Scandinavie 2012, étape 055

Jour 055 - Dimanche 27 mai 2012 - 126 km - 599 photos
(Total : 6007 km - 10191 photos)
De Sjona/Myklebustad à Jektvik (Norvège)

Quoi ? 5h15 ! En ouvrant le hublot, j'ai été ébloui par l'éclatante lumière qui a pénétré l'habitacle de Mygoo. Le ciel est entièrement bleu, le soleil brille déjà de tous ses feux. Ma décision ne tarde pas : je me lève ! Je me reposerai quand il pleuvra, mais un temps pareil, ce serait criminel que de rester au lit ! Ma fille me disait cet après-midi qu'elle ferait l'inverse... Les goûts et les couleurs !

Cette photo, par exemple, a été prise à 6h30... Et déjà trop lumineuse.
C'est le Sorfjorden, ce "sous-fjord", comme je les appelle, de la Sjona. A gauche, c'est la chaine montagneuse traversée hier sous la pluie.

Quand je vois cette beauté, je me rends compte de ce qu'une journée de pluie me fait perdre. Absolument terrifiant ! Du coup, je pense aux pauvres touristes qui n'ont que deux ou trois semaines, si jamais ils tombent sur une mauvaise période, c'est affreux. C'est la loterie. Et ce, quelle que soit l'époque de l'année. Le seul remède : avoir du temps devant soi. Je m'estime chanceux sur ce coup-là !

Il y a un peu plus loin un tunnel de plus de 2 km, puis un autre de près de 3 km.

Je suis ici à Flostrand. En face, la montagne longée hier. La route passe juste au-dessus de la zone sombre, juste au plus bas de la neige.

Un troupeau de rennes paisse tarnquillement devant cette maison.

Et un autre quelques centaines de mètres plus loin. Il me semble bien avoir entendu des clochettes, je pense qu'ils sont domestiqués.

Les norvégiens ont désigné cette portion de la route 17 comme route touristique nationale. J'ai la surprise de voir deux grands parkings fort bien aménagés, avec toilettes, et autorisation -du moins, ce n'est pas interdit- de passer la nuit avec les camping-cars. Et il y en avait deux ou trois.

Quel changement quand le ciel est dégagé. La beauté des lieux est époustouflante ! Ici, juste après le tunnel de trois bornes, j'arrive au fond de cette baie nommée Sila, qui se termine par une plage et est entouré de hautes montagnes encore bien blanches.

Le site est grandiose.

Arrivée au bout de Sila. La route suit le rivage, et fait donc un virage à 90 degrés.

On longe toujours la Sjona. En face, les îles de Handnesoya et de Tomma.

Il y a un bel aménagement un peu plus loin, ici à Stokkvägen, au pied d'un fort militaire, et des sentiers de randonnée. Je n'ai pas envie de les suivre, je veux profiter de ce généreux soleil pour m'en mettre plein les mirettes et en voir le maximum possible. Par contre, je grimpe quand même les proches rochers pour avoir cette vue et les suivantes.

Loin derrière, je pense qu'il s'agit là -au fond à droite- de nos Sept Soeurs, vues avant-hier sous les nuages noirs !

Il y a ici un archipel avec des centaines d'îles. La Sjona se termine ici, dans l'archipel.

Un peu plus loin, il y a un magnifique point de vue offrant une vue d'ensemble de l'itinéraire que va suivre la 17 (à droite). Elle longe désormais ce qu'il est convenu d'appeler l'Aldersundet, c'est-à-dire un bras de mer étroit en forme de boomerang que vous voyez ici. Il contourne en fait l'île que vous apercevez sur cette photo, à gauche. C'est Aldra.

Et me voici en face d'Aldra. C'est un grand choc.

La beauté de cette île, avec le bras de mer qui m'en sépare, est inimaginable. J'avais vu des photos.

Misère de misère. Les photos ne sont qu'un très très pâle reflet de l'éclatante réalité.

C'est toujours la même île. Elle a deux gros sommets.

Non, ça, c'est juste un clic-clac vers l'arrière. Tout est beau, ici, quelle que soit la direction vers laquelle on porte le regard.

Aldra toujours.

En fait, je vais vous dire. Je me suis arrêté à Aldersund, en face d'Aldra (le village situé sur Aldra). Il y avait un parking de la taille de Mygoo surplombant le bras de mer. Et je suis resté un gros quart d'heure, fenêtre ouverte (l'air était étonnamment chaud, à tel point que je roulais fenêtre ouverte, et en TShirt, dès 7 heures ce matin !), absolument scotché, c'est le mot, devant cette île.

Il faut vraiment le voir pour le croire, tant les formes sont extraordinaires !

Rivage, goëmon, marées.... devant de telles montagnes. Non, ce n'est pas de la Science-Fiction, non, nous ne sommes pas sur une autre planète..
Et pourtant !

La route 17 suit ce rivage, après avoir longé Aldra.

Je me retourne. Aldra est à droite.

Sortie de l'Aldersundet.

Je vous en fais encore une autre petite en arrière.

Changement de côté. Donc, traversée de la péninsule. Alors.... un lac !

Un bijou.

Ce n'est pas long. Et c'est reparti. On retrouve la mer de l'autre bord. Normal !

Mon ferry est un peu plus loin. Je me trouve un spot WiFi pour trouver les horaires. Si j'ai bien pigé, c'est à 14 heures. J'ai donc le temps. Et je vois que je peux aller voir un autre bout de côté, à l'ouest. Un cul-de-sac, mais ce serait vraiment dommage de ne pas en profiter, avec une telle météo.

C'est parti.... Et voilà l'travail. C'est un "trafalgar", ici. Tu passes de perles en perles.

Tout est magnifique. C'est la Kvina, qui débouche dans le Kvaroyfjorden.

Partout des îles.

Kongsvikosen. Curieux, ce nom "Kong....", car je pense aux paysages dans lesquels King-Kong évolue, et j'y trouve des analogies.

Contre-jour total. Des moutons, des prairies, des criques, des baies, des îles, de la neige, des forêts, des marées, des.....

Gros contre-jour encore. Je suis tellement déçu de mes photos. Venez voir en vrai, vous verrez, c'est inimaginable.

Et si je vous dis qu'on peut même venir jusqu'ici avec une vulgaire Kangoo....

J'aime les îles dans ce coin, car elles sont de toutes formes, c'est incroyable !

La nature s'est laissée aller, ici.

Et voilà. Je suis allé au bout. Retour vers le croisement.

C'est ici. J'arrive donc de Tonnes, et je reprends la 17 vers Kilboghamn, l'embarcadère.

Le Okstinden, 791 m.

Vers Oresvik.

Restez "groupir"..... Il y avait un beau troupeau ici.

Coup d'oeil sur les montagnes derrière moi.

Idem....

Et ça, c'est devant. Juste avant d'arriver à Kilboghavn..

Que voici. Je me mets dans la file. Les quatre jeunes que vous apercevez sur cette photo sont des français, qui me confirment le départ à 14 heures. Nous discutons un moment, ils sont fort sympathiques. Ils arrivent de Trondheim où ils étaient hier..... Heuhhhh.... J'ai mis combien de temps pour monter de Trondheim, moi ? Ils vont passer une dizaine de jours sur les Lofoten. L'un d'entre eux habite à Trondheim, où il fait ses études. Il m'a dit avoir marché sur la Mer Baltique, en Suède, au mois d'avril : elle était encore gelée !

J'avance pour faire deux-trois photos avant de manger un peu de "croquettes". Et je vois une belle GS Adventure, française aussi ! Je n'en reviens pas. je trouve le motard un peu plus loin en pleine conversation avec un autre... motard -normal- allemand, celui-ci. Je vais lui dire bonjour et il me dit aussitôt : allersretours.com ? Quoi ? C'est marqué sur mon visage ? C'est incroyable. En fait, nous avons échangé quelques mails, car Guillaume -c'est son prénom- recherchait des infos sur la Norvège, et était tombé sur mon site ! Quelle coïncidence ! En tout cas, ça me fait super plaisir de le rencontrer, et nous passerons la traversée ensemble. Il reste 6 semaines en Scandinavie, et il est arrivé depuis deux semaines maintenant.

A gauche, le ferry d'aujourd'hui (158 couronnes -KR), et à droite, celui d'avant-hier (92 couronnes).

Le vent s'est levé. Ils annoncent de la pluie pour cet après-midi, comme quoi ça change vite, ici, en Norvège. Et Guillaume me dit qu'ils attendent de grosses chutes de neige, et de pluie verglaçante, pour demain à Bodo, son point d'embarquement pour les Lofoten ! J'espère que ce ne sera pas le cas.

Pendant la traversée, on aperçoit -c'est Guillaume qui me le dit, je ne le savais pas- une mappemonde sculptée sur un des îlots ! il s'agit du cercle polaire arctique. Il m'a fait une photo avec ma tronche dessus, mais comme je ne me plais pas, je ne vous la montre pas. Na !

Donc, me voici en zone "le soleil ne se couche plus".....

Les formes des montagnes sont absolument incroyables !

Les nuages s'enroulent en une sorte de vortex complexe, ce qui inquiète mon ami le motard !

Et c'est le débarquement. La traversée a duré un peu plus d'une heure, et s'est merveilleusement bien passée. Il faisait extrêmement bon sur le bateau, l'air était encore doux. Lorsque nous débarquons, ce n'est plus du tout la même chanson. Le vent est violent, avec de fortes rafales, et il est devenu froid. Les motards partent en vitesse, un peu inquiets. J'avoue que je le suis aussi pour eux, surtout à cause du vent. Je sais combien c'est dangereux, avec une moto chargée.

Pour ma part, je reste ici, au débarquement. Il y a des toilettes chauffées et très propres, et la pluie s'est mise à tomber fortement elle aussi. Alors, pas question de continuer sous un tel ciel. Et je vous avoue que je suis bien content de ne pas être en moto !

Il est près de 16 heures lorsque je me retrouve assis à mon bureau. Mygoo est ballotée dans tous les sens, et moi avec ! Le tri des photos a été particulièrement long.... Normal, j'en ai fait 600... Complètement malade. Il faut que je me calme, d'autant plus que la qualité n'est pas au rendez-vous !

21h40... J'ai froid, et je suis bien content de terminer. J'avais une liaison WiFi, mais elle a disparu, ce qui arrive de temps à autre. Pas grave, je vous ferai le transfert demain, ou après..... enfin, quand je trouverai !

 


Depuis le 06/06/2005 Visites:852933 Aujourd'hui :47 Maintenant:5 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)