Scandinavie 2012, étape 131

Jour 131 - Samedi 11 août 2012 - 191 km - 369 photos
(Total : 16213 km - 30434 photos)
De Loen à Folkestad (Norvège)

Grand ciel bleu comme prévu. Tu parles s'il faut dégager ! Malgré mon enthousiasme, je ne démarre qu'à 9h15....ouverture des toilettes oblige !


Coup d'oeil vers la Oldebukta et le fond du Nordfjord. Avec le soleil, ça change immédiatement la donne. Il est clair que je pourrais retourner au fond de la Oldedalen et partir à l'assaut de la Briksdalen aujourd'hui, et ce serait un tout nouveau regard. Mais comme je n'aime pas retourner deux fois au même endroit, et que je suis en Norvège pour voir un maximum d'endroits, et que... tout est splendide dans ce pays, je vous emmène cette fois vers la côte, comme je l'ai prévu au cours de mon arrêt forcé.


Quelle merveille ! Allez, c'est pas tout ça, de s'arrêter à tout bout de champ et de s'émerveiller de tout, il faut avancer un peu. Retour donc le long du Nordfjord, nouvelle traversée de Stryn au cours du contournement obligatoire de la Strynebukta, et poursuite vers l'ouest le long du Faleidfjorden (c'est le même que le Nordfjord, ils ont juste changé son nom !


Là, je laisse la route 15 qui va à Nordfjordeid par le nord-ouest pour la 613, puis 698, qui conduisent également à Nordfjordeid, mais par le sud-ouest. Si je choisis celles-ci, c'est juste parce que ce sont des routes secondaires, et donc vraisemblablement avec une moindre circulation. La 613 s'élève en corniche au-dessus du Faleidfjorden, offrant de très jolies échappées quand la forêt le permet. Ici au-dessus du Bjorneskorneset.


Le coin est très habité, et les petites fermes se succèdent. Les pentes sont si escarpées qu'elles ont nécessité le creusement de tunnels, pas en très bon état, sombres et dangereux. Ici à la sortie de l'un d'entre eux, au-dessus des petits hameaux autour de Dokset.


Solvberg, maintenant au-dessus du Innvikfjorden. La route longe toujours la falaise, à environ 400 mètres au-dessus des eaux sombres du fjord.


En face, Tistam et Tisthammar, au pied des Svinestranda (1140 m) et Dunheia (1165 m).


A Nos, juste avant un nouveau tunnel, superbe panorama vers l'ouest sur Innvikfjorden et sa belle courbe vers un autre fjord appelé aussi Nordfjord.


Du même endroit, zoom sur la courbe du fjord où se blottit le village de Randabygd.


Tvinnereim. Randabygd se trouve en bas, caché par les fermes.




Dans les alpages au-dessus de Randabygd. De l'autre côté du Innvikfjorden, à gauche, se trouve le hameau de Rye et Ryssfjaera, au pied d'une petite colline, Bolberg (337 m). Derrière cette butte se trouve un autre fjord, complètement caché, le Gloppefjorden. Il débouche un peu plus loin à droite, au même endroit que le Innvikfjorden que je longe, pour former justement le Nordfjord. Nous voici à nouveau dans un inextricable labyrinthe de fjords que l'on ne peut vraiment assimilier et comprendre qu'en regardant une carte, tant les ramifications sont nombreuses et enchevêtrées ! Bref, tout ça pour vous dire que j'avais longé le Gloppefjorden en 2006 avec le scooter, et vous pouvez comparer la journée d'aujourd'hui avec celles des 18 et 19 mai 2006, 21ème et 22ème jours de cet autre voyage.


Vue arrière sur la jolie petite 698, juste après avoir traversé les hauteurs de Randabygd.


La forêt est extrêmement belle.


Désormais, la route va descendre pour atteindre les rives du fjord.


Bolberg à nouveau; on imagine plus aisément la présence du Gloppefjorden derrière cette butte.




En bas, les fermes au-dessus de Hennebygda. On voit même la route qui contourne le cap de Äseneset, au centre de la photo.


Du même endroit, je pense que vous l'aviez compris. Je le dis pour les deux-trois du fond de la classe, vous savez bien, toujours les mêmes ! Que voulez-vous qu'on y fasse, il y en a toujours, on va faire avec.


Là, on voit nettement mieux la configuration du col, en face, entre Haugsvarden (862 m) à gauche (et invisible) et Bolberg.


Ryssfjaera, Rye, Foleide au sommet du col. Gloppefjorden est dans le creux, juste derrière.
Au loin, la Traudalen, entre les monts Sessega, Holsegga et Vidstoylsegga (entre 1250 et 1350 m).


Et me voici au bord de l'eau. Je viens juste de contourner le cap Äseneset dont je vous parlais plus haut. En face, on aperçoit un ferry. Il est à Anda, qui est le cap avancé situé au centre des deux fjords, le Gloppefjorden et le Innvikfjorden. C'est ce ferry que j'avais pris en mai 2006 pour atteindre Lote, situé un peu plus loin. Au fond, les belles pointes du massif de Skjerdingane, entre 1255 et 1276 m.


Un petit coup de zoom pour mieux voir.


Lote, c'est ça. Juste le point d'arrivée du ferry. Je suis désormais sur la E39.




Et le grand Nordfjord, appelé ici Hundvikfjorden. En face, la pointe Hestenesoyra, qui se trouve entre le Glommefjorden à gauche (non visible sur cette photo) et le long et étroit Hyefjorden, et qui est dominé par le Gjolsvorhogda, 1255 m, à gauche.


Au zoom, on voit mieux. Je vous explique, car j'aime bien comprendre quels sont les sommets qui m'environnent, en montagne, et tout particulièrement sur les photos que j'ai prises. Pour ceux qui ne sont pas intéressés, vous pouvez toujours zapper, ça ne gênera pas les autres. Donc, ce premier cap, où l'herbe est vert-clair, à gauche, est le Kviteneset. Derrière la petite butte (pelouse vert clair) se trouve Hestenesoyra, invisible d'ici puisque caché, et situé à l'embouchure du Hyefjorden. Juste derrière, à droite, et bien visible cette fois, le Hyeneset (grand bâtiment blanc). Donc, le Hyefjorden se trouve entre ces deux caps. cette terrible muraille qui suit, c'est la Sausafjellet. Et derrière cette montagne, vous retrouvez le massif du Skjerdingane. Entre les deux se devine très distinctement une stupéfiante vallée, la Skjerdalen. Un sentier la parcourt, qui doit être d'une immense beauté !

Tout ceci pour vous dire, une fois de plus, à quel point ce pays est sensationnel. Je vous le répète depuis plusieurs semaines, mais vous avez là un exemple -enfin, plutôt "encore" un exemple- des possibilités infinies qui s'offrent ici au randonneur amoureux de nature. Rien que dans ce petit morceau de Norvège, vous avez de quoi vous occuper intensément pour plusieurs jours. Or, ce petit bout insignifiant n'est qu'un minuscule morceau d'une de mes "petites" journées de voyage, car je ne fais bien souvent que de petites étapes. Du coup, je vous laisse imaginer la durée de mon voyage, si je devais aller voir tout ce que je trouve beau.... Quelques décades, sans faire de pause, n'y suffiraient sans doute même pas.... Bon courage !


J'ai avancé un peu. En fait, je me trouve à l'entrée du Lotetunnelen, qui passe sous la Svoradalsnibba (898 m) et débouche à Nordfjoreid (dans mon dos, tout ça). En face, on voit donc l'entrée de la Skjerdalen à gauche, et les fermes du Hyeneset, Hyenes, dans la montagne.


Nordfjordeid.


Clocher de l'église de Nordfjordeid. J'avais monté ma tente ici le 18 mai 2006, et je me souviens parfaitement bien de cette soirée. Vous pouvez voir une autre photo de l'église dans le compte-rendu de cette autre journée d'un voyage totalement différent, bien que dans les mêmes lieux !


Evidemment, comme vous vous en doutez, je prends une autre route, histoire de voir d'autres paysages. Je reste donc sur la E39 qui file plein nord au travers de la Stigedalen. Juste au début de la vallée se trouve ce joli petit lac, le Storesaetervatnet, 277 m, sur les rives duquel je m'installe pour manger.




Très rare, en Norvège, de trouver des vaches sur la route.


Stigedalen.


Stigedalsvatnet, 163 m. Je suis resté un petit moment en admiration devant les montagnes entourant ce petit lac.

Admirez....








Sacrées murailles, n'est-ce-pas ? La E39 descend la vallée le long de la Stigedalselva et débouche sur le Bjorkedalsvatnet, 25 m, dominé au nord-ouest par une splendide montagne, la Vassendfjellet, qui tombe de plus de 1100 mètres dans le lac ! Un beau pavé dans la mare.


Alors qu'en face, vous avez le Keipen (944 m)....


Un magnifique éperon rocheux comme il s'en fait peu, juste au-dessus de Byrkjely.


Et au fond, la pointe triangulaire du Grothornet (1012 m) et sa belle falaise longeant le Kilspollen, invisible d'ici.


Kjellstad et Jogarden, au pied de la Vassendfjellet.


Petit lac Nedstevatnet, près de Kile. En face, Korsen, entre le Vassendfjellet à gauche, le Trollvasstinden (1285 m), la pointe gauche, et le Grothornet à droite. En haut, la Kvernadalen. Des sentiers de randonnée traversent ces montagnes, ce doit être fabuleux ! Ici encore, des jours et des jours de splendeurs vous attendent.


Les petites maisons de Kyle.


Et la dalle extraordinaire du Grothornet.




Le Kilspollen, c'est ça. A gauche, Mjeltevika. Au bout, Straumshamn.


Mjeltevika.


Petites maisons typiquement norvégiennes peu avant le cap.
La mer est juste derrière, avec la Botnavika, entre le Voldsfjorden au nord-ouest et le Austerfjorden à l'est.


En face, la route 651, de l'autre côté du Voldsfjorden. Je l'ai décrite lors de mon passage en mai 2006, ici. Il y avait alors plein de neige sur les sommets.


Sur l'autre rive du fjord, le Rotsethornet (652 m), et à gauche, la ville de Volda.




Volda, et le ferry Volda-Folkestad, vue justement depuis Folkestad.


Loin derrière, le Saudehornet (1303 m), au-delà du Orstafjorden, petit fjord caché par la butte. C'est la route suivie en mai 2006.


Je reste sur cette rive du Voldsfjorden, qui me conduit à l'entrée du Dalsfjorden. En face, le cap Kvanngardsneset, vu depuis le Nautvikneset.


Il y a un petit parking sur le cap. Des allemands sont installés ici, en train de faire griller du poisson qu'ils ont pêché ce matin. Ils sont de Leverkusen (tiens, encore). Ils m'en ont offert : forcément délicieux. Le barbecue a été acheté ce matin 14 NOK (2 euros), et ne sert que pour une cuisson, je ne connaissais pas ! Leur fils était en train de pêcher, il revient avec un poisson de 2 kilos (photo), attrapé au deuxième coup de lancer ! C'est incroyable ! Je regrette beaucoup d'être seul et de ne pas pêcher, tant c'est délicieux ! Nous discutons un bon moment. Ils viennent presque tous les ans en Norvège, à chaque fois dans un coin différent. Je les laisse pour aller faire le tour du Dalsfjorden, long et étroit, sur leur conseil avisé.


En effet, souvenez-vous, je vous ai dit que ce coin était un véritable labyrinthe. Je pourrais longer ici toute la côte pour atteindre Nordfjordeid que je viens de passer. Je me dis que les paysages sont forcément les mêmes tout au long de la côte. Mais en même temps, je sais bien que ce n'est pas vrai, pas en Norvège ! Il faut bien cependant faire des choix, car tous ces détours représentent de très longues distances. Je me décide donc à faire le tour de ce fjord, mais à revenir sur mes pas à Folkestad. Ce sera donc un aller-retour, vous êtes habitués, avec moi, et puis ça justifie pleinement le nom de mon site web, non ? Juste pour vous donner une idée, faire le tour de ce petit bout de littoral norvégien, depuis Folkestad, avec retour à Folkestad, ça représente, grosso-modo, 320 kilomètres.... sans même aller voir chaque village ! Vous vous rendez compte ? Non, évidemment.... Ah là là, mais que vais-je faire de vous ?


Vue arrière sur le Dalsfjorden (vers le nord, donc), depuis Rossetvikane.


Et vue vers le fonds du Dalsfjorden, depuis Dalsbygda. On ne voit pas grand chose, gros contre-jour....


En face, Innselset, au pied de la Tenna, 990 mètres de muraille... norvégienne, quoi !


Innselset encore, un peu tourné vers le nord.


Coup d'oeil arrière, peu avant d'arriver à Litleneset.


En face, le Storefjelltinden, 963 m.


Vers le nord, je pense que c'est la grosse molaire du Molegga, 999 mètres (pour ne pas dire 1000....).




Steinsvika, le village du fond du Dalsfjorden.


Je discute un moment avec des touristes allemands, ainsi que le pêcheur norvégien qui leur loue les petits bateaux de pêche. Il me dit ceci. Au bord, on pêche les petits poissons, comme celui-ci, ainsi que les petits maquereaux, etc.... Le bateau permet de pêcher plus profond. En pêchant à 100-150 mètres de profondeur (oups !), on pêche déjà du 15-25 kgs.... Plus on va profond, plus c'est gros. Au fond, il y a des poissons qui pèsent jusqu'à 200 kgs.... Très impressionnant, non ? Par ailleurs, il vaut mieux pêcher aux moments les plus calmes, donc à marée haute ou à marée basse. (pas toujours entendu ça). Sinon, là où sont les mouettes, c'est une bonne indication pour localiser le poisson. Et quand les dauphins chassent (enfin, ce ne sont pas des dauphins, mais je n'ai pas retenu le nom), pas la peine de continuer : le poisson se cache ! Et il y en avait hier.


Je remonte maintenant la rive ouest. Bien sûr, comme toujours, des cascades descendent depuis les sommets jusque dans les eaux du fjord.


Depuis Gjotteneset, les montagnes de la rive opposée que je viens de descendre sont renversantes. Loin, très loin nau-dessus de toutes, en arrière-plan, les immenses dalles du Trollvasstinden, derrière lequel se trouvent les lacs longés tout-à-l'heure, Kilspollen et Bjorkedalsvatnet. Qu'est-ce que j'aimerais pouvoir marcher sur ces crêtes; la vue doit y être éblouissante !


Juste en face, c'est.... Regardez ! Le Breidefjellet (980 m), complètement déformé par les crevasses des érosions. A droite, la Eissetdalen, immense vallée suspendue comme je les aime. Là encore, des sentiers permettent d'y grimper, là encore, de quoi passer plusieurs jours de folie, dans des paysages inimaginables. En bas, de la gauche vers la droite, Litleneset, Fjosneset, Eisset. En haut, invisible d'ici, un lac incroyable, enchassé comme un cratère de volcan, à 838 m, le Joldalsvatnet. Je vous laisse admirer quelques zooms....






Litleneset.


Vers le nord-est, Dalsbygda.


Geitmjolkhornet (915 m) et Trllvasstinden au fond à droite.


Les deux au zoom....




Arrivée à Aksne. Au loin, le cap Lyngneset.


Zoom sur Lyngneset. On revoit Nautvika, et les montagnes de l'autre côté du Voldsfjorden.




Eglise de Dalsfjord, peu avant l'embouchure du Dalsfjorden dans le Voldsfjorden; en face, Nautvika.
De l'autre côté du Voldsfjorden, Eikreim et Häskjold.


Je pousse jusqu'à Bjorkvoll, où je fais demi-tour. Belle vue sur Volda, à 6 km au sud-est.


Bjorkvoll.


Bjorkvoll encore. Ici aussi, un ferry conduit à Volda. C'est un peu norman. En effet, si Folkestad n'est qu'à 7 km à vol d'oiseau, il va m'en falloir 44 km pour l'atteindre par la route, ce que je viens de faire.... Norvège....


Breidefjellet et la Eissetdalen, à nouveau....




Je viens de faire le tour. Litleneset.


Retour à Folkestad. Vue vers l'est. Krumvikneset à droite, et les montagnes le long du Austefjorden.


Et le point d'embarquement de Folkestad, pour Volda.

C'est ici que je m'installe pour le bivouac, car il est déjà 20 heures ! Je n'ai pas fait le tiers de ce que je pensais.... Mais peu importe, si j'ai mis si longtemps, c'est que c'était beau. Pour le reste, il y a demain, et les jours suivants !

 

 


Depuis le 06/06/2005 Visites:852594 Aujourd'hui :82 Maintenant:8 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)