Scandinavie 2012, étape 122

Jour 122 - Jeudi 2 août 2012 - 185 km - 332 photos
(Total : 15522 km - 28070 photos)
De Kvam à Stigrora/Trollstigen (Norvège)

Pluie au réveil, ça calme !


Une 404 est stationnée devant l'hôtel, juste à côté, et ça me rappelle de vieux souvenirs, mon père en ayant eu une. De plus, voir une telle voiture en Norvège, c'est certainement fort rare ! Merci aux collectionneurs.


Je pars finalement à dix heures, prenant tout mon temps pour le petit déjeuner. En effet, vu la bruine qui sévit, je ne suis pas pressé, d'autant plus que j'ai bénéficié des toilettes de l'hôtel. Finalement, ça se découvre doucement, et je n'avais aucune envie de rester là. Ci-dessus la petite église de Sel (ou Selsverket), peu après Otta, au nord. En effet, je remonte la E6 vers le nord-ouest, comme si je retournais au Cap Nord... Et j'ai mangé, sous la pluie, sur le parking de cette église, le 23 avril de cette année, 21ème jour du voyage...


Peu avant Dovre, entre Otta et Dombas : la E6 longe la Lägen, encore.




C'est à Dombas que je quitte la E6 et que j'arrête ma progression vers le nord. Non non, je ne retourne pas là-haut. Je prends cette fois la E136, direction nord-ouest, vers Älesund et la mer. Bien qu'ayant changé de route, je continue à longer la Lägen, qui coule ici dans la large vallée, appelée Kjoremsgrende.


Du même endroit, vue vers Dombas au sud-est. J'avais bivouaqué à Dombas, il y avait beaucoup de neige dans les montagnes du Dovre, et je n'ai pas pu faire de safaris aux boeufs musqués. Et aujourd'hui, je n'ai pas envie d'y aller... C'est ainsi.


Lesja. La vallée est parsemée de fermes.


Certaines ont de très vieilles maisons comme celle-ci, magnifique mais malheureusement en état d'abandon.


La circulation est assez importante. Plus j'avance et plus le relief s'accentue, pour mon plus grand plaisir. Sur la route, les traces laissées par le passe-temps favori de la jeunesse, qui brûle ses pneus sur l'asphalte au cours des week-end... Il faut bien que jeunesse se passe, et c'est un des jeux favoris des norvégiens qui ne savent pas quoi faire pour s'occuper !


Bjorli, centre touristique important pour les sports d'hiver (pistes de ski).




Comme il est plus de 13 heures déjà, je trouve un superbe cadre naturel pour me restaurer, le long du Rauma, qui est le fleuve issu du lac Lesjakogsvatnet. C'est la Romsdalen, une des très belles vallées de Norvège, que j'avais déjà longée avec le scooter, le 20 mai 2006, au 23ème jour.


Le ciel s'est bien éclairci, les paysages sont splendides.


Je quitte ici le comté Oppland pour celui du More og Romsdal.


A cette endroit, sur la gauche, de fortes rivières descendent des montagnes situées au sud-ouest.
Je trouve un petit sentier à peine visible me permettant d'atteindre un panorama inoubliable.


En contrebas coule la Rauma, alimentée âr la Ulväa et d'autres torrents impétueux. Admirez la longue rangée d'herbe mise en tas pour séchage.


Les photos qui suivent sont prises au zoom maximum. Les torrents sont d'une violence inouïe, et je n'aperçois à l'oeil nu que des éclats de lumière blanche issus des formidables tourbilloons générés par la puissance des courants.








Retour sur la E136 au bord de la turbulente Rauma.


Slettafossen, rapides de la Rauma situés un peu plus loin.


Un parking a été aménagé, ainsi que quelques sentiers.




Gjerdet.


Admirez la couleur des eaux de la Rauma. Cette région est d'une très grande beauté, et je vous conseille fortement de vous enfoncer dans les quelques vallées secondaires; les randonnées doivent y être époustouflantes et inoubliables. Des cascades dévalent les pentes de toutes les montagnes longeant la route, et de chaque côté.




Je photographie en roulant, car il n'y a malheureusement pas de stationnements aménagés.










Vue arrière sur la chapelle de Kors.






Ouah ! La vallée se rétrécit, les montagnes atteignent des sommets : la chaine du Trolltindan dans les Alpes de Romsdal fait son apparition.


Zoom sur la terrifiante paroi rocheuse du Trollveggen. C'est la plus haute paroi rocheuse verticale en Europe allant jusqu'à 1 100 mètres de sa base au sommet. Trollveggen est une voie d'escalade et point de base jumping réputé, bien que cette dernière pratique soit illégale depuis 1986. Les anglais le désignent sous le nom de Troll Wall. Un père et son fils, norvégiens, ont escaladé la partie la plus difficile en juillet 2010, et ils ont réitéré leur exploit en juillet de cette année.


Sur la E136, juste avant le grand parking situé au pied du Trollveggen.


Trollveggen.


Détail au pied du Trollveggen. Vous en trouverez quelques photos supplémentaires faites le 20 mai 2006.


Les voies d'ascension sur un des panneaux touristiques implantés sur le parking, où se trouve également un centre touristique important.


Je quitte la E136 peu avant d'arriver à Ändalsnes, ville située à l'embouchure de la Rauma qui se jette dans le Isfjorden. En effet, je prends la route 63 qui descend vers le sud par la vallée Isterdalen, et part à l'assaut de la haute montagne par le Trollstigen, la route des Trolls.


Le Bispen, 1462 m, domine la vallée au sud.


Karitinden, Haugabotntinden, Dronninga, Kongen et Bispen, les sommets de la rive gauche de l'Istra.


Auberge et camping situés au bord de l'Istra, peu avant d'attaquer les lacets de la Trollstigen.




L'Istra dévalant les pentes, en provenance du lac Alnesvatnet.


La terrible paroi du Bispen.


Un peu plus loin se trouve un grand parking aménagé, permettant d'admirer tranquillement le paysage et les lacets de la Trollstigen ou route des Trolls avant d'attaquer la montée proprement dite. Je rencontre ici un couple de belges au pied du Trolstinden, super sympathique. Lui est un adepte du vol-écureuil, ou base-jumping. Il en a déjà fait plusieurs à Lysebotn. Il va en faire un demain. J'ai beaucoup apprécié son extrême gentillesse et sa modestie, car ce qu'il fait n'est pas donné à tout le monde, loin s'en faut. Sans compter qu'avant de sauter, il se permet d'escalader les montagnes avec son sac à dos bien chargé, et je dis "chapeau" ! Son épouse le soutient avec courage : c'est beau l'amour. Il m'a envoyé le lien vers le saut qu'il a effectivement fait le lendemain. C'est fort impressionnant. Merci, Jean-Christophe, et bien le bonjour à votre épouse.

Ensuite, je rencontre un couple de jeunes français de Pau, venus avec leur propre voiture. Bravo à eux. Nous avons discuté un long moment. Ils détestent les villes, car ils haïssent au plus haut point les péages norvégiens. Vous savez combien je suis d'accord avec eux sur ce point. Depuis, ils ne font que les routes secondaires, loin des villes, et sont heureux. Ils vivent eux aussi dans leur voiture. je sais qu'ils sont bien rentrés depuis, et ont eu du mal, les premiers jours, à supporter les fortes chaleurs en France...


Détail de nla Trollstigen, avec le pont, à droite, au-dessus de la Istra.


Et c'est parti. On voit bien la Istra sur cette photo.










Et voilà... Il y a là un immense parking, une boutique, un restaurant, quelques camping-cars. Je décide aussitôt que mon bivouac sera ici. Vue sur le Bispen depuis le parking aménagé. Des chemins de randonnée partent dans la montagne. Des plate-formes surplombant les lacets ont été aménagées pour la plus grande joie des touristes. C'est très bien fait, et je vais vous montrer. Suivez-moi.


Ici, c'est le torrent Istra juste avant sa chute vfers la vallée.






La Rv 63, et le début des lacets descendant vers la vallée. Au loin, on aperçoit Ändalsnes et le Isfjorden.


Le Bispen....




Istra au premier plan, Storgrovfjellet à droite (1629 m). Le mur Trollvegen donnant sur la E136 se trouve derrière.


















Echange de prises de vue avec les touristes présents. On rigole bien.

Et voilà, les amis. Une bien belle journée, une région belle à couper le souffle. Je retourne dans ma petite voiture, heureux. Le parking se vide petit à petit; seuls les camping-cars demeurent...


 

 

 


Depuis le 06/06/2005 Visites:873913 Aujourd'hui :300 Maintenant:7 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)