Scandinavie 2012, étape 033

Jour 033 - Samedi 5 mai 2012 - 50 km - 156 photos
(Total : 4114 km - 6091 photos)
De Guttelvika sur Stokkoya à Äfjord (Norvège)

J'étais drôlement bien près de la petite église. Un silence total; faut dire que les occupants du lieu sont muets comme des carpes.

Il fait encore froid ce matin, avec un ciel fort chargé. Autre vue de Harsvika sur Stokkoya, dans la direction inverse de celles d'hier.

Je viens de passer le pont, et je fais cette photo depuis le petit parking "mangeur d'énergie", hi hi hi. Pour ceux qui ne comprendraient pas, allez lire la page consacrée à la journée d'hier ! Pour les autres, bravo, je vous félicite.

Au loin, j'aperçois le clocher de l'église de Stokksund.

Je contourne la petite baie emplie d'îles, pour longer le bras de mer appelé Stokken qui sépare Stokkoya du continent.

Hovika. 5 maisons ?

La piste est étroite le long du Stokken avant et après Hovika.

Le Stokken va ensuite en s'élargissant vers la pleine mer.

En face, c'est Stokkoya, partie de l'île où je ne suis pas allé. Il est pratiquement impossible d'aller partout, ou bien il me faudrait quelques années de voyage, comme je vous l'ai dit. Pour les sédentaires, j'entends par là ceux qui se posent dans un endroit, qui louent un logement et passent leurs vacances en rayonnant autour, le choix du lieu en Norvège est terriblement difficile, puisque, comme je ne cesse de vous le répéter, tout est beau. En effet, prenons ce coin. Rien que les deux petites îles visitées à la va-vite hier après-midi pourraient vous prendre une semaine. Car il ne faut pas négliger la randonnée dans ce pays, bien au contraire. Et alors là, c'est tout bonnement illimité. Mon prof' de maths aurait dit : ça tend vers l'infini... Regardez les montagnes de ce petit bout de Stokkoya. Elles sont parfaitement escaladables, il s'agit juste de trouver la pente aisée. Et ensuite, vous imaginez les balades sur les sommets ? A cette époque de l'année, c'est encore délicat, il reste un peu de neige, et là où elle est partie, il reste beaucoup d'eau. Mais en juin, ce doit être royal !

Si je viens ici, ce n'est pas un hasard. Dans un des prospectus que m'a donnés le gars de l'Office de Tourisme d'Äfjord, j'ai lu qu'il y avait deux choses à voir à Harbak : une grotte, et un sentier de randonnée aménagé en bord de mer dans une zone marécageuse. Voici la grotte, là haut dans la montagne. Et vous savez quoi : au moment où je coupe le moteur pour aller marcher, il se met d'abord à pleuvoir, à torrents, puis à neiger ! Neige fondue, mais neige quand même, à gros flocons. Je passe donc un moment dans la voiture à attendre. Eclaircie, j'y vais. En fait, au départ, je ne vois pas la grotte, car il se met à pleuvoir de nouveau alors que je suis parti depuis 7 à 8 minutes seulement. J'hésite à faire demi-tour, puis je me dis fort judicieusement "mon p'tit gars, ça m'étonnerait que tu fondes, et si jamais tu fondais un peu, ce ne serait pas un mal" ! Conclusion : je continue !

La roche est glissante, et entre les blocs de rochers, la bruyère est dans l'eau que cache la mousse... Je suis absolument trempé lorsque je fais cette photo, mais vous voyez, ça s'éclaircit à nouveau. Bonjour la Norvège ! Tiens, on voit Mygoo, près de la maison blanche. Si si, j'vous assure.

Là, au premier plan à gauche. Pénible, obligé de faire deux photos, je le savais !

L'entrée de la grotte. C'est très glissant, et cette photo ne donne aucune idée de la taille. En fait, à cet endroit, je suis au sommet d'un gros tas de pierres qu'il faut redescendre pour atteindre l'entrée.

Il y a un livre d'or. J'y marque mon passage par quelques lignes. Vous voulez savoir ce que j'ai écrit ?

Allez-y.... hi hi hi !

Il y a même une petite estrade, ce qui ne me surprend pas, car un orchestre y joue une fois par an, en été.
L'acoustique y est extraordinaire. Je me raconte une petite histoire pour en goûter. Heureusement que vous n'étiez pas là.
Elle est assez profonde. Il faut grimper dur pour aller au bout, presque dans le noir. J'y suis allé, j'ai failli me casser la figure !

C'est beau, n'est-ce-pas ? Photo prise depuis l'entrée, enfin depuis le monticule de pierres devant l'entére.

Et maintenant, place au chemin côtier. Sans ganger, presqque plat, large et propre.

Que du bonheur.

Sur ma droite, les derniers rochers avant la mer.

Et la mer à ma main gauche. Ceci dit, au retour, ce sera l'inverse.

En fait, le sentier rétrécit, puis se termine carrément sur la roche.

Entre la roche et la mer, ce sont les marécages habituels et classiques.

La roche est glissante, d'autant plus que j'essuie une nouvelle belle averse !

Mais c'est un plaisir de marcher sur ces grandes dalles.

Pour aller sur les rochers surplombant le rivage, il suffit de contourner les mares.... Sous la mousse, c'est la roche !

Retour.

Joli maison au bout su sentier, face à la mer. J'aime bien, une partie du jardin est composée de grandes dalles de roche : pratique, pas besoin de bitumer, c'est nettement plus esthétique, et complètement naturel -et gratuit, qui plus est !

Le propriétaire de cette maison est un maquettiste ! Le cadre s'y prête admirablement bien. Je l'imagine sans peine, là-haut, en été, fenêtre ouverte et les yeux alternativement sur la Mer du Nord puis sur la maquette en construction.

Comme presque toujours, il faut malheureusement reprendre la même route au retour. A droite, donc, le Stokken.

Zoom sur Stokkoya et ce petit phare miniature, comme j'en vois de temps à autre dans les fjords. Je pense que ce sont des cloches, en fait.

Jeux de lumière.

Zoom sur Hovika, à nouveau. On se rend un peu compte de la transparence de l'eau, mais là où c'est le plus visible, c'est lorsque le soleil est généreux !
Ce n'est pas le cas aujourd'hui.

Vous le connaissez maintenant, le pont conduisant à Stokkoya.

Cabanes à bateau, comme partout en Norvège.

Encore ! Oui, je sais, c'est pénible.

Ne regardez pas.

Le petit Lunnfjordvatnet. C'est un lac. Littéralement, c'est le lac du fjord de Lunn -Lunnfjorden-, qui se trouve juste après !

Ensuite, c'est le retour obligé sur Äfjord ! Accompagné de grosses averses de pluie, de grêle, et même de neige, à gros flocons !

La preuve : ici, juste avant d'arriver à Äford, au pied de la Monstadfjellet (qui fait 231 mètres, quand même....), alors que la route doit passer à 80 mètres d'altitude, peut-être ! C'est incroyable !

Et à Äfjord, dix minutes plus tard, j'ai droit au grand soleil ! De toute façon, je suis bien décidé à rester ici cette nuit. Je me repère un super parking, en fait celui de la mairie, très tranquille. C'est là que je vais bivouaquer. En attendant, je vais faire quelques courses, manger, et bosser un peu sur le site !

Ah, les courses. Alors, une bouteille de coca, près de 3 euros.... La consigne de la bouteille est à 2,50 (35 cts d'€, c'est important). J'achète 5 cannettes de bière sans alcool, et 1 kg de Kyllinglär.. C'est quoi, ce truc ? C'est du poulet. Ce sont des cuisses de poulet rôties, et froides. Même si je n'ai pas de frigo, le cellier de Mygoo n'est pas à 30 degrés ! Un très bon achat, j'ai mangé de la cuisse de poulet plusieurs jours de suite (juste le midi, pas le soir). Parce que, quand on pense qu'un sandwich coûte 50 couronnes....

Bref, c'était pour vous donner une idée. Un jour, il faudra que je photographie les rayonnages d'un Spar ou d'une Coop, les deux grandes marques que je trouve dans toutes les petites villes. Comme ça, vous pourrez regarder les articles qui vous intéressent.

Allez, les ami(e)s, je vous laisse méditer là-dessus. La suite au prochain numéro.

Ciao ciao.

 


Depuis le 06/06/2005 Visites:891709 Aujourd'hui :106 Maintenant:10 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)