Noirmoutier

Dimanche 21 Août 2005

Accès direct en cliquant sur les lieux en blanc ou sur le symbole appareil photo.

 

Il est encore plus difficile de faire des petites virées avec mon autre frère basé sur Challans, car il est très occupé.

Mais cette fois, il est enfin en vacances, et il est partant pour une petite virée dans le marais autour de Challans et sur l'île de Noirmoutier. Il a une petite moto 125 cm3 très légère qui passe partout, sûrement là où mon scooter aurait du mal en période humide. Cependant, par temps aussi chaud et sec que maintenant, je peux le suivre -presque- partout.

 

Couché tard hier soir, j'ai finalement bien du mal à me levr, et c'est ainsi que je me pointe à 9h30 passé chez lui, alors que le rendez-vous que je lui avais donné était 9 heures! Heureusement, il est très patient. Nous démarrons à 9h45.

J'ai préparé tout l'itinéraire, et mon frangin se laisse guider. Nous partons donc dans le marais, à Sallertaine, voir le fameux moulin de Rairé. Je me souviens y être venu avec ma marraine en vélo, et c'était une de mes premières grandes virées; je devais avoir dans les 10 ans à peine. Ce moulin tourne depuis 1560 sans arrêt...

Bien sûr, c'est dimanche matin, tout est fermé; mais nous n'avions pas l'intention de visiter non plus.

 

Ce que nous pouvons voir près du moulin.

 

Le marais, en face du moulin. L'herbe est grillée par le soleil de cet été.

Nous reprenons la route vers Noirmoutier, en passant par les marais. Nous nous trouvons ici en plein coeur du marais breton vendéen. Les routes sont étroites, et c'est très plaisant sur nos deux-roues.

 

Nous arrivons très vite à Saint-Urbain. L'église possède une très belle rosace, que nous arrivons à voir en roulant sur un chemin de terre qui deviendra très bientôt une route dans un lotissement en construction. Le cimetière est encore près de l'église. Tout est calme en ce dimanche matin.

 

Sur la D103, un peu après Saint-Urbain, en direction de Noirmoutier. Le marais, un vieux moulin restauré, sans ailes.

Le Grand Etier. Des chevaux paissent dans les prés. Au premier plan à droite, vous apercevez un héron, très fier et très droit. Je ne l'avais pas vu lors de ma première photo, c'est mon frère qui me dit : "t'as vu le héron?"!
Zoom maximum sur le héron, grand mangeur de poissons.

Là, ça fait mal. C'est un peu après le Grand Etier de la photo précédente.
Il y a longtemps que je n'avais pas vu d'étier dans cet état! Sans commentaire...
Zoom sur la ferme et l'étier asséché; tout au fond à droite, on aperçoit les éoliennes de Bouin, au nord de Noirmoutier.
La terre déssechée se rétracte et forme des crevasses dans lesquelles tombent les feuilles mortes. La mort lente.
Au loin, près du château d'eau, on aperçoit le clocher de Beauvoir-sur-Mer.
Et voilà la route que nous suivons. Le Piaggio est sur le pont permettant de traverser l'étier à sec...Heureusement, quelques arbres rompent la monotonie du paysage, accentuée par l'évaporation de l'eau.

Un peu plus loin, on traverse la D51 (Saint-Jean-de-Monts à Beauvoir), et on continue sur la R24 en face, qui nous conduit directement à La Barre-de-Monts. On traverse alors le canal de la Taillée, ci-dessous.
Le frangin près de mon scooter, sa belle petite moto bleue un peu plus loin. Un peu de verdure le long du canal.
Les chardons sont eux aussi complètement grillés, brûlés par le soleil.

 

A La Barre-de-Monts, nous sommes tout près du pont de Noirmoutier, seul moyen de rejoindre l'île à marée haute, comme c'est le cas en ce moment. Nous "tombons" alors soudainement sur une circulation monstrueuse! Nous passons sans aucune transition du désert automobile -dans le marais- au "bouchon". Mais pas de panique: en scooter ou en moto, ce n'est pas un gros problème, il suffit de faire très attention. La queue de véhicules de toutes sortes s'étire sur exactement 4,5 km, j'ai vérifié sur la carte, c'est-à-dire jusqu'à la descente du pont, là où la route passe en 2x2 voies!

Une fois sur l'île, nous prenons aussitôt la côte Ouest et roulons tranquillement dans les rues de Barbâtre jusqu'à trouver une route sur notre gauche qui nous conduira sur la plage. De nombreuses routes sont des culs-de-sac, d'autres s'arrêtent à la lisière de la forêt, qu'il faut ensuite traverser à pied. Et voilà la magnifique plage de Barbâtre.
Cette superbe plage s'étend à perte de vue, depuis le pont jusqu'à La Guérinière, -10 km!-, qu'on aperçoit à l'horizon.
C'est une très grande marée, et l'eau va se retirer très loin. C'est pour cette raison que la circulation est si dense aujourd'hui, car de très ombreux Vendéens viennent aussi sur l'île pour pêcher. On en voit déjà sur la bande de sable!
Au loin, des parcs à huîtres sont encore dans l'eau. Marcher pieds nus sur le sable, que c'est agréable, n'est-ce-pas?
L'accès à la plage, bien délimité pour empêcher les gens de piétiner l'herbe sur la dune; c'est bien comme ça.
La végétation dans la dune, juste un peu avant la mer. L'herbe a bien poussé, et ça me fait plaisir à voir.

Nous quittons la plage et reprenons notre route vers le Nord, pour nous retrouver à nouveau à rouler vers un autre "cul-de-sac", mais il n'y a pas le choix, car aucune route ne longe le littoral ici!
Le frangin sur sa belle moto.
Les chardons sont ici moins grillés que dans le marais, mais quand-même...
La plage de Barbâtre, vue vers le Sud et donc vers le pont.
Et vue vers le Nord.
Photo prise du même endroit: un beau petit château!
On dirait presque des oeillets. Et sur la tige, ce sont des escargots blancs. Sur le sable.

 

Nous avons repris la route, puis la 2x2 voies, pour nous rendre rapidement sur la Pointe du Devin, au Nord-Ouest de l'île de Noirmoutier. Malheureusement, c'est aussi un cul-de-sac. Ici, c'est un paradis pour pêcheurs.
La Pointe du Devin et ses pâcheurs qui commencent à arriver.
En face, au fond, c'est le phare du Pilier, - voir ici aussi - qui protège les abords de l'île.
Regardez les bans de sable qui se découvrent. J'adore ce genre d'endroit, avec tous ces hauts-fonds.
Au fond, c'est l'Herbaudière, la pointe de l'île de Noirmoutier.
Mais pour y aller, il faut retourner sur nos pas, car ici, c'est encore un cul-de-sac!!!
Le plateau rocheux se découvre de plus en plus, et les hommes -et les femmes- se mettent à pêcher.
Ah, ça bosse dur, ici...

 

Puis nous reprenons la route et contournons la Pointe pour aller vers l'Herbaudière. Il est déjà midi dix.

Enfin une vue sur Noirmoutier-en-l'île, et son magnifique château. Au premier plan, un étier en phase de sécheresse.
Cette photo est prise du même endroit que l'autre représentant la ville de Noirmoutier.

 

Une fois à l'Herbaudière, nous décidons de nous arrêter boire un verre, car nous l'avons bien mérité.

Le port de l'Herbaudière est très animé; il y a vraiment longtemps que je n'étais pas revenu ici.

Arrivés à 12h30, nous repartons à 13h, cette fois, vers le continent, par le passage du Gois!

Sur le passage du Gois, dans la baie découverte. Au fond, les éoliennes de Bouin.
La chaussée. Elle a été bien goudronnée. Pour pêcher, il faut stationner son véhicule sur les bas-côtés.
Vue vers l'île de Noirmoutier, que nous sommes en train de quitter.
Il y a des pêcheurs partout.
Le Gois, toujours, vers l'île.
Et vers le continent...
 
Toutes ces voitures, rangées sur les bancs de sable, et la vase...

 

Il est grand temps de rentrer. Mon frère est assez pressé. Moi aussi, car la faim commence à se faire sentir...

 

Encore une journée inoubliable.

En ce qui me concerne, le kilométrage total est de 150 km et le nombre total de photos est de 101.

Page précédente: Bivouac
Page suivante: Dans le bocage Vendéen


Depuis le 06/06/2005 Visites:852033 Aujourd'hui :363 Maintenant:7 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)