Scandinavie 2012, étape 007

Jour 007 - Lundi 9 avril 2012 - 133 km - 284 photos
(Total : 1810 km - 834 photos)
De Havneby/Romo à Oksbol (Danemark)

Il y a eu beaucoup de rafales de vent pendant la nuit, accompagnées de trombes d'eau par moments. Mygoo bougeait, mais tenait bon. Il faut dire que ce n'était pas la tempête non plus ! Ce matin, départ à 9 heures. Temps maussade, petites pluies intermittentes, mais bon, ça va pour moi, je suis bien au chaud dans mon véhicule ! Il faut bien que je vous le dise : je ne regrette absolument pas la moto, quand je pense au confort dans lequel je voyage, et juste pour le prix de l'essence, en plus ! Ici, au Danemark, les toilettes sont partout, sur chaque aire de repos, et sont de plus propres, et pourvues de papier et de savon pour se laver les mains ! Là, je dis "chapeau" !

Je commence par quitter l'île (ou la presqu'île si vous voulez) pour retourner sur la route principale et reprendre mon petit bonhomme de chemin vers le nord.

Brons, premier village sur la route 11. L'église se voit de loin : j'y vais. LLe bâtiment est vraiment imposant !
Et toutjours, tout autour, le cimetière compartimenté par de la verdure, chaque famille semblant avoir son petit "carré".

Quelle idée saugrenue de mettre un porte-manteaux sur cette magnifique pierre tombale !

Je tente l'entrée : yeees, la porte s'ouvre ! J'ai de la chance, il y a une femme en train de nettoyer. Je sens que je ne devrais pas avoir le droit d'être ici; mais elle ne dit rien. Alors, j'y vais. C'est tout simplement magnifique. Propreté totale, tout est nickel, rien ne perturbe l'agencement parfait !

De grandes fresques sur les murs, malheureusement de teinte pâle.

Je me retourne : l'orgue est d'une très grande beauté. Tout est équilibré, horizontalement et verticalement, et tout brille comme du neuf.

Un bateau pend du plafond : normal, les Danois sont autant des marins que des paysans, et ils ont tous la mer dans le sang : ce sont des vikings !

Je m'approche du choeur au plus près; la dame a fermé le passage et est sortie en répondant à peine à mon salut souriant. Pas grave.

Le détail est poussé jusqu'à son maximum : les petits vases au bout des rangées sont tous pourvus de fleurs fraîches !

Un bénitier viking...

Alors, cette visite vous a plu ? N'hésitez pas à me le dire dans le livre d'or, je vous rappelle que c'est ma seule récompense, et qu'elle m'encourage à poursuivre. Je dis ça surtout pour ceux qui n'ont jamais mis un mot, les lecteurs de l'ombre, les discrets, les silencieux. Allez-y, lâchez-vous un peu, ça fait toujours plaisir à celui qui écrit de voir qu'il est lu !

En face de l'église, cette belle maison. Certaines sont immenses et d'une beauté saisissante; j'ai remarqué que ce sont souvent des fermes, et j'en déduis qu'être fermier au Danemark peut être d'un excellent rapport; un peu comme chez nous, vous savez ? La masse des agriculteurs crève la faim et a du mal à joindre les deux bouts; et une minorité ramasse la totalité du butin... Partage moderne.

Juste un peu plus loin : Rejsby. Je rentre, mais il y a un office en cours... Pas question de prendre des photos. Ah oui, c'est Lundi de Pâques, normal !

A Egebaek-Hviding, je vois la pancarte "Mando". C'est une île, et je me suis promis d'aller voir cette île que j'ai découverte l'hiver 2010 en préparant ce voyage. Ene ffet, elle a la particularité de ne pouvoir être atteinte en voiture qu'à marée basse, comme Noirmoutier en Vendée. J'ai trouvé le site Internet donnant les horaires, document indispensable pour y aller. Malheureusement, il ne les donnent que pour les trois ou quatre jours suivants. Quand on prépare un voyage, on a besoin de le savoir bien plus tôt, pour définir un passage le matin ou l'après-midi, par exemple... Du coup, j'y vais totalement "au pif", on verra bien, je me fie une fois de plus à ma bonne étoile !

Traversée de Vester Vedsted sur la route de l'île; nombreuses très belles maisons.

Et encore une très belle église, mais absolument identique aux autres.

A la sortie du village, un petit bâtiment et de nombreuses affiches. Il s'agit des horaires de marée, et du bus transportant les touristes sur l'île. Il est 10h35 à ma montre, et je vois que le bus partira aujourd'hui à 10h30 d'ici, et repartira de l'île à 13h30. Vous y croyez, vous, à une telle chance ? J'aurais connu les horaires que je ne pouvais pas faire mieux, c'est tout simplement... ben oui, ma bonne étoile ! Le bus vient donc juste de partir.

La route commence par longer la digue protégeant le continent des grosses marées.

Une fois la digue franchie, place aux choses sérieuses ! D'ailleurs, j'aperçois le bus, dans la brume, à gauche !

Un homme averti en vaut deux ! Et ici, ce n'est pas comme à Noirmoutier, il n'y a pas de balises salvatrices en cas d'erreur ! Dans ce cas, c'est la mort quasiment assurée, dans ces mers glaciales, et la partie submergée fait plus de 5 kilomètres, ce qui n'est pas rien !

Au passage, les deux langues à connaître dans les pays nordiques -à part leur propre langue- sont, dans l'ordre, l'allemand et l'anglais. , ce qui me va bien ! Il faut voir ici la reconnaissance du touriste allemand, qui voyage énormément, et qui se trouve bien entendu le moins éloigné de la Scandinavie !

La seule chose qui m'ennuyait était de mettre Mygoo dans l'eau salée, mais elle adore. Elle me surprendra toujours.

Très peu de circulation, juste deux ou trois îliens qui font faire quelques courses sur le continent, quoi que, en ce lundi de Pâques, les courses...?

Comme je rattrape le bus, je fais des pauses photo; ça tombe bien, j'adore ça.

Le domaine des oiseaux ! Et des poissons aussi, toutes les six heures !

Une grande partie de l'île est entourée d'une haute digue que l'on franchit en quittant la route submersible.

Là, c'est l'île de Mando. En fait, le "o" est un "o" barré, lettre danoise inconnue chez nous, comme le zéro barré des informaticiens.

Coup d'oeil arrière comme j'aime le faire : la route que je viens de parcourir. Le continent est à peine visible !

Les premiers êtres vivants que je croise sur Mando sont des vaches.

Le village est minuscule, et très banal. Je pose la voiture -en cette saison, c'est facile, mais je n'ose pas imaginer le bazar que ce doit être à la haute saison- et je pars faire une balade dans les dunes, au sud-est de l'île; c'est là aussi que se situe le village. On aperçoit Mygoo en bas.

Côté mer.. Quelques touristes : ce sont ceux venus avec le bus !

Rien ici ne donne envie de se baigner !

Sur ce poteau se trouvent les marques des divers raz-de-marée et grosses tempêtes parvenues jusqu'ici.

Et le fameux "bus"... Vous voyez là le fameux "o" danois. Certains des touristes sont même restés à l'intérieur, marquant le peu d'intérêt qu'ils ont pour l'île. Je pense que leur seul plaisir était la traversée de la zone submersible.

Il y a une jolie petite église sur Mando.

Je suis entré et... aussitôt ressorti : là encore, un office était en cours !

C'est rigolo de voir ces vikings qui ont brûlé l'Europe de l'Ouest et pillé ses églises, et qui ont embrassé la religion attaquée !

Un coin de surpopulation dans le petit cimetière entourant l'église.

Et un coin privilégié. Quels sont les codes d'attribution des terres ?

Quoi qu'il en soit, c'est toujours aussi propre !

Je retourne faire un tour du village, puis faire une petite grimpette au sommet des dunes, histoire de faire un peu d'exercice comme je me suis promis d'en faire !

On est mieux à l'abri; cet habillage laisse à penser que, peut-être, la météo est rarement clémente sur Mando ?

Quelques maisons se trouvent carrément dans les sables, à l'abri des dunes.
A l'abri ? Attention quand même, car les sables bougent, au Danemark. Je vous le montrerai plus tard.

Au fait, savez-vous où je me trouve au moment où je vous écris ces lignes ? Je suis extrêmement bien installé sur une petite table, dans le magnifique ferry de la ColorLine, dans une grande salle du niveau 7, si je ne m'abuse, à moins qu'il ne s'agisse du 6. Il y a des prises de courant pour brancher le PC. A ma droite, la mer, plate comme un lac -ce qui me va très bien- et un beau ciel plutôt bleu, avec quelques nuages blancs au loin. Bref, c'est le pied ! Et en plus, je vous le paiement de 40 euros seulement, il n'y a eu aucun supplément, c'est vraiment un rapport qualité/prix exceptionnel que je vous recommande au plus haut point ! Le bateau file sans à-coup à environ 50 km/h. J'a^perçois au loin les côtes de Norvège, nous n'allons pas tarder à arriver, je n'aurai pas le temps de finir ce compte-rendu !

Revenons à nos moutons. Ou plutôt, sur l'île de Mando, au Danemark.

Au loin, le drapeau de l'église. Ah, ces drapeaux. Les nordiques sont des fanatiques de leur drapeau national. Les maisons ayant un mat dans leur jardin pour soutenir ce fameux drapeau sont vraiment légion ! A cette saison, le mat se dresse bien souvent vide; ils sortent le fameux morceau de tissu aux beaux jours....

Le cordon dunaire au sud-est de l'île. L'herbe s'est très bien enracinée sur toutes les dunes, permettant leur fixation.

Retour à Mygoo, pressée de retourner se baigner en eau salée !

Le seul moulin de l'île, mais il est magnifique.

Au bord de la route, des étangs; l'eau est partout présente au Danemark, et c'est donc le royaume des oiseaux, frotement protégés. Ici, des cygnes sauvages, bien entendu. J'ai aperçu un vol de cygnes, et je trouve qu'il n'y a pas grand chose de plus majestueux à observer; c'est magnifique !

Je retrouve la digue à franchir avant de retrouver la route salée...

Certaines parties sont bien humides, et l'eau salée boueuse saute sur la carrosserie.
Je roulerai dans les flaques d'eau douce le reste de la journée, histoire d'enlever le sel au maximum.

Passage de la deuxième digue, côté continent cette fois. Et retour sur la terre ferme. C'était génial !

Retour à Vester Vedsted.

Il y a toujours plusieurs dates forgées au-dessus de la porte !

Et toujours ces tombes bien alignées, proprement, entourées de végétation.

Oups, je me suis trompé de chemin, je m'en allais chez ces gens-là... Une sacrée maison...

Celle-ci a ma préférence, mais elle n'est pas petite non plus !

Toujours à Vester Vedsted.

Il s'agit en fait d'une ville très touristique, et je gage que ses rues doivent être noires de monde à la belle saison !

Aujourd'hui, les rues sont glaciales, le vent s'y engouffre avec force, et j'ai bien fait de me couvrir !
Merci à Julien pour son manteau-imper "Elf" de l'époque où il travaillait sur les voitures de courses, il me protège bien des rafales.

Je vous laisse suivre le regard du touriste sans commenter les photos. La place centrale est en travaux, c'est dommage !

Je ne lui ferais absolument pas confiance, et vous ?

Essai d'autoportrait raté...

Quelle que soit la météo, les vélos sont partout !

Change ?

La pluie se met à bien tomber, et je ne ferai plus aucune photo. Je me trouve un bon bivouac dans une petite ville appelée Oksbol. Il pleut à verse, mais qu'à cela ne tienne, n'est-ce-pas ? Je passe dans le salon, je sors ma petite chaise de camping, je me sers une bonne bière et ... je bosse !

C'est trop génial, cette bagnole !

 


Depuis le 06/06/2005 Visites:851463 Aujourd'hui :267 Maintenant:16 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)