Scandinavie 2012, étape 013

Jour 013 - Dimanche 15 avril 2012 - 21 km - 46 photos
(Total : 2474 km - 2143 photos)
De Hvittingfoss à Harangen (Norvège)

Une chose me surprend ce matin, alors que j'émerge du royaume des rêves, c'est le silence ! D'habitude, j'entends toujours des bruits de voitures, de portières, que sais-je encore, mais c'est sonore ! Là, rien. Ah oui, c'est vrai que c'est dimanche aujourd'hui. Mais tout de même... Quelle heure peut-il bien être ? 8h50. Ah oui, quand même ! J'ouvre le hublot du toit, et contairement aux autres jours où la lumière m'aveugle -je vous assure que c'est très lumineux, dans les pays du nord, c'est un phénomène curieux mais bien réel- et dont je me protège systématiquement en avançant une main devant les yeux, c'est la surprise ! Pas lumineux du tout, ce matin, et je remarque de suite que le vasistas n'est pas transparent; il est recouvert d'une substance qui l'assombrit un peu.

Aussitôt un éclair jaillit dans mon petit cerveau encore à moitié endormi : neige ?

Je passe mon bras à l'avant et soulève le rideau d'une fenêtre : il neige !

Branle-bas de combat, habillage en vitesse subsonique, accélérateur de particules en route, ionisation, bionisation, et j'en passe.

Et je sors !

Pour aller où ? Je pense aussitôt à la chanson de Goldman, vous connaissez forcément, "je marche seul, dans les rues....". Il faut que je trouve un endroit pour aller aux toilettes, et pour discuter avec quelqu'un sur la météo, et pour réfléchir.

La station d'essence. Alors ça, j'apprécie en Norvège. C'est cher -mais de toute façon, c'est cher partout-, mais au moins, pour les voyageurs, il y a l'essentiel, et pratiquement à toute heure, et tous les jours. Je rentre, il fait une si bonne chaleur, déjà, ça me "ravigotte". Deux trois clients sont là, je vois "Toaletter" -ben oui, ils écrivent "toa", ce qui, entre nous, est plus logique que notre "toi"-, je fonce discrètement. Ah là là, si vous aviez vu ça. Le grand luxe. Tout brille de propreté, il y fait merveilleusement bon, pour un peu, je prendrais bien mon p'tit déj' ici. Il y a le produit spécial pour nettoyer la cuvette avant de s'asseoir, le papier pour fesses très fragiles, le savon qui sent si bon, le papier pour essuyer les petites menottes. Voyez-vous, après cet intermède, j'ai retrouvé tout mon moral.

Lorsque je sors des "toaleter", la patronne me gratifie d'un grand beau et franc sourire. Ah bon. Décidément, tout va bien. Elle parle anglais bien mieux que moi, elle me montre les journaux de la météo, et me dit qu'ils se sont complètement trompés, et que c'est la grosse surprise pour elle aussi ce matin. Vous savez, je n'ai même pas pris mon vélo ce matin, me dit-elle. Tu m'étonnes !

Je retourne dans ma maison à moi. Il ne fait pas froid, et quelque chose me dit que ça va fondre, je crois déjà le remarquer.

Pourtant, lorsque j'arrive à ma voiture, il neige très fort, et les flocons sont énormes !
Mygoo est déjà bien couverte, la pauvre. D'un autre côté, ça lui fait un beau manteau blanc, et ça ne la change pas de couleur !

Je m'installe au salon, chauffage, PC... Je m'occupe.

12h47. Le paysage à l'arrière de Mygoo -il y a un petit parc- me montre clairement que la neige a fondu, et que je peux y aller. Et je veux y aller, non pas parce que je ne veux pas rester ici -j'y suis très bien- mais parce que je tiens à faire fonctionner la batterie tous les jours tant qu'il fait froid, et aussi à recharger en même temps la batterie secondaire. On ne sait jamais, si j'étais bloqué deux-trois jours, autant avoir un maximum de jus !

Un magnifique grenier à blé d'autrefois extrêmement bien conservé. Les norvégiens tiennent beaucoup à ces bâtiments, et les entretiennent -pas tous, hein, certains sont en piteux état- vraiment très bien. Ils faut dire qu'ils sont magnifiques. Il y a une région d'Europe où il y en a de très jolis aussi, et en plus en pierre sculptée pour certains, c'est en Espagne du nord-ouest, en Galice principalement, et autour. Ils ont un nom bien particulier, que j'ai oublié, mais si vous êtes malins avec la fonction de recherche d'allersretours.com, vous devriez les retrouver très rapidement, car j'en avais photographié un paquet ! Je lance un concours : le ou la premier(e) nous l'écrit sur le livre d'or. Il n'y a rien à gagner, hormis toute ma considération, mais ça ne vaut rien sur le marché, j'ai regardé, même pas coté en bourse ! Juste pour le"fun", donc, le plaisir de chercher, la joie de la culture.

Après Komnes, j'aperçois un pont qui franchit le grand fleuve; pas pour les camping-caristes, celui-ci !

Je voulais faire une photo du Lägen que je continue de longer. Je reste sur la rive gauche, le pont, c'était juste pour les photos.

En retournant donc sur la route principale. Remarquez la longue fissure. Elles sont très souvent plus larges, et c'est ça -entre autres- qui use les pneumatiques. Alors faites gaffe, évitez-les tant que faire se peut. Et on ne peut pas toujours, loin s'en faut !

Jolies maisons dans la campagne, ici à Lia, un minuscule hameau, comme d'habitude.

Un peu plus loin, je traverse à nouveau le fleuve pour aller à Eftelot, où se trouve une belle église que je vois depuis la route.

Avec, aussi, l'idée d'y bivouaquer.

Juste à côté, la maison du curé. Pas mal du tout !

Mais il n'y a rien d'autre, et donc le coin ne me plait pas pour y dormir.

Au loin, un bosquet de magnifiques peupliers apporte une belle lumière sous un ciel redevenu bien chargé.

Un motard viking se trouvait là lorsque je suis arrivé. Il baragouinait l'anglais. Nous avons "discutaillé" un bon quart d'heure, chacun parlant de ses expériences motardes, forcément. Sa Yam' Diversion est une 600 cm3. Je lui dis : "et la neige, ce matin ?". Il sourit largement et me dit : "quelle neige ?". Ils sont fous, ces vikings ! En tout cas, j'ai bien aimé cette rencontre, fort sympathique. Je lui ai parlé d'Internet, il m'a répondu qu'il n'y connaissait rien, et que sa femme avait une adresse... Je n'ai pas insisté.

Je suis resté sur cette rive, car elle conduit à la même petite ville un peu plus au nord que par l'autre rive, en vertu de ce que je vous expliquais hier. Mais peu de temps après, je vois un petit hôtel-restaurant et quelques "hytter" -vous savez, ces cabanes que les norvégiens affectionnent, et qu'ils louent dans les campings-, et je m'arrête le long de la haie, car il y a un grand parking, histoire d'essayer Internet que je n'avais pas ce matin. Et ça marche, une très bonne liaison. Du coup, je reste ici. Le hameau se nomme Harangen.

Plus tard dans la soirée, j'entends la pluie tomber, quelques belles averses. Mais c'est comme ça dans les pays du nord, ça change sans cesse. Tu peux avoir de la neige, puis du soleil et même avoir chaud, puis du blizzard, puis de la grêle, puis.... et ça en toute saison !

Hier midi, je faisais une rando en T-Shirt, et ce matin je me suis réveillé sous la neige. Surprise surprise.. Et ça met du piment au voyage, non ?

Enfin, pour vous, c'est cool... Pour moi, c'est un peu plus... froid, dirons-nous !

Je sais, personne ne m'y a forcé, ok ok, je n'ai rien dit.

 


Depuis le 06/06/2005 Visites:884809 Aujourd'hui :278 Maintenant:4 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)