Scandinavie 2012, étape 036

Jour 036 - Mardi 8 mai 2012 - 62 km - 218 photos
(Total : 4344 km - 6908 photos)
De Bessaker à Osen (Norvège)

J'en ris encore ! Ce matin, je suis réveillé par les bateaux qui accostent dans le petit port pour faire le plein de gas-oil, comme j'en ai vu deux le faire hier soir. Les hommes discutent sur le quai, certains près de la voiture. Il est 9h passées, il fait beau, et il fait extrêmement bon dans la chambre. Et ça fait un bon moment que je reste là, bien au chaud, en fait peu désireux de me lever ! A vrai dire, il n'a jamais fait aussi chaud dans Mygoo depuis le début du voyage ! Je me prépare évidemment très discrètement, comme toujours, je passe à l'avant, je retire les protections du poste de pilotage, je démarre et recule. Dans mes rétros, deux hommes regardent partir cette voiture comme s'il s'agissait d'un OVNI. Je vois distinctement leurs visages et le "Oh" de surprise : en effet, personne n'est monté dedans, cette voiture est autoguidée et part toute seule !

Le fameux îlot en cours d'élimintion....

Cette fois, je vais au bout de la petite péninsule, au-delà de Vik que je vous montrais hier soir. Boroya vue depuis Vikaunet.

Quelques marécages bordent la route.

Au bout de la péninsule, arrivée en vue du Sorjerfjorden, et plus précisément du Nisneset, goulet d'étranglement.
C'est un cul-de-sac, bien entendu !

Avec le soleil, tout est plus beau, plus accueillant, plus souriant. Et plus transparent aussi !

J'escalade le rocher avec précaution pour voir un peu mieux; je dérange une petite colonie de mouettes.

Retour vers Vik. Vikaunet à nouveau, et vue sur la petite Aunvika en arrière-plan. Remarquez le bateau dans la grange !

Aunvika.

Puis je quitte la côte et retrouve la 715 là où je l'avais laissée hier soir, personne ne l'ayant prise pendant la nuit. A peine l'ai-je prise que je retrouve déjà la mer... avec l'apparition dans mon champ de vision du fond du Sorjerfjorden.

Dans lequel quelques pêcheurs s'activent.

Presqu'au fond à gauche, c'est là où je me trouvais tout-à-l'heure ! En bateau, tout est plus court, ici.

Nesaora, petite baie dans le Sorjerfjorden au fond de laquelle se trouve Sorjer..... d'où le... Sorjerfjorden !

Puis la 715 traverse cette nouvelle péninsule en forme de doigt -comme souvent sur ces côtes norvégiennes- et arrive en surplomb au-dessus du Brattjerfjorden, et au hameau nommé... Brattjer. Par endroits, chaque village a son propre fjord !

Brattjer et le Brattjerfjorden, donc, qu'un pont permet de franchir.

Le fond du Brattjerfjorden.

Il y a un petit parking preès du pont, avec quelques informations touristiques (carte, publicités). Je descends faire quelques photos. Je m'en souviens encore. Il régnait ici une atmosphère particulièrement glaciale, comme si les vents s'engouffrant dans ce creux provenaient directement du Groenland !

Je suis pourtant tout près de l'endroit où je dérangeais les mouettes, et où il faisait chaud ! Les contrastes norvégiens sont inimaginables. Je pense qu'il y a au moins 10 degrés d'écart entre ce lieu et l'autre. Je ne voudrais pas habiter au bord de ce fjord, bien trop froid à mon goût. Ce qui n'enlève rien à sa beauté naturelle, peut-être même au contraire, car ça lui donne une note lugubre et plus sauvage encore.

Et la 715 passe à l'assaut du bout de la péninsule suivante... Je stoppe pour faire une photo sur l'ensemble du Brattjerfjorden dont on aperçoit le pont.

Un nouveau pont permet de franchir l'étroit goulet entre le grand Osenfjorden et la grande baie appelée... Osen au fond de laquelle se trouve le village de... Osen. Pourquoi se compliquer la vie, c'est tellement clair comme ça ?! Je vais à pied sur le pont pour immortaliser l'entrée du flux par le goulet, spectacle dont je ne me lasse jamais, malgré le vent qui s'engouffre sous mon pull et me glace l'échine ! On aperçoit les maisons d'Osen tout au fond.

La 715 contourne ensuite la baie d'Osen. On voit les piliers du pont que je viens de franchir.

Avant d'aller à Osen au fond de sa baie, j'ai envie d'aller jeter un coup d'oeil aux trois "doigts-péninsules" suivants. Ce sera un aller-retour, puisqu'il s'agit encore d'un cul-de-sac. Finalement, j'ai bien nommé mon site !

Au bord de la petite route, une tombe datant de la période située entre les débuts de l'Âge du Bronze et la fin de l'Âge du Fer, soit sur près de 2.000 ans. Compte tenu des fragments de poterie découverts à côté en 1904, cette tombe peut être plus précisément datée entre 1500 avant JC et environ 600 après.... Ce qui laisse une incertitude de plus de 2.000 ans quand même... Ce que je vous écris là, ce sont les explications photographiées sur place.

Un tout petit peu plus loin, il y a des gravures rupestres sur la roche. Malheureusement, elles étaient recouvertes d'une protection, et donc invisibles !

Fond de la baie entre les deux premiers "doigts" : Hoyvika.

Je viens de contourner Hoyvika, et vous fais une petite photo de la partie que je viens de longer.

Au milieu du bout du deuxième doigt -vous suivez toujours, ou suis-je en train d'en perdre quelques-uns en chemin ?-, une petit lac sauvage.

Et on retrouve la baie suivante, appelée Hopen ! Un petit village, un petit port : c'est Vingsand.
Vingsand le magnifique, un régal pour les yeux.

J'y suis resté un bon moment : il y avait là un excellent spot WiFi, ce qui m'a permis de téléphoner à la famille et de papoter longuement. Normal, c'est le 8 mai, jour férié pour vous -bande de veinards, pendant que je bosse ! Et vous savez quoi ? Il fait tellement bon, et chaud, que j'ai ouvert ma vitre ! Souvenez-vous, il y a à peine 15 minutes, je me les gelais au fond du Brattjerfjorden ! Moralité : ne pas s'en faire, ça ne dure pas.

Vue sur l'autre rive du Hopen.

Barvika, au bout du troisème doigt. Allons voir ça de plus près, voulez-vous ?

Je quitte donc Vingsand.

Vue sur Barvika.

Au fond du Honet.

Et remontée de l'autre rive. Ah oui, comme souvent sur ces zones éloignées du tourisme de masse, on retrouve les pistes.

Le soleil a la gentillesse d'éclairer les fonds marins, c'est sublime.

Au bout du doigt se trouvent aussi quelques chalets, à Bjorsvika.

Je grimpe au sommet du rocher : Bjorsvika. Ce paysage me rappelle la Grèce.

SSur le chemin du retour, je vois un emplacement parfait pour y casser la croûte ! En face, pour ceux qui suivent, c'est... Vingsand.

Autre vue du fond de Hoyvika.

Hoyvika en regardant vers le large.

Le deuxième doigt....

Retour sur la 715. Sandviksberget.

Et Osen, la baie, et la petite ville -heuh... pour les norvégiens, car juste un village pour nous-, et son camping.

Et ses montagnes aux formes si curieuses.

La 715 doit contourner toute la baie avant d'arriver à Osen.

Nous y sommes.

Je vais au terrain de camping pour demander le prix pour une nuit avec Mygoo. Le gars était en train de bricoler dehors au soleil. Il va dans son bureau, sans me répondre directement. Quand c'est comme ça, je sais déjà exactement ce qui va se passer... Et c'est bien ce qui s'est passé !

Le gars se penche sur son ordinateur, tapote.... en fait, je le sais, il fait semblant, il réfléchit, c'est comme si je l'entendais réfléchir. "Qu'est-ce que je vais lui annoncer comme prix à ce gars-là; il a envie de rester ici, milieu d'après-midi, le prochain village est très loin maintenant, il est coincé... Allez, je vais lui demander....". "Alors, ça vous fera... 160 couronnes". "Quoi ? .... Mais ça fait... 22 euros, ça ! Juste avec ma voiture, et je couche dedans ? A la limite, mettez-moi sur un parking; ce qui m'intéresse, en fait, c'est de prendre une bonne douche !". "Les douches ? Il faut mettre des jetons de dix couronnes. Bon, écoutez, si vous me payez en euros, je vous le fais pour.... allez, je suis bon prince, 12 euros, et vous vous installez !". "Non, en fait, c'est combien, juste pour une douche ?". "Heuhhh, les douches, c'est réservé à la clientèle...". OK. Merci. Ciao.

Son prix d'ami, pour poser Mygoo, c'est donc 12 euros en espèces de chez nous. Et en plus, il faudra que je paye pour ma douche, avec son système de jetons que je connais tellement bien, que ça dure deux minutes, avec une minute d'eau froide et une d'eau tiède, et qu'il faudra bien remettre une pièce de dix pour le rinçage, et qu'au final tu t'es mal lavé, t'as payé cher, et tu n'as pas eu la joie de laisser l'eau brûlante te parcourir l'échine !

Le mauvais businessman dans toute sa plendeur ! D'abord, il pense pouvoir toucher le jackpot; puis voyant que ça ne marche pas, il passe à une toute autre tactique, et divise carrément le prix par deux. Mauvais commerçant. Je me casse. Je vais dormir à cent mètres de son camping pour pas un rond, je prendrai une grosse douche dans un autre camping au patron moins idiot et moins avare, et en attendant je me contenterai de savon et d'eau froide.

Non mais !

Zoom sur Osen. Au centre, la mairie. C'est sur le parking devant la mairie que je passerai la nuit.

Contre-jour sur un petit bout de la baie d'Osen, paysage en face du cimetière, dans lequel je trouve des toilettes impeccables !

C'est sur cette jolie vue que je terminerai ce 8 mai 2012, ma foi fort agréable.

 


Depuis le 06/06/2005 Visites:892613 Aujourd'hui :263 Maintenant:12 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)