Scandinavie 2012, étape 076

Jour 076 - Dimanche 17 juin 2012 - 74 km - 174 photos
(Total : 8463 km - 16344 photos)
De Austnesfjorden/Lofoten à Kongselva (Norvège)

9 heures. Quelques camping-cars commencent à partir, les autres dorment encore, ou sont en train de prendre leur petit-déjeuner.
Pour ma part, je dégage vers dix heures. Le ciel n'est pas aussi beau qu'hier, et c'est bien ce que je craignais !

Tout près du parking et du point-de-vue, le petit port de Sildpollen.

Je quitte ici la E10, puisqu'il en existe une autre qui me permet de la rejoindre plus haut, m'offrant ainsi la possibilité de voir d'autres paysages plutôt que de repasser aux mêmes endroits. Ceci dit, dans l'archipel des Lofoten, faire la même route dans les deux sens est toujours un merveilleux spectacle. Néanmoins... Un petit coup d'oeil arrière me permet de voir les montagnes situées au-delà du Austnesfjorden, celles-là mêmes qui formaient mon panorama hier soir.

Et toujours ces incroyables montagnes qui me plaisent tant. Ici, Hellskartindan (595 m) et Hellskarnuten (643 m).

Et les fameuses "oreilles de chat" du nord, si courantes, et telles que je les avais décrites lors de mon premier voyage en 2006.
Une fois de plus, tu quittes un fjord et tu t'enfonces vers l'intérieur des terres, tu retrouves lacs et marais....

Et les belles forêts de bouleaux de plus en plus vertes.

Le Sorvatnet, entouré de forêt de bouleaux et de sapins, niché au creux de montagnes toujours aussi mystérieuses.

Photo arrière. Le Rundfjellet domine ce lac de sa masse gigantesque, 803 m d'un seul élan, puisque le lac est à seulement 17 mètres d'altitude ! Ah ah, ça vous surprend ? Mais nous sommes en Norvège : la mer est juste là, tout près....

Vers l'avant, du même endroit. Sur ma gauche, Grasbukta et le Vatnfjorden, que l'on ne voit pas encore.....

Mais qui sont bien là !

La mer au premier plan, le Sorvatnet est derrière le petit promontoire du second plan; et vous avez reconnu le Rundfjellet.

Après avoir navigué entre fjord puis golfe empli d'îlots à l'ouest, et les falaises à l'est, arrivée à Straumnes, où je reste un moment, spot WiFi oblige. Côté santé, les douleurs qui avaient disparu reprennent ce matin lentement, mais sûrement ! Elles vont malheureusement bien atténuer la joie ressentie lors de la découverte de beaux et nouveaux paysages.

D'ici, on bifurque vers l'est pour contourner alternativement les trois doigts d'écrevisse de ce bout d'Austvägoya. Là, je suis en train de terminer le contournement du premier, et la route traverse alors le Grunnforfjorden en son milieu, lequel sépare la première pince de sa voisine la seconde. Le fond du Grunnforfjorden est occupé par un fabuleux cirque montagneux, je devrais même dire par plusieurs cirques de montagnes toutes plus belles les unes que les autres.

Vers le nord, le grand Hadselfjorden séparant les Lofoten des Vesterälen (l'archipel lui faisant suite) desquelles on voit ici Hadseloya.

Quelques moutons montagnards....

en pleine.... méditation ? Ou contemplation ?

Je ne sais pas. Pour ma part, ce sera contemplation.

Admiration.

Emerveillement en regardant les montagnes de ce fond de fjord.

A cet endroit, je suis à peu près au centre du fjord ! Je me retourne vers la rive que je viens de quitter pour en avoir une vue d'ensemble. Vous constatez au premier plan que ce fjord est de très faible profondeur et se vide pratiquement à marée basse; c'est aussi la raison pour laquelle la route peut passer en son centre !

La baie intérieure du Grunnforfjorden.

La deuxième pince sur laquelle je débarque est particulière. Son massif montagneux se termine par une zone de marécages assez étendue, sans doute le fruit des éboulements qui, brassés par la mer, ont contribué à former ce cordon terrestre. Ici, à Grunnfor. Au large, les montagnes de Langoya, la plus grande des Vesterälen.

Contournement de la deuxième pince, apparition de la troisième.

Et on redescend le long de la deuxième, façade "Est".

Pour s'enfoncer le long d'un fjord superbe, le Morfjorden. Vous voyez, je suis encore sur ce replat de la deuxième pince.

Replat qui se termine ici, pour retrouver des pentes montagneuses descendant dans le fjord.

La route devient piste, mais fort belle.

La rive opposée.

Avec, en prime, une petite idée des eaux transparentes, avec leur épais goëmon en rivage.

Vue globale vers le fond du Morfjorden.

Et les maisons du village appelé... Morfjord.

Je viens donc de contourner le fjord. Petit cliché arrière.

Et vue sur la rive que je viens de longer.

La piste passait -elle passe toujours d'ailleurs- dans cette belle forêt que l'on distingue, là-bas. Et justement, regardez bien cette photo. Vous voyez cette splendide vallée. Ce n'est qu'un minuscule petit morceau de toutes les montagnes au pied desquelles je passe en ce moment. Et pourtant ! Vous avez vu l'immensité de la vallée qui remonte au loin au pied de cette imposante montagne. Rien que pour aller approcher de cette masse, il faudrait au moins une journée. Ceci n'était qu'une petite remarque pour insister sur tout ce qu'il y a à visiter dans ce pays. Je n'ai aucune idée du contenu des guides régionaux norvégiens publiés par les norvégiens, mais il y a de quoi remplir des centaines de milliers de pages pour décrire leur pays en détail.

L'ont-ils fait ?

Tiens justement, me voici en face de cette montagne dont je parlais. C'est le Fjordmannen, 810 mètres. Figurez-vous qu'au-dessus du replat que l'on distingue -un torrent y est visible- se trouve... un lac. Et au-dessous, caché par la forêt, il y en a un autre. je le vois sur ma carte détaillée. Il y en a évidemment encore d'autres plus haut.

Quelques petites plages au bout de la troisième pince. On voit nettement qu'il y en a aussi en face.

Et voilà, la boucle est presque bouclée. On longe maintenant le Hadselfjorden parsemé d'îlots.
Vers l'est, ce sont les montagnes d'Hinnoya qui reviennent au premier plan.

Je fais un crochet vers Fiskebol, histoire de revoir mon point d'embarquement avec le scooter en 2006 vers les Vesterälen. Souvenez-vous, comme je vous ai expliqué, c'était à l'époque la E10 et la seule façon de rejoindre le continent. Maintenant, la E10 passe par Hinnoya, évidemment le ferry. Cette photo, prise depuis le port d'embarquement de Fiskebol, représente un bout de la Fiskebolvika, que j'avais également photographiée, et trouvée si belle. Je confirme mon jugement de l'époque : elle est très belle !

Retour sur la E10, à deux pas de Fiskebol. C'est l'Arnoysundet.
Dans cette direction, c'est descente vers les Lofoten, ce que nous avons fait ensemble ces derniers jours !

Retour vers Hinnoya. Je suis déjà passé ici mardi dernier (71ème jour). On longe donc le Hadselfjorden. Une des nombreuses cascades visibles le long de la route (dévalant les pentes des montagnes des dernières pinces d'écrevisse d'Austvägoya) : ici, le Djupdalstinden, 738 mètres. Qaund je vois ces pics, je ne peux m'empêcher de penser à la jungle de King-Kong....

J'arrive au pont séparant Austvägoya et Hinnoya; cette fois, je ne descends pas prendre de photos. Entre les deux îles, un très long chenal maritime naturel, étroit : le Raftsundet. Une route le longe côté Hinnoya, et j'avais prévu d'aller voir de quoi il en retourne. Malheureusement, j'ai de plus en plus mal et je n'ai plus envie de rouler. Je quitte quand même la E10 pour descendre cette route vers le sud. Il est 13h15. De toute façon, il faut que je mange. J'avise un parking, sur lequel se trouve un camping-car autrichien. Une photo vite fait du Raftsundet. Puis je rentre dans ma tanière pour n'en plus sortir : en effet, la pluie se met de la partie pour achever la dégradation de cette belle journée ! Dodo pour oublier.... Heureusement, j'y parviens ! Je me réveille tard, mais Norvège oblige, il fait grand jour, malgré la pluie qui tombe sans discontinuer. Entretemps, deux autres camping-cars se sont installés. Pour ma part, il est hors de question de bouger.

Ciao ciao.

 


Depuis le 06/06/2005 Visites:939819 Aujourd'hui :210 Maintenant:6 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)