Scandinavie 2012, étape 010

Jour 010 - Jeudi 12 avril 2012 - 222 km - 363 photos
(Total : 2304 km - 1875 photos)
De Osterild à Kandestederne (Danemark)

Il y avait un peu d'animation sur la place du village, hier soir. Les gens se rencontrent et discutent; en tout cas, je les imagine, car je ne les vois pas. Je les entends pendant que je tape mon compte-rendu sur le PC, bien installé dans le salon, table spéciale enserrant les genoux avec tablette à droite pour poser la souris, bière à main gauche, vélux éclairant mon espace de travail au-dessus de ma table, pieds bien au chaud dans une couverture.... Il ne me manque qu'une ou deux fenêtres pour voir l'extérieur. Comme il n'est plus question d'en installer -j'y avais pensé, car ce serait faisable sur la porte coulissante sans aucune perte d'espace ni d'isolation-, je songe au professeur GeoTrouveTout, j'ai nommé, Eric le Belge, le meilleur technicien bricoleur spécialiste en gadgets électroniques en tous genres. Lui, j'en suis certain, saurait m'installer deux ou trois caméras vidéos... Alors là, un petit moniteur dans le bureau, et hop, je regarde discrètement ce qui se passe dehors... On verra ça pour le prochain voyage.

Ce matin, j'ai été réveillé de bonne heure par mes voisins de palier... Portes coulissantes des camionnettes qui roulent, puis claquent, c'est l'heure du départ vers le boulot... Il est... 7 heures ! Bon, je suis en forme, debout les gars, réveillez-vous....

A la sortie d'Osterild, je prends la 11, vers l'est. Les collines n'ont pas duré longtemps.... je retrouve le plat pays ! Une ferme en face du lac Arup Veije.

La 11 passe ensuite au raz de l'immense Limfjord, de forme tellement complexe que les danois semblent lui avoir donné des noms différents; il semble qu'ici, ce soit le Logstor Bredning, ce que je vous donne sous toutes réserves, n'ayant aucun moyen de vérifier (pas de connection Internet au moment où j'écris ces lignes, et mon guide sur le Danemark est au-dessus du poste de pilotage, et je n'ai pas envie d'aller le chercher ! D'ailleurs, je ne vois pas pourquoi je vous mâcherais tout le boulot, il faut bien que vous participiez aussi un peu. En plus, le savoir et la culture, ça se mérite aussi, non ?

Bref, tout ça pour ne rien dire... Donc, d'un côté (au sud), le Limfjord, et de l'autre, une zone protégée, réserve naturelle d'oiseaux. Enfin, au Danemark, tu ne trouves pas de réserves d'ours ni de loups.... Je vais jeter un coup d'oeil, car il y a un beau bâtiment.

Drôlement bien finie, la petite maison au toit de chaume.
Notez la façon d'élever un mur de cailloux : il suffit de les mettre dans un coffrage de ferraille...

Alors là, quand je suis rentré, j'ai dit "Ouahhhh!". En effet, voilà un observatoire pour oiseaux -enfin non, pour touristes- exceptionnel ! Il y a 4 paires de jumelles, un énorme longue-vue, un ordinateur avec explications sur chaque espèce que l'on peut trouver ici -toujours dans les trois langues connues par l'Office de Tourisme danois, à savoir le danois, l'allemand et l'anglais... mais je ne critique pas, c'est déjà vraiment très bien !-, des bans pour s'asseoir, des tablettes pour poser les coudes lorsque l'on regarde avec les jumelles, bref, c'est la grande classe. Il y a un livre d'or, j'ai remercié, ça le vaut bien !

Voici ce que l'on voit...
J'ai assisté à la bagarre entre deux mouettes qui se disputaient un gros bout de gras, très intéressant.

Soudain, des centaines d'oiseaux sont venus atterrir dans les prés salés. Ce sont des oies, comme celles photographiées hier. Sans doute vont-elles dormir ailleurs, et viennent-elles ici le matin pour commencer une nouvelle journée de "broutage"...

Bon, ce n'est pas l'tout, mais j'ai encore pas mal de boulot aujourd'hui. Arrêt à Fjerritslev, où je cherche un spot WiFi, que je trouve. Ce qui me permet de vous envoyer de quoi lire. J'en profite aussi pour vous faire quelques photos de la rue principale d'une petite ville danoise.

C'est mignon tout plein. Il y a même une belle moto.

A la sortie de Fjerritslev; notez la beauté de la maison en arrière-plan, toute en tuile, avec une tour ronde intégrée au centre !

Je poursuis sur la 11. Brovst, Halvrimmen, et ici l'église de Arentsminde.

Puis Birkelse -dont voici l'église-, et Aabybro. Là, j'hésite un bon moment et je sors mon guide spécial Danemark. J'ai en effet à moitié envie d'aller visiter la ville de d'Aalborg. Finalement, après avoir pesé le pour et le contre, je laisse tomber, préférant aller voir la pointe de Skagen qui correspond plus à mes attentes : c'est la nature... Je quitte donc la 11 pour la 55, en direction du nord.

Qui me conduit à Blochus. Le guide dit que c'est l'endroit où il faut aller en été, tout le monde vient s'agglutiner sur les longues plages, et danser toute la nuit, et boire et manger.... Bref, les danois disent que c'est la ville des "sans cerveaux", c'est pour les "gros nuls", etc...

J'ai envie d'aller voir quand même, na !

Et je vais vous faire un aveu, je n'ai aucun regret d'être venu, bien au contraire !

J'ai fait plaisir à ma "titine", qui en rêvait encore depuis la dernière fois à Romo, souvenez-vous. Ici, c'est encore plus sensationnel. J'ai fait demi-tour, mais j'ai bien l'impression qu'on peut entrer sur une plage à un endroit, et ressortir beaucoup plus loin, par l'entrée d'une autre plage. Je ne sais pas combien de kilomètres on peut faire sur le sable, mais j'ai l'impression qu'on peut en faire beaucoup. Alors, oui, j'imagine l'été, avec toutes les belles caisses de style, chères, sportives, réservées à ceux qui ont du "blé".. Pour ma part, aujourd'hui, je n'ai vu aucun kéké, mais à cette saison, les kékés, ils restent bien au chaud au fond de leurs tanières. Le kéké, c'est bien connu, ne sort qu'à partir de 25-30 degrés, sous un grand soleil.....

Le fond des mers doit en être tapissé... A ne pas mettre sous les pneus, on ne sait jamais....

J'ai la dale. Il me reste 19,75 DKK. C'est la dèche ! Je suis allé dans un Spar, il y avait des sandwichs, mais il me manquait des sous ! Je suis allé dans un Aldi; c'est moins cher -genre Lidl chez nous- et je pouvais m'en acheter un, mais la couleur de ce qu'il y avait entre les deux tranches de pain ne m'a pas plu. Je suis donc reparti sur la route. Soudain, à Saltum, à côté d'une station d'essence, une camionnette avec un gars qui vend de quoi se restaurer. Je lui mets ce que j'ai sur sa tablette en lui expliquant que c'est tout ce que j'avais, à lui de me faire un truc avec ça ! Son fils a traduit. Il m'a fait une bockwurst bien chaude dans son petit pain avec son petit tas de moutarde. C'était normalement 20 DKK, mais il me fait cadeau des 0,25...

C'était tout simplement délicieux. C'est mon péché mignon. Si je m'écoutais, j'en mangerais une demi-douzaine chaque midi. Ce sont les Berlinois qui m'ont appris à aimer; on avait droit à ça tous les matins au p'tit déj' chez Siemens... en 1975... Un gars passait dans les couloirs en poussant sa roulotte, j'en ai encore les odeurs en mémoire ! Donc, je disais, c'était délicieux, mais ça m'a carrément ouvert l'appétit, j'ai encore plus faim qu'avant !

L'église de Saltum, à la sortie du village -enfin, je pense que ça dépend directement du sens dans lequel on roule, en fait !

Je retourne vers la mer, à Lokken. Là, c'est comme à Blokhus...
Je décide de m'installer ici pour me remplir l'estomac ! J'ai déjà mangé dans des coins moins jolis !

Je vous livre l'info... En fait, on peut aller de Blokhus à Lokken par la plage (environ 15 km.... une belle expérience à tenter). Amis motards, je vous le conseille, et si certains d'entre vous le font, envoyez-moi un petit mail, ça me ferait plaisir !

Ah, ça fait du bien, je peux reprendre le boulot, maintenant. Direction Lonstrup. On aperçoit à plusieurs kilomètres la dune de Rujberg Knude. je discute avec des allemands qui me disent que ça vaut vraiment le coup d'y aller. Je discute un moment avec eux, ils sont très sympas, et leur gamin apprend le français à l'école. Sa mère lui a demandé plusieurs fois de me parler en français, mais il n'a jamais osé décrocher un mot; j'ai moi-même essayé -en français, bien sûr, pour l'aider-, mais rien à faire. Ils sont bêtes à cet âge, quand même !

Allez, c'est pas tout ça, faut que j'y aille, moi. En plus... ça fera du bien à mon gros bidon.

On laisse la voiture assez loin; il y avait un chemin, mais les danois l'ont barré. Ils ont bien raison, après tout !
La marche d'approche parmi les épineux, après le large sentier.

On dit que tout chemin mène à Rome... Ici, pour le coup, tout chemin mène au sommet !

Effectivement, la vue porte loin. En haut à gauche, c'est le littoral. Mais le ciel est devenu de la même couleur que l'eau, dommage !

En haut, le phare qui s'est ensablé, et qui va irrémédiablement sombrer en mer d'ici quelques dizaines d'années, d'après les pancartes lues sur le parking.

Côté mer, la pente est très abrupte !

Retour vers le parking.

C'était bien, je ne regrette pas cette petite balade. Et vous ? Pas trop fatigué(e)s ?

Eglise à la sortie de Lonstrup.

Ensuite, j'hésite un peu. Il est déjà 15h30, et je dois prendre le bateau demain midi (déjà, le temps passe à une vitesse folle) à Hirtshals; j'en suis à une trentaine de bornes seulement. J'aimerais bien aller à Skagen voir le bout du Danemark. Mais c'est à 50 bornes après Hirtshals, soit une centaine aller-retour ! J'y vais, j'y vais pas... En plus, le ciel s'est obscurci, un brouillard est en train de tomber... Allez, j'y vais quand même !

Cette fois, je roule pendant un long moment sans faire aucune photo, une fois n'est pas coutume !

Quelques kilomètres avant Skagen, je vois les pancartes concernant l'église ensablée. Quelques centaines de mètres à marcher dans les dunes couvertes de sapins, et j'arrive finalement devant cette église dont désormais seule la partie haute reste visible; le reste est sous le sable !

Elle date du XIVème siècle, quand même ! Et a été abandonnée à la fin du XVIIIème, car c'était trop dur de devoir sans cesse désabler ! Aujourd'hui, ils la maintiennent comme ça, car elle sert de repère pour les bateaux. Sur le parking, il y avait un couple de français du Calvados. J'ai voulu engager la conversation, mais ils m'ont à peine répondu. Sans doute pas envie de causer avec des compatriotes.

Et voici Skagen ! Que je traverse pour aller à Grenen, 3 km plus loin.

Parking payant jusqu'à 18 heures. Il est 17 heures. J'y ai donc droit ! Et je n'ai plus de DKK. Les commerces sont en train de fermer, et je discute avec une charmante commerçante qui me dit : "Mais vous êtes venus pour ça, alors allez-vous, c'est une belle balade. Les automates acceptent les cartes". Bien qu'il fasse gris triste, je me dis qu'elle a raison.

12 DKK pour une heure. Ils acceptent en effet les cartes bancaires... on verra ce que la banque va me débiter !

Et c'est parti. Il y a encore quelques personnes. La plupart reviennent, mais il me semble que le groupe le plus lointain y va aussi. C'est génial, j'ai l'impression que les gens marchent sur l'eau !

On ne peut pas marcher sur une grève sans en trouver. Il y en a aussi chez nous, sur les plages vendéennes !

Le no man's land. La pointe la plus septentrionale du Danemark, c'est ici, sur cette langue de sable qui se poursuit sur quatre kilomètres sous l'eau, comme une pointe, et se déplace d'une année sur l'autre au gré des courants.

Car ici, deux mers se rencontrent. A ma gauche, le Skagerrak (au nord, la mer entre Danemark et Norvège) et à ma droite le Kattegat (au sud, la mer entre Danemark et Suède). IInterdiction absolue de se baigner ici, les courants y sont extrêmement forts.

Je n'en ai pas l'impression, mais je n'ai par ailleurs aucune envie de me baigner !

C'est ici, une fois de plus, le domaine des oiseaux et... des poissons !

L'homme vient, regarde, et repart !

Retour à Grenen et son phare de 45 mètres, réplique exacte du phare du XVIème siècle.
Notez, une fois de plus, la présence de nombreux blockhaus !

Et retour à Skagen. Cette tour, je vous rassure, est bien droite; c'est mon objectif qui déforme, vous avez déjà du vous en rendre compte !

Eglise de Skagen.

J'ai failli m'installer ici pour bivouaquer, mais je décide finalement d'aller bivouaquer à Kandestederne, près des hautes dunes, afin d'aller les voir demain matin à l'aube, avant de foncer vers Hirtshals pour prendre mon bateau.

Je reprends donc la route. Et soudain, le brouillard si triste se lève très vite et les joyeux rayons du soleil viennent tout éclairer. C'est superbe !

Je me dis que, du coup, je pourrais peut-être aller voir les grandes dunes ce soir avant de me coucher ?

Yeeees, il fait beau, j'y vais, on verra bien ! Le complexe dunaire près de Kandestederne est énorme, avec la plus grande dune, la Räbjerg Mile, la grande dune blanche de Räbjerg, 41 mètres de haut, qui est la "dune de Pilat" des danois.

C'est fantastique.

Je suis comme envouté par ce paysage grandiose. Elles s'étendent à perte de vue. C'est tout simplement magique.

On aperçoit Mygoo au loin, sur le petit parking.

Les gens que je croise sont des... allemands, bien entendu. On discute un grand moment, ils sont également enthousiasmés comme moi par ce "petit Sahara miniature". Il me raconte son voyage en France en stop sur la Côte d'Azur, quand il était adolescent, un voyage qui l'a énormément marqué. Il a adoré la France. Ben oui, mais comment faire autrement ? Nous avons un beau pays ! Il me prend en photo, merci l'ami.

Je poursuis ma promenade, seul cette fois. Je vous laisse admirer.
Les photos sont bien peu de choses en comparaison de ce que j'ai ici ressenti, assurément le meilleur depuis le départ.

Et voila. J'espère que ça vous a donné envie d'y aller vous aussi.

Je me dirige ensuite vers Kandestederne, groupe de chalets disséminés parmi les dunes. Je vais jusque sur la plage.

Il est 19h30, j'ai vraiment beaucoup bossé aujourd'hui !

Ici encore, quelques blockaus sont descendus de leur perchoir !

Je reste ici, au bout de la route, à deux pas de la mer. J'entends la dernière voiture partir. Je suis seul au nord de l'Europe de l'Ouest.

Demain, une nouvelle étape va commencer : l'attaque de l'Europe du Nord !

Mais demain est un autre jour, n'est-ce-pas ? Pour l'instant, c'est l'heure de manger, et de me mettre bien au chaud dans le duvet.

Une fois de plus, si ça vous plait, écrivez-le sur le livre d'or, ça parait bien peu de chose, mais quand je vois vos messages de lecteurs/lectrices enthousiastes, ça me donne franchement envie de continuer. Merci d'avance pour votre gentillesse en retour.

 


Depuis le 06/06/2005 Visites:882449 Aujourd'hui :42 Maintenant:5 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)