Scandinavie 2012, étape 040

Jour 040 - Samedi 12 mai 2012 - 197 km - 175 photos
(Total : 4815 km - 7669 photos)
De Seter/Flatanger à Skage (Norvège)

7h05.... Souvenez-vous, hier soir, le gars du camping, Rune, m'avait dit, au cours de notre conversation, qu'il fallait partir à 7 heures ! L'horloge interne, c'est quand même quelque chose de fabuleux, et je dois avouer que ceci m'est souvent arrivé ! Et encore, là, j'étais tranquille, puisqu'il m'avait assuré que je pouvais rester faire la grasse matinée, sinon je me serais réveillé vers 6h45 environ, et le fait de me réveiller à 7h05 signifie simplement que j'avais décidé de toute façon de dégager de bonne heure !

Il fait toujours froid, il pleuvine, mais le vent est nettement tombé, heureusement.

Dans le village même de Seter, les chevreuils broutent -au premier plan à droite-, et vont s'éloigner un peu lors de mon passage, mais reprendre leur repas dès qu'ils me jugeron à bonne distance. En fait, ils tolèrent la voiture à environ 100 mètres, voire même un peu moins !

Au centre, l'église de Seter.

Vu de loin, le fameux camping où j'ai dormi par erreur !

Il s'agit maintenant de refaire toute la route jusqu'au fond du Lognin, à Sjoasen, soit 70 km...
Je fais donc peu de photos, vu le mauvais temps, mais aussi parce que je suis déjà passé !

Quelques unes quand même... Ici, Bromsvika, devant le Svesfjorden.

Jossund, un troll sympa.

Le Morkavatnet. C'est là que se trouve l'embranchement pour remonter sur Lauvsnes. J'arrive ensuite à Tottdalen, endroit de la première fourchette. Eh oui, il me reste quand même à voir le littoral nord-nord du Flatanger. Que faire ? On dirait que ça va s'améliorer... Allez, je ne peux pas résister, c'est plus fort que moi; je suis ici, je ne serai plus jamais si près : j'y vais ! Pas loin, promis, juste pour jeter un oeil sur le Namsenfjorden.

Le voici.

A Statland, où je fais un petit crochet.. J'y trouve un spot WiFi, qui me permet de vous envoyer une autre journée...
Elle était prête, il ne restait plus qu'à balancer le fichier html... histoire de vous occuper 5 minutes !

L'église de Statland.

Allez, maintenant que je suis ici, j'ai envie de continuer.... Rorbuer à Ledang, un peu plus loin.

Pas même 300 mètres plus loin, juste à côté d'une ferme, je tombe sur une famille élan... Ils sont trois ici, et un plus jeune que je n'avaos pas vu au départ, et qui se cachait sous la futaie. Je suis sorti de la voiture, me suis approché, et j'ai filmé. Je leur ai parlé fort pour qu'ils bougent, je me suis approché... Toute la série de photos est extraire du film vidéo, d'où cette bizarre qualité.

Et voilà le résultat ! Au moins dix secondes comme ça, sans bouger d'un pouce !

L'élan est lent.

Je pense que leur processeur est de la toute première génération, donc forcément, analyser une telle situation requiert un grand moment de calcul : un français avec une Kangoo, et qui filme... Que faire ? Réfléchissons !

Je change de position, pour voir.

Pareil, le gars n'a pas bougé. Pfffff...

Le quatrième larron montre le bout de son nez !

Il m'énerve, ce p'tit français. Allez, toute la famille, on se casse....

Une belle rencontre. Alors, entre temps, un de mes lecteurs m'a mis en garde contre ces animaux -voir le livre d'or, merci à lui-, très rapides et très dangereux. Ce n'est pas l'impression que j'ai eue, bien au contraire. Je les ai trouvés extrêmement lents à prendre une décision. Et j'admire toujours leur trot, d'une très rare élégance, lorsqu'ils se décident enfin à bouger. Néanmoins, je ferai attention, merci pour les avertissements, mieux vaut toujours rester prudent avec un animal sauvage.

Et là-bas, dans le virage....

Deux autres, un peu plus rapides ! Celui de gauche est un peu blanc, vous ne trouvez pas ?

Mais j'ai quand même pu prendre cette belle photo.

Utvorda, le bout de la route.

Départ en pêche, depuis le petit port de Utvorda.

Il y a une autre route qui redescend de l'autre côté du doigt, le long du Mursteinfjorden. Soyons fous.... Comme ça, au moins, j'aurai visité tout le Flatanger ! Au début, ce joli petit lac où niche un couple de cygnes sauvages -petite tache blanche. C'est le Utvordvatnet.

Sauvage, très joli, comme je es aime. Il est tout petit.

Après plusieurs petits lacs, arrivée au bord du Mursteinfjorden. D'ici, on voit nettement une église -arrière-plan, à droite. Que j'ai visitée...
C'est l'église de Lauvsnes !

La côte est assez plate, parsemée de tous ses îlots habituels. Tout compte fait, je ne vais pas plus loin. Mais au bout de cette route, j'arriverais à Knottin, dont je vous avais parlé, et qui se trouvait en face de Vollan, près de Lauvsnes.... La boucle est bouclée. Avouez que visiter cette côte prend énormément de temps, car là, je passe vite, je ne fais pas de balades, rien, et pourtant !

Donc, demi-tour. Vous voyez les zones que l'homme gagne, petit à petit, année après année, sur la nature sauvage.

Un des petits lacs dont je vous parlais, le Trollvatnet.

Dans lequel un norvégien a mis une maquette de sa maison !

Le Ronndalsvatnet.

La belle descente vers Innvorda.

Sandohavna. Ah, le ciel bleu revient, et c'est tout de suite plus joli ! Le Namsenfjorden.

Petite plage de Lovikan.

Innervika un peu plus loin.

C'est magnifique ici aussi. Vous voyez, prenez n'importe quelle route....

Entre Statland et Tottdalen, la route passe près de jolis lacs non photographiés tout-à-l'heure, car il pleuvait ! Le Statlandvatnet.

Le Stattjonna, dont une partie est encore gelée. J'y aperçois un pêcheur dans les hautes herbes de la rive -on le voit sur la photo, mais il faut le savoir... noir et blanc, à peu près au centre-, et des cygnes à gauche ! Encore un bijou, celui-ci, dans un cadre... grandiose !

Puis c'est la belle descente au milieu des forêts, puis le long du Lognin jusqu'à Sjoasen. Et voilà l'travail.
Maintenant, vous pourrez dire : le Flatanger, je connais !

Je retrouve donc la route 17, et je remonte la rive est du Lognin -ci-dessus-, cette fois.

Sur cette photo du Lognin, si vous faites bien attention, vous devriez voir un bateau : c'est Amanda, près de laquelle j'ai mangé l'autre jour !

Et c'est le long de ce même Lognin que je mange aujourd'hui. Sous la pluie qui est revenue.
Du coup, je me fais une platée de spaghettis à l'intérieur; une éclaircie m'a permis d'ouvrir le toit pendant la cuisson, cool.....

Zoom au sud du Lognin sur le pont de Sjoasen en construction.

La même, sans le zoom.... Le Lognin fait quand même 18 km de long, et débouche au nord dans le Namsenfjorden.

Phénomène incroyable ! Les eaux -je suppose- ont arraché la couverture végétale qui recouvrait la roche. On dirait une peau. Et je n'en reviens pas de constater que les arbres, finalement, ne tiennent debout que par... un fil bien ténu ! Leurs racines courent sur le rocher et s'agrippent au moindre interstice. Tant et si bien qu'en se décollant, cette portion de mousse, bruyère et sapins a carrément décollé une plaque de pierres avec elle !

Juste avant Bangsund, les eaux du Lognin pénètrent dans une vaste baie appelée Fjalbotnet.

Bangsund. Je vais jusqu'au port en longeant le Bangsundbotnet. Marée basse, dommage, mais ça a aussi son charme, je trouve.

Bangdalsbruket.

Les montagnes me font penser à celles de Thaïlande.

Retour sur la 17 après ce petit crochet.

Pas pour longtemps. Je fais à nouveau un crochet vers la côte et le Namsenfjorden à Selnes et la Selnesvika.
Terrible !

Au fond à l'est, c'est la ville de Namsos.

Vue d'ensembloe de la Selnesvika.

Retour sur la 17, qui passe à côté de la petite église de Klinga perchée sur une butte.

Spillumsvika, en face de Namsos. J'avais envie de bivouaquer ici, mais je n'ai pas trouvé un seul emplacement !

Et c'est l'arrivée à Namsos. En fait, on arrive à un très grand rond-point, avec une grande zone commerciale. Un peu comme chez nous, mais si rare en Norvège, vu que les villes sont rares. Je fais le plein. C'est marrant -ou plutôt non-, mais j'ai toujours fait le plein au tarif le plus élevé ! A chaque fois, j'en ai trouvé une nettement moins chère dans les 50 km suivants... Mais je préfère ne pas prendre de risque, pas envie de faire du stop pour une panne d'essence.

Ceci fait, les panneaux qui fleurissent le quartier m'empêchent de louper l'information de la journée : "bomweg", péage pour Namsos. 18 kronen, ça fait un peu plus de deux euros. Ce n'est pas tant le tarif, mais la manière qui m'agace terriblement ! Je prends mes cartes et j'examine scrupuleusement la situation géographique. La ville est quadrillée de rond-points et se trouve de l'autre côté de la Namsen, la très grande rivière qui la baigne. Il est impossible d'y entrer sans payer, je dois dire que c'est bien fait. Et cette ville défend tout le rivage situé derrière elle, au nord-ouest. Et aucun contournement n'est possible. Je vérifie ma carte : l'altitude sur la côte est faible, ma décision est prise : je n'irai pas voir ce bout de côte, tant pis. Faire de telles infrastructures, dans lesquelles les touristes sont fortement incorporés -c'est écrit en anglais et en allemand, tu ne peux pas le louper-, ce "taxage" systématique du touriste qui vient gentiment dépenser un peu de son oseille ici, j'avoue que ça commence à me répugner ! Ils ont dépensé des millions d'euros pour nous faire payer deux euros. Avec moi, ce sera raté, puisque cette taxe, non seulement je ne vais pas la payer, mais je ne dépenserai pas d'argent dans l'arrière-pays de Namsos. Na ! Non mais !

Ah dommage, je viens de faire le plein ici, et quelques courses.... Ils sont malins, les gros commerces sont dans la zone... non payante !

Je poursuis donc mon petit bonhomme de chemin sur la 17, qui ne pénètre pas en ville et traverse la Namsen sur un deuxième pont.
S'ils ont fait ce deuxième pont pour ça, alors vraiment, ils sont malades !

Je longe la namsen, deuxième plus grande rivière à saumons de Norvège, de réputation internationale. Nombreux sont les pêcheurs de saumons anglais et allemands à venir ici. Et j'ai fait cette photo pour vous montrer la taille de cette rivière. Non non, ce n'est pas un lac, c'est bien la Namsen !

La Namsen.

Je quitte la 17 pour aller dans une petite bourgade par une petite route : Skagen, dont voici l'église, comptant bien y bivouaquer.

Gagné. En face de l'église, un grand parking de terre, parfait. Et les toilettes dans le cimetière, comme souvent. Il y avait aussi un grand parking au super-marché, bref, pas de souci. Et en fait, c'est nettement mieux qu'à Namsos pour un samedi soir, car ça me tracaissait un peu. Du coup, je suis enchanté, merci au péage de m'avoir trouvé ce petit coin merveilleux pour Mygoo et moi-même. J'y aurai ici une paix royale !

 


Depuis le 06/06/2005 Visites:861997 Aujourd'hui :42 Maintenant:5 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)