La Norvège et les cailloux

La Norvège et les cailloux (mardi 19 juin 2012)
(lettre ouverte à ma petite fille)

Bonjour ma petite chérie.

Merci beaucoup pour les petits mots que tu m'as écris, ça m'a fait très plaisir. Tu sais, je voulais te répondre, mais je suis tombé malade, alors je n'ai pas pu le faire tout de suite. Mais maintenant, je vais mieux, alors je vais te raconter ce qui m'est arrivé.

Donc, vois-tu, Angie, comme tu le sais, je suis parti faire un grand voyage avec Mygoo (c'est le nom que j'ai donné à ma voiture, parce qu'elle est à moi -et "moi" en anglais, c'est "my"- et ensuite parce que c'est une Kangoo; alors, j'ai mis les deux mots ensemble pour en faire un nom). Tu vois, sur cette image, c'est la carte du monde. Le trait bleu que tu peux voir, c'est tout le chemin que j'ai fait avec Mygoo depuis que je suis parti, le 3 avril. Si tu regardes bien ma route, tu vois que je n'ai fait que monter là-haut, ce qui veut dire que je vais vers le nord.

Voici une autre carte plus détaillée, qui te permettra de mieux voir les pays traversés. La France d'abord (le début du trait, c'est chez nous, au bord de la mer). Tu vois que je suis passé au-dessus de Paris, puis j'ai traversé la Belgique, puis les Pays-Bas, puis l'Allemagne, puis le Danemark.

Un jour, au Danemark, j'ai vu mes vaches préférées, qui viennent d'un pays qui s'appelle l'Ecosse, où je suis allé un jour en moto; je te raconterai. Et là, tout d'un coup, dans un champ, j'en vois. Elles ont de très longs poils et de très grandes cornes, et sont adorables. Celle-là, c'est encore une petite.

Le Danemark est un pays très plat, avec d'immenses plages de sable fin, comme en Vendée, mais encore plus grandes. Et on peut même y rouler pendant plusieurs kilomètres avec sa voiture. Tu penses que j'y suis allé avec Mygoo !

Il y a aussi au Danemark une région couverte d'immenses dunes de sable, comme chez nous, mais en plus grand, et sur des kilomètres. C'est tellement grand qu'on peut s'y perdre, et il faut faire attention. Tu vois, j'y suis allé pour voir, et c'était grandiose !

Puis je suis enfin arrivé en Norvège le vendredi 13 avril, après avoir traversé un bout de la mer sur un beau et grand bateau que tu vois ici comme je l'ai vu alors que je conduisais Mygoo dans son ventre, et dans lequel sont rentrés aussi des dizaines de voitures et de gros camions avec moi !

Une fois en Norvège, si tu regardes mon trait bleu sur la carte, tu vois que j'ai continué à monter, monter, et monter encore vers le nord. C'est un grand pays, plus petit que la France, mais pas du tout pareil : il est très long et pas très large. Les maisons sont jolies, toutes en bois ou recouvertes de bois, et la couleur préférée des norvégiens est le rouge. En fait, ils ont trois couleurs principales pour leurs maisons : rouge, ocre ou blanc. Et il n'y a pas beaucoup d'habitants : ils sont 5 millions de norvégiens. Demande à maman combien il y a de français, pour voir la différence. Alors, il y a de grands espaces presques vides, avec juste quelques maisons de temps en temps.

Voilà une église toute rouge, et les tombes encore dans la neige. Eh oui, de la neige ! Parce que la Norvège est dans le nord, c'est un pays froid. Et en plus, la Norvège est presque entièrement un pays de montagne. Ce qui fait deux bonnes raisons pour qu'il y fasse froid, très froid, et très longtemps !

Les norvégiens décorent souvent leurs boîtes aux lettres de jolis dessins ou de peintures multicolores. C'est très joli.

Donc comme je te disais, il fait encore très froid ici au mois d'avril. Et plus je vais monter vers le nord, plus je vais trouver la neige et la glace !

Tu vois, ici à gauche, c'est un très grand lac encore complètement gelé, puis il a tombé de la neige sur la glace, et elle est restée.
C'est tout blanc et magnifique !

Et Mygoo est passée sur des routes que de gros bulldozers avaient ouvertes en dégageant la neige de chaque côté de la route.

Ce qui faisait par endroits des murs de neige plus hauts que Mygoo de chaque côté de la route !

Et quand je pouvais regarder de chaque côté, c'était blanc partout, à perte de vue. J'avais du mal à voir, j'étais aveuglé tellement c'était blanc. On ne voyait plus les routes à cause de la neige au-dessus. Sur cette photo, tu vois les poteaux électriques : ce sont les repères permettant de savoir où se trouve la route, car les poteaux ont été plantés le long de cette route ! Si tu regardes bien, tu aperçois au fond des petits carrés noirs : ce sont en fait les petites maisons rouges d'un petit village situé là-bas ! Et la grande étendue blanche, devant et à droite du village, c'est en fait un grand lac complètement gelé et recouvert de neige. Et plus près encore, à côté du sixième poteau, on voit deux taches noires : ce sont des skieurs qui s'en vont au village avec leurs skis !

Je suis allé marcher un peu dans la neige, mais c'était difficile sans skis, et comme j'avais peur de me casser la figure sur la neige dure et gelée, je suis resté au bord de la route. Tu vois, j'ai même mis des lunettes de soleil tellement ça me faisait mal aux yeux, et tu sais que je n'en mets jamais d'habitude.

Les norvégiens n'ont pas peur, car ils ont leurs skis. C'est ce qu'ils font le week-end, quand il fait beau. Il y avait des petites filles comme toi qui partaient au loin avec leurs parents. Un norvégien m'a dit que c'était quand même très dangereux, car parfois, il y a des lacs et des rivières sous la neige gelée, et parfois, comme ça commence à fondre, la glace peut se briser et on peut tomber dans l'eau glaciale ! Et en plus, tout est blanc à perte de vue, et il faut faire très attention pour ne pas perdre son chemin dans ces immensités. J'appelle ça le "Grand Blanc".


Là, tu vois, ce grand lac commence à dégeler, parce que la route redescend. Car en Norvège, les routes montent sur un plateau, où tout est gelé, puis redescendent dans une vallée où le dégel a bien commencé, et où les feuilles des arbres -beaucoup de bouleaux- commencent à repousser. Mais sur les hauteurs, les arbres sont encore tout nus, comme ici, et c'est très triste, presque noir et blanc : il n'y a que très peu de couleurs ! Ensuite, la route remonte sur un autre plateau, et ça recommence, et ainsi de suite...

Ici, je suis redescendu du plateau. Il n'y a presque plus de neige. Mais tu vois, l'herbe est encore jaune, et commence à peine à reverdir. Dans quelques semaines, ce sera partout vert, et les fleurs seront revenues dans les champs. Car je te montre les photos comme je les ai faites, au fur et à mesure de ma route, et là, c'était encore au mois d'avril.

Mais au mois d'avril, en Norvège, la neige tombe encore, sans prévenir, recouvrant soudainement les routes et les sapins dans les forêts. Alors, tu vois, heureusement que papy Jef avait mis des pneus d'hiver tout neufs aux pieds de Mygoo. Comme ça, je pouvais continuer à rouler sans aller dans le fossé.

Malgré ça, parfois, la neige était givrée, et ça glissait un peu. Heureusement, les pneus de Mygoo sont des pneus magiques, et nous sommes passés en serrant un peu les fesses, mais sans aucun souci.

L'argent norvégien n'est pas l'euro comme chez nous. Le nom de leur monnaie, c'est la "couronne norvégienne". Ici, tu vois un billet de 500 couronnes, ce qui fait environ 70 euros.

Et là, je t'ai photographié toutes leurs pièces, avec à gauche le côté pile, et à droite le côté face. Les lettres KR, ça veut dire "couronne", tout simplement. Tu vois, la pièce de 10 KR, donc de dix couronnes, ça vaut 1,40 euro. Comme ça, toi qui est bonne en calculs, tu peux retrouver la valeur de chacune de leurs pièces en euros. Si tu n'y arrives pas, tu peux toujours demander à papa, c'est le meilleur !


Sur les plateaux, les torrents sont parfois encore entourés de leur gangue de glace, qui commence tout juste à se briser et à les libérer. En hiver, même les torrents sont arrêtés par le gel, et restent entièrement figés dans la glace. Alors, tout est silencieux !

Ici, au mois de mai, le dégel s'accentue encore. L'herbe brûlée par la neige commence à se voir, et va bientôt reverdir.

Les norvégiens élèvent parfois des lamas et aussi des vigognes, qui sont des animaux originaires d'Amérique du sud, mais qui supportent très bien les terribles hivers de Norvège, car ces animaux sont habitués aux grands froids. Celui-ci était adorable, il est venu me voir en courant, et nous avons discuté un grand moment ensemble.

L'autre couleur préférée des norvégiens, comme je te l'avais dit, c'est la couleur "ocre". C'est ça.
Dans la langue norvégienne, le "i" s'écrit "j". Comme tu peux voir ici sur le mur de la maison, "Skysstatjon".
Nous connaissons tous le mot "fjord", qui est typiquement norvégien, et qui se prononce "fiord".

Et voilà un animal qui vit dans certaines montagnes de Norvège : le boeuf musqué. J'aurais aimé en voir, je suis allé là où ils vivent exprès pour les voir, mais je n'ai pas pu aller marcher dans les montagnes encore couvertes de neige ! Pourtant, eux, ils y sont, dans la neige, car ils restent tout l'hiver là-haut, dans le Grand Blanc. Ces animaux proviennent du Groënland, et les norvégiens les ont importés chez eux, et ont réussi, car ils s'y sont acclimatés, et leur nombre augmente. Ce sont des boeufs énormes, avec des poils qui descendent presque jusque sur leurs sabots, et c'est grâce à cette énorme fourrure qu'ils peuvent supporter les froids intenses régnant ici en hiver dans les montagnes.

Un autre animal qu'on peut trouver en Norvège, mais qui est très difficile à voir, c'est le Lynx. C'est un énorme chat sauvage.

Le roi des forêts, c'est l'ours, qu'il vaut mieux ne pas déranger. Lui, on peut le trouver en se promenant. Il ne faut jamais le surprendre. C'est pourquoi les norvégiens recommandent de se promener avec une petite clochette attachée sur le sac pour faire du bruit en marchant. Ainsi, l'ours entend le son de la cloche et, comme il n'aime pas les hommes, il part se terrer plus profondément dans la forêt. Par contre, s'il ne t'a pas entendu, alors il est surpris sur son territoire, et dans ce cas, il pourrait se fâcher et attaquer, ce qu'il vaut mieux, tu en conviendras, éviter !

Il y a aussi, dans les forêts norvégiennes, des loups. Ceux-ci se déplacent en bandes, loin des hommes. Il est très rare d'en rencontrer, car eux non plus, ils n'aiment pas les hommes. L'hiver dernier, un petit garçon norvégien a été entouré par les loups, alors qu'il retournait chez lui après l'école. Heureusement, il avait avec lui son walkman, et il a eu la présence d'esprit de le retirer de ses oreilles et de mettre la musique à fond. Ce qui a fait peur à la horde de loups, qui est retournée dans la forêt !

Le gros nounours.... Aimerais-tu en avoir un comme ça, dans ta chambre ?
Je ne peux pas t'en emporter, il ne rentrerait même pas dans Mygoo !

En dehors des animaux, il y a en Norvège des êtres particuliers qu'on nomme "trolls". En voici un. Demande à maman, elle les connaît bien, et il se trouve qu'elle les aime bien ! Chacun ses goûts, n'est-ce-pas ? En général, ils ne sont pas beaux. Et il faut savoir que, si certains sont très gentils, il y en a qui sont très méchants, et il faut toujours faire attention avec eux. Tu vois, celui-ci me souhaitait la bienvenue avec un grand sourire, mais je n'avais aucune confiance en lui, alors je suis passé sans le regarder, et sans lui répondre. C'est comme avec les humains, il y a des bons et des méchants. Les méchants, il ne faut pas s'en approcher, pas leur parler, pas jouer avec eux. Il ne faut jamais obéir aux méchants, et jamais être gentil avec eux. Même si ce sont des enfants, ça ne fait rien, c'est la même chose.

Retournons maintenant sur la route. Il y a de l'eau partout en Norvège, et sous toutes ses formes. Tu les connais, toi, les trois formes principales de l'eau, n'est-ce-pas ? La glace quand il gèle (en-dessous de zéro degré), l'eau normale (qui coule et glisse entre nos doigts, comme cette petite rivière), et la vapeur d'eau (quand la température passe au-dessus de 100 degrés). Puis il y a des formes intermédiares que tu connais bien : la neige, la grêle, le verglas, les nuages...

Et vois-tu, papy Jef, il adore voir l'eau sous toutes ses formes, car c'est absolument magnifique. Le seul problème, c'est qu'il fait froid !
Pas question de se baigner ici !

Une jolie maison rouge, comme je t'en ai déjà parlé.

Celle-ci est bien plus vieille. La date de construction est gravée au-dessus de la porte : 1827.

Celles-ci sont beaucoup plus récentes, ou fort bien entretenues, ce qui est également possible. Tu vois un grand poteau blanc dans le jardin. Presque tous les norvégiens en ont un. C'est pour y mettre leur drapeau, ils adorent le montrer à tout le monde, flottant au vent. Ils le retirent en hiver, pour le protéger.

Sur les rochers, il y a très souvent une énorme couche de lichens, de mousses et/ou de bruyères. Ici, comme tu vois, c'est tellement épais que toute ma chaussure s'enfonce dedans. Par moments, quand il y en a beaucoup, tu as l'impression de marcher sur un trampoline, c'est très rigolo et fort agréable.

Il y a aussi en Norvège un animal que l'on ne trouve pas en France, c'est l'élan. En voici un. Ils sont grands, très hauts sur pattes, et on a un peu l'impression qu'ils dansent quand ils courrent. Il faut faire très attention en roulant, car il y en a beaucoup, et ils peuvent traverser juste au moment où l'on passe, comme celui-ci.

Ou encore celui-là, qui est resté comme ça un moment en train de me regarder, sans bouger. Alors, je suis sorti de la voiture pour le photographier. Mais là aussi, il faut se méfier, car ça pourrait le mettre en colère. Heureusement, je n'ai vu que des gentils !

Encore un autre. Lui, il broutait tranquillement à côté d'une maison !

Un autre animal que nous n'avons pas en France, et qui est très courant en Norvège, surtout quand on monte plus haut dans le nord, où je suis en ce moment : ce sont les rennes. Ils sont souvent en petits troupeaux en train de brouter, mais traversent facilement les routes sans regarder ! Ces trois-là étaient très rigolos. Ce sont des jeunes.

Tu vois cette allure qu'ils ont... Ils courent en dressant leur tête bien haute, presque à l'horizontale, ce qui est très rigolo à observer.

Deux autres, plutôt blancs. Ils marchaient sur une piste dans le même sens que moi, mais ils ne voulaient pas s'en aller ! Alors je suis resté un moment à les suivre doucement, puis ils en ont eu marre que je les suive, alors ils ont fini par me laisser passer. Je roule souvent sur des routes comme ça, sans goudron, car en Norvège, à part les grandes routes qui sont goudronnées, les autres ne le sont pas.

Un très beau renne, avec ses jolis bois. Il ne s'est absolument pas occupé de moi, tout heureux de trouver de la bonne herbe à manger. Et tu veux que je te dise : il ne m'a même pas regardé. Tu te rends compte ? Il n'a même pas dis bonjour à papy Jef, quel malpoli ! Je le lui ai dit, il ne m'a même pas répondu.. Mal élevé !

De temps en temps, je vois aussi ce genre d'animal sur les routes. Mais là, je crois que tu connais bien !

Il y a aussi en Norvège énormément d'oiseaux, toutes sortes de canards, des mouettes et des goëlands comme chez nous -car il y a énormément de côtes maritimes en Norvège; regarde sur la carte, tu verras que toute la Norvège se trouve au bord de l'eau, du nord au sud, sur sa façade ouest. Et à l'est, c'est un autre grand pays, la Suède. Donc, toutes sortes d'oiseaux. Mais mes préférés sont les grands cygnes, sauvages, qu'on voit sur des lacs en pleine montagne. C'est magnifique !

Il ont aussi des renards -chez nous aussi, il y en a. J'ai eu la chance de voir ce petit renardeau, mignon comme tout et qui n'avait pas peur de moi, un jour que je m'en allais dans la montagne chercher un coin tranquille pour faire caca... Heureusement que je l'ai vu avant, sinon, il aurait pu mordre mes fesses !

Ah oui, il y a aussi énormément de poisson en Norvège, puisqu'ils ont des milliers de kilomètres de bord de mer, et des milliers de lacs et de rivières ! Ici, au bord de la mer, ils font sécher des milliers de poissons -le hareng pêché en mer- pour pouvoir ensuite le conserver pendant des années sans le perdre, et sans avoir besoin de frigidaire.

Il le font sécher à l'air, attachés sur des poteaux en bois, sur le bord des routes.

Et beaucoup de norvégiens vont pêcher en mer, et le font sécher sur les murs de leurs maisons.

C'est rigolo, hein ?

Ah oui, j'ai aussi vu des fouines, des hermines, des belettes, très difficiles à photographier car elles sont très rapides. Celle-ci était rigolote, car elle est venue me regarder depuis sa tanière, quand je l'ai appelée, car je l'avais vue rentrer sous le rocher à toute vitesse ! Un jour, j'ai aussi vu un très grand lièvre blanc des neiges, mais je n'ai même pas eu le temps de sortir l'appareil-photo qu'il avait déjà disparu.


De l'eau, toujours de l'eau; des lacs et des rivières, partout.

Et tout ça parmi des milliers de forêts, sans voir autre chose qu'un petit chalet rouge de temps à autre, perdu dans l'immensité de la nature.

Evidemment, les cascades dévalent partout les pentes des montagnes, courrent sur les énormes dalles rocheuses.

Il y en a tellement que je n'y fais même plus attention. Et certaines sont énormes, mais Mygoo ne s'arrête même pas, car elle en a trop vu !

Ensuite, on remonte sur un autre plateau, et on retrouve la neige ! Cette photo a pourtant été prise au mois de juin, tu te rends compte ?

Les norvégiens ont creusé énormément de tunnels sous les montagnes, pour permettre aux voitures et aux camions de pouvoir rouler facilement en hiver, au lieu d'avoir à grimper dans la montagne sur la neige. Souvent, les tunnels font plusieurs kilomètres de longueur ! Celui-ci n'était pas bien long, mais je n'ai pas pu continuer de l'autre côté, la route était encore complètement enneigée, et même verglacée ! Il a fallu que je fasse demi-tour dans le tunnel !

Enfin quand même, en juin, la neige s'en va doucement, tout doucement, mais sûrement.

Tu vois, ici, c'était le 3 juin, et ce n'était pas une grande montagne. Et pourtant, là, les arbres n'avaient pas encore commencé à bourgeonner.

Et même, les lacs ne sont pas encore complètement libérés de leur glace, loin s'en faut pour certains d'entre eux !

Début juin, encore, et toujours pas une feuille !

Et ici, tu vois, les feuilles ont poussé, apportant, avec le vert, de la joie dans le paysage.

Regardes-moi ça, comme c'est splendide, avec la végétation qui repousse.

Il reste encore un peu de glace à la surface du lac, mais comme la forêt de bouleaux repousse, tout est plus souriant !
La vie reprend, après plusieurs mois d'hiver.

La mer.... Elle n'est jamais loin, en Norvège. Même si tu es en train de faire du ski, la mer est juste à côté, c'est tout simplement incroyable ! La mer pénètre dans les montagnes, les montagnes tombent dans la mer. Et la mer est très profonde, permettant aux gros bateaux comme celui-ci de passer tout près des côtes !

Mygoo adore rouler au bord de la mer. Sans doute parce que ça lui fait un peu penser à la Vendée ?

Et parfois, on trouve une belle plage, et on passe la nuit juste à côté, comme ici. Tu la vois, Mygoo, entre les deux camping-cars ?

Regarde comme c'est beau. Toi qui aimes la mer, et aussi la montagne, je suis sûr que tu aimerais la Norvège, où tu trouves les deux ensemble.

Le seul petit problème, c'est que l'eau est très froide, et peu de gens se baignent, seulement en plein été, et encore, ça reste toujours froid.

Je te laisse regarder ces photos que j'ai prises en mai et en juin, certaines la semaine dernière.

Ici, vois-tu, on peut se promener en bateau au milieu des montagnes, c'est incroyable ! Ces petites cabanes rouges ont un nom : des Rorbuer. Ce sont des cabanes de pêcheurs, qui dorment ici pendant la saison de la pêche. Certaines d'entre elles servent à abriter les bateaux.

Regarde bien cette photo. La terre est cultivée par les agriculteurs jusqu'au bord de la mer. Et tu vois aussi la grande grange, en rouge, dont les portes sont ouvertes. Si tu regardes bien, tu vois une barque dans la grange. C'est tout simplement parce que les agriculteurs sont aussi des marins, en Norvège. En hiver, ils pêchent. En été, ils cultivent. Parfois, les deux en même temps !

Et les eaux sont transparentes comme dans les pays du sud ! Avec une combinaison sous-marine pour te protéger du froid, tu peux aller regarder les poissons nager.

Les deux grandes couleurs dont je te parlais au début : rouge et ocre. Tu vois ces rangées de rondins qui descendent des cabanes rouges vers la mer ? Tu te demandes à quoi ça sert ? C'est tout simplement pour faire glisser les bateaux dans l'eau, depuis la cabane, et aussi pour pouvoir les remonter à l'abri, au retour de la pêche.

Si tu fais bien attention, tu verras que l'eau bouge beaucoup sur cette photo. Elle est en train de rentrer ici, dans ce golfe, comme si quelqu'un avait ouvert un robinet. En fait, c'est la marée montante. Tu connais les marées, toi, une fille de la mer. Ici, comme la mer passe dans plein de cuvettes et de petits golfes à travers des goulets étroits, alors on voit très bien le puissant courant de la mer qui monte, ou qui descend dans l'autre sens, ce que l'on ne voit pas bien chez nous. Mais si tu te souviens, tu as vu ça à Noirmoutier. Sinon, tu m'en reparleras, et je t'emmènerai le voir là-bas. Ou demande à papa-maman de t'y conduire, tu verras comme c'est magique !

Toujours les rorbuer. Ici, des touristes peuvent louer ces petites maisons pendant les vacances. Ils ont aussi un bateau en même temps, et peuvent ainsi aller à la pêche. C'est facile de pêcher, ici, et de très très gros poissons ! Ici, on peut pêcher des poissons de 200 kilos, qu'il est impossible de mettre sur le bateau, mais qu'il faut laisser dans l'eau pour le ramener au port, et il faut une grue pour sortir le poisson de l'eau tellement il est gros.

On sait que c'est la mer si on regarde bien : il y a le goëmon sur la grève, tu sais, les algues, comme sur nos rochers.
Sauf qu'ici, il y a aussi la montagne et la neige en prime !

Les jolis bateaux norvégiens. Les bateaux des Vikings : demande à papa de te dire qui sont les Vikings.

Non non, ce n'est pas un lac, c'est la mer.

Regarde le goëmon !

Une extraordinaire montagne en forme de chapeau chinois. Les montagnes ont des formes incroyables ici !

Fantastique, ce grand bras de mer qui passe entre deux montagnes !

As-tu déjà vu des paysages aussi splendides ?

Et inimaginables !

Non non, ce ne sont pas les Pyramides d'Egypte. Mais les montagnes de Norvège.

Avec les petits villages en bas des pentes, au bord de la mer !

Comme il y a de très nombreux bras de mer, trop larges pour contruire un pont, il faut alors prendre un bateau pour traverser : on appelle ça un ferry.

Et comme tu vois, le ferry, il soulève son nez pour faire entrer les camions et les voitures pour passer de l'autre côté de la mer. Et papy Jef est rentré bien des fois dans un ferry avec Mygoo pour continuer sa route vers le nord !

Là, je venais juste de sortir de celui-ci.

Quand le bras de mer n'est pas trop large, les norvégiens construisent un pont.
Parfois même, quand c'est plus large, au lieu de mettre un ferry, ils construisent un tunnel qui passe sous la mer !

Toutes ces photos concernent la mer, pour te faire voir à quel point mer et montagnes sont ensemble.

Et tu vois, papy Jef, il adore ces paysages, et je suis sûr que tu aimerais beaucoup promener Volcane ici, toi aussi !

Les montagnes que tu vois au loin, ce sont des îles qui se trouvent plus loin en mer.

Tu vois, sur cette photo, comme la mer rentre loin au milieu des montagnes. Alors, dans ce cas, les norvégiens construisent une route qui suit la mer jusqu'au bout, puis revient dans l'autre sens sur l'autre côté. Ici, tu vois très bien la route de l'autre côté, que nous avons prise avec Mygoo avant d'arriver là pour faire cette photo. C'est incroyable, non ?

Parfois, il n'y a pas de route, et les norvégiens ne peuvent aller chez eux, dans leur maison, qu'avec un bateau !

La terre, la mer, la montagne. Tout dans le même tableau !

Au loin, de belles îles couvertes de belles montagnes, et d'un chapeau de nuages.

Je t'avais bien dit que les montagnes avaient des formes extraordinaires !

Ici, on dirait un immense sous-marin qui va plonger !

Et là, on dirait une immense citadelle qui surveille le fjord.

Et ici, la neige et la glace tombent directement dans la mer.

Un immense bras de mer pénètre dans les montagnes ici aussi. Partout. Il y en a des milliers, comme ça, tout le long de la côte !

Ici, papy Jef était le premier à marcher : mes chaussures s'enfonçaient par endroits complètement dans le sable !

Les bateaux au coeur de la montagne !

Incroyablement beau, n'est-ce-pas ?

Non, ce n'est pas de la fiction : ça existe vraiment, je voulais te le montrer !

Des paysages créés par les bonnes fées des montagnes et de la mer, qui se sont alliées pour les fasçonner !

Ah oui, au fait, pendant que j'y pense, il y a aussi un truc très très important que je ne t'ai pas écrit sur la Norvège. Ici, à cette époque de l'année, il ne fait plus du tout nuit. Le soleil reste toujours dans le ciel, et ne se couche pas. Cette photo, je l'ai prise il y a quelques jours à minuit. Oui, je t'assure, il était minuit, et comme tu peux le constater, il faisait très clair. On voit le toit de Mygoo au premier plan, sur lequel j'avais posé l'appareil photo. Et en hiver, quand tout est gelé et dort sous la neige, il fait toujours nuit, et le soleil ne se lève pas ! Demande à papa de t'expliquer pourquoi, il est au courant !

Et tu vois, ma chérie, c'est ici, où je passais la nuit avec Mygoo, que j'ai commencé à avoir très mal au ventre !

Comment est-ce arrivé ? C'est ce que je vais te raconter maintenant !

En fait, j'avais rencontré ces deux trolls au bord de la route ! Je les trouvais sympathiques. J'aurais dû me méfier, mais vois-tu, je croyais qu'ils riaient. Je leur disais que la nourriture est très chère, en Norvège. C'est vrai, je ne te l'ai pas dit, mais tout coûte ici deux ou trois fois plus d'argent que chez nous ! Et tu sais ce qu'ils m'ont répondu ? Ils m'ont dit que je ferais mieux de manger des cailloux, car en Norvège, les cailloux, c'est complètement gratuit. Tu penses, avec toutes les montagnes qu'ils ont, on peut en manger pendant des millénaires, des cailloux, sans que ça ne se voit ! Comme je leur répondais qu'on ne pouvait pas manger de cailloux, ils m'ont dit que beaucoup de norvégiens vivant loin dans les montagnes se nourrissaient ainsi. Il suffit de prendre une grosse pierre, de la casser en tout petits morceaux, le plus petit possible, et de manger en buvant, et qu'en plus, avec une pierre, on pouvait tenir pendant plusieurs jours.

Et c'est ce que j'ai fait. J'ai emporté quelques outils, et il se trouve que j'ai un marteau avec moi. C'est avec lui que j'ai cassé des cailloux. Puis je les ai mangés. Avalés plutôt, car trop durs pour mes dents. Et voilà le résultat !

C'est pour ça que j'ai si mal au ventre, et que je ne pouvais pas t'écrire. J'ai été obligé d'appeler un docteur norvégien, qui m'a dit qu'il ne fallait jamais écouter les trolls, qu'ils ne racontaient que des bêtises. Maintenant, je le sais, et toi aussi. Si tu viens en Norvège, ne leur parle pas. Et voilà, tu sais tout. J'en ai encore, parce que j'ai eu très mal hier et aussi ce matin. Je bois beaucoup, comme le médecin m'a dit de faire, pour qu'ils traversent mes reins et sortent un par un avec le pipi, c'est le seul moyen de s'en débarrasser. Il n'y a pas de médicaments, il faut les expulser comme je viens de te le dire.

Et vois-tu, si ça continue à me faire mal, alors je vais rentrer à la maison. Mais si ça s'améliore, alors je vais continuer pour aller voir jusqu'en haut de la Norvège, et redescendre par une autre route, et pouvoir t'emporter encore plein de belles photos. Alors, tu vois, je préfère que ça aille mieux et revenir te voir seulement après l'été, parce que si tu me vois pendant l'été, c'est que je serai encore bien malade.

Voilà, ma petite chérie, la lettre de papy Jef. J'espère que tu liras tout jusqu'au bout, et que tu me répondras à ton tour une longue lettre. Tu auras le temps, puisque tu seras bientôt en vacances !

Je te fais de très gros bisous.

Ton papy Jef qui t'aime très fort.

P.S. (Post Scriptum).

J'espère que tu as bien rigolé avec mon histoire de cailloux ! Evidemment, tu l'auras bien compris, c'était juste une histoire pour te faire rire. La vérité, c'est que je n'ai jamais mangé de cailloux, je n'écoute pas les trolls, je n'ai pas confiance en eux. Alors, d'où viennent ces cailloux qui sont dans mes reins : je n'en sais rien. Mais ce qui est vrai, c'est qu'il faut que je boive beaucoup pour qu'ils sortent comme je te l'ai dit.

Voilà ma chérie, cette fois, tu as bien fini ta lecture. Ouf !


Depuis le 06/06/2005 Visites:919492 Aujourd'hui :167 Maintenant:12 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)