De Heiligenblut (Autriche) à Weiler im Allgäu (Allemagne). 54ème jour

Mardi 20 juin 2006 - 54ème jour - 424 km - 164 photos

De Heiligenblut (Autriche) à Weiler im Allgäu (Allemagne).


Lever 6h30, départ 8h20... Il fait frais: 14 degrés; c'est très agréable, et le ciel est d'une pureté bleue absolue! Pourvu que ça dure...


Je ne brusque pas Jolly Jumper le scooter, car il a plusieurs cols à se farcir aujourd'hui. J'ai cherché les moins durs sur la carte, mais je ne peux pas échapper à deux grimpettes à 12%, dont une assez longue, et de commencer assez vite ce matin avec une à 10%. La journée commence par la fin de la descente du Grossglockner, quand même encore presque 20 km...



Une petite dernière avant de lever le camp.



Jolly Jumper est trempé de rosée.



Et c'est parti pour une nouvelle journée de voyage.



Je descends pour l'instant plein sud sur la route 107, fort jolie. Ici à Pressing, quelques km au nord de Winklern.



Un peu plus tard, entre Winklern et Dölsach.

Après Winklern, Jolly Jumper grimpe son premier col: tout se passe bien, environ entre 40 et 50, j'avais pris un bon élan, et il n'y avait que très peu de circulation! En haut du col, il y avait une Gasthof -auberge- devant laquelle se trouvaient 3 motards. Comme j'étais arrêté en face d'eux, l'un se met à rire en me voyant. Je fais bonjour, ils répondent, et je dis "il est comique, hein?" en parlant de JJ le scooter. L'un des trois s'avance et me demande d'où je viens, et je réponds -un peu crâneur, je sais, mais bon, de temps en temps...- du Cap Nord. Silence; puis re-question: mais du Cap Nord? Le? Oui, celui de Norvège. Alors là, le ton change totalement, il traverse, et on discute une dizaine de minutes. Super sympa. Il compte venir sur la côte atlantique l'année prochaine, il prend mon adresse web, et tout le monde de se souhaiter bon voyage...



Un enchantement, cette route.



Dölsach et Lienz. Je suis maintenant dans la province du Tyrol, divisé depuis 1918 entre l'Autriche et l'Italie.



Après la traversée de Lienz, je vais suivre vers l'ouest le grand couloir formé par le Val Pusteria (Pustertal) qui file vers l'Italie.

Ici dans la petite ville de Strassen.



Quelques photos autour de Strassen.



Une ferme.



Encore une église typique de la région, toujours autour de Strassen.



Le château de Heinfels, au-dessus du village de Panzendorf..



Passage de la frontière à Winnebach. Entrée en Italie. Les accords de Schengen étant en fonction ici, aucun contrôle. Seuls quelques panneaux, les recommandations et vitesses routières en vigueur en Italie, et la langue: c'est ici le Tyrol italien, qui parle deux langues: allemand et italien. Par conséquent, tout est écrit dans les deux langues: les panneaux, les publicités, les phrases peintes sur les murs, tout.



Et c'est aussi beau qu'en Autriche, églises splendides, maisons splendides, tout pareil. Petite église à la sortie de Winnebach.



Je suis désormais sur la route SS49, ou E66.
Olangersee, ou lac de Valdaora, juste avant Valdaora, province de Bolzano dans la région Trentin-Haut-Adige.



Jolly Jumper près du lac. Je grimpe sur la petite colline, histoire de faire quelques photos.



L'hôtel me cache finalement le lac.

La Province autonome de Bolzano - officiellement Autonome Provinz Bozen – Südtirol en allemand, Provincia Autonoma di Bolzano – Alto Adige en italien, Provinzia Autonòma de Balsan/Bulsan – Südtirol en ladin - plus connue comme Haut-Adige ou Tyrol du Sud, est une province italienne, située dans le nord-est du pays, qui fait partie de la région autonome du Trentin-Haut-Adige. Le chef-lieu est Bolzano (en allemand Bozen, en ladin Bulsan ou Balsan). La majorité des habitants est germanophone, parlant un dialecte allemand du groupe bavarois, appelé Südtirolerisch (tyrolien méridional). Un quart de la population est italophone et une petite minorité a le ladin comme langue maternelle.



Vue inhabituelle sur Jolly Jumper.



Peu après le lac, j'arrive donc à Valdaora en italien, ou Olang en allemand. De quoi y perdre son latin...


Campolino Italie Val usteria

Je roule toujours plein ouest sur la E66, et toujours dans la Val Pusteria. Après avoir contourné Brunico, la route suit le cours de la Rienza (ou Rienz en allemand). Ici, la rivière au premier plan, et le hameau de Campolino et son église sur la colline. C'est mignon tout plein.



Château de Rio Pusteria, peu avant la petite ville du même nom, qui marque la fin occidentale de la fameuse vallée Val Pusteria.

La température est montée doucement, mais plus doucement que ces deux derniers jours.Elle est restée un bon moment entre 20 et 24, ce qui était très bien, pour finalement, vers midi, monter à 30, et ne plus bouger de la journée entre 29 et 32. Trop chaud, beaucoup trop chaud; le temps est donc devenu de plus en plus lourd, j'ai reçu quelques gouttes -pas de quoi en parler-, mais surtout, les paysages sont devenus tellement brouillés qu'il n'y avait plus aucun intérêt à prendre des photos: horizon bouché, sommets peu élevés dans la brume de chaleur. Affreux.

Bon, cet intermède sur la météo terminé, je reprends mon récit.



J'ai maintenant complètement changé de direction. Je remonte vers le nord, je retourne en Autriche. Sur la E45.

J'ai évidemment changé de vallée. Celle-ci porte le nom de Wipptal, divisée en deux parties, la Wipptal du sud du Brenner, et la Wipptal du nord du Brenner. Ici, je suis dans celle du sud, appelée Valle Isarco en italien. Ici, arrivée à Freienfeld, ou Campo di Trens en italien, toujours dans le Sud-Tyrol.



La petite église de Stilfes ou Stilves.



Confluent de plusieurs vallées à Vipiteno (Sterzing en allemand).

Puis arrive le moment de passer le col qui me fait peur. Et je le passe en plein midi. Il s'agit du col du Brenner, ou Brennerpass, qui marque d'ailleurs la frontière entre Italie et Autriche puisque, comme je vous l'ai dit, je retourne en Autriche. En fait, il est, avec 1372 m d'altitude, le passage le plus bas des Alpes et le seul qu'une voie ferrée de grand transit franchisse à ciel ouvert. C'est bien pour ça que je l'ai choisi...



Brennerbad. A 1.326 m d'altitude, et à environ 3 km au sud du col, Brennerbad est connu depuis l'antiquité pour sa source.

En fait, la grimpette se passe bien, Jolly Jumper bosse bien, c'est laborieux, mais ça va! Moins laborieux qu'à pied, je vous le garantis !



Au col, je rencontre tout un groupe de jeunes en vieux scooters Vespa. Ils viennent de Turin. Les voici.



Poste frontière un peu en-dessous du col.

Autriche, je reviens...



Gries am Brenner.



Pension Alpina à Gries am Brenner.



Matrei am Brenner. la circulation est intense, et il est vraiment dommage que la rue principale ne soit pas piétonne !



En effet, toutes les maisons sont peintes.



Et c'est vraiment magnifique.



Détail de la façade de la Caisse d'Epargne....



Autres détails.



Traduction :

Le 5 mai 1916, Matrei a été brûlée. Après la reconstruction, la maison "Steinerhaus" a été peinte en 1923 par le peintre Weber de Munich. Le 22 mars 1945, Matrei fut de nouveau détruite par les bombes. Après la deuxième reconstruction, la maison a été repeinte en 1948 par le peintre tirolien Rudolf Winkler et rénovée en 1989 par le même peintre.



Jolly Jumper reprend son souffle dans les gaz d'échappement à Matrei am Brenner...



Façade.



La rue étouffante...



1726....



Traduction :

"Je cuis le pain. Le pain passe avant tous les dons du ciel. Ouvrier, paysan ou bourgeois, tous doivent en avoir."



La route 182 (B182) entre Matrei am Brenner et Schönberg im Stubaital.
La Stubaital est une vallée latérale indirecte de l'Inn débouchant en amont d'Innsbruck, dans le Tyrol autrichien.

Ensuite, c'est la traversée d'Innsbruck dans la chaleur.
Je prends vers l'ouest la vallée de l'Inn (grand affluent -517 km- du Danube) , logiquement appelée Inntal, traverse Zirl.



Pettanu et sa petite église, toujours dans la vallée de l'Inn.



Zoom sur l'église de Pettnau.



Un peu plus loin, à Mitterpettnau.



Et finalement Obberpettnau.



Je change de route après Tielfs, et me retrouve coincé dans une circulation énorme, avec un grand nombre de camions, et impossibilité de doubler avec un Jolly Jumper surchargé et lent, sur une route montagneuse, dans une chaleur épouvantable. Je roule à 10-15 km/h, derrière des camions et des cars, parmi des travaux, avec feux et redémarrages en forte pente, et tout ça entre 30 et 32 degrés. Vraiment AFFREUX. Je mange ici à Barwies.



Mais, grâce à un feu rouge, je double tous les gros cubes, et je me retrouve seul devant, pour une très longue descente vers Nassereith. Après cette petite ville commence la montée vers le deuxième col important de la journée, le Fernpass, route simplement appelée "Route vom Fernpass", l'ancienne Via Claudia Augusta. Le Col de Fern est un col situé à une altitude de 1.210 mètres, dans les Alpes Tyroliennes Autrichiennes. La montée est dure, à 12%, avec épingles à cheveux. Mais je suis heureux, car tout se passe bien.

Ici, arrêt en haut du col, devant le lac de Blindsee. Discussion de 15 minutes avec des anciens qui me questionnent; très sympatiques.



Ensuite, c'est une longue descente. Ici, sur la route 179, après la petite ville de Bichlbach, en arrivant à Heiterwang.



Zoom sur l'église de Heiterwang.

Ensuite une petite grimpette, puis c'est l'entrée en Allemagne. Chaleur étouffante, écrasante, épuisante, erreintante, qui m'enlève tout courage, même celui de faire des photos. De plus, la signalisation est affreuse, et je dois m'arrêter je ne sais combien de fois pour consulter mes cartes et questionner des passants; bref, pas intéressant du tout. Et comme je vous ai dit, le temps s'est brouillé au point de ne plus pouvoir photographier du tout.

Je fais le plein d'essence en Allemagne, car je voulais grimper les cols en Italie et en Autriche avec le moins de chargement possible. Quel dommage. L'esssence SP 95 est entre 1,35 et 1,40; horriblement cher, 20 à 25 cts plus cher qu'en Autriche!



A Osterreuten, vue sur la petite église de Speiden.



Eglise St Nikolaus de Pfronten, vue depuis la route 310, en arrivant à Kreuzegg.



Je roule maintenant à nouveau vers l'ouest. Nesselwang. Chapelle Saint Sebastian à l'entrée de Wertach.



Eglise paroissiale St Stephan de Rettenberg.

Les hautes montagnes ont fait place aux moyennes puis petites montagnes; ouf, je peux maintenant dire que les Alpes sont passées, franchies avec succès par le brave Jolly Jumper. Je récupère une route que les allemands appèllent pompeusement la "Alpenstrasse" -route des Alpes-, mais ce sont plus des collines que des Alpes... Enfin, c'est joli, très vert, très propre évidemment. Seul l'air est brouillé.



Après Immenstadt im Allgäu, la route passe juste à côté du lac Alpsee.



Autre vue sur Alpsee.



La route 308 s'élève quelque peu après Oberstaufen.



C'est agréable, et très reposant.

Mon but initial était d'atteindre le lac de Constance, appelé Bodensee par les Allemands. Mais je vois soudain une pancarte "camping", alors que je suis à 30 km à peine de Lindau, sur le lac en question. Mais il est déjà 18 heures, j'ai envie d'arrêter.



Allez, je les ferai demain matin, les 30 bornes, le temps sera peut-être nettoyé, je vais rester ici, au camping Alpenblick à Weiler im Allgäu.

Il tombe trois gouttes. Je suis en slip dans la tente en train de saisir tout ça, la chaleur est accablante, il est 20h30.

Je termine, je vais me prendre une bonne douche, et lecture...



J'ai quand même bien roulé, demain soir, je devrais normalement être en France dans le Jura sans doute.


 


Depuis le 06/06/2005 Visites:919934 Aujourd'hui :134 Maintenant:10 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)