odeceixe

Du 7 au 9 février 2019 : Odeceixe.

7 février, 58 km quand même, pour les services à Odemira, la lessive à Sao Teotonio, le séchage du linge dans la campagne, et le retour au même bivouac de Cabo Sardao le soir. 8 février, descente avec Rouletabille à Azenha do Mar pour une marche sur la côte d'environ 8 km jusqu'à Odeceixe. Puis bivouac à Odeceixe. 9 février, Odeceixe. 60 bornes pour ces deux jours... Météo toujours froide la nuit, plus fraîche dans la journée avec ciel un peu plus nuageux, mais loin de la pluie.

Ce fut donc une journée un peu spéciale. Nous devions tout faire à Odemira, tant les services concernant Rouletabille (vidange et remplissage), que notre grande lessive, mais toutes les machines à laver à disposition étaient en panne ! Il nous a donc fallu aller à Sao Teotonio pour laver notre linge sale. Nous en avons profité pour manger "local" pour 3 fois rien : 8 euros (à deux !) pour un beau plat de poisson accompagné de légumes pour Claudine, et d'une belle platée de viande et légumes pour moi : royal ! Ensuite, nous sommes retournés à notre superbe bivouac au phare du Cabo Sardao tout en cherchant un bel endroit bien exposé au vent pour faire sécher notre linge. Et miracle, nous avons trouvé un des plus beaux spots "séchage de linge" du Portugal, avec superbes poteaux bien droits et bien solides. Ce fut parfait, café, repos, PC, dessins, nous nous sommes bien occupés bien au chaud dans Rouletabille pendant que l'humidité était extraite de nos vêtements par Dame Nature. Une bien dure journée... hi hi hi. Ce soir, tout est sec, et tout est propre. La prochaine grosse lessive devrait se faire à la maison !




8 février 2019. Ciel bleu pur au réveil, mais nuit bien froide comme d'hab'. Heureusement, ça se réchauffe très très vite dans Rouletabille. Après examen de nos cartes, nous choisissons d'aller inspecter le littoral au sud de Azenha do Mar, petit village de pêcheurs situé une quinzaine de km au sud du Cabo Sardao. Petit parking face à la mer, non interdit aux camping-cars : nous resterons donc y dormir ce soir.


Azenha do Mar, et son minuscule port à l'accès bien difficile. On distingue à peine Rouletabille au sommet de la falaise. Le début de la balade est délicat, car il faut descendre dans la crique pour ensuite remonter sur la falaise, mais quand on aime, on ne compte pas. Nous retrouvons des nids occupés par les cigognes, que vous pourrez voir sur certaines photos : je vous laisse les chercher. Curieux comme l'être humain s'habitue à tout : nous n'éprouvons plus les émotions ressenties lors de leur découverte avant-hier !

Vue sur le littoral sud du Portugal, très découpé.

Le sentier est assez ensablé et la marche y est souvent difficile, mais près d'un tel spectacle, on ne va tout-de-même pas se plaindre, non !

Vers le nord.

Et vers le sud, comme vous l'avez compris. Sous nos pieds, ça bouillonne, ça brasse, ça cogne : les rouleaux viennent se briser sur les vastes récifs, à tel point que la première partie de la côte est blanche d'écume !

Les criques se suivent sans répit. Au fait, si l'horizon n'est pas droit, ce n'est pas parce que j'ai bu, mais seulement parce que je ne tiens pas le smartphone bien droit lorsque je fais un panorama...

Il y a au moins une cigogne sur cette photo.

Rencontre d'un couple de jeunes autrichiens de Salzburg. Bonne discussion intéressante. Ils nous donnent un tuyau concernant une superbe plage où ils se sont baignés hier avec une eau à... 18 °C, ont-ils dit. Nous prenons note, nous verrons bien !

Sous nos pieds, encore une étonnante piscine naturelle, quelle beauté ! Et d'autres nids de cigognes, comme vous l'aurez certainement remarqué.

Et soudain... l'apothéose ! La baie de Odeceixe, avec son immense plage, le village niché sur la falaise opposée, et le fleuve Seixe qui s'y jette. Admiration ! Séquence bouche bée (j'ai mis un moment avant de la refermer, hi hi hi...) !

Zoom sur le village et la Seixe en provenance de la Serra Monchique. Si vous regardez attentivement, vous verrez quelques camping-cars stationnés tout à gauche. Eh bien, c'est là que, finalement, nous viendrons dormir ce soir. En effet, après avoir mangé, nous avons été dérangés par des portières qui claquent, des gens qui parlent fort, des chiens qui aboient. Nous avons aisément supporté ces bruits pendant le temps que nous avons passé à regarder un bon film sur le smartphone (première fois depuis notre départ), mais ensuite, vers 22 heures, nous avons pris la décision de venir ici, de nuit, et nous n'avons pas regretté : ce fut royalement calme !

Nous décidons de descendre sur la plage.

Et voilà. Nous sommes ici au niveau des camping-cars dont je vous parlais plus haut. Pour aller sur la plage, il faut traverser la Seixe à gué, car il n'y a pas de pont. Sinon, il faut marcher 8 kilomètres, le pont se trouvant à Sao Miguel ! Comme nous n'avons ni mangé ni emporté de pique-nique, nous décidons de retourner à la maison, nous reviendrons ici demain. En fait, dès ce soir, comme vous le savez maintenant.

Zoom sur le village de Odeceixe.

Et sur la falaise sur laquelle il va bien falloir grimper maintenant pour rentrer ! Je vous laisse cheminer avec nous.

Dernière photo, juste au pied de Azenha do Mar. Nous remontons dans Rouletabille, où nous attend le bon poulet rôti acheté hier, avec de la salade et des chips. Pour fêter cette jolie marche, nous ouvrons notre première bouteille de vin rouge. Délicieux, nous étions même un peu grisés... Bref, soirée bien au chaud dans notre camion, et bivouac où vous savez.




9 février. Ciel nuageux, et température proche de zéro au réveil. Au menu : rouler en VTT sur les chemins le long du petit fleuve. Malheureusement, grosse déconvenue. Plus de pile dans la télécommande permettant de descendre les vélos, et pas moyen de se servir de la manivelle manuelle, pour cause d'une très mauvaise implantation ! Abandon du projet, il faudra trouver la bonne pile (pas facile, ronde, 23 A, courte, encore jamais vu ça...). Bon, il n'y a pas mort d'homme.


Comme il nous faut traverser la rivière à gué, et comme nous savons que la marée va remonter (c'est mathématique, hein !) et qu'on ne pourra plus le traverser comme ça, il nous faut passer par le pont. La route (8 km quand même à faire) n'offrant aucun attrait, nous y allons avec Rouletabille ! Ci-dessus la Seixe, après avoir franchi le pont de Sao Miguel.

Odeceixe et l'embouchure de la Seixe au loin.

Et en face de nous, le grand parking sur lequel nous avons bivouaqué. On voit aussi parfaitement le sentier que nous avons emprunté hier pour descendre et remonter sur la falaise.

Et la récompense attendue : la superbe baie vue depuis Odeceixe.

Nous réussissons à descendre sur la belle plage par la falaise : un peu chaud et glissant, pas bien, mais réussi !

Nous traversons la grande plage pour venir sur les berges, et l'embouchure, de la Seixe. Sublime, j'adore ça !

Claudine m'attend pendant que je tente -et réussis- la traversée, en me mouillant à peine. C'était assez "chaud", car le sable est assez mouvant, et le lit est plein de cuvettes. Par ailleurs, le courant est assez fort. On a bien fait de venir avec Rouletabille, car la traversée à gué à marée plus haute eût été pour le moins délicate !

Pique-nique sur la plage. Les nuages sont là, il fait frais, nous ne nous y attardons pas comme nous en avions l'intention (nous voulions rester lire sur la plage). Retour au bercail, donc...

Une seiche échouée sur le sable.

Nous retournons donc... en face, pour y passer une nuit paisible !

Peu avant d'arriver, désolé pour les taches sur le pare-brise du camion... Ciao ciao.

Au fait, merci beaucoup à Sylvine, Christiane et Dom pour leur passage sur le livre d'or. Comme ça, je sais qu'il y en a qui me lisent... Hi hi hi.

Page précédente: cabo-sardao
Page suivante: aljezul


Depuis le 06/06/2005 Visites:1202712 Aujourd'hui :400 Maintenant:13 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)