Vers la Normandie - 1er jour

Randonnée en scooter x9 en Baie de Somme
Jeudi 7 septembre 2006 - 1er jour de voyage
Côte vendéenne- Bellême
383 km - 373 photos - 187 sélectionnées pour le site!

Sur la carte ci-dessous, il y a des flèches vous permettant d'accéder directement aux photos et au récit attaché à cette région. Allez sur la flèche qui vous intéresse, et si une main apparaît, cliquez.
Attendez un petit moment avant de cliquer, si vous arrivez juste sur cette page, que les photos se chargent.
En attendant un peu, vous pouvez commencer à lire le début, ce qui vous permettra de patienter.
Lorsque vous voudrez revenir à la carte, utilisez la flèche "précédent" de votre navigateur. Bonne lecture.

Aujourd'hui est un très grand jour, attendu depuis des mois, bien sûr. Je repars en vadrouille avec JJ. Pour ceux qui ne le connaissent pas, JJ est mon scooter Piaggio X9 125 cm3, qui a déjà parcouru plus de 68.000 km avec moi. Inutile de vous dire que cette amitié qui nous unit a laissé des traces, et qu'il sait lorsque nous allons repartir. Les signes ne manquent pas: je lui fais faire une petite révision avant, alors que d'habitude, il s'occupe tout seul de lui... Et la veille du départ, ou le week-end précédent, je refais des tests de chargement, je lui colle les sacoches pour voir ce que ça donne, pour me ré-habituer, et on va faire quelques km comme ça, avec un chargement bidon. Bref, il le sentait, il le savait, et c'est pour ça qu'hier soir, en rentrant du boulot, il était un peu nerveux. Alors je lui ai tout dit: "on part demain matin à l'aube".

Et c'est ainsi qu'après une nuit assez courte -le temps de préparer tous les sacs hier soir- le réveil sonne vers 5h30, histoire de me laisser le temps de prendre un gros "petit"-déjeûner, et de procéder à l'accrochage des sacoches, leur remplissage -quelques denrées alimentaires-, la mise en place du gros sac contenant le matériel de camping, la mise sous sangle de mes matelas gonflables au-dessus des sacoches, la fermeture des portes de la maison et du garage...

Et c'est ainsi que vers 7h10, je tourne la clef de contact, et j'entends aussitôt le hennissement de plaisir de mon petit cheval qui sait qu'il va pouvoir enfin se défouler pour de bon. Alors, moi aussi, je pousse mon rugissement, et nous partons tous les deux, le sourire aux lèvres. Youpiiiiiiiiiiiiiiii

Je suis passé devant ces grilles des dizaines et des dizaines de fois, je dirais même sans me tromper des centaines de fois, mais jamais, au grand jamais, je ne me suis arrêté. Car à chaque fois, je me dis qu'il faudra que je m'arrête un jour...

Aujourd'hui, c'est décidé, je m'arrête. Il est 8 heures pile, et j'ai bien 5 minutes devant moi, quand même!

Il s'agit du château des Essarts, entre La Roche-sur-Yon et Cholet, en Vendée.
JJ voulait poser devant la tour de garde et la tour Sarrasine, qui me fait penser un peu à la tour de Morricq, que je vous présenterai aussi un jour...

Un peu crâneur ici, mais bon, je luis dois bien ça...

Les deux tours de garde, que je trouve magnifiques. Enfin, je peux les admirer de près!

Détail de la porte, dans la tour de garde. Superbe!

Vue depuis les tours. Au premier plan à gauche, la Tour Sarrazine. Au fond, l'église des Essarts.
Et au premier plan, la route de Cholet-Angers. Le soleil essaye de se lever, mais la brume l'en empêche.

Monsieur voulait aussi se faire voir sous cet angle, pour que toutes ses copines puissent l'admirer.

Bon allez, JJ, on repart! Je poursuis sur la N160, bien calme maintenant, depuis que l'autoroute d'Angers est ouverte. C'est le bonheur. Passage à Vendrennes, avec un arrêt pour acheter une délicieuse brioche. Ah oui, vous ne connaissez pas les brioches de Vendrennes, vous? Les meilleures brioches de l'Ouest. Peut-être les meilleures brioches de France.

Pour ne rien vous cacher, je les connais depuis que je suis tout petit. En effet, alors que j'étais gamin, nous habitions près d'Angers, et allions très souvent sur la côte Vendéenne voir la famille. Et la route passait déjà devant la boulangerie de Vendrennes, et je revois ma mère achetant des brioches énormes à chaque fois. Quels bons souvenirs!
Je traverse ensuite les Herbiers, mais je quitte la nationale pour "attaquer" la partie sérieuse de la journée, à savoir les petites routes! J'ai décidé, pour une fois, de ne pas privilégier la nature, comme c'est le cas d'habitude, tout simplement parce que je connais quand même bien la région. Non, cette fois, le fil conducteur de la marche d'approche vers le lieu de la randonnée, le thème, ce sont les jolis petits villages.

Et je me suis inspiré, pour les trouver, de ce site. Ce n'est pas le site officiel, mais je l'ai choisi justement pour cette raison, un peu sans doute à cause de mon caractère rebelle, pour ne pas faire comme tout le monde. Alors, comment j'ai fait pour les choisir? J'ai tracé, sur Autorute Express, une ligne droite entre mon village de départ et le village d'arrivée que j'ai choisi. J'ai marqué tous les villages se situant plus ou moins près de cette ligne droite, et j'ai ensuite tracé l'itinéraire me permettant d'en visiter un maximum! Vous voyez, pour ce genre de choses, je ne suis plus un fainéant!

Bref, me voici donc sur les toutes petites routes. Et déjà, je suis obligé de m'arrêter pour chercher mon chemin! Mon atlas routier, dans le sac fixé au crochet du x9, sur le tablier avant, est absolument indispensable. Je traverse le beau village des Epesses, avec sa magnifique église fortifiée, après être passé tout près des terres du Puy du Fou que beaucoup d'entre vous connaissent sans doute. J'ai beaucoup de photos aussi à vous montrer à son sujet, dès que j'aurai 5 minutes...

Et puis voici qu'apparaît le premier village de ma liste. Il est encore en Vendée, c'est...

Mallièvre, que voici. C'est le plus petit village de Vendée, et je ne le connaissais même pas, sauf de nom. Sa superficie totale est de 17 hectares, oui oui, 17 ha seulement! Impressionnant, non?

Ce qui m'a frappé en descendant de scooter et en m'approchant du pont, c'est d'entendre les hauts-parleurs. Imaginez un peu. C'est aujourd'hui jeudi, en dehors de toute période estivale, et il est à peine 9 heures. Et, à mon passage, des hauts-parleurs se mettent à me raconter l'histoire de ce village! Serais-je observé?
La rivière, c'est la Sèvre Nantaise, à ne pas confondre avec la Sèvre Niortaise, qui existe aussi, plus au sud.

Vue ici de la D11, vers Les Epesses, et le pont que je viens de traverser avec JJ.

Vue vers le bourg, depuis le pont.

Vieille maison de pierres au toît de tuiles, typiquement vendéenne, avec sa porte vétuste, dans le bourg.

J'ai pris cette photo car cet abri, au premier plan, a attiré mon attention. Remarquez ce grand toît de tuiles, aux formes si particulières, épousant les contours des routes l'entourant, et surtout, se trouvant au niveau de la route! Au fond, une ancienne ferme rénovée. Il est assez facile de s'imaginer le coin deux siècles en arrière!

Si j'avais le temps, je me risquerais à le faire. Il suffit de virer le goudron de la route et de le remplacer par des cailloux et de la terre, d'y coller des traces de charettes, d'enlever le ciment et les tôles des maisons au fond, de viellir un peu le reste, et c'est fait, on est au 18ème ou au 19ème siècle, c'est évident.

Détail sur la maison rénovée, et bien rénovée.

Encore de vieilles maisons de bourg rénovées, visibles à travers la végétation.

Le toît de l'église de Mallièvre.

Vue prise depuis le parvis de l'église, qui se trouve, comme vous le constatez, tout en haut!

Petit coup d'oeil à l'intérieur. Oui oui, je vous l'ai dit, aujourd'hui, c'est petits villages, architecture, monuments, églises!

J'ai trouvé cette statue très jolie, avec le chien rapportant la balle à son maître, lequel me semble bien représenter un pèlerin sur les chemins de Compostelle! En tout cas, un grand voyageur... qui plus est, à pied.

Les plans de l'église: projet d'aggrandissement et rénovation déposé le 10 juillet 1879. Déjà très procéduriers...

Encore lui...!

La monumentale porte d'entrée de l'église d'un si petit village...

Bon, on repart? La toute petite départementale D11, dans le bocage vendéen, est magnifique.

A peine deux kilomètres plus loin, j'arrive à Treize-Vents, dont vous voyez ici l'église. Quel nom bizarre, n'est-ce-pas?
Vous en trouverez une intéressante explication ici.
Pour ma part, je fais ici une pause "restauration", car j'ai faim, toutes ces émotions m'ayant déjà creusé l'appétit. Et c'est ici que j'entame ma brioche. Quel délice. Des femmes me regardent, se demandant quel est cet olibrius!

Coup d'oeil vers la flèche de l'église. Je ne prends pas le temps de visiter l'église. En effet, il déjà 9h40, et je n'ai parcouru que... 93 km en... 2h30. Quelle moyenne, j'ai honte de toi, JJ...

Je traverse quelques km plus loin la N149 (Bressuire-Clisson) pour reprendre de petites départementales et contourner Cholet par le sud. Je me trouve à la jonction entre 3 départements: la vendée, les Deux-Sèvres et le Maine-et-Loire.

Les Deux-Sèvres, c'est ici, un peu après La Chapelle-Largeau. Les paysages s'ouvrent au regard. Le soleil essaye de percer la masse de brume, mais celle-ci ne veut pas lui laisser le passage. Ce qui donne ce brouillard dans le lointain, qui, par moments, revient en force au point de tout boucher. En un mot, j'ai du mal à me réchauffer!

Cette petite D171 est un délice. Vue arrière sur la plaine, car je viens de grimper sur un petit plateau.

Voilà, un petit coup de zoom pour vous montrer cette petite vue "aérienne". Oui, je sais, le mot est fort...

Une petite chapelle au lieu-dit "le Grand Bordage". Je viens de pénétrer dans le Maine-et-Loire.

Le lac de Ribou, à seulement quatre kilomètres au sud-est de Cholet.

Juste avant d'arriver à Mazières-en-Mauges, mon regard a été attiré par l'architecture de cette ferme.

Détail sur sa magnifique grange, typique de l'ouest de la France, avec ses portes monumentales!

Bon, c'est pas tout ça, mais il faudrait peut-être rouler un peu, maintenant! Arrivé à Nuaillé, je fais un arrêt dans une petite épicerie, afin de remplir mes sacoches de bonnes choses, style Nutella, chips, etc... bref, tout ce que j'adore grignoter lors de mes pauses, ou sous la tente en lisant un bon bouquin! Je poursuis mon chemin sur les petites départementales. Apèrs Trémentines, je traverse la N160 sur laquelle je roulais ce matin, et je poursuis plein nord en direction de la Loire.

Alors que je roule sur la D349, lors d'un croisement avec une petite route communale, je tombe sur cette magnifique borne Michelin de l'Automobile-club de l'ouest. Elle est superbe, et je ne résiste pas: stop, appareil photo, clic-clac, dans la boîte! Elles disparaissent les unes après les autres, ça va devenir des pièces de collection, ces bornes directionnelles!

Comme je vous le disais, le soleil n'arrive pas à percer cette énorme couche de condensation qui s'est créée pendant la nuit, à cause des fortes chaleurs de la semaine! Ici, devant cette petite chapelle, qu'on dirait coupée en deux, le ciel prend une allure inquiétante, un peu comme avant un orage!

Pour ajouter au côté lugubre, les oiseaux sur le fil... on se croirait dans Hitchcock! Mais que se passe-t-il donc?

La même chapelle vue de l'autre côté, plus rassurante....

Et c'est l'arrivée triomphale de JJ à La Chapelle-Rousselin, village se trouvant sur la D756 reliant Chemillé à Beaupréau.

Quelques kilomètres plus loin, c'est Saint-Lézin que je traverse, perdu dans les terres, loin de tout. Saint Lézin, c'est le nom d'un évêque d'Angers qui vécut au 6ème siècle. Voir ici.

Saint-Laurent-de-la-Plaine. En fait, ce n'était vraiment pas prévu que j'y passe. Pour être tout-à-fait honnête, je me suis "planté" dans la lecture de mon atlas, pas assez précis pour ces petites routes de campagne, avec des panneaux indicateurs franchement très mauvais... Mais ce n'est pas très grave, on se balade, n'est-ce-pas?

Par contre, je ne prends pas le temps de visiter l'église, non inscrite sur mon "cahier des charges".... Or, j'ai trouvé un site sur internet qui parle de ses vitraux... Dommage, mais ce sera le but d'une autre balade, il ne faut pas tout faire d'un seul coup!

Je prends cette photo du même endroit que la précédente. J'ai bien aimé cette vieille entrée, en perdition... J'avais envie de la mettre dans ma boîte à images afin de l'immortaliser avant qu'elle ne s'écroule! Bon, maintenant, je dois demander mon chemin, car les indications sont vraiment trop mauvaises!

Après avoir questionné un homme qui passait près de JJ, ce dernier m'apprend que j'ai fait un détour assez important, mais que par contre, je vais passer par une belle route en corniche au-dessus de la Loire. Tout n'est donc pas négatif. De plus, comme ce n'est pas moi qui pédale, hein... C'est ainsi que je traverse Chalonnes-sur-Loire, rive gauche, et que je reste sur cette même rive en roulant vers Angers. Et cette route, la D751, entre Chalonnes et Rochefort-sur-Loire, porte le nom de Corniche Angevine. Elle est chargée d'histoire, mais je ne l'ai appris que plus tard, dommage!

Je ne peux pas louper la chapelle de Sainte-Barbe-des-Mines, à Ardenay, car la route la contourne consciencieusement. Pourquoi "des Mines"? Tout simplement parce qu'ici, le long de la Loire, on a extrait du charbon jusqu'en 1964. Si vous voulez en savoir plus, allez voir cet excellent site, et tous ses liens, vous serez servis.

Cette chapelle a été sauvée de la destruction grâce à eux, je ne peux que m'incliner devant tous ces bénévoles qui font revivre tout ce patrimoine. Merci à eux.

Peu avant le village de "La Haie Longue", parmi les vignes qui recouvrent les côteaux des bords de Loire.

"Cet ancien village de mineurs est remarquable par l'harmonie de ses maisons anciennes. La "Perrotinière", qui appartenait à la soeur d'Alfred de Musset, est incontournable". J'ai extrait ce texte du site de l'association..

Je vous laisse donc admirer l'architecture de ce vieux village angevin!

Détail de la précédente.

Image de la douceur angevine.

 

Vue vers la Loire, invisible d'ici, à cause des arbres, et de son très bas niveau! La rivière au premier plan, c'est le Louet.

A cet endroit a aussi eu lieu, le 17 septembre 1908, le premier vol de René Gasnier en présence de son frère Pierre, dans les prairies de la Haie-Longue. Une chapelle a été érigée en leur honneur de l'autre côté de la route.

La pancarte laisse quand même vraiment à désirer! J'essaye de traduire.

"Touristes. Avant de quitter une des plus belles contrées de la Loire, accordez-vous quelques instants de ???? dans le chalet du domaine de la Roche Moreau. Offrez-vous le régal de ce nectar ambré et parfumé qu'est un vieux vin d'Anjou des Côteaux du Layon".

Les vins du Val de Loire.

Et JJ, de l'autre côté de la route, qui m'appèlle... Alors, on y va, oui? OK, ok, j'arrive!

Magnifique saule-pleureur sur les bords du Louet, à Rochefort-sur-Loire. Il est midi pile!

Je suis presque arrivé au deuxième beau village de ma liste, Béhuard.

Dans lequel j'arrive quelques minutes plus tard, après avoir traversé la Loire. En voyant la pancarte d'entrée dans le village, je constate la présence d'un parking obligatoire: le village est piéton, seuls les autochtones y circulent!

En me retournant, je vois ça! Pour un beau village, je ne peux pas louper cette photo. Avouez que ce n'est pas très joli joli, pour un "village de caractère"... Pourvu que ce ne soit pas, justement, son caractère!

Et voici la rue principale. Evidemment, à tout seigneur tout honneur!
Je suis avec JJ, je m'octroie donc le droit de pénétrer avec lui dans la cité. Promis, je vais me faire tout petit...

N'est-il pas mignon tout plein, le premier habitant de Béhuard que je rencontre? Adorable.

Il ne semble pas intimidé du tout par JJ, en tout cas. Au fond, l'église sanctuaire de Béhard.

Bon, j'ai déjà oublié les poubelles. C'est superbe, je sens que je vais aimer!

Remplacez le goudron par des pavés ou de la terre battue, ajoutez-y des traces de passage de charettes, c'est suffisant pour se retrouver catapulté un ou deux siècles en arrière! C'est facile, avec un tel décor.

Tout respire le calme. En plus, je suis seul, ou presque. C'est donc le silence, toujours très reposant!
En haut de l'escalier, c'est l'entrée de la chapelle.

JJ près du massif de fleurs. Il aime bien renifler les odeurs de la route, alors...
Pour vous situer, l'escalier conduisant à la chapelle est à ma droite.

Ben voilà une vue d'ensemble du coin. Je suis ici au centre du village.
J'arrive de la gauche, et la chapelle est toujours à droite, évidemment...

Quelques mètres plus loin... Invitation à la rêverie, au repos du voyageur.
Et avec ça, vous avez remarqué, le soleil a quand même réussi à percer cette satanée brume qui ne voulait pas s'évaporer!

Je retourne à l'escalier recouvert d'ardoises, comme il se doit dans la région. C'est très ... bucolique.

J'essaye de vous faire partager l'ambiance générale du lieu, à savoir calme et sérénité!

La porte du "logis du roy". Louis XI aurait dormi ici...
Bon, je ne sais pas si le roi a vraiment dormi ici, mais en tout cas, vu comment ça penche, je me demande si je ne suis pas en train de dormir debout... Ou ai-je un défaut de paralléllisme? Je vous la laisse "en l'état".

Ah, c'est déjà mieux, ouf!

Alors, Louis XI, parlons-en un peu. En fait, dès le Vème siècle, ce rocher de granit sur cette île au milieu de la Loire est un lieu de pèlerinage. L'évêque Saint-Maurille y fait ériger une statue, puis une chapelle y est construite au Moyen-Âge. Mais ce lieu doit avant tout son rayonnement à la dévotion de Louis XI (1423-1483). En effet, alors qu'il était en péril de noyade sur la Loire, Louis XI invoque Notre-Dame de Béhuard à son secours. Son voeu accompli, il ordonna la construction du sanctuaire actuel (1469-1482). A l'intérieur: la cloche de la paix offerte par Louis XI, une statue de la vierge habillée, les fers des galériens, un vitrail et les miséricordes du XVème siècle (sur la tribune).

En 1975, l'église est cambriolée et son trésor est volé. Il vient d'être retrouvé!

Comme partout, les araignées envahissent les lieux tranquilles.

Curieuse petite statue.

En levant la tête, vers le haut de l'église.

Et en me retournant, l'autre côté de la précédente. On reconnait JJ, en train de brouter... et la route d'arrivée, où se trouvait le petit chien.

Je viens de pénétrer dans l'église. A l'entrée se trouve ce magnifique coffre taillé dans le bois. Une merveille!

Sur le mur, en face, sculpté dans la pierre, ce texte reproduit avec l'écriture de l'époque.
Pour ma part, ayant fait beaucoup de recherches généalogiques il y a quelques années, et ayant lu des tas de parchemins de diverses époques, je suis très sensible artistiquement à une telle oeuvre d'art.

Assez facile à lire, on peut voir plusieurs écrit "le feu roy loys" pour "le roi Louis décédé". Il s'agit de Louis XI.

Avec ces deux photos, vous avez le texte en entier. Ceci pour ceux qui ont les connaissances suffisantes pour le traduire en "bon françoys"... C'est quand même trop difficile pour moi. Si quelqu'un y parvient, merci de me l'envoyer, je le mettrai ici, avec bien sûr son nom...

Détal. On peut lire "roys de frace" avec le tiret sur le "a", pour "rois de France" bien sûr.

Sur le mur, dans l'autre partie de la chapelle, des étriers ??? Bizarre! Eh bien non, mesdames et messieurs, ce sont...
des fers de galériens. Eh oui! Par contre, pourquoi ça ici, mystère!

La cloche de la paix, offerte par Louis XI, comme je vous le disais plus haut.

Très beau vitrail bien visible du haut de la tribune.

A nouveau, les fers des galériens, près de la statue habillée de la vierge, que j'aurais du "zoomer", car c'est plutôt rare!

Dans la partie gauche, un escalier permet d'atteindre à l'étage -au niveau de la fenêtre que j'avais photographiée d'en bas- une pièce supplémentaire, avec des bancs, où les fidèles peuvent assister à l'office en "balcon". C'est la fameuse tribune.
On reconnait là-bas le texte gravé sur le mur.

"Feu Messire Pierre Dreux, confesseur du Roy au parlement de Rennes, & Dame Marie Saguier son épouse, ont fondé.... Mrs les visiteurs et fabriqueurs de Denée veiller à la célébration d'icelles suivant les actes passés par Jullien Bodere, notaire royal. Angers, le 28 novembre 1662". Donc, ces personnes payent pour la célébration de deux messes à deux dates précises, "ad vitam eternam" (....). Denée est un petit village situé sur la rive gauche, près de Béhuard.

Très joli vitrail, aux belles couleurs.

Superbe statue peinte. J'aime beaucoup les couleurs, ainsi que le bouclier!

Sur ce lien vers le ministère de la culture, vous trouverez, pour ceux qui sont intéressés, un grand nombre d'éléments sur le mobilier présent dans la chapelle, ainsi que sur ce lien et celui-là.

En sortant de la chapelle, vue sur le toît du "logis du roy", et cette mini-lucarne.

Une bien belle jardinière posée sur le pavement d'ardoises.

Cette belle porte se trouve sous l'église, près de l'escalier.
Je quitte le centre du petit village pour essayer de voir la Loire, tout en restant sur l'île, qui s'appèlle île Mureau.

J'y arrive très vite, en quelques centaines de mètres à peine. Vous voyez là les célèbres bancs de sable de la Loire, sur lesquels poussent quelques arbustes. Ces bancs peuvent être dangereux -sables mouvants. Je reste sagement sur la route.

Et je retourne aussitôt vers le village. je regrette de ne pas avoir poursuivi sur la petite route, car elle fait en fait le tour de l'île.
Vous voyez là un superbe ensemble au lieu-dit "Le Bois", juste à la sortie du bourg.

Encore une belle maison, cachée par ces arbres grandioses!

Et retour près du fameux rocher sur lequel est construite la chapelle. C'est assez monumental, la totalité du sommet du rocher servant de base à la construction. Du très beau travail!

Vue vers le haut de la chapelle. Vous reconnaissez sûrement les formes du vitrail photographié à l'intérieur.

En face de la chapelle se trouve ce très grand calvaire, sous lequel semblent se donner des offices. Malheureusement, je me trouve en contre-jour total, et suis malgré tout surpris du résultat!

Je contourne ensuite la chapelle, dont voici l'autre côté.

On retrouve un autre escalier pour y accéder, car, souvenez-vous, elle a été construite au sommet du roc.

Détail sur une rosace, et sur le blason, aux armes du roi de France, je pense.

Voilà. Je quitte Béhuard maintenant. Avant de partir, un dernier petit lien vers cette jolie aquarelle dessinée par une motarde.
Je passe le petit pont qui enjambe le bras de la Guillemette, juste pour aller voir....

Savennières, attiré que je suis par la vue de sa superbe église.
Regardez bien la dame qui prend une photo à droite.

La voici, très souriante, avec son époux. Nous avons discuté 5 minutes. Ce sont des Canadiens, venus passer un mois en France, temps qu'ils utilisent en traversant l'Anjou et la Normandie en... vélo. Je leur ai témoigné mon admiration, moi qui suis un immense fainéant devant l'éternel, surtout en face d'un vélo. Alors un grand bravo à eux, je leur souhaite un très beau voyage, et je les remercie pour leur gentillesse et leur merveilleux accent québecquois!
Je mets la photo, bien sûr, avec leur accord! J'espère qu'ils viendront voir, s'ils ne perdent pas l'adresse!

Façade de l'église Saint-Pierre.
Elle a été construite dès la fin du 9ème siècle, et se trouve donc être l'une des plus anciennes de l'Anjou. Sur les murs de cette époque, les moellons gris et les briques rouges en "arêtes de poisson" sont propres à la période carolingienne.

Elle est vraiment atypique, vous ne trouvez pas?

Détail sur les moellons et les briques.

J'ai envie de vous faire voir les vieilles maisons de bourg autour de l'église. Au fond, on aperçoit une maison bourgeoise.

Mesdames et messieurs, voici la Loire.
Au fond à gauche, les fameux bancs de sable photographiés tout-à-l'heure, rive droite, sur l'île Mureau.

Toujours sur le pont, vue vers l'est, rive gauche cette fois, sur le village des Lombardières.

Et je retrouve le pont franchissant le Louet, à Rochefort-sur-Loire. Les arbres longeant sur les berges sont splendides!
Il fait maintenant vraiment chaud, et c'est fort agréable. Je reprends donc les petites routes qui me permettent de contourner Angers par le sud. Mais je suis rattrapé par la nécessité de remplir la bosse de mon chameau, et la station que je trouve à Denée a tout SAUF le SP 95, pompe en panne.... Pas de chance, d'autant plus que je vais avoir du mal à en trouver par ici. La dame me dirige vers une grande surface à Erigné, ce qui m'oblige une nouvelle fois à faire un détour! A ce train-là, je ne vais même pas pouvoir visiter la moitié des villages prévus!

Il est déjà 14 heures lorsque je traverse Juigné-sur-Loire, que voici, et qui remonte très certainement à l'époque romaine, car trois voies romaines le traversaient! La Loire fait ici environ 700 mètres de large.

Un peu après, sur la commune de Saint-Jean-des-Mauvrets, je suis attiré par ce curieux bâtiment, dont je ne trouve aucune trace dans mes recherches. cette tour se trouve sur le terrain du Golf Club d'Angers.

La D132 sur laquelle je circule longe la Loire, mais d'assez loin. Je ne vois pas le fleuve, mais les paysages sont très jolis. Je remarque depuis deux-trois kilomètres des bois aux arbres absolument rectilignes, dans l'immense plaine certainement issue des dépôts apportés par la Loire, mais je ne trouve pas d'angle intéressant pour prendre une photo. Puis, je longe un mur me cachant une superbe propriété. C'est le château de la Bretonnière, du XVIIIè. Les arbres qui ont été coupés, au premier plan, devaient être absolument énormes!

L'entrée du château.

Quelques minutes plus tard, j'entre dans le troisième village de ma liste: Blaison-Gohier. C'est le château, à l'entrée du village. Propriété privée, il a appartenu à Gille de Rais, vous savez, le capitaine de Jeanne d'Arc, et aussi le fameux Barbe-Bleue!

Dépendances du château, domaine privé.

A droite, derrière ce mur, c'est la propriété du château. Au premier plan, derrière les fleurs, c'est JJ. Ah, vous le saviez déjà! Au fond apparaît la superbe collégiale Saint-Aubin, aux belles voûtes de style Plantagenêt et à l’intérieur de celle- ci, on peut trouver des traces du passage de Jeanne d’Arc.

L'église de Blaison-Gohier se dévoile doucement à mon regard.

Sa façade est magnifique. Mais au fait, vous savez l'heure qu'il est? 14h20. Et vous savez quoi? Je n'ai pas encore mangé. Et j'ai une faim de loup! Allez hop, c'est décidé, je m'installe à l'ombre de l'église, et je fouille dans les grandes sacoches de JJ. Hum, c'est délicieux, il y a de quoi se faire plusieurs repas ici. Je me régale!

Tout en mangeant, je marche un peu, et j'en profite pour vous faire quelques clichés supplémentaires, le pain dans la main gauche, l'appareil photo dans la droite... Pas facile, tout ça!

La façade de profil.

Le clocher, avec une vue du ciel et de quelques nuages blancs bien sympathiques.

Un magnifique préau jouxte l'église sur le côté. Les soutènement des poteaux sont admirables.

Un nouveau coup d'oeil sur le château de Blaison-Gohier.

Et sans doute le logis de garde.

Paysage entre Blaison et Gohier, les deux villages réunis en 1974 étant géographiquement bien séparés.

Zoom sur ce petit château, visible dans la partie gauche de la photo précédente.

Et voilà. Un dernier regard en arrière, pour voir la dernière maison de Gohier...

Et voici Saint-Mathurin-sur-Loire, sur la rive droite cette fois. Je traverse le fleuve ici.
L'église ressemble à une forteresse. Malheureusement, je n'ai plus le temps de la visiter.

Les maisons le long du fleuve.

Mazé maintenant, qualques kilomètres plus loin.

Puis je prends la D74 qui remonte vers le nord-ouest. Et j'ai l'énorme surprise de passer devant ce magnifique château.
C'est le château de Montgeoffroy, construit au XVIIIème siècle pour le maréchal de Contades.

Il est au bord de la route, bien visible à travers les grilles l'entourant.

Détail sur la façade. Je suis impressionné. Mais est-ce pour ça que l'image penche?

Le village suivant sur ma liste, classé dans les villages du Pays Beaugeois, porte le doux nom de Cornillé-les-Caves. Et pour y parvenir, j'ai réussi à me tromper de route et à faire un détour de plusieurs kilomètres! Son église date du XIXème siècle.

Très jolie maison près de l'église.

La tour lanterne, véritable observatoire de 1835, domine le village. J'avais lu que je pouvais y bénéficier d'un vaste panorama. Eh bien, c'est raté pour le panorama: la tour est privée, et donc invisitable... Dommage.

Belle maison près de la tour.

Vue sur le clocher de Cornillé. J'avoue être un peu déçu par ce village. Je repars aussitôt, mais j'ai un peu de mal à retrouver ma route, les indications étant toujours aussi "bonnes"-je suis ironique! Et allez demander votre chemin aux rares passants. Je suis absolument sidéré par les réponses des gens. Pourtant ils sont du coin; j'ai une carte, je leur montre, mais combien savent lire une carte? Je sais, je vais paraître un peu hautain en disant ça, mais vous ne pouvez pas savoir le nombre de personnes m'ayant mal dirigé pendant cette journée, c'est vraiment très surprenant!

J'arrive finalement sur la D82. je tourne à gauche, et j'aperçois le château des Bruères, au-delà du champ de maïs. Puis je fais demi-tour, car je pense que ma direction est de l'autre côté. Bingo, oui, mon intuition était la bonne, heureusement!

Peu après Lué-en-Baugeois, toujours sur la D82, j'aperçois l'église de Chaumont d'Anjou. Cette fois, je roule nord-est, enfin!

Du même endroit, j'aperçois cette ferme au bout de ce champ de lotus. J'adore cette photo.

L'église de Cheviré-le-Rouge. En faisant des recherches sur internet, je suis "tombé" sur ce site du ministère de la culture, qui détient une masse importante de photos de tous les bâtiments intéressants de cette commune, toutes les fermes, avec force détails et datation sur chaque immeuble photographié. C'est très instructif, mais également très surprenant! En fouillant un peu plus, je constate que l'on peut rechercher, en fournissant le code INSEE de la commune qui vous intéresse, les éléments photographiés par le ministère de la culture, sur 4 bases de données différentes, portant les noms de Mérimée (architecture), Palissy (mobilier), Mémoire (images) et Archidoc (bibliographie)! C'est passionnant, à tel point que j'ai retrouvé les descriptions de plein d'objets de l'église de Béhuard visitée ce matin. Je vous ai mis le lien!

Fougeré, à la limite du département de la Sarthe. Ce clocher est exceptionnel, enfin je trouve.
On dirait que qu'un géant a pris le toît entre ses doigts et l'a tourné. Quel beau travail!
Je traverse donc maintenant le canton de Baugé.

Vieille maison à Saint-Quentin-les-Beaurepaire.

Saint-Quentin-les-Beaurepaire. L'église date de la 1ère moitié du XIIème, et du 2è quart XIXème siècle.

Perdues en pleine campagne, ces quelques maisons, très certainement en cours de restauration, invitent vraiment à l'arrêt. J'aimerais habiter dans un ensemble identique. C'est un véritable hâvre de paix, en tout cas, c'est l'impression que j'ai ressentie alors même que je roulais, c'est vous dire... Je prends la photo depuis la route. Je suis maintenant dans la Sarthe, et je suis en train de contourner la ville de La Flèche par le sud-est.

Il y a peu ou pas d'indications de direction, et beaucoup de petites routes se croisent. Je traverse des bois ainsi qu'une assez grande forêt. Pour être au calme, il faut venir ici!

Thorée-les-Pins.

Un bus m'empêche de photographier la place centrale du village, qui est très jolie. J'attends un moment, mais il reste ici, crachant des nuages noirs de gaz carbonique! Je me demande comment ils font pour passer les contrôles techniques... Vraiment, ça pue trop, je repars sans ma photo! J'aurais pourtant bien aimé pouvoir sentir toutes ces jolies fleurs!

Vielle plaque apposée sur le mur de l'église. Remarquez comme tout est bien précisé. Le département dans lequel on se trouve: la Sarthe. Ensuite, la commune, Thorée. Puis vient ensuite l'indication de distance des villes les plus significatives du coin: la préfecture (Le Mans, 44 km), la sous-préfecture (La Flèche, 10 km), et le chef-lieu de canton (Le Lude, 10 km). C'est vraiment très très complet! Et alors, la dernière petite phrase, tout en bas de la plaque, est étonnante: "la mendicité est interdite dans le département". Terrible, comme remarque, non?

Détail sur la porte latérale de l'église, avec les massifs de fleurs et les marches, c'est très joli.

Il est déjà 16h30 lorsque j'arrive à Luché-Pringé. Luché-Pringé est composé de deux villages, Luché et Pringé, distants de 2 km et réunis au XIXème s. pour des raisons administratives. Les deux églises de la commune, Saint-Martin-de-Luché et Notre-Dame-de-Pringé, rappellent qu’elles sont établies sur un des itinéraires secondaires vers Saint-Martin-de-Tours et Saint-Jacques-de-Compostelle.
Au premier plan, le pont sur le Loir, magnifiquement fleuri.

Et voici donc le Loir. En scooter, je me permets souvent l'arrêt sur les ponts pour prendre des photos, bien calé le plus près possible du bord, afin de ne pas gêner la circulation. Ce serait impossible en voiture, évidemment!

Magnifique sculture sur le fronton de l'église de Pringé, Notre-Dame de l'Assomption (XIIè-XVè), sur le thème de la musique.

La même, sous un autre angle.

Au-dessus du fronton, belle sculpture, malheureusement bien abîmée.

Vue de l'intérieur. La qualité des photos est moins bonne, due au manque de luminosité. J'ai été obligé de monter en ISO.

Dommage que les couleurs soient si mauvaises! J'aime bien lorsque les statues sont peintes.
Au fond, sous le vitrail, on reconnaît une statue de Jeanne d'Arc.

Cette statue mutilée a été retrouvée dans les années 1960, enfouie dans la nature. Elle avait été victime des Huguenots iconoclastes au XVIè siècle. Il ne reste, hélas, que quelques rares vestiges défigurés, d'un ensemble sculptural qui devait être assez important. Il était l'oeuvre des artistes de l'école de Michel Colombe qui, à la fin du XVè siècle avaient réalisé les admirables tombeaux de Solesmes universellement connus!

Cette église est superbe. Je lève l'appareil-photo vers le ciel.

Détail des contours. Admirez la minutie des sculptures. Et le superbe toît de petites ardoises.

Vue vers le clocher, là-haut. On ne se rend pas compte de la hauteur, mais elle est importante!

Détail sur le très joli cadran solaire de la photo précédente.

J'aime beaucoup toutes ces sculptures de personnages.

Détail sur une gargouille. Elle a l'air bien triste, ici, non? Je l'entends d'ici: "au secours...". Mais personne ne répond.

Encore un cadran solaire. Il est tout "mimi".

Oh la belle girouette...

Prsè de l'église, l'impressionnant presbytère.

Je pense qu'il s'agit ici d'un pèlerin sur le chemin de Compostèle.

Le voilà, le clocher, dans toute sa splendeur. Là encore, c'est un superbe travail des artisans qui l'ont réalisé.

Vue globale de l'église, avec JJ devant le presbytère.

Pontvallain. Je passe sans m'arrêter -ou presque, car je n'ai pas fait cette photo en roulant...-, et c'est dommage, car il y a beaucoup de choses à voir ici, mais bon, comme d'habitude, le temps qui coule inexorablement... Un jour, je ferai un tour de France complet en prenant tout mon temps. Le nombre de photos sera peut-être prohibitif....?

Mayet. Très jolie place centrale.

Toujours à Mayet, une jolie fontaine. Je la trouve bien mignonne, la "république", pas vous?

La forêt de Bercé (ou de Jupilles)
5 400 hectares, elle est connue pour la beauté de ses futaies. Ses chênes ont acquis une réputation mondiale. La forêt royale de Bercé, réorganisée en 1669 par Colbert, donnait des chênes de haute qualité, principalement utilisés en bois de marine ; abattus, ils étaient transportés jusqu'à l'un des ports de flottage du Loir, Coëmont-Le Port Gauthier. Les radeaux descendaient ainsi jusqu'aux arsenaux du pays nantais. Les hêtres servaient à la saboterie.

Pruillé-L'Eguillé. Autour de l'église.

Pruillé-L'Eguillé toujours. Vous avez vu l'heure? 17h30. Et j'ai fait combien de km? 310 km. En combien de temps, déjà? Comment? Prsè de 8h30 de route? Mais ça fait quoi comme moyenne, ça? Combien? 37 km/h? Oups...

Bon, c'est vrai, ce n'est pas terrible, mais en même temps, si j'avais été en vélo, je serais épuisé, je n'en aurais fait que la moitié, et je n'aurais rien visité du tout! Alors, une fois de plus, merci JJ, car je suis en pleine forme!

Mais quand même, je ne visiterai pas la moitié de ce que j'avais prévu, c'est clair. Je suis au sud-est du Mans maintenant, que je vais contourner par l'est, et par la campagne toujours. je traverse donc Le Grand Lucé puis Volnay, puis la N157 (Orléans-Le Mans), puis Le Breil-sur-Mérize, puis Nuillé-le-Jalais.

Superbe corps de ferme que je ne pouvais manquer, peu après Nuillé. En plus, avec les couleurs distribuées par le soleil qui décline, c'est magnifique. Je reprends la route, car j'ai encore un peu de chemin... Je passe au-dessus de l'autoroute Le Mans-Paris (ou Rennes-Paris, c'est la même), peu avant d'arriver à...

La Ferté-Bernard. Juste ce cliché, alors que je suis sur un mini rond-point, mais sur un point dominant. J'évite toute la ville, que je contourne par l'ouest. Je vais quitter la Sarthe pour pénétrer dans l'Orne. Et je quitte aussi ma région, les Pays-de-la-Loire, qui viennent jusqu'ici! J'arrive en Normandie.

Préval, dernier village avant la Normandie. Eglise du XVIè siècle.

La Chapelle-Souëf , en Normandie . Eglise du XVIè siècle. Elle n'est pas sur la route principale, mais ces marches m'ont attiré, et je ne le regrette pas. J'aime bien cette façade.

Encore une vieille plaque routière. Le chemin d'intérêt communal n° 77 est devenu la départementale 7.

Là-bas, sur la colline, dans la lumière vespérale, j'aperçois un très beau bâtiment.

C'est le château des Feugerets. Il ne se visite pas.

Et c'est finalement à 19 heures que j'atteins ma cible, à savoir Bellême.

Très jolies maisons, de différentes couleurs. Un cadran solaine sur celle-ci, avec un mannequin sur le mur.

Une dernière photo avant de partir à la recherche du terrain de camping.

La campagne autour du terrain de camping.

Voilà, je m'installe donc dans ce box, sur le terrain de camping municipal de Bellême. En voyant la photo, je constate que l'automne est bien là, compte tenu de la quantité de feuilles qui jonchent le sol! Je vous l'ai déjà dit maintes fois, c'est ce genre de camping que je préfère. Il y a l'essentiel, il n'y a pas le superflu. Ainsi, les prix sont bas, on y est généralement très bien, il y a rarement la foule, et le confort me suffit. Ce soir, il n'y a personne à la réception. Un campeur me dit de m'installer, m'expliquant que l'employée municipale passera demain matin. Alors voilà, je me suis installé.

Que dire de cette magnifique journée? Qu'elle a été bien remplie! 12 heures de route pour seulement 383 km, la moyenne est assez faible -à peine 32 km/h- mais bon, je vous l'ai déjà dit. je ne fatigue pas du tout, car c'est JJ qui fait tout, et je ne fais pas que passer, je prends quand même le temps de regarder autour de moi... Ma seule déception, c'est de ne pas avoir visité tout ce que j'avais prévu, faute de temps, mais c'est bien moi, ça, de toujours en mettre de trop...

J'ai ce soir la tête pleine de très beaux souvenirs, et de jolis bâtiments. Je m'installe avec le PC pour regarder mes photos, les sauvegarder, en faire une copie, vérifier mon itinéraire pour demain, me restaurer, et enfin, poursuivre la lecture de mon bouquin. C'est tout simplement royal!

Page précédente: La Somme sur 5 jours
Page suivante: Vers Amiens - 2ème jour


Depuis le 06/06/2005 Visites:905139 Aujourd'hui :85 Maintenant:9 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)