Scandinavie 2012, étape 136

Jour 136 - Jeudi 16 août 2012 - 122 km - 542 photos
(Total : 17054 km - 32882 photos)
De Luster à Gol (Norvège)

Grand beau temps au réveil, comme prévu. Une brume de chaleur s'élève déjà au-dessus des eaux du fjord. La nuit fut royale. Départ à 9 heures.


Juste à la sortie de Luster, au cap Kjempeneset, des escaliers permettent de descendre au bord de l'eau. Vue vers le sud, Sorheim en face.


Skjolden se trouve au fond du Lustrafjorden. Le Molden laisse encore voir sa bosse à 22 km d'ici à vol d'oiseau ! Derrière lui se devine l'entrée du Gaupnefjorden. Juste au premier plan, Nygard et Fjosne, côté gauche le cap de Kjolnes. Fermant l'horizon, le massif au sud de Solvorn, à 30 km d'ici, qui oblige le Lustrafjorden à faire un angle de plus de 90 degrés.


La 55 poursuit sa route vers le nord-est et la Fortunsdalen, le long de la Fortundalselva. Ici, entre Skjolden et Fortun, près du terrain de camping de Grot, la Aselvi dévale les dalles rocheuses au milieu des forêts. Mauvaises couleurs, mauvais contre-jour. Elle n'est là que pour vous montrer la merveilleuse nature norvégienne, toujours sauvage.


Moutons à Fortun, près de l'église. Bien qu'il soit 10 heures, une grande partie du village se trouve encore dans l'ombre de ses montagnes, et le contraste est violent. Tout est trempé de rosée. Je prends mon petit déjeuner ici. Je pourrais poursuivre plein nord dans la Fortunsdalen, car au bout de la vallée, des pistes continuent très loin dans le massif montagneux. Encore toute une région à parcourir, encore de quoi passer une semaine à randonner.

Mais une fois de plus, il faut bien choisir, et je vous avoue que je me laisse un peu guider par la météo. Je décide donc de poursuivre sur la Rv 55, car elle attaque maintenant le plateau du massif de la Sognefjellet. C'est la Sognefjellsvegen, une des routes touristiques décrétées "nationales" par la Norvège. Elle passe le col le plus élevé d'Europe du Nord (1434 m). Je l'ai déjà parcourue le 18 mai 2006 en sens inverse avec le scooter, forcément, sous la neige, à zéro degré (oups !) car elle est un des haut-lieux de la Norvège et points de passage entre l'est et l'ouest.


Elle attaque la Bergsdalen par une belle série d'épingles. Vue au-dessus de Skagen, et les eaux bleues de la Fortungdalselva.


Sous mes pieds, des cultures maraîchères.


Et vers le sud, Fortun, dont on voit très bien l'église près de laquelle j'ai mangé, et les vastes prairies cultivées et couvertes de rosée. Je ne voudrais pas habiter ici, essentiellement en raison de cette situation à l'ombre. En effet, il est maintenant 11 heures, et la moitié du village est encore privée de soleil !


Par contre, sur les hauteurs, c'est l'inverse. Les couleurs sont affreuses et tout est brouillé. Toutes les photos du reste de la journée sont mauvaises, voire très mauvaises. Je suis un peu dépité, mais c'est quand même mieux que rien, et j'aurai toujours plaisir à les regarder lors des lon,gues soirées d'hiver, assis auprès du feu (que je n'ai pas, ha ha ha). Les fermes se suivent. Ici Saude, vu depuis Opptun. J'avais fait exactement la même photo, il faut croire que cette ferme est photogénique, ou bien que je suis attiré par les mêmes points de vue. C'est une vue arrière, Fortun se situe au fond de la vallée.


A Turtagro (884 m), une route à péage traverse la Berdalen et rejoint à 34 km au sud Ovre Ärdal, sur le Ärdalsvatnet. En hiver, cette route est évidemment fermée, et il faut alors contourner la totalité du massif par Lom et parcourir 278 km pour atteindre Ovre Ärdal !


Elle est payante, mais comme elle est considérée comme splendide sur les guides spécialisés, j'ai envie d'y aller, au moins jusqu'au péage.


Et j'ai bien fait, car le péage est situé à plus de dix kilomètres. Vue en contrebas sur les chalets de Ringstolen, à 895 m. A droite, la Nosafjellet. Dans le creux, la vallée par laquelle je suis arrivé à Turtagro, en provenance de Fortun : la Bergsdalen.


Un peu plus loin, au pied du Ringsnonhaugen, je rencontre deux jeunes allemandes avec lesquelles je vais bien discuter une vingtaine de minutes. Elles roulent en sens inverse, et ce sont elles qui me disent où se situe le poste de péage. Elles sont émerveillées, et l'une d'entre elles m'a dit qu'elle trouvait la Norvège plus belle que le Pérou et le Chili ! Je pense différemment (les immensités et les altitudes sont là-bas démesurées, mais c'est peut-être,; et paradoxalement, ce qui fait la beauté des paysages norvégiens, offrant sur peu d'espaces de terribles dénivelés), mais ça confirme un fait : la Norvège est un des pays les plus beaux du monde, en terme de paysages naturels. Revenons à nos moutons.

Derrière moi, la petite route que je viens de parcourir, et Turtagro en bas à gauche, dont le propriétaire a été tué dans le tsunami en 2004 en Thaïlande. En face, c'est la route 55 qui attaque la montée vers le plateau du Sognefjell. Nous irons tout-à-l'heure. Au loin à droite, le Steindalsnosi, 1936 m.


Le nom officiel de cette route à péage Turtagrø-Årdal est Tindevegen. Il y a sur le site une Webcamera, et la station de péage est en ce moment même (18/10/2012) sous la neige, et la route déjà verglacée ! Brrrr.....


Au loin, la Rydalen et le massif Sognefjellet (1532 m).


Le trou de la vallée Bergsdalen. Je suis ici à environ 1180 m. En face, le Sauaholsnosi, 1171 m.


Il reste de belles plaques de neige, et dans deux mois, la fraîche arrivera. L'été est vraiment court sur le plateau.


Au pied de la Berdalsfjellet, je suis presque au point culminant de la Tindevegen. Vers l'avant, la Berdalen que l'on va redescendre pour remonter sur l'autre versant au col que l'on aperçoit là-bas, à près de 1300 mètres. Le péage se trouve quelques centaines de mètres au-delà de ce col.


Vue arrière sur la Tindevegen. la photo précédente a été prise depuis le col qu'on voit sur celle-ci ! La déchirure que l'on voit à gauche est la partie de la Berdalen qui descend jusqu'au Berdalsvatnet à un hameau appelé Berdalen. De loà, un sentier permet de descndre jusqu'à Fortun, près de l'église où j'ai déjeuné ce matin.


Voilà, je viens de faire demi-tour au péage.


Le haut de la Berdalen,, à nouveau.


Des trpoupeaux de vaches et de moutons paissent dans les prés de l'immense Berdalen.


Berdalsvatnet, le voici, et la piste descendant sur Berdalen.


A nouveau au pied de la Berdalsfjellet. Des ruisseaux courent partout. Des troupeaux aussi.


En face, le précipice de la Bergsdalen (à ne pas confiondre avec la Berdalen). Les deux qui causent au fond de la classe n'auront certainement pas fait attention à cette subtilité, mais je doute qu'ils aillent en Norvège prochainement.


A gauche, un couple de Lagopèdes au nid. la dernière fois que j'en avais vus, c'était en Islande, au camping de Fossholl, près de de Godafoss.


Turtagro à nouveau.

Je retrouve donc la Rv 55, et j'attaque la montée vers le plateau du Sognefjell.


Un beau parking a été aménagé à Oscarshaug (1171 m), avec toilettes et surtout, un joli panorama sur la Helgedalen.
Le roi Oskar est venu ici le 15 août 1860. Une stèle marque son passage....


La Helgedalen. Une piste permet de remonter la vallée, suivie de nombreux sentiers de randonnée. Vous savez ce qu'il vous reste à faire !


Et une belle vue aussi sur la Tindevegen que je viens de parcourir jusqu'au péage.
Comme il est déjà 13h30 (oui, je sais, je n'avance à rien), je reste manger sur ce parking.


Je reprends l'ascension. Enfin, Mygoo la reprend, car pour moi, c'est trop facile ! Approche typique d'un grand plateau norvégien : on retrouve les lacs, les marécages, le monde minéral. Ici, le Gjuvvatnet, 1248 m. On aperçoit la route passant le col en face.


Au-dessus de ma tête, le menaçant Steindalsnosi, que l'on voyait depuis la Tindevegen.


On ne se rend pas bien compte de la taille des espaces. Le camping-car vous en donne une petite idée.


Hervavatnet (1302 m) depuis Hervabui. Au fond, le Fannaräki, 2.066 m, et son glacier le Fannaräkbrean.



Quel spectacle fabuleux ! La 55 sur le plateau. A droite, le Prestesteinsvatnet (1356 m).


Plein est, à l'horizon, à 12 km à vol d'oiseau, le grand massif du Smørstabbtinden, et ses nombreux sommets de plus de 2.000 m, avec ses deux immenses glaciers qui dominent le paysage de tout le secteur, le Leirbrean à gauche et le Smørstabbrean à droite.


Zoom sur les deux glaciers dont je viens de parler.


Loin à l'horizon, cette montagne pointue est sans doute la Kyrkja (2032 m), à 21 km d'ici !




Smørstabbrean

Smørstabbrean .


Prestesteinsvatnet au pied du Fannaräki.


Certains de ces tas de pierres datent du 18ème siècle.


Smørstabbtinden.




Leirbrean à gauche et le Smørstabbrean à droite..


Blocs de neige gelée sur le Prestesteinsvatnet.


Smørstabbrean.


Kammerherren, 1400 mètres. Une piste part d'ici vers le nord et le Storevatnet.


Six pierres mémoriales ont été érigées en mémoire du plus grand accident tragique survenu sur le Sognefjell, en mars 1813. Six hommes de la Boverdalen moururent ici, congelés avec leurs chevaux, en traversant ces montagnes à la recherche de grain.


Les stèles en leur mémoire.


Coup d'oeil arrière sur la route 55 que je viens de parcourir.


Au sud, zoom sur le Fannaräkbrean.



Smørstabbrean

L'extraordinaire mer de glace du Smørstabbrean.


Smørstabbrean

Smørstabbrean.


Smørstabbrean.

Smørstabbrean.


Leirbrean.


Fantesteinsvatnet (1411 m) depuis la Sognefjellshytta.


Leirbrean.


Smørstabbrean. Regardez attentivement à droite, un groupe de personnes marche sur le glacier.


Smørstabbrean. On distingue encore les hommes s'aventurant sur la glace, à droite. Un couple de français rencontré ici : la femme me dit : c'est incroyable, tellement c'est beau, on s'arrête tous les cent mètres ! Je croyais être le seul fou, bienvenue au club !


Terminé. Ici, à Krossbu, commence la descente.


La chute même, dans la Breidsaeterdalen.


Depuis Krossbu (1260 m), le grand Store Smørstabbtinden (2208 m).


Curieusement, la rivière s'appelle la Bovre, rien à voir avec le nom de la vallée, la Breidsaeterdalen.


A 15 km au nord (en haut à gauche), je pense qu'il s'agit du glacier Hoybrean, au pied du Hestbreapiggen (2139 m).


Mais la route 55 plonge littéralement vers Bovertun et le Bovertunvatnet.


Face à une nouvelle magnifique dalle minérale typiquement norvégienne, le Hoyrokampen, 1440 m.


Qui plonge dans les eaux glaciaires du Bovertunvatnet (936 m).




Sur l'autre rive, au sud-est, la vallée suspendue Brangsdalen.


A l'autre bout du lac. Vue arrière en contre-jour vers l'ouest, Bovertun, au pied de la Breidsaeterdalen.


La route longe ensuite le Bovertjonnen, que l'on peut voir en panorama arrière depuis Jotunheimen Fjellstue (1006 m), où un belvédère a été installé. Le Bovertunvatnet se trouve là-bas dans le creux à droite. C'est ici le Jotunheimen, le "Pays des Géants".


Juste un peu plus loin, sur le col, un nouveau panorama permet d'embrasser le fond de la Leirdalen, vers le sud.


Grand beau temps


La leirdalen fait un virage à 120 degrés et, venant du sud, se poursuit vers le nord-est, avec le même nom. La route 55 la suit vers le nord-est, alors qu'un piste payante s'y engage dans sa partie sud, vers le coeur des hautes montagnes du Jotunheimen. Ici, la Heimesaeterfjellet, contreforts du Storgrovhoe (2253 m).


A droite de la photo précédente, au pied des contreforts du Dumhoe, Ytterdalssaetre, ferme se situant au début de la piste partant vers le sud (à droite).


Zoom sur Ytterdalssaetre, au pied de la Dumfossen, descendant du Dumhobrean.


J'avance un peu plus loin, à l'embranchement de la piste. Vers le sud, la Leirdalen vue depuis le début de la piste, avec la Leira, rivière qui lui donne son nom. A droite, je pense qu'il s'agit du Skagsnebb (2003 m). Il est déjà 16h20, trop tard pour partir à la découverte de cette grande vallée. De plus, la route est, une nouvelle fois, à péage !


Et vers le nord-est, la Leirdalen encore, mais celle que longe la route 55. Au premier plan, la Leira dans la forêt recouvrant les versants inférieurs des contreforts minéraux et noirs des hautes montagnes. D'ailleurs, on aperçoit un tout petit bout de la route, à gauche.


Zoom du même endroit, pour vous montrer la Rv 55 en bas à Heimsetren.


Herahaugen à droite (1710 m) et la vallée par où descend le Heimre Illäbrean, invisible d'ici.


La Leira à Heimsetren, justement.


La Leira, chargée de minéraux glaciaires, ici à Juvstulen. Au loin, la Mytingsfjellet et le Kjelen (2223 m).


Elvesaeter.


Sur le grand parking de l'hôtel (photo précédente) se trouve cette colonne représentant l'histoire de la Norvège. la première fois que je l'ai vue, en 2006, elle m'a de suite fait penser à la colonne Trajan à Rome, our le forum. Elle fait 34 mètres de haut, et est un des plus grandes du monde (c'est du moins ce que dit cet article). Voici ce que j'écrivais en 2006 à son sujet. Son nom: la "Sagasoyla" - la colonne de la Saga, "the Saga Column".


La route 55 traverse ensuite Boverdal, et s'engage dans la Boverdalen après le défilé de Roisheim.


La Bovro.


Plus bas, après les méandres des défilés, la vallée s'élargit sur les derniers 6 kilomètres.
Les fermes et hameaux se succèdent sans discontinuer, les berges de la rivière sont très cultivées.




Lom, la "grande" ville (environ 3000 habitants !), est à 382 m d'altitude, au bout de la Boverdalen, au pied de la Ausfjellet.


Eglise en bois de Lom. Elle date de la première partie du 12ème siècle.


Mais elle fut reconstruite au 17ème siècle sous cette forme.


Il fait très lourd ce soir (il est 18 heures), et la ville est infestée de moustiques ! L'orage a éclaté plus tard dans la soirée, raffraichissant un peu l'atmosphère. Vous l'avez compris, c'est à Lom que j'installe mon bivouac ce soir, sur un parking du centre-ville. Il y a beaucoup d'animation, et ça me plait bien.

L'essence est terriblement chère par ici, dépassant les 14 NOK le litre de gasoil, exactement 14,25 à Gol ce soir, soit 1,995 euros ! En plus, j'ai constaté que l'euro s'est bien cassé la figure depuis que je suis parti (faudrait pas que je parte, désolé....). Du coup, bien que j'avais plutôt mal changé lors de mon arrivée en Norvège à la mi-avril (à Larvik à la poste), mon opération était meilleure que le taux de change en banque avec la carte ce soir !


 

 

 


Depuis le 06/06/2005 Visites:872522 Aujourd'hui :8 Maintenant:7 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)