VTT_002

Mercredi 24 novembre 2010 - 143 photos - 31 km

L'itinéraire, en bleu, commence en ville (en bas), longe le lac vers le nord par l'est, retour par l'ouest. Temps splendide.

Le ciel est bleu, et bien qu'il ne fasse pas chaud, je décide d'aller faire une balade en vélo. J'avais répéré le barrage de Moulin Papon, sur l'Yon, et la retenue d'eau résultante, au nord de La Roche-sur-Yon, depuis longtemps. Et avec Mygoo, c'est un plaisir de démarrer un circuit VTT où l'on veut. Je viens de sortir Bokloo de la caisse.

Juste à côté de mon point de départ se trouve ce vieux lavoir de La Roche-sur-Yon, au bord de l'Yon.

Belle prairie le long de l'Yon, tout près de mon parking.

Et le roi de la balade, Bokloo.

L'Yon s'écoule paresseusement.

C'est en même temps pour moi le premier essai en situation de mon nouveau GPS pour le VTT. Il s'agit d'une occasion trouvée sur Internet, et que j'ai prise pour une raison très simple. Le vendeur, un belge, fournissait, en plus de l'excellent GPS réputé chez les VVTistes, les cartes numériques complètes, au 1/25.000ème, de la France, de la Belgique et du Luxembourg. Or, mes premiers essais m'ont de suite fait comprendre le besoin de cartes détaillées pour ce mode de transport. C'est ce qu'on appèle faire "d'une pierre deux coups". Nos amis anglais disent "tuer deux oiseaux avec une pierre".

C'est parti. Les couleurs de l'automne sont bien là, et ne sont pas réservées au Canada !

Je traverse l'Yon plusieurs fois sur ce genre de passerelle.

Ma route -enfin, mon chemin- est parfois un peu gadouilleux. Forcément, après les journées de pluie que nous venons de vivre, il fallait s'y attendre.

Reflets sur l'Yon.

Magnifique.

Voici donc la bête, à gauche. J'ai préparé la promenade sur mon PC ce matin avant de partir, après l'avoir transférée sur le GPS.

L'écran est petit, certes, mais en cas de doute, il suffit de s'arrêter et de regarder tranquillement.

Et très franchement, j'ai beaucoup apprécié d'avoir la carte sous les yeux lors de mes hésitations.

Après la traversée des parcs, j'arrive enfin au barrage, duquel l'eau jaillit en panache.

La petite chose noire, accrochée par une bande velcro à l'avant, est mon datalogger, qui ne m'a pas quitté de tout mon voyage en moto.

Explications.

La voilà donc, cette retenue d'eau que je n'avais jamais vue. A gauche, là où l'on voit les mats, c'est l'école de voile de la ville de La Roche-sur-Yon.

Je fais le tour en commençant par l'est. Le chemin suit la rive au plus près, comme vous pouvez le vérifier sur la carte.

Maître héron, qui ne va pas m'attendre. Ces oiseaux, majestueux et très photogéniques, sont sauvages.

Le chemin est très propre dans cette partie. On aperçoit en face les bâtiments de...

... l'école de voile dont je vous parlais. Il est vrai que La Roche-sur-Yon ne se trouve qu'à une quarantaine de km de la mer !

Beau, mais étroit.

C'est un peu pénible de s'arrêter souvent pour les photos, car je ne roule pas comme j'aimerais le faire. Mais c'est aussi mon choix.

De temps à autre se trouvent des panneaux comme celui-ci. En fait, près des parkings, pour les arrivants en voiture.

Ah, le chemin s'est bien élargi dans ce secteur.

Mais pas pour longtemps. Le terrain change radicalement. Bois touffu, petite forêt, et terrain nettement plus accidenté.

C'est en fait très agréable de parcourir ainsi différents paysages.

Vue sur l'autre rive.

Petit passage plus plat.

Avant une zone nettement plus escarpé. Comme c'est le sous-bois, le sol n'a pas eu le temps de sécher, et les descentes abruptes sont à négocier avec attention si l'on ne veut pas terminer dans les eaux du lac de barrage, ou tout simplement à plat ventre par terre.

Juste après cet endroit, la descente est très pentue.

Petite pause ici pour m'alimenter un peu.

Ancien pont ?

Passage très bucolique.

Ici, le retenue d'eau n'est plus très large, et je pourrais traverser pour retourner vers le sud. Mais j'avais prévu un itinéraire plus long, et je décide de le poursuivre, ne serait-ce que pour mieux tester le GPS dans une partie nécessitant une attention plus importante. En effet, jusqu'à présent, pour la partie longeant le lac, il suffisait de suivre le chemin, c'était facile ...

Près du pont se trouve une frayère à brochets. Antoine, je pense que tu connais, non ?

Partie supérieure de la retenue d'eau.

C'est la fin, j'arrive à la carrière se trouvant sur ma droite.

Après une petite partie sur une route goudronnée -et fort pentue, dur pour mes jambes-, je trouve facilement le chemin prévu. Malheureusement, la suite se gâte. En effet, le chemin trouvé sur les cartes n'existe plus. je l'ai bien vu, mais il est complètement envahi par les ronces, et totalement impraticable (même pas à pied). Du coup, la carte intégrée au GPS est d'un grand secours, car il me faut trouver un itinéraire "bis".

Ce que je fais en emprunter ce chemin creux, fort agréable. Je n'entends que les cris des oiseaux.
Souvent, l'un d'entre eux décolle presque sous mes roues, car je ne fais pas de bruit.

Et je me retrouve sur une petite route goudronnée fort agréable. Le fait de prendre cette photo me permet de résoudre, à postériori, une partie de l'énigme de cette journée. En grossissant cette photo, je vois nettement mon petit datalogger accroché à l'avant. Je vous dirai pourquoi plus tard.

Et j'arrive sur la D101, au lieu-dit "le Plessis Jambart". Je prends à gauche en direction de Dompierre-sur-Yon.

Dompierre-sur-Yon. J'ai un peu de mal à suivre ma trace initiale, car j'ai mal réglé le GPS. En effet, une option lui fait calculer de nouvelles routes !

Quoi qu'il en soit, je prends tout de même la bonne. Le chemin est franchement boueux par endroits, et certains passages sont délicats. J'arrive finalement au village de la Berthelière comme prévu, mais je loupe l'accès au lac, et me perds dans le hameau. Et c'est ici que je vais avoir la mauvaise surprise de la journée : mon datalogger n'est plus sur Bokloo. Il s'est fait la malle, sans doute lors d'un cahot. C'est une petite catastrophe. En effet, j'adore ce GPS qui me reste absolument indispensable pour mes voyages. Et je déteste perdre du matériel, comme tout le monde. Je fais demi-tour, mais je ne trouve pas la méthode pour le faire avec le GPS. Or, ce petit village a des tas de petites routes, et je ne retrouve pas exactement le chemin parcouru. De plus, où j'ai perdu ? Je sais qu'il était sur le vélo lors de ma pause repas, je l'avais vu. Mais depuis ? De plus, il est noir, petit, et je pourrais tout aussi bien rouler juste à côté sans le voir, parmi les feuilles mortes. Bref, je décide de poursuivre ma route.

Après le passage plat que vous voyez ici (le long duquel se trouvent plein de voitures de pêcheurs), il y a un passage rocheux accidenté et difficile, avec des roches pointues obstruant le chemin, à tel point que j'ai mis pied à terre. Je croise un groupe de VVTistes qui, eux, ne s'arrêtent pas...

Mais le coeur n'y est plus. Je pense à mon datalogger perdu. Du coup, je fais beaucoup moins de photos.

Entre-temps, les nuages commencent à envahir lentement le ciel.

Et le soir "tombe" déjà.

Je roule sur un rythme nettement plus élevé que celui vécu sur l'autre rive.

Cette section traversant un bois est fort jolie, et bien roulante.

Du coup, il ne me faut pas longtemps pour atteindre la fameuse école de voile aperçue ce midi.

On aperçoit les petits voiliers entre les deux panneaux explicatifs.

Quelques centaines de mètres plus loin, j'atteins le barrage, totalement en contre-jour. Ce qui m'oblige à prendre des photos vers l'arrière.

Bokloo est plutôt sale !

Et voilà. Je suis ici à moisn de cent mètres de la voiture. Une dernière photo de l'Yon, et du calme de la campagne, avant de retrouver la ville.

 

Comme le vélo est facile à mettre en place et à descendre de la voiture, je décide de retourner sur les chemins parcourus, histoire de retrouver le GPS perdu. Je retourne donc dans le village de la Berthelière. Je retrouve effectivement mon chemin. Je descends le VTT et refais le chemin entre ce village et Dompierre, aller-retour évidemment. Mais je ne trouve rien ! Si le GPS est tombé dans une des grosses flaques d'eau, il n'est pas possible de le voir ! Ensuite, je retourne sur le fameux petit chemin encaissé, que je parcours à pied cette fois. Je sais maintenant que c'était inutile, puisque j'avais toujours le GPS à ce moment-là ! Enfin, je refais également, mais avec le VTT, la portion comprise entre la carrière et le pont... pour rien aussi, puisque je l'avsi encore ! Je regrette maintenant de ne pas avoir cherché davantage à la Berthelière, mais c'est trop tard. Il ne me reste plus qu'à espérer que la personne qui va le trouver le rapportera en mairie ou gendarmerie ! Sinon, je suis quitte pour en acheter un autre !

 

Par contre, j'ai à nouveau pu apprécier à quel point le couple Kangoo-VTT fonctionne ! Je suis heureux d'avoir trouvé cette formule, les possibilités de voyage offertes par cette solution sont absolument fantastiques, et je compte bien en user "à foison" l'année prochaine.

Et il était temps de terminer cette balade, il pleuvait lorsque je suis arrivé à la maison. La météo ne s'est pas trompée, j'ai bien fait de la suivre.

Page précédente: Givrand - La Sauzaie
Page suivante: VTT_001


Depuis le 06/06/2005 Visites:891580 Aujourd'hui :288 Maintenant:11 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)