Scandinavie 2012, étape 066

Jour 066 - Jeudi 7 juin 2012 - 209 km - 236 photos
(Total : 7176 km - 13063 photos)
De Leirvikbogen à Leinesfjorden (Norvège)

5 heures du matin, je suis réveillé par de fortes douleurs dans le rein gauche. Et voilà, moi qui croyais que c'en était terminé, quelle désillusion ! Là, je regrette de ne pas être resté près d el'église de Steigen avec ses super-toilettes. Ma décision est vite prise : il faut y aller. 15 bornes, 30 aller-retour, pour rien, les boules.... Bref. Je regrette de ne presque plus avoir bu hier, me croyant guéri. Erreur de débutant; je suis bien décidé à picoler à mort aujourd'hui ! Je me recouche après avoir pris un cachet anti-douleur, et finis par m'endormir. J'émerge vers 9h30, la douleur est toujours là, mais bien moins violente. Petit déj' et... c'est parti pour poursuivre la visite de Steigen !

Je retourne d'abord au nord, jusqu'en haut de l'île Engelsoya -c'est tout près d'ici, peut-être deux kilomètres- pour vous faire une autre photo du spectacle des Lofoten. J'ai zoomé, ce qui ne vous montre qu'un tout petit morceau, car l'horizon est rempli de c ette ligne montagneuse, et je vous assure que cette vue des Lofoten -la même lorsque l'on approche par bateau- est toujours un choc émotionnel tant ça semble irréel !

A Laskestad, vue sur le Prestkonetinden, 546 m d'une seule envolée. Majestueux ! Le tas de pierres tombées à son pied est considérable. Retour à Leirvikbogen, où je fais le plein, histoire d'enlever un souci pour la journée, j'en ai assez comme ça. Puis direction sud.

Il vient de pleuvoir...

Je retrouve la 835, que je poursuis cette fois pratiquement jusqu'à Myklebostad, juste derrière cette butte. Avant d'arriver à cette petite cité, je pars pour le deuxième aller-retour de la journée : visite de la deuxième pince de crabe de Steigen (j'ai fait l'impasse de la première, car son altitude est peu élevée). Je ne le regrette pas, car je ne peux pas TOUT voir non plus. Cependant, il se trouve parfois que je fais un mauvais examen de la topo. En effet, il m'arrive souvent de regarder les courbes de niveau de la route que j'emprunte, mais j'omets parfois de regarder celles des "doigts" environnants, de l'autre côté des fjords que je longe. Et le spectacle est aussi là ! Du coup, la première pince devait être intéressante, car l'altitude de la deuxième, qui la longe sur le sud, est élevée ! De plus, et pour me répéter, en Norvège, je pense qu'on peut essayer toutes les routes, je doute que l'on puisse en trouver une seule "moche" !

Voici donc le fond du Saursfjorden, le long duquel je m'engage, sur sa rive nord.

Et ça, c'est une vue arrière sur Saursfjorden, le village qui a donné son nom au fjord (ou vice-versa ?).

Cette route serpente entre de toutes petites collines (en fait, des rochers ronds), au milieu de marais, assez loin de la masse montagneuse qui m'intéressait. En approchant du bout de la pince, la route s'élève un peu, et effleure juste le bas du massif.

Puis redescend pour arriver à Lund, une sorte de val permettant de traverser la pince vers le nord pour y retrouver la mer. C'est une piste qui se termine par un sentier : un bon sujet de randonnée, certes pas du tout d'actualité en ce moment pour moi ! Il se trouve que sur Steigen, de nombreuses très belles randonnées ont été réalisées par la communauté de la péninsule, avec de très bonnes pancartes accompagnées des plans, durées et photos de chaque balade. Je le dis d'autant plus fort que c'est assez rare en Norvège. Revenons à nos moutons. Lund est dominé par le Sorskottinden (608 m) que vous pouvez voir ici. C'est une montagne d'une extraordinaire beauté, car il s'agit d'un énorme fer-à-cheval, un cirque complètement évasé de l'autre bord. Alors, comme hier sur Engelsoya, est-ce le résultat d'une éruption ? En tout cas, sur cette péninsule, ce genre de montagne est fréquent.

Nordskot, qui marque le bout de la route et le bout de la pince. On retrouve au large, plus loin cette fois, la longue ligne des Lofoten.

On voit ici nettement le bout ouest d'Engeloya, et tout particulièrement les montagnes situées derrière Steigen, exactement là où je me trouvais ce matin !

Nordskot, au fond de la Nordskotvika, avec le cirque ouvert du Sorskottinden en haut.

L'autre rive de la Nordskotvika. Avec, comme toujours, ces superbes eaux transparentes !

Retour vers Saursfjorden.. Au passage, vous noterez que le bout de cette "pince", s'il est marqué par cette terrible montagne en arc de cercle, est complètement plat côté mer, avec des dizaines de rochers ronds entourant des plages de sable et des criques à foison !

Les énormes contrastes norvégiens, comme toujours. Arrivée à Lund avec, à gauche, ce fantastique cirque du Sorskottinden qui me fascine.

Au loin, l'imposant vaisseau que la 835 longe pour parvenir au croisement avec cette route.

Et ça, c'est une vue arrière sur le massif central de la phalange centrale de cette deuxième pince de Steigen. Vous suivez toujours ? Je n'ai pas vraiment trouvé d'opportunité pour le photographier de plus près. Le fait d'avoir mal me fait "zapper" certains arrêts que j'aurais normalement effectués !

Arrivée à Saursfjorden; au fond, la troisième pince qui a réellement, si vous regardez la carte, une forme de pince de crabe en position ouverte ! Je traverse ensuite Myklebostad, bien plus importante que je ne le pensais : je pense que mon bivouac se fera ici. Puis je me lance sur la partie nord de la troisième pince. Un nouvel aller-retour, une fois de plus. Le fjord se nomme Botnfjorden, qui forme avec le Saursfjorden vu précédemment une des parties terminales du large Leinesfjorden.

Le voici, le Linesfjorden. Et ce que vous voyez là, sous vos yeux, c'est tout simplement la deuxième pince que nous venons de visiter, avec ma fabuleuse montagne en fer-à-cheval qui la termine.

Je ne peux résister à l'envie de vous en faire un zoom.

Et ça, c'est l'autre massif que je n'ai pas photographié lorsque je roulais à son pied. Tout ceci vous donne une vague idée de l'immensité des balades et découvertes à réaliser sur Steigen !

Peu avant le bout, une route traverse (nouveau cul-de-sac...) la pince supérieure et conduit au village de Brennvika.
Admirez : encore une montagne avec un cirque à son sommet !

Brennvika est un superbe petit village, blotti au fond de la... Brennvika, qui est le nom de la baie formée par l'écartement des deux doigts ouverts de cette troisième pince. Vous me suivez toujours ?

Le vaisseau minéral formant l'autre morceau de la pince est gigantesque !

Brennvika toujours.

Je retrouve la route principale et poursuis jusqu'au bout... Vue arrière sur la deuxième pince !

La belle plage de Leines. Je vais manger ici, mais je veux d'abord terminer le bout de la pince ! Je suis comme ça, moi : d'abord le boulot, et ensuite le repos. Vous avez la totale sur cette photo ! La deuxième pince à gauche, et le massif montagneux longé par la 835 pour y parvenir.

Admiration....

La pince se termine par de nombreux petits îlots, souvent bordés de plages de sable. C'est splendide !

Puis une piste permet de contourner le morceau supérieur pour revenir sur Brennvika dont on retrouve le massif montagneux. Le long de cette piste, des criques.... Décidément, la Norvège est absolument incroyable et sans limite dans la beauté !

Retour sur Leines. Je m'installe face à la plage pour manger. Il est 14h50.... Depuis la cuisine, j'admire le fabuleux spectacle. Je mange assez vite, car je souffre toujours, et je n'ai pas très faim. Par contre, je bois, je bois, je bois.... J'hésite à en rester là pour aujourd'hui. Le cadre est extraordinaire, et ce serait un bivouac parfait. Et au dernier moment, je change d'avis et je repars à... 15h15, pour vous dire que je ne reste pas les deux pieds dans le même sabot. Alors que je démarre, j'entends le moteur se lancer presque à regret. En fait, je réalise après coup que je viens d'échapper à un nouveau petit drame ! J'ai laissé les codes allumés pendant que je mangeais, et la batterie était presque à plat. Je le sais d'autant mieux que la mémoire du compteur journalier a été réinitialisée, pour vous dire que j'ai une une sacrée veine de décider de repartir, et qu'il était grand temps. Mais que vais-je faire de moi, qui ne suis même pas capable d'éteindre ces put... de phares !???

On continue, pas de temps à perdre à bailler aux corneilles ! Direction : la partie sud de la troisième pince. Traversée du corps de la pince, et là, deux nouvelles options consistant à explorer les rives nord et sud du Nordfolda ! Je commence par le nord, nouvel aller-retour. Le village principal est Nordfold, en fait bien plus petit que ce que j'imaginais. Vue sur le Nordfolda peu avant d'arriver à Nordfold.

Il pleut sur l'autre rive. Ces terribles montagnes bien enneigées sont quasiment vierges et inaccessibles autrement que par bateau !

Je dis bien "presque" inhabitées, car il y a bien quelques maisons disséminées sur les rives !

Depuis Nordfold.

La route se poursuit, et je suis le mouvement !
Laksä, petit hameau de quelques fermes au fond d'une crique se poursuivant par un lac, objet d'une belle randonnée.

La route devient piste. Je la poursuis presque jusqu'à son terme. Un hameau se trouve en bas de cette pente, je n'y vais pas, puisque je vois ce qui m'attend. C'est le Balkjosen, début d'un nouveau labyrinthe de criques et autres baies de toute sorte, visitables en... bateau seulement !

Retour vers Nordfold.

Ce coin est très sauvage; il y a néanmoins quelques habitations, totalement perdues, presqu'au bout du monde. Ces gens ne peuvent qu'aimer la solitude. Je dis bonjour au seul personnage rencontré, mais il ne me répond pas. Je déteste ça. Sans doute n'aime-t-il pas les visiteurs sur ces terres qu'il doit considérer comme siennes... mais il y a des baffes qui se perdent !

Retour sur Laksä.

La rive opposée, depuis Laksä.

Entre Laksä et Nordfold.

Vue vers le sud, depuis Nordfold.

Autres vues depuis le même endroit.

Retour de pêche....

Ensuite ? Eh bien ma foi, je finis le boulot : je vais au bout de la route sud ! Ici à Osen.

Cette portion sud de la partie sud de la troisème pince est beaucoup plus rieuse. La pente est plus douce, et les agriculteurs s'y sont installés !

Il y a donc de nombreux hameaux tout du long.

Les maisons sont coquettes, les pelouses tondues, c'est fort différent de la partie nord, bien plus pauvre et sale.
La route se termine à Laukvika, juste quelques maisons. Demi-tour, la boucle -si je puis dire- est bouclée !

Le petit port de Stamsvika.

Dans la traversée du corps de la troisième pince, sur le chemin du retour.

Peu avant d'arriver à Myklebostad, où je vais finalement bivouaquer.

Il est 18h30, je suis erreinté, c'est le cas de le dire, et les douleurs reprennent de plus belle, alors que j'ai bu plus que je n'avais jamais bu de ma vie, autant qu'il m'en souvienne ! Je suis à tel point fatigué que je me couche directement, sans rien manger. Et je m'endors instantanément, pour me réveiller en sursaut à... 22h30 ! J'ai toujours mal, mais ce premier somme m'a quand même fait du bien. Je me rendors néanmoins sans manger !

Une sacrée journée, avec un total de plus de 200 km dans mon état, je n'en reviens pas. Cette péninsule est donc terminée, j'en ai "survolé" la majeure partie, et vous pouvez vous y installer pour deux semaines de vacances sans aucun problème, il y a de quoi s'occuper !

 


Depuis le 06/06/2005 Visites:872373 Aujourd'hui :304 Maintenant:14 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)