Sacoches

Présentation des sacoches d'âne

Comme certains le savent, je me suis offert à Noël des grandes sacoches.

Ou plutôt non, j'ai offert à Jolly Jumper (c'est finalement le nom que je donne à mon fidèle compagnon de voyage - j'ai nommé le Piaggio x9) une belle paire de sacoches toutes neuves fabriquées spécialement pour lui.


Leur prix --- 250 euros

Ce sont des sacoches de randonnée pour âne, donc des sacoches de bât. Je les avais vues en photo dans un des bouquins écrits par Jacques Clouteau, qui fait de très longues marches à pied à travers l'Europe (plusieurs milliers de km). Je peux faire confiance à son expérience de baroudeur: en effet, il passe à pied dans beaucoup plus d'endroits scabreux que je ne peux le faire avec le scooter. Avec son âne, ses sacoches sont restées des jours et des jours sous pluie battante, elles ont été maintes et maintes fois égratigniées par les ronces, pliées par les branches d'arbres en travers, écrasées entre le flanc de l'âne et des rochers, bref, elles ont tout fait, et il dit qu'elles sont parfaites. Etanchéité totale, souplesse totale, solidité à toute épreuve, voilà des mots qui me plaisent. Je me suis donc décidé à l'achat , malgré le prix très élevé, privilégiant pour une fois la qualité au prix. En effet, tout le monde veut des prix, et tout le monde s'étonne que plus rien ne dure: je me demande si, finalement, nous ne payons pas plus cher... mais c'est un autre débat!

Allez voir le descriptif détaillé, je vous laisse juger. Le fabricant est le fils de Jacques Clouteau lui-même: une affaire de famille.

Un pot pourri de quelques photos pour commencer, afin que vous puissiez avoir une vue d'ensemble. La classe, non ?

La première chose à faire, c'est de les mettre en place! Alors là, c'est tout simplement déconcertant de simplicité. 3 grandes lanières pour chaque sacoches, que l'on relie entre elles sous la selle. C'est fait en moins d'une minute! A deux, en 30 secondes. Après, il ne reste plus qu'à les régler. Pour la solidité des lanières, Olivier Clouteau m'a certifié que ça ne pouvait pas bouger: ce sont les matériaux utilisés par les marins, soumis au vent, à l'eau et au sel corrosif de toutes les mers du globe!

La forme de la sacoche n'est pas très rectangulaire. Mais elle est presque vide. Je les pensais plus rigides, mais en fait, elles sont très souples, et je pense que c'est un gage de tenue dans le temps. Cependant, esthétiquement, je pense que nombre d'entre vous ne vont pas les trouver belles... De plus, elles sont bleues, et seulement bleues!

Mais cette couleur ne va pas avec ton scooter! Et alors, je m'en moque. De plus, si leur couleur était bien, elle ne serait pas forcément bonne pour le scooter suivant, etc. Or, ces sacoches doivent me suivre pendant de nombreuses années, j'ai bien l'intention de les amortir!

Les cotes des sacoches sont 50 cm de long, 40 cm de haut et 20 cm de large soit 40 litres.

Ces fameuses poignées, de loin, font penser à la lette "M" avec leur partie centrale qui retombe. Ici, j'ai coincé le haut du rabat de sacoche, en haut, pour que vous puissiez voir un peu la partie intérieure.

Dans la sacoche, dans la partie droite, et pliés en deux, un pain et 2 baguettes. Malheureusement, ça ne "rend" pas bien; en effet, au-dessus de mes pains, il reste encore bien de la place, croyez-moi.

Au-dessus des sacoches, deux autres lanières sont prévues pour glisser d'autres objets -ici, j'ai mis une baguette pour vous faire voir-, style tapis de sol roulé, ou autres choses. On règle la taille désirée comme l'on veut! C'est génial.

Et, très important, ce que j'ai fait ajouter: les sangles de liaison entre les deux sacoches, qui sont clipsées entre elles au-dessus de la plaque d'immatriculation. Elles permettent le maintien latéral, empêchant les sacoches de se balader au vent, à l'horizontale, comme des oreilles d'éléphant! Comme ceci, elles restent bien verticales.

Avec un âne, on passe des sangles sous le ventre: mais mon Jolly Jumper ne l'accepterait pas...
Monsieur déteste qu'on le chatoullle!

Vue plongeante vers l'intérieur de la sacoche. Vous pouvez voir une séparation, qui monte au 1/3 de la hauteur. Elle permet un certain maintien de la forme, mais peut gêner pour porter des objets hauts et larges de type "malette" de transport. J'ai souvent de telles malettes, dans lesquelles je mets des bouquins, revues et autres. J'arrive à les mettre dans la sacoche, mais j'abîme par la même occasion cette séparation, qui se trouve légèrement pliée. J'avoue que c'est pour l'instant le point qui me gêne le plus, et de loin! En fait, c'est vraiment gênant quand on veut mettre des objets volumineux sans se prendre la tête avec des tendeurs sur la selle. C'est donc en utilisation quotidienne que ce point est ennuyeux; en effet, en version "voyage", ce n'est pas important, car les objets volumineux se mettent dans le pelochon, qui se fixe sur le siège passager, et que je n'ai pas encore pris pour raisons financières. Je l'achèterai au printemps, avant de partir en Scandinavie (eh oui, c'est le prochain périple que je prépare, hum, miam-miam...). Et en version "voyage", les sacoches me serviront pour la nourriture!

Alors là, je suis déçu. Pour le prix, je m'attendais à un travail soigné! J'espère que cette vilaine couture ne gêne en rien l'étanchéité et la solidité générale de ma sacoche.

M. Clouteau, pouvez-vous me le confirmer ? OUI, c'est confirmé ici.

Celle-ci est meilleure.

Celle-ci aussi.

Le "M" de mes poignées de chargement-déchargement au camping. Vous voyez ici l'état du "bas de sacoche", avec lesquelles je roule depuis Noël, malgré le temps. Il a plu, il y a eu beaucoup de projections, mais en fait, je ne les trouve pas très sales. D'ailleurs, finalement, je pense que leur couleur ne va pas rester bleue, et va se rapprocher petit à petit de celle du x9...

Par contre, sur le rivet, on dirait un point de rouille? Il faut que je regarde ça de plus près, ce serait moche.

Dans cette sacoche, et au-dessus de la séparation intérieure dont je vous parlais plus haut, j'ai quand même rentré mon sac photo, qui est plutôt volumineux: l'appareil photo, les objectifs, les accessoires, tout y est sans problème, bien à l'abri des intempéries et des tempêtes de l'ouest atlantique.

Détail sur les rivets intérieurs, côté scooter. Au centre en bas, le haut de la séparation intérieure.

La plaque latérale, qui assure solidité et forme à la sacoche. A droite, les rivets de la photo précédente.

Cette fois, vue plongeante de la partie de la sacoche tournée vers la route; on voit bien la séparation interne en bas.

Attention, convoi exceptionnel. Prière de se ranger, laissez passer, s'il-vous-plait, merci.

Bon, ce n'est pas encore la Goldwing, mais on s'en approche doucement...
Je ne sais pas pour vous, mais moi, j'adore. C'est exactement ce que je voulais. Avec ça, nous sommes presque prêts à parcourir l'Europe entière, mon vieux rêve...

Même de loin, le volume est là. Alors pour les slaloms en ville, évidemment, c'est plus difficile...

De face, je le trouve très joli aussi. Je parle du scooter, quoi que...

Je vous en mets toute une série, pour que vous puissiez le voir sous tous les angles...

La sacoche gauche penche un peu vers l'avant; il faudra que je pense à la régler un peu mieux!

Les demi-tours avec le x9 sont toujours un peu laborieux, alors avec de grandes sacoches comme celles-ci, lorsqu'elles seront pleines à craquer, je pense qu'il faudra faire attention. Mais je suis plutôt prudent, donc ça devrait aller.

Bon, vraiment, la sacoche gauche penche beaucoup trop vers le sol; il suffit de tendre la dernière lanière sous la selle.

 

Conclusion.

Hormis la finition des coutures qui laisse un peu à désirer, je suis pour l'instant très satisfait. La séparation intérieure me gêne, mais elle est indispensable. L'étanchéité semble bonne, mais je n'ai pas fait un test assez long. Je vais laisser des revues dans les sacoches pendant plusieurs jours, pour voir.

Enfin, une constatation non négligeable après deux pleins d'essence (environ 600 kilomètres effectués avec): la consommation s'est élevée sensiblement - je dirais environ 0,3 litre supplémentaire aux 100 km -, et la vitesse générale a baissé d'environ 5 à 7 km/h, ce qui est important. Maintenant, tout ceci doit être relativisé par l'utilisation que je vais faire de mes sacoches.

En effet, elles ont tout de même été achetées pour les randonnées et les voyages; par conséquent, en utilisation courante, en semaine, je ne devrais pas les utiliser. Elles sont tellement simples à installer, et à stocker (on peut y laisser des affaires dedans pour rentabiliser l'espace...), que ce n'est plus un problème.

Enfin, dernier truc: je pense qu'il faut être prudent lorsqu'elles sont pleines, question stabilité de l'ensemble et surtout point de gravité. Les slaloms en ville deviennent difficiles, une partie de la souplesse d'utilisation est perdue; mais en ce qui me concerne, lorsque je randonne ou voyage, je roule pèpère, et surtout, je ne vais pas en ville, mais en campagne. Ben oui, je n'aime pas les villes, de toute façon, donc je ne serai pas dérangé par ça.

Comme je vous l'ai expliqué plus haut, je vais en plus acheter le "pelochon", qui va prendre tout le siège passager et recouvrir les deux sacoches, et me servira en plus de dossier (de chaise, pour appuyer mon petit dos tout en roulant). Le pelochon fera, avec une option agrandissement que je vais faire faire à M. Clouteau - par rapport à un pelochon pour âne -, 70 cm de long, 40 cm de haut et 35 cm de large soit 98 litres. Avec ça, je pourrai transporter sans problème la toile de tente, le réchaud, les vêtements, etc.

J'ai hâte de partir...

 

Pour finir, évidemment, je vends mes anciennes sacoches, de marque Gifi.

Elles ont fait l'Espagne et le Portugal, et beaucoup de balades, m'ont rendu d'immenses services, sont encore bonnes.
Je leur ai même fait faire une protection en skaï par une couturière.
Vous pouvez en voir des photos sur le site (Escapades/Rando BZH pour le skaï, Voyage/Espagne pour les sacoches).

J'avais acheté les sacoches 120 euros, les protections skaï 35 euros. Je les laisse pour 50 euros (le tout).
Ceux qui sont intéressés m'écrivent via l'adresse du site (menu à droite: contact).

 

 

Addendum.

J'ai envoyé un petit mot à M. Clouteau cet après-midi (09/01/2006) pour lui faire part de mon compte-rendu, et lui poser quelques questions, dont une concernant les renforts en contre plaqué au lieu du plastique présenté sur son site. J'avais sa réponse dès ce soir, et je me félicite de ne pas avoir acheté des sacoches dans l'immense entreprise machin-truc mais au contraire d'avoir fait travailler un artisan.

Je vous livre donc sa réponse -en italique-, qui me confime que j'ai bien fait le bon choix en décidant de lui faire confiance.

 

Les plaques PVC on été dernièrement changées par des plaques de contre plaqué de même épaisseur à la demande de plusieurs anciens clients ayant effectués de longues randonnées. C'est pour cela que vos sacoches sont équipées de ces nouvelle plaques.
 N'ayez crainte, les plaques de bois ne pourront pas percer le liner armé, elles sont fixées  sur celui-ci.

Je suis allé faire un tour sur votre site, n'ayez crainte, si toute fois le rivet alu rouillait, je vous en enverrai un en échange.
La couture qui vous déplaît ne peut être faite qu'a la fin et à la main or la toile de bache est particulièrement difficile à coudre surtout qu'elle se superpose, donc c'est artisanal et parfois on fait comme on peut. Donc désolé pour l'esthétisme de ce détail mais je pense que pendant votre périple et bien que roulant "pépère" cela ne sera guère génant.  Les coutures hormis les perimétriques se sont pas cousues avec la bâche PVC. Ce sont  deux poches indépendantes reliées entre elles qu'au bord du rabat.
Concernant le prix trop élevé, il en existe juste en tissu à 275€ sur bourricot.com. mais je pense que l'étanchéité n'est pas au rendez vous et comme vous le dites si bien il faut parfois privilégier la qualité au prix, d'autant que vos projets nécessitent du matériel adapté.

Cordialement

Olivier Clouteau


Depuis le 06/06/2005 Visites:862643 Aujourd'hui :83 Maintenant:9 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)