Scandinavie 2012, étape 047

Jour 047 - Samedi 19 mai 2012 - 76 km - 190 photos
(Total : 5067 km - 8142 photos)
De Hoylandet à Foldereid (Norvège)

Plus froid... Normal, quand le ciel s'éclaircit, l'air se rafraîchit. En tout cas, il y a un peu de bleu, mais il faut le dire vite. En fait, la journée ne se passera pas sans averses, le contraire eût été étonnant ! Et les températures oscillent entre 3 et 7 degrés... Pas chaud chaud, n'est-ce-pas ?

Mon portable n'étant pas toujours installé sous les mêmes angles sur mon "bureau", comme je l'appelle, il n résulte parfois un traitement plus sombre, ou plus clair, des photos ! Il vous suffit donc de bouger votre écran -si vous le pouvez- pour rétablir la moyenne.

Je refais le plein à la station, car pour la première fois, je vois un prix inférieur à 13 NOK (12,91...).
Il est dix heures trente, temps de décoller.

La Soraa, qui traverse Hoylandet.

Tiens, un lac ! Comme c'est curieux. Le Flakkan.

Que je trouve très beau. Sans doute est-ce dû à ces berges recouvertes d'herbe. Les hommes ont arraché la forêt et l'ont remplacée par la culture.

Une toute petite zone protégée, avec une cabane pour observer les oiseaux.

J'y suis allé, je n'en ai pas vu un seul, mais je les ai entendus. La cabane est plutôt rudimentaire, mais elle a le mérite d'exister. Par contre, rien de comparableavec ce que font les danois dans ce domaine ! Il y a un livre d'or, j'ai mis ma petite griffe...

Au loin, les montagnes sont encore fort blanches; malheureusement, les nuages ne sont pas sympas avec le photographe. L'altitude va augmenter doucement au fur et à mesure que je vais monter vers le nord (ici, aux alentours de 800 mètres). Ensuite, encore plus haut, ça s'affaissera à nouveau !

Deux jolies oies bien grasses, et qui n'ont pas poussé un seul cri, malgré mon approche. Du coup, sont-ce des oies ?

Oy, c'est le nom de ce petit hameau, sur une presqu'île le long du... Oyvatnet !

La route est parfois en fort mauvais état. Mais ça aussi, c'est la Norvège. Je ne leur fais pas de reproches, je ne suis pas certain que nous ferions mieux, compte tenu des conditions climatiques que leurs chaussées doivent supporter !

Parfois, ça bouillonne sévèrement....

En d'autres endroits, c'est plus calme, mais toujours aussi magique. La cabane est mal en point, elle va finir par s'effondrer. J'en ai vu quelques unes, comme ça, écroulées, les planches les unes au-dessus des autres. Personne n'y avait touché, c'etait resté tel quel !

Au nord du lac, la 17 longe une très jolie rivière, dont le nom change sur la carte, sans que je puisse en déterminer la raison. Elle s'appelle successivement Biorlielva, Skogaelva, Lonelva, Kongsmoelva. Ah si, je viens de comprendre en regardant de plus près : son nom change au fur et à mesure des hameaux traversés, et elle prend le nom des villages. A Lona, c'est la rivière de Lona, à Kongsmo, c'est la rivière de Kongsmo. Cette méthode présente un avantage, c'est celui de la situer géographiquement de façon nettement plus précise.

De temps à autre, je descends au bord de l'eau qui, pour une fois, est relativement accessible.

La vallée est très belle, et je prends plaisir à rouler dans cet environnement.

Vue depuis Lona, vers le nord.

Et du même endroit, vers le sud.

Kongsmoen.

Alors ? Vous avez compris ?

Eh oui, c'est la mer ! Kongsmoen se trouve au fond d'un fjord long de près de 50 km, en forme d'immense boomerang, et appelé Innerfolda. Vous souvenez-vous qu'hier hier, je vous ai parlé du Folda, un très grand bras de mer situé au mond-ouest d'ici. C'est son prolongement à l'intérieur des terres.

En ce qui me concerne, je suis toujours aussi ébahi de trouver du goëmon dans un tel environnement, au pied de montagnes enneigées.

Kongsmoen, c'est deux-trois fermes, et cette petite église.

La 17 longe la rive ouest de l'Innerfolda jusqu'à Foldereid, à une quinzaine de bornes d'ici, avant de passer sur l'autre rive. Tout simplement parce que c'est l'endroit le plus étroit du fjord -environ 300 mètres de largeur-, et les norvégiens y ont construit un pont pour le franchir. Je vais donc voir des petites criques, et surtout de magnifiques paysages tout du long. Ici, à Bjoräa.

C'est comme si je visitais un musée de la nature. Avec de belles fresques partout. De temps à autre, je vous présente un tableau, mais je ne peux pas tout vous montrer. Cependant, je vous conseille d'aller le visiter : c'est toujours ouvert, jour et nuit, et l'entrée en est libre.

Anonyme....

De l'autre côté de la route, les derniers morceaux de neige finissent mal leur vie. Ils reçoivent les graviers projetés par les véhicules, et finissent par mourir au bout d'une longue agonie.

Sur l'autre rive, on aperçoit quelques maisons : c'est Heimsnes.

De temps à autre, un pendentif est accroché au mur, au bout duquel pend un bijou.

Je sais, Luc, c'est plus froid que les îles de la Crête...

En face de Heimsnes. En bas, le goëmon... Je ne m'en lasse pas.

Forneset.

Qu'y-a-t-il au-delà de la côte, après le virage, derrière la forêt ?

La route, la longue route, qui jamais ne finit...

La route que j'aime !

Bogan.

Il y a là une aire de pique-nique, et comme il est déjà 13 heures....

Tout près du pond de Foldereid, là où l'Innerfolda est le plus étroit.

Le pont et le village de Foldereid.

La forêt au pied du pont.

L'Innerfolda, vers le sud : c'est la partie que je viens de longer, et donc de vous montrer. D'ailleurs, en apercevant la grande cascade là-bas, je me rends compte que je suis passé en-dessous sans même la voir !

Foldereid. Je sais que je vais bivouaquer ici, car je suis trop loin d'un autre village pour continuer.

Zoom sur Foldereid.

Eglise de Foldereid.

Depuis le cimetière, vue sur l'Innerfolda qui continue au loin.

Quelques maisons de Foldereid.

Avant de planter la tente, je vais aller voir cette ferme, à Heimsnes. C'est à 7 km, au bout d'une piste relativement correcte.

Et c'est le bout de la route, pour cette rive de l'Innerfolda !

Impression de bout du monde. C'est habité. Ici, en me retournant, j'ai vu un homme qui me regardait descendre sur la plage, et qui était "caché" dans une grange. J'ai fait un salut avec un sourire, de loin : pas question d'énerver les autochtones, je marche sans doute sur leurs terres sans autorisation !

Encore une perle qui valait le déplacement !

La petite baie jusqu'à l'îlot semble couverte de goëmon.

Retour vers Foldereid. Il reste encore un peu de neige sur les côtés. Quelques chalets et fermes de ci de là. J'ai vu une vieille femme bossue en train de scier du bois devant une maison en piteux état. Il doit y avoir quelques sauvages qui vivent ici. Ce terme n'est pas à prendre au sens péjoratif, je tiens à le préciser, mais au sens où ces gens doivent nécessairement aimer la solitude. Car là où ils vivent, l'accès y est pour le moins long. Et encore, je n'ose pas imaginer comment ce devait être voici ne serait-ce que 50 ans ! Et l'hiver, ce doit être... "chaud"... pour y aller ! En passant au-dessus d'un ruisseau, la piste était écroulée, à 1 mètre du bord : un trou assez grand pour y loger dans sa totalité la roue de Mygoo. Je l'avais vu, heureusement, sinon, je pense que ç'aurait été pour le moins la galère !

Mais s'ils vivent un peu à l'écart des autres, plus près de la nature, ils sont quand même branchés ! Figurez-vous que j'ai trouvé un excellent spot WiFi gratuit près d'une ferme,alors qu'il n'y a que du crypté à Foldereid ! Impressionnant !

En approche de Foldereid, où je vais me poser sur le parking du "Joker", nom de ce magasin. Je vais y acheter une bouteille de... coca, histoire de boire un truc sympa. Il est un peu plus de 15 heures, je devrais terminer assez tôt. Enfin, ça dépend du nombre de photos que je vous sélectionne !

Et voilà. Il est 19h30.... Plus qu'à sauvegarder tout ça, et hop, soirée libre !

Vite, sous la couette, mon paquet de céréales, musique Maestro.....

Au-dessus de ma tête, le cile est bien dégagé, il devrait faire encore plus beau demain. Mais ça caille, et je vais chauffer un peu l'habitacle pendant les sauvegardes, ça me fera du bien. Allez, les ami(e)s, je vous laisse sur cette dernière info. Ciao ciao, comme dit Michele, mon ami motard italien !

 


Depuis le 06/06/2005 Visites:852104 Aujourd'hui :13 Maintenant:9 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)