Scandinavie 2012, étape 142

Jour 142 - Mercredi 22 août 2012 - 232 km - 445 photos
(Total : 18124 km - 35353 photos)
De Hovden à Tonstad (Norvège)

Plutôt bien, le ciel, ce matin. Je suis réveillé par les employés communaux qui embauchent, mais ce n'est pas plus mal. 8h30, ça va.


Quel plaisir de repasser sur la route 9. Je prends mon petit déjeuner un peu plus loin dans la belle forêt, le long de la Setesdal. C'est la rivière appelée Otra qui coule dans cette vallée. Elle va se jeter en mer tout au sud de la Norvège, près de Kristiansand. Là où elle se termine se terminera aussi ce voyage en norvège. Tout ceci me fait vraiment prendre conscience que cette virée sent la fin... En fait, le cours de la Otra passe par des milliers de lacs, comme celui-ci.


En bas de cette côte, je vais faire un petit aller-retour sur la route 30 vers Fjellros.


Ceci juste pour voir la Otra, justement.




J'adore cette rivière qui me fait penser aux vastes espaces canadiens.


Toujours la Otra peu avant Byklestoylan.




Bykle.


Deuxième église de Bykle. Le ciel s'assombrit sérieusement, je sens que la pluie ne va pas tarder !


Je quitte la route 9 juste pour aller voir des petits lacs enchassés au coeur de belles falaises. Ici le Motjonni, nom du lac, à 496 m d'altitude.


De l'autre côté de la route 9, Trydal et le Trydalstjorni, à 514 m. La pluie est revenue, voyez les gouttes tombant dans le lac !


Stoylan, toujours sur les rives du Trydalstjorni.


Je reviens très vite sur la 9. Cette grande forêt du Setesdal est merveilleuse, et je la retrouve avec un grand plaisir malgré cette morose météo.


La Otra, ici très calme.


Et plus nerveuse un peu plus loin, au pied du Gravsas (769 m), en arrivant à Flateland.


Au pied de la Homfjellet (950 m). Admirez ces parois toujours aussi vertigineuses, ces grandes plaques rocheuses desquelles se détachent régulièrement des pans plus ou moins gros. Il y a six ans, j'avais bivouaqué à quelques kilomètres au sud d'ici, et j'avais justement assisté en direct au décollement d'un bout de paroi qui s'était effondré avec fracas dans l'eau de l'Otra coulant à son pied. Ce qui signifie, croyez-moi, qu'il vaut mieux ne pas planter la tente au pied de la muraille ! Ce fut d'ailleurs mon dernier bivouac sauvage, mais non lié à cet événement : c'est juste que je suis trop anxieux.


Cachée dasn la forêt, dans la courbe de l'Otra, se trouve la petite cité de Homme.


Détail sur les dalles.... on aperçoit la petite route qui conduit à Homme et à Svalestog.


Pour vous montrer une fois de plus les grandes dalles, que la forêt parvient, par endroits, à recouvrir !


Petite pause à Valle.


Ah, ça sent la fin de l'été ! Les enfants sont à l'école, je vois leurs vélos. L'Office de toutisme de Valle est déjà fermé. Je ne croise presque plus que des allemands et des néerlandais, comme touristes. Les camping-cars norvégiens se font rares ! C'est triste. Je n'ai pas vu l'été passer, mais c'est bien normal, vu les basses températures. Il n'y aura eu que ces deux dernières semaines, pour ma part, qui étaient plus clémentes, et chaudes. Le reste a quand même été fort marqué par le froid.


La falaise Nomelandsfjellet en face de Valle. Un immense toboggan naturel, c'est époustouflant !


La Otra forme ici un lac appelé Flani, à 273 mètres d'altitude. Vue arrière depuis Flarenden. Une fois de plus, je reconnais le lieu instantanément, et j'avais fait exactement la même photo le 5 mai 2006 (je roulais alors dans l'autre sens).


Un peu plus au sud, à Nomeland, en face de Hovet, je quitte définitivement la route numéro 9 pour la 337 que je ne connais pas, histoire de varier mon parcours, et surtout de ne pas refaire le même chemin. Une petite dernière de la Otra depuis le pont de Hovert avant de quitter la Setesdal.


Cette route s'élève vers le plateau d'abord par la Fardalen, puis par la Bergsdalen qui commence ici, au pied de cette splendide roche, la Vardefjell, qui pointe à 819 mètres au-dessus de la vallée et de la rivière Myklevassani.


La Myklevassani après Kvaeven.


Les premières teintes automnales arrivent....


Le Myklevatnet à 785 mètres, à Myklestoyl, marque l'arrivée sur le plateau. Les norvégiens ont construit des chalets un peu partout sur ce plateau, où se succèdent comme toujours les bouleaux, les lacs, les marais et marécages habituels.


Je m'installe ici au bord du lac pour casser la croûte.




Vue arrière sur le Myklevatnet.


Sandvatn, à 817 mètres.


Urdevotni, 863 m, au pied de falaises culminant à 1140 mètres.


Et la route s'élève toujours au milieu de ce paysage de plus en plus minéral. La température baisse sérieusement, le ciel se couvre à nouveau.


Vue arrière sur le Kvislevatnet (884 m) depuis le Kvislevasskvaeren.



Et voici le col, à 1050 m.


Il fait un froid glacial, je viens de doubler des cyclistes, je les plains !


La vallée se nomme la Smogedalen, et le lac Vardsvatn est à 1030 mètres.


En bas à droite, le Rosskreppfjorden, grand lac à 929 mètres. La pluie est là, violente, accompagnée de fortes rafales de vent. Je suis gelé le temps de faire deux-trois photos. Seuls les moutons semblent totalement indifférents, tant à la météo qu'au paysage. On aperçoit un barrage de pierres au centre de la photo. Je reste ici une demi-heure, la vue étant complètement obstruée par les nuages.




Je démarre à la faveur d'une accalmie.


Je passe au pied du barrage, mur de pierres toujours impressionnant, et angoissant. Pourvu que ça tienne le temps que je passe....


Ouf, ça s'éclaircit, me permettant d'admirer le paysage environnant. C'est superbe, là encore.


Une fois de plus, les rochers arrondis indiquent l'ancienne présence des énormes masses glaciaires de la dernière glaciation.


Puis la route redescend par la Flogdalen pour arriver, après Suleskard, sur le Ortevatnet (566 m), à la route 975 et à l'embranchement avec la route 986 puis 500, qui conduit à Lysebotn, au fond du Lysefjorden. J'étais venu ici en 2006 avec le scooter, le jour de l'ouverture de cette route, et j'étais passé entre les murs de neige laissés par les chasse-neige. J'ai envie de revoir Lysebotn, et même d'y installer le bivouac ce soir. Ce sera un aller-retour, je compte bien revenir par la route, et non par le ferry comme nje l'avais fait voici six ans.


Flotholen, 660 mètres. Je grimpe à nouveau sur un plateau.


Les bouleaux, que je vais perdre à nouveau lorsque je serai parvenu sur le plateau.


Anestol.


Fisketjodn, 675 m.


Dans la Grydalen. Les nuages se font de nouveau menaçants.


Vue arrière sur la petite route.


Andersvatnet (875 m, au niveau du lac).


Le même, le 8 mai 2006 au soir également.....


Et la route, le même 8 mai 2006 !


Sur le plateau.





La petite route serpente entre les lacs dans un monde désormais entièrement végétal, comme à chaque fois qu'on s'élève en altitude.




Une trouée entre les nuages, depuis Oygardsstoylen (grand parking du Kjerag -payant- pour les randonneurs), me permet d'apercevoir Lyse at Auklend. La descente est toujours aussi vertigineuse, nettement plus impressionnante, à mon avis, que celle de la route des trolls, car plus encaissée.


Malheureusement, il n'y a absolument rien à voir. L'orage éclate, le ciel se couvre, il fait presque nuit subitement !
Des trombes d'eau s'abattent sur le Lysefjorden que voici...


La terrifiante falaise.


De là-haut se jettent les base-jumpers, et notamment Jean-Christophe (que je salue au passage, ainsi que son épouse), que j'avais rencontrés, justement, sur la Trillstigen, et qui a effectué ici plusieurs sauts. Il m'a d'ailleurs envoyé un nouveau lien sur une de ses vidéos postérieures à la Norvège. En effet, il est allé sauter depuis la face nord de l'Eiger dans les Alpes Suisses. Il a effectué ce saut avec Aurélien, son partenaire de vol, à voir ici à 2'22".... Epoustouflant ! Avouez qu'il faut un sacré courage pour oser se jeter du sommet de telles parois ! Je pense que ses sauts au-dessus du Lysefjorden sont également sur cette vidéo, je lui en demanderai confirmation.


Du coup, pas question de bivouaquer en bas, je m'y sens opressé, enfermé. Je fais demi-tour, tant pis, c'est dommage, mais comme je suis déjà venu, ça ne me choque pas du tout de repartir dans la foulée. Ici, jolie vasque naturelle visible près d'un parking dans un des lacets de la montée.


Du même endroit, vue sur le fjord..... hi hi hi....


Passage à nouveau sur le parking du Kjerag.... Déplorable, les norvégiens, de nous faire ce plan débile de nous faire payer pour randonner. Heureusement que le pays regogre de sites naturels gratuits, mais je trouve qu'ils abusent vraiment ! Le pays serait un pays pauvre, encore, je pourrais comprendre, mais ce n'est pas le cas. Merci donc à eux d'accueillir les touristes avec tant d'efficacité - mode ironie sur "maximum".


Pour vous dire comme le temps change vite en montagne, mais vous le savez bien.


Du coup, évidemment, je ne m'attarde que le temps de faire les photos.






J'aime bien voir les grosses gouttes de pluie dans les lacs.


Curieux, cette paire de chaussures dans les fils électriques, ici.


Andersvatnet, et le Groneknuten (973 m).


Je retrouve en bas la 975 qui longe d'abord le Ortevatn, traverse Fidjeland, puis Kvaevemoen, ici. Il y a là sur une place l'hélice d'un avion militaire anglais (B-24 Liberator) qui s'est écrasé dans les montagnes à l'est de Lunde le 4 janvier 1946. Il arrivait d'une mission d'entrainement en Mer du Nord, après avoir quitté sa base de Lossiemouth en Ecosse. Les huit membres d'équipages sont morts, sept d'entre eux étaient âgés de moins de 25 ans. Ils ont été inhumés dans le cimetière militaire anglais de Stavanger.

Je me prends ici une averse énorme !


Défilé de Dorga, près de la Dorgefoss, peu après Tjorhom.


Ovre Sirdal. Il pleut toujours, et je fais peu de photos, forcément ! Je cherche un bivouac depuis un moment, mais rien ne me satisfait....
Alors je continue ! Je roule maintenanty dans la Sirdalen, sur la route 468.


Admirez les falaises bordant la vallée.


Le ciel s'éclaircit subitement, et contre toute attente.
Un peu plus au sud, voici la rivière Sira, au pied de la Selandsfjellet, dans le soleil couchant, juste avant le village de Hompland.


Et j'arrive finalement dans la jolie petite ville de Tonstad, située au fond du Sirdalsvatnet. Je trouve du WiFi, il y a plusieurs parkings accueillants, des petits commerces autour, une jolie place centrale près de la mairie. Fran chement, un lieu de bivouac idéal pour Mygoo, qui ne se fait pas prier pour s'y installer !

Du coup, ce soir, je suis à une journée de mon bateau.... et j'ai 5 jours et demi devant moi. Cool, enfin de vraies vacances, hi hi hi.

 

 


Depuis le 06/06/2005 Visites:919760 Aujourd'hui :435 Maintenant:12 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)