Scandinavie 2012, étape 082

Jour 082 - Samedi 23 juin 2012 - 237 km - 368 photos
(Total : 9172 km - 17485 photos)
De Lodingen à Sorreisa (Norvège)

C'était parfait, comme la première fois. Et au réveil, tempête de ciel bleu. Pas question de rester bailler aux corneilles !

La E10 est splendide quand la météo est bonne ! A droite, le large Tjeldsundet (c'est le nom du fjord), quelques plages, et devant, des montagnes toutes plus belles les unes que les autres, des forêts. Bref, le bonheur total.

Le splendide bloc rocheux fermant le petit Fiskefjorden.

Je viens de dépasser le fond du Fiskefjorden; coup d'oeil arrière sur un bateau qui rentre de la pêche.

Du même endroit, vue vers le Tjeldsundet; au premier plan, les traces du bateau de pêche qui vient de passer.

Un peu plus loin, coup d'oeil arrière sur le Fiskefjorden.

Et vers l'avant....

Station d'essence à Äshalsen.

Vue arrière sur le Ballstadstraumen, c'est le nouveau nom du bras de mer que je longe depuis Lodingen.

Au loin, on aperçoit le fameux pont passé sous la pluie lorsque je descendais vers les Lofoten. J'avais même fait une bonne sieste en face, de ce côté.

Le Lavangsfjorden, à l'ouest du pont. Je traverse comme l'autre fois, mais je tourne aussitôt à gauche sur la 825 pour longer, dans un premier temps, le fonds du Vägsfjorden, qui donne au nord sur le sud de Senja, ma destination. On aperçoit là l'île de Rolla, que je vais d'ailleurs longer.

Petite plage à Kvitnes.

De l'autre côté de la plage, quelques rennes se régalent.

Au nord également, Gritoya, qui fait partie des Vesterälen.

Sculpture sur le rocher du rivage. A gauche Gritoya, le sud de Senja en face à l'horizon, et Rolla à droite.
On entre dans le Astafjorden.

Peu après Tovik. Rolla est tout près, l'Astafjorden n'est pas très large.
Mais la 825 quitte la rive du fjord pour contourner un massif et le bout de la péninsule.

On retrouve donc lacs et forêts, comme toujours !

Puis l'on redescend sur le Grovfjorden, sous-fjord de l'Astafjorden qu'il faut contourner. Balteskaret à mes pieds.
Au fond, Rolla de l'autre côté de l'Astafjorden.

Plus loin, au zoom, les hautes montagnes de l'île suivante, Andorja.

En bas de la descente, le Grovfjorden et un pont qu'on aperçoit pour le franchir et arriver à... Grov.
Les massifs montagneux entourant Grov sont extraordinaires.

Vers le fond du Grovfjorden. Une route en fait le tour, mais je ne la suis pas.

Je poursuis sur la 825, donc je remonte le Grovfjorden pour retrouver l'Astafjorden au nord. En face, de l'autre côté du Grovfjorden, on revoit Balteskaret, et le bout de la péninsule que la 825 avait contournée.

Gros plan sur ce bout de péninsule, encore un joli sous-marin !

Au premier plan, ma route.
Juste derrière, on retrouve donc l'Astafjorden; en face, les côtes basses de Rolla; Andorja au second plan, avec ses hautes montagnes.

Et voilà, sortie du Grovfjorden.

Astafjorden, Rolla, Andorja. Tout le monde suit ? Qu'est-ce qu'il y a, Laurent ? Tu voudrais savoir ce qu'est un fjord ? Ecoute, je ne voudrais pas retarder le reste de la classe, je te donne un rendez-vous privé en octobre, si tu veux, et je t'expliquerai de vive voix. OK ? Avec une petite séance ciné à suivre... Mais tu sais, une petite recherche sur Internet devrait normalement t'apporter une bonne réponse. Tiens-moi au courant !

Zoom sur Rolla et Andorja.

Belle vue vers l'ouest sur une bonne partie de Rolla.

Vue arrière sur la 825, et la sortie du Grovfjorden.

Hameaux au pied de la montagne terminale "est" de Rolla.

Ensuite.... c'est plus compliqué à expliquer ! Regardez sur la carte. Je vais quitter l'Astafjorden et pénétrer dans ce nouveau fjord appelé Gratangen. Ce bout de péninsule est la partie finale de la rive opposée du Gratangen. Et en arrière-plan, les montagnes de Andorja, au-delà du Astafjorden !

Le long du Grantangen, au niveau de Nautnes, presqu'en face d'Äkenes; je roule maintenant sud-est pour contourner cette péninsule. Il est possible de faire le tour complet de la péninsule qui suit celle-ci, au nord. C'est un long détour que je ne ferai pas.

Zoom sur la rive opposée.

Arrivée à Foldvik; le Gratangen tourne ici à près de 90 degrés. Les montagnes sont d'une beauté incroyable.

Quelques maisons du village Äkenes, en face.

Et le pont permettant d'aller sur la péninsule opposée, le village en face du pont se nommant Ärstein.

Justement, je vais à Ärstein pour jeter un coup d'oeil, et je fais bien, car je trouve un bon spot WiFi. En même temps, la vue sur la rive que je viens de quitter est extraordinaire. Le massif montagneux que je longeais -et ne voyais donc pas- est fort impressionnant.

Toujours depuis Ärstein. Tout ceci pour vous confirmer à quel point le fait de longer toutes les routes apporte de nouvelles perspectives absolument insoupçonnables, sauf à étudier précisément une carte topo.

Malheureusement, faire le tour complet de cette péninsule est trop long, je suis déjà heureux d'avoir vu cette portion; je retourne sur l'autre rive poursuivre sur la 825 jusqu'au fond du Gratangen. Mais je vous en fais quelques autres avant de repartir, tant c'est beau !

Aller explorer toute cette zone pourrait bien prendre plusieurs jours !

En face, le "sous-marin" formant la rive nord du Gratangsbotn, le fond du Gratangen. Les eaux ruissellent sur toute la montagne.

Arrivée au fond, à Elvenes.

Zoom sur une des nombreuses cascades qui dévalent les pentes, pour vous montrer la différence entre les bouleaux du haut et ceux des pentes.
Là-haut, ils sont encore nus, on voit nettement la teinte grise-brune et les troncs encore nus. Juste au-dessus, les neiges....

C'est ici à Evenes que je m'installe pour manger; il est temps, j'ai faim : il est 14 heures, tu m'étonnes !

Juste au-dessus d'Evenes, une cascade descend en furie dans le Gratangsbotn.

Et je retrouve la fameuse E6, la grande artère menant au Cap Nord et à la... Russie !
A Kirkenes, 1035 km. J'adore les pancartes de la E6.

Depuis la E6, vue globale sur le Gratangsbotn.

Et, au-delà du Gratangsbotn, le Gratangen.... que nous venons de descendre.

Au loin à l'horizon arrière, de hauts massifs montagneux.

La E6 grimpe un peu, et elle ne tarde pas à longer des lacs encore en partie gelés ! Ici, le Bükkemyrvatnet.

Au pied du Spanstinden, 1457 mètres !

La Spanselva descend des hautes montagnes au milieu desquelles serpente la E6.

C'est donc un paysage sublime, et je suis au comble du bonheur du voyageur. Sans ce ciel bleu, cette route pourrait sembler bien banale ! C'est pour ça que je suis si hésitant à poursuivre la route lorsqu'il ne fait pas beau, car je sais que je perds 80% du spectacle, et que je n'en vois que les miettes !

Je quitte ici la E6 pour suivre la vallée de la Spanselva : c'est la route 84.

Qui longe le fameux Spanstinden que voici, en sortie des gorges de la Spanselva.

Le Lavangen, dans lequel se jette la Spanselva. Et le village de Soloy.

Zoom sur le fond du Lavangen. Et on retrouve.... Andorja, au-delà du Astafjorden, que nous suivions ce matin !
A gauche, la péninsule dont j'aurais pu faire le tour, comme je vous le disais !

Vue arrière sur le Lavangen.

A Soloy, le propriétaire du camping, super sympa et assez âgé, me montre sa meilleure douche, 10 couronnes pour 5 minutes. Un peu spartiate, les habits sur le chauffe-eau.... Mais l'eau est bien chaude. J'en profite pour faire le plein d'eau douce. Vue depuis le camping. On aperçoit l'église de Soloy et, en arrière-plan, le magnifique Spanstinden.

La 84 ne longe pas le Lavangen, mais traverse plein nord la péninsule suivante pour arriver à Laberget sur le Sagfjorden.

Elle contourne le fond du Sagfjorden pour arriver ici à Sjovegan.

Port de plaisance de Sjovegan.

Je comptais bivouaquer à Sjovegan, mais le bled ne me convient point. Je poursuis donc le long du Sagfjorden.

Dommage, je suis totalement en contre-jour avec la rive opposée !

Medby. Fin du Sagfjorden, arrivée au fond du Loksefjorden.

Petit crochet sur le port de Salangsverket, à Medby.

Haugan, au bout du Loksefjorden. Au loin, les hautes montagnes d'Andorja, que je pourrais atteindre d'ici, en longeant le Salangen.
Mais ce n'est pas ce que j'ai choisi, je vous en laisse donc la découverte !

La 84 file plein nord par les terres; du coup, on retrouve lacs et forêts ! Ici le Royrbakkvatnet à Royrbakken.

Partout des marais et de petits lacs au milieu des forêts.

Je fais un rapide aller-retour jusqu'à la mer à Brostad, histoire de constater ce que j'avais deviné : c'est plat ! Demi-tour immédiat.

Je retourne sur la 84 qui poursuit sa traversée du bout de péninsule par l'intérieur. Splendide !

Elle longe une partie du beau Skovatnet.

Magnifique muraille du Hoggumpen, 1028 mètres, château naturel dominant le nord du Skovatnet.

Puis on longe la Skoelva dans la Skoelvdalen (vallée de...).

Pour finalement retrouver la mer à Skoelva, au bord du Reisafjorden. Je longe un peu le fjord jusqu'à Sorreisa, où je pose finalement Mygoo pour la nuit. En effet, je vois une petite place tranquille, où se trouvent deux camping-cars français de la Sarthe. Je discute quelques minutes avec les deux couples fort sympathiques qui rejoignent leur habitacle alors que j'allais passer au salon. Ils viennent juste de visiter Senja, et me donnent quelques tuyaux fort utiles pour déterminer mon périple sur cette île.

237 bornes aujourd'hui, une de mes plus grosses journées de promenade pure en terme de kilomètres, la qualité du ciel y ayant sûrement été pour quelque chose. C'était grandiose d'un bout à l'autre de la journée !

 


Depuis le 06/06/2005 Visites:852596 Aujourd'hui :84 Maintenant:8 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)