marie de Sejny en Pologne.




Eglise catholique de Sainte Anne (1912) à Giby.



Petite lac à la sortie de Giby.



Je traverse ensuite une partie de l'extraordinaire forêt primaire d'Augustow, intégrée dans le parc national de Wigry pour sa partie polonaise, tout près de la frontière de Biélorussie (aussi appelée Bélarus).




Cette région et cette forêt mériteraient beaucoup plus de temps !



Et voici Augustow, qui a donné son nom à la forêt, ou l'inverse ?



Les cigognes, en Pologne, ont des perchoirs qui leur sont spécifiquement destinés. On en voit partout.



Difficile de les déranger ! Celui-ci se trouve à Cisow.


Chodorowka Nowa Pologne

Dans le village de Chodorowka Nowa se trouve une belle église.


Chodorowka Nowa Pologne

Je suis entré dans cette église, la porte était ouverte.


Chodorowka Nowa Pologne

L'entretien intérieur est absolument parfait.


Chodorowka Nowa Pologne


Tout est nickel, comme neuf.


Chodorowka Nowa Pologne

Je n'en reviens absolument pas. Il est évident que la foi religieuse est ici encore très vive en Pologne.


Chodorowka Nowa Pologne

J'aime bien le style du dessinateur.


Chodorowka Nowa Pologne


Très personnel, un peu comme dans une Bande Dessinée.


Chodorowka Nowa Pologne

Les plafonds sont superbes.


Chodorowka Nowa Pologne

Tout est parfaitement entretenu.


Chodorowka Nowa Pologne

Et vous savez quoi? Le prêtre est entré alors que je sortais, il donnait des banderolles à quelques hommes, sans doute en préparation d'une procession pour demain dimanche. Il est revenu vers moi, m'a dit quelques mots, et je lui ai dis que son église était superbe. Il m'a dit de l'attendre, et est parti dans une belle maison attenante -la cure sans doute- et est revenu avec une très belle image cartonnée 21x29,7 de la vierge, qui est la patronne de leur paroisse, m'a-t-il fait comprendre. Et voilà, le seul cadeau que je reçois dans ce voyage, une image pieuse. je l'ai poliment remercié, et je l'ai mise dans mes papiers...


Korycin Pologne

Un peu plus loin, un village de quelques maisons... et une église digne d'une ville de 10.000 habitants.


Korycin Pologne

Les flèches de l'église.


Korycin Pologne

C'est Korycin.



Dans la grande ville de Bialystok, ma carte indique la présence d'un camping, que personne ne connaît... Je décide donc de poursuivre vers ma destination qui est la grande forêt primaire européenne, les seuls morceaux restant étant là, à environ 80 km, ainsi que les derniers bisons européens vivant à l'état sauvage. je me dis que je trouverai bien un camping en m'en approchant, car c'est un grand lieu touristique et un parc national. Mais à défaut de camping, ce sont toujours des églises que je vois.


Zabludow Pologne


Ici, à Zabludow.



Zabludow. Au croisement avec la 685, ma route vers Bialowieza.

Le soir tombe doucement, les villages sont de plus en plus petits, les gens sont assez sauvages, et me répondent à peine ou d'un air de ne rien comprendre... Un camping? Ici? Vous rigolez ou quoi? Bref, dans un village qui porte le nom de Narew, j'insiste tellement qu'une dame m'envoie vers un hôtel. Oui, eh bien, heureusement, il est fermé l'hôtel. Affeux. Style boui-boui miteux et à moitié défoncé.


Zabludow Pologne

Je suis un peu désespéré, et je passe devant une jolie petite maison, qui fait un peu asile au milieu de ces petis immeubles crasseux et délabrés; une dame est dans le jardin, elle a bien vu ma manoeuvre et sait que je viens de l'hôtel. Non, il n'y a rien, pas de camping non plus.

A ce moment, je lui fais voir sa pelouse, et je lui dis: ma tente dans le jardin, vous ne voulez pas? Elle me regarde, et un monsieur arrive, et ensemble, ils m'ouvrent leur portail et me disent OK. Là, mes enfants, c'est le bonheur. Me voici donc réellement dans une famille, extraordinairement sympathique et accueillante; à tel point que 10 minutes après les premières discussions, alors que je suis en train de commencer le montage de la tente, et que le monsieur très discret ramasse son bois sans aucunement me déranger, après m'avoir dit que je me mettais où ça me plaisait sur sa pelouse, la dame revient avec un dictionnaire français, et me dit que je dois dormir dans la maison, ce sera mieux, je n'aurai pas froid, c'est avec plaisir. Je refuse, car déjà je trouve sensationnel d'être à l'abri dans leur jardin, JJ bien caché derrière la maison, près de moi. Je suis invité à manger; le gendre arrive, il parle anglais, est garde-frontière avec la Biélorussie, et nous discutons jusqu'à 21h30 environ .

Beaucup d'émotions pour moi, et de reconnaissance envers cette hospitalité qui me touche beaucoup! Nous avons bien entendu échangé nos adresses, et je suis invité à déjeûner demain matin avant le départ. Il faut que je vous dise aussi: ils ont une panne électrique juste aujourd'hui, et donc pas d'eau chaude; eh bien, la dame est allée me faire chauffer de l'eau pour que je puisse me laver à l'eau chaude, SVP. Elle a préparé ça pendant que je montais ma tente. Merci beaucoup, amis polonais, pour tout ça.


Mais je suis très fatigué, et je n'ai pas le courage de sortir mon PC... Je bouquine un peu, et m'endors très vite!
Au fait, ce soir, il fait 20 degrés et le ciel est bleu! Tout est donc parfait aujourd'hui!



Depuis le 06/06/2005 Visites:874703 Aujourd'hui :91 Maintenant:8 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)