Scandinavie 2012, étape 148

Jour 148 - Mardi 28 août 2012 - 541 km - 23 photos
(Total : 19105 km - 35668 photos)
De Bronderslev (Danemark) à Stotel (Allemagne)


Il pleut, comme c'était prévu. Mais je m'en moque royalement, compte tenu du fait que la reprise des calculs rénaux a complètement renversé le programme initialement prévu. En effet, je comptais bien, au retour, aller visiter tranquillement la partie du Danemark que je ne connais pas. J'avais aussi l'intention d'aller visiter Copenhague. Puis la côte nord de l'Allemagne côté Mer Baltique, et les belles villes allemandes libres de droits. Puis ensuite, la Belgique, et la France, à mon rythme habituel et lent, pour terminer ce beau voyage fin septembre, voire même mi-octobre. J'avais aussi prévu de rendre visite aux amis le long de la route.

Mais voilà, mon état d'esprit a complètement changé. Le voyage est désormais terminé. Du moins dans ma tête. C'est d'autant plus facile à prendre, comme décision, que j'ai réussi à voir ce pourquoi j'étais venu : la totalité de la Norvège. Alors, comme on dit, puisque ça, c'est fait...

Je n'ai plus qu'à rouler.... Autant dire que la météo n'est plus un problème !


Donc aujourd'hui, j'aimerais avancer un peu, qui sait, jusqu'en Allemagne ? Je suis réveillé avant 7 heures, et je ne tarde pas, finalement, à me lever. C'est ici, sur le parking jouxtant cette église, que j'ai passé la nuit.

Partir à 7h30 pour être... bloqué par les bouchons de la grande ville d'Aalborg, une demi-heure à peine après mon départ! J'aurais du y réfléchir hier soir, et passer cette ville. Mais peu importe, dès que je vois les files au loin, je trouve un parking et... hop, café, petit déjeuner, un peu de lecture... Et ça, c'est grâce à Mygoo, la reine de toutes les situations !


Quand j'en ai fini avec ma pause, ils en ont aussi fini avec leurs bouchons. Je reprends la route. D'abord la E45, puis la route 13, puis à nouveau la E45 que je ne quitte plus. Et je vois bien que je vais rentrer en Allemagne rapidement, à Flensburg exactement, peu après 13 h. Du coup, je me dis que je pourrais bien passer Hambourg et filer dès ce soir chez ma copine à Osnabrück.


Mais la circulation en a décidé autrement. Ces sacrées autoroutes allemandes, je les déteste cordialement. J'étais dans un tel désir psychique de rouler que j'avais décidé de les suivre pour aller plus vite. J'ai le feu aux fesses, pour la première fois depuis le début de ce voyage. Heureusement, un deuxième bouchon que je vois poindre au loin (les warnings s'allument) me poussent à sortir là, à une bretelle providentielle. On verra bien où ça me conduira, mais pas question de rouler dans un bouchon, plutôt faire autre chose.

C'est la sortie pour Rendsburg. Il est 14 heures. Une étude d'itinéraire me fait choisir la route prise à l'aller, avec traversée de l'Elbe par ferry, en laissant Hambourg à l'est. Et de rouler sur les départementales et nationales allemandes. Fantastique décision, je suis finalement enchanté d'avoir rencontré ce "bouchon". Mais pour commencer, il faut traverser Rendsburg, une ville assez grande. Une ville immense à l'échelle des cités norvégiennes, une bien petite ville selon les critères teutons...

Et... que vois-je ? Un magasin... Lidl. Ce qui veut dire que j'ai déjà accès, maintenant, aux prix de mon pays. En une journée, à peine, c'est comme si j'étais à la maison. Je parle "économie". Diesel ! 1,49 euro. Ah, mais en plus, c'est vrai, je n'ai plus rien à changer, vive l'euro... Et... Mac Do, bon ok, ce n'est ni européen, ni une référence en matière de nourriture. Et les norvégiens peuvent me rétorquer "nous en avons aussi....". Ce qui est vrai. Mais encore faut-il d'abord régler l'octroi d'entrée dans la ville, puis payer le double ou le triple !

Bref, je stoppe; Spot WiFi. Je contacte la famille pour les rassurer sur mon sort, et j'appelle Christa ma copine d'Osnabrück, qui est justement en vacances. On se verra demain, car je ne puis lui donner d'horaire d'arrivée, ne connaissant pas du tout ceux des bacs... On verra.

Puis je m'offre ma première frite, avec un coca et le "truc", là. Bref, je me fais un cadeau de bienvenue. Le bonheur ! Amis lecteurs, je sais que ça doit bien vous faire rire, mais ça fait près de 5 mois que je mange encore moins bien que ça ! Vous savez, le bonheur, c'est juste une affaire de comparaison entre ce que vous aviez, et ce que vous venez d'acquérir. Ni plus ni moins. Une toile de tente est un palace pour un gars qui passe toutes ses nuits dans la rue.... Aussi simple que ça.


Et je reprends la route. Naturellement, la moyenne est basse, mais ce n'est pas grave. Entre-temps, je ne vous l'ai pas dit, le soleil est de retour, et le ciel vire au.... grand bleu ! Que de bienfaits.

J'arrive à Glückstadt vers 17 heures. Glückstadt, un bon souvenir d'étape, puisque j'y avais bivouaqué sur la place centrale le 7 avril dernier, et que ma batterie était vide le lendemain matin au moment du départ... Pas de chance pour prendre le bac, il y a une très longue file d'attente, et j'ai du voir passer deux ferries avant de pouvoir mettre Mygoo dans le mien. Mais j'ai passé ce temps à préparer mes itinéraires en France, vitre ouverte, avec la vue sur l'Elbe et les oiseaux, canards, et compagnie. Le bonheur.


Mygoo sur le ferry pour la traversée de l'Elbe.


Non non, ce n'est pas la Hollande, mais ça y ressemble. C'est tout simplement Glückstadt, au zoom depuis le ferry.

 

Et je stoppe finalement à environ 160 km d'Osnabrück, c'est parfait. Je trouve une petite place sympa dans un joli village près de l'autoroute, peu après Bremerhaven, appelé Stotel. Quand je vois ce soir le kilométrage réalisé aujourd'hui, je suis sidéré. Mais oui, pas de doute. C'est ma plus grosse étape depuis le départ de France !

Il est fou, ce gaulois !


Depuis le 06/06/2005 Visites:939944 Aujourd'hui :25 Maintenant:5 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)