La Picardie - 3ème jour

Randonnée en scooter x9 en Baie de Somme
Samedi 9 septembre 2006 - 3ème jour de voyage
Amiens - Fontaine-le-Sec
179 km - 132 photos - 98 sélectionnées pour le site!

Sur la carte ci-dessous, il y a des cercles jaunes vous permettant d'accéder directement aux photos et au récit attaché à cette région. Allez sur le cercle qui vous intéresse, et si une main apparaît, cliquez.
Attendez un petit moment avant de cliquer, si vous arrivez juste sur cette page, que les photos se chargent.
En attendant un peu, vous pouvez commencer à lire le début, ce qui vous permettra de patienter.
Lorsque vous voudrez revenir à la carte, utilisez la flèche "précédent" de votre navigateur. Bonne lecture.

Une petite photo avant de partir... Il est 8h35, et il est temps de partir. Plus que la tente à démonter, et j'y vais. Le temps est radieux, comme prévu. Mon rendez-vous est à 5 minutes d'ici, sur la N235 direction Abbeville, sous le pont de l'A16.

Voilà. Je suis à l'heure. J'en profite pour grignoter quelques casse-croûte. Finalement, mes compagnons arrivent avec un peu de retard, une grosse demi-heure. Je commençais à m'inquiéter... Nous partons aussitôt, au complet.

Nous roulons sur la N235 jusqu'à Picquigny, puis nous passons sur la D3. En fait, nous longeons la Somme sur la rive gauche. Quelques kilomètres plus loin, à la sortie de Hangest-sur-Somme, Alain et Mychèle marquent la première pause.

Mychèle, qui semble me dire quelque chose, César de dos, et Franck notre breton.

Jim, Mike, et Eric qui prend une photo de la vallée.

Vue d'ensemble de la troupe.

Et voici la vallée de la Somme qui se cache au loin parmi les arbres. Alain et Mychèle nous apprennent que cette vallée a été entièrement inondée en 2001, pendant plus d'un mois.

A gauche, nos amis anglais avec les drapeaux de nos deux pays sur le top case.

Nous reprenons la route et traversons Longpré-les-Corps-Saints. Au Catelet, nous traversons la Somme au n iveau de l'étang de la Grande Hutte. Très joli, j'aurais aimé faire une halte, mais il faut suivre le groupe. Nous roulons maintenant sur la rive droite et passons Long, Cocquerel, Pont-Rémy, Faucourt, Epagnette, pour finalement arriver à Abbeville.

Abbeville. Nous faisons halte car plusieurs participants nous rejoignent ici. Gérald, à gauche, en pleine action photo.

Les scooters se sont invités à la terrasse du café...

Au premier plan, Duong, qui vient de Belgique. Gérald, côté de Maud. Jim au centre.

Nous repartons assez vite, direction la mer et la baie de Somme.

Alain nous propose un arrêt sur cet endroit légèrement surélevé, entre Port-le-Grand et Noyelles-sur-mer, sur la D40.

Pourquoi? Tout simplement parce que c'est ici que l'on a la plus belle vue d'ensemble de la baie de Somme.
Parmi les nouveaux arrivés à Abbeville, une Goldwing. Elle est superbe.

Zoom sur les prés de l'immense baie.

Nous sommes ici en face de Boismont. On voit que le relief est en pente extrêmement faible.

Là bas, tout au fond, sur la partie droite, c'est la baie qui s'ouvre sur le large... Au premier plan, les champs de maïs.

Les scooters sont bien alignés. Les pilotes regardent les machines, le paysage, et les discussions s'engagent.

César ne perd pas de temps pour se faire offrir une petite cigarette par dany.
Derrière, de dos, Paul et Gérald et, à droite, Patrick et Franck. Tout à droite, Philippe.

Nos amis d'Outre-Manche. Alice Dryden (surnommée Huskyteer, de Bromley) est la seule à admirer le paysage. Colin Berwick (de dos, surnommé Big Ears, de Windsor), Mike O'Connel (surnommé mrchips, de North London), et Jim Crowther (de Twickenham, l'infatigable biker, toujours présent!)..
Eric observe, mains dans les poches.

Un bel alignement... Alice, et plus loin, de dos, Allan Crawley, qui nous vient du Kent.

Dany déploie et fait sécher ses ailes près de César. A gauche, de dos, Jim et Paul. Derrière César, de dos, à gauche, je pense qu'il s'agit d'Alain, notre hôte. Près de lui, casque bleu, dossard jaune, mains dans le dos, en position de surveillance, mais... c'est Tof. Et côté droit, enfin une dame, c'est Michèle qui nous reçoit dans son beau pays. Près d'elle, Philippe.
Au fond, avec ses lunettes de soleil, Charles alias Sov. Maud, l'autre dame, est cachée par Michèle.

Paul se prépare à remonter sur son coursier.

Le départ vient d'être donné par Alain. Tof regagne sa monture.

Un dernier petit coup d'oeil...

Un petit arrêt très bizarre. En fait, on stoppe, on descend et... je vois les premiers qui repartent précipitamment.
Le temps de repartir avec JJ, les premiers sont déjà loin... On dirait presque un départ de grand prix (j'ai dit "presque"...).

Cette fois, on roule sans s'arrêter. A Noyelles-sur-mer, on prend la partie nord de la baie, vers Le Crotoy sur la D940 que l'on suit plein nord vers Berck. Un peu après Rue, on se dirige sur la D32 vers la mer.

Et c'est l'arrivée sur le remblai de Quend-Plage, où nous alignons nos machines.
Allez voir les photos de ce lien: elles sont superbes, et de plus, je suis admiratif du travail fantastique qu'il fait sur la photographie aérienne par cerf-volant! Dommage que j'aie si peu de temps libre, sinon...

Paul et Patrick. Franck de dos. Et Charles/Sov qui prend des photos.

Immense plage de sable fin. J'aime beaucoup ces plages de la Manche, qui me rappèllent celles de l'Atlantique, et qui sont tellement tellement plus belles que les plages de Méditerranée, pourtant si visitées...
Et pour le soleil, pas besoin d'aller dans le sud, comme vous pouvez le constater...

Zoom maxi vers le lointain, Berck, avec entre deux la baie d'Authie. Il est midi, ce samedi, et les gens se relaxent en "papotant" et en marchant sur le sable fin, sur cette immensité découverte par la marée basse.
Ils sont heureux ici, loin des soucis et du stress des villes.

Et on enlève ses chaussures pour "sentir" le sable sous la plante des pieds.

Ou tout simplement pour marcher dans l'eau, là où les vaguelettes meurent...
Ou bien encore, on s'asseoit, et on laisse ses doigts s'enfoncer dans cette texture si fine, si douce...

Voilà, c'est ça le bonheur, tout simple, gratuit, merveilleux!

Et c'est ça aussi... Le rouge, c'est le Gilera d'Alice.

Et voilà une partie de la troupe, les autres étant eux-mêmes en train de prendre des photos!

Mike, Colin, Jim, Le pilote de la Goldwing et sa compagne -amis de Philippe-, Alain, notre hôte.

Les amis de Philippe, donc, Alain, Duong, Eric, Alice, César, Dany, Maud.

Alice, toujours souriante, César, Dany, Maud, Sov -toujours à nous faire rire-, Allan, Paul, Patrick, Franck.
Et au premier plan, Michèle, notre hôtesse, qui ne lâche jamais son casque.

Vue générale du site de prise de vue.

Philippe, qui se gratte la tête, et qui n'était pas sur les photos précédentes.

Alain discute avec les responsables pour nous permettre d'entrer avec les machines.
J'en profite pour faire ce cliché des bécanes qui me précèdent.

12h30. Voilà. Nous sommes au parc nautique "Belle-Dune" entre Quend-Plage et Fort-Mahon-Plage.

Alain, César et Sov.

Jim.

Nos amis anglais.

Et ça discute, et ça prend des photos, comme à chaque fois que l'on se pose...

Le cadre dans lequel on mange. Très agréable. Nos tables, placées près d'une immense baie vitrée, donnent sur la pièce d'eau. Les cygnes et les mouettes viennent picorer à portée de nos mains. Superbe.

Bon, c'est pas tout ça, mais à peine mangé, il faut repartir. Le chef nous pousse... Il est 14h passées. Direction le sud, nous reprenons le chemin en sens inverse, la D940, Rue, Le Crotoy sans s'y arrêter -dommage...-, et nous contournons la baie pour arriver à...

Saint-Valéry-sur-Somme, où nous faisons une petite halte-ravitaillement. Mike, la grande classe.

Voilà la porte dont il est question sur l'écriteau. A droite, Philippe.

Nous sommes ici dans un quartier plutôt chic. Nos bécanes sont dans la petite impasse, à droite.
J'ai oublié de les photographier, incroyable!

Voilà. C'est ici, face à la baie, que nous allons avoir notre cours de géographie. Rien que pour nous.

Vue de la baie vers le nord. C'est Le Crotoy que l'on aperçoit en face.
Ici, le point de vue est certainement le meilleur, compte tenu du fait que nous sommes sur une petite falaise, avec vue plongeante et dégagée. Au premier plan, une petite base nautique.

Voilà. C'est lui, à droite, le guide de l'office de tourisme de Saint-Valéry-sur-Somme, qui s'est déplacé spécialement pour nous. Merci à lui, merci à Alain qui l'a fait venir. Très sympathique, et connaissant particulièrement bien son sujet, et en plus, avec bonne humeur et beaucoup d'humour, il nous a tout expliqué, et c'était génial.

On remarque de suite les plus attentifs: Gérald, César et Philippe. Qu'est-ce-qui distrait les autres, Sov et Franck?
Et en arrière-plan, Eric et Maud qu'on devine.

Et vue vers l'ouest et la pointe du Hourdel. Au loin, la pleine mer.
Et tout ça, c'est la baie, rive gauche. Le Crotoy, c'est tout à droite par rapport à la photo.
Au second plan, les étendues qui se découvrent en même temps que la mer se retire, ce sont les Mollières.

Le spectacle, ce sont tous les bateaux qui viennent en remontant le terrible courant descendant, aussi fort que celui généré par un torrent, et c'est vraiment surprenant de voir tous ces bateaux, certains faisant du "sur-place" tant le courant est violent!

Zoom vers le Crotoy. On voit les immenses Mollières découvertes par la marée.

Vers l'intérieur de la baie. Le Crotoy toujours, en face, d'où nous venons d'ailleurs.

Zoom cette pointe d'herbes qui se découvre. C'est le domaine des oiseaux, évidemment!

L'eau s'écoule doucement entre ces chenaux qui sont en train de se boucher. En effet, le guide nous dit que la baie est en perpétuel équilibre, plutôt précaire, les moindres constructions humaines -digues ou autres- ayant souvent des conséquences incalculables et incalculées sur cette apparente -mais tellement instable- harmonie...

Grossissement maximum pour moi ici.

Et vers l'est, maintenant, vers l'intérieur des terres. On distingue les voitures passant de l'autre côté, sur la D940.

Les bateaux luttant contre le courant, dont je vous parlais plus haut.

A nouveau Le Crotoy en face de nous.

Quelque chose a sans doute dérangé les oiseaux, un bateau peut-être.

Une heure, c'est le temps que nous restons ici. Arrivés à 15h10, nous en repartons à 16h10.

Nous n'allons pas loin. Moins de 10 km plus loin, nouvel arrêt, près de la gare de Cayeux-sur-Mer, que voici.

Alain et Michèle voulaient nous montrer ces immenses tas de sel, enfin, c'est ce que je croyais...

En fait, c'est le gravier d'un superbe blanc immaculé obtenu en faisant brûler à très haute température les galets de la plage de Cayeux-sur-Mer. Très curieux.

On ne peut plus visiter maintenant, mais c'est tout-de-même très étrange d'obtenir cette couleur éclatante!

Nous voici bien alignés devant les tas de gravier!
Nous repartons 5 minutes plus tard sur la plage de Cayeux-sur-Mer, juste un peu plus loin.
Pour vous situer, nous sommes maintenant au sud de la Baie de Somme.

Cayeux-sur-Mer. Alors là, ce n'est plus l'immense plage de sable, mais l'immense plage de galets.
Ou de cailloux, car cayeux, en picard, signifie cailloux.

Qui descendent en pente douce vers la mer, car celle-ci, à force de les pousser, marée après marée, a fini par en faire une petite butte, une sorte de talus, sur ces centaines et des centaines de mètres!

Et au sommet de la colline de galets, les hommes ont fait une allée, un genre d'avenue, bordée de petites cabanes en bois, chacune portant le nom d'une ville.

Brets, St Gobain, Dijon, Briançon, Hazebrook, Laon, Menton... Je ne sais pas si les gens louent ou achètent ces cabanes, mais on peut les assimiler à des résidences secondaires...

Mike et Colin se sont déjà mis à l'aise. Quant à Dany et César, que regardent-ils donc comme ça?

Un galet aux formes bizarres.

Alain en profite pour passer quelques coups de fil.

Colin décide de chercher des galets lui aussi. Jim s'installe pour une petite bronzette. Alice est déjà prête.
Et Duong se demande s'il ne va pas s'allonger lui aussi.

César et Dany continuent de chercher la perle rare.
Je ne sais pas ce qui amuse Philippe, mais en tout cas, Franck regarde. Paul aussi. Seul Patrick a remarqué le photographe.

Et le photographe cherche ce qu'ils peuvent bien regarder...

Et c'est peut-être bien lui, le sujet intéressant. Ils sont mignons, tous les deux, hein?

Maud, elle fait comme moi, elle prend des photos.
César regarde notre dormeur, et Sov pense que ce serait bien d'aller piquer un roupillon.

Vue vers le sud de la plage. On distingue au loin dans la brume de chaleur les falaises d'Ault-Onival.

Et les photos de groupe, toujours difficiles.
Au second plan, Philippe, Dany, Eric, Paul, Mike, César, Allan, Colin, Duong tout à droite.
Au premier plan, Franck, Sov, Jim, Gérald, Alice, Michèle et Patrick en train de s'asseoir.

Au second plan, Philippe, Dany, Eric, Paul, Mike, César, Allan, Colin.
Au premier plan, Franck, Sov, Jim, Gérald, Alice, Michèle et Patrick.

Au second plan, Maud qui est revenue, Philippe, Dany, Eric, Paul, Mike, César, Allan, Colin -qui veut me jeter quoi?
Au premier plan, Franck, Sov qui parle à sa chérie, Jim, Gérald, Alice, Michèle, Patrick et Duong qui s'est rapproché.

Au second plan, Maud, Philippe, Dany, Eric, Paul, Mike, César, Allan, Colin et Alain qui est revenu.
Au premier plan, Franck, Sov, Jim, Gérald, Alice, Michèle qui regarde son chéri, Patrick et Duong.

Et celui qui n'est jamais sur les photos, parce qu'il est toujours occupé à en faire... J'ai nommé, Tof.

Quelqu'un est allé nous chercher des boissons, c'est super sympa.
Et nous nous écroulons tous, épuisés par cette terrible journée de travail, dans le sable, heu.. pardon, sur les cailloux...

Et au mois de septembre, on se baigne en Baie de Somme. La preuve! La baie, elle est à droite.
Au fond, c'est la côte où nous étions ce midi, Quend-Plage.
On voit bien, au premier plan, le haut de la butte de cailloux.

Et voilà, on va rester ici plus d'une heure à se détendre. C'est très agréable. Nous repartons vers 17h50. Nous rejoignons la D940 en retrait de la côte, et descendons vers le sud, vers Eu (près du Tréport), pour repartir vers l'intérieur des terres. Nous traversons Bouvaincourt et Gamaches, puis prenons la D936. Nous traversons alors Infray, Le Translay, Oisemont.

Lors d'une pause, alors que nous attendons des retardataires, Gérald me prête son BB, son magnifique Suzuki Burgman 650. Je le conduis jusqu'à l'arrivée à Fontaine-le-Sec. J'apprécie énormément son geste, car Gérald est très méticuleux, et en plus je n'ai même pas le permis, et je tiens à le remercier encore ici. Bien qu'assez stressé, je me rends quand même compte de l'énorme différence de puissance avec mon JJ, que Gérald doit trouver bien poussif... Expérience fabuleuse, car c'est la première fois de ma vie que je roule sur une machine aussi puissante. J'ai hâte d'avoir mon permis, maintenant!


Nous sommes donc maintenant arrivés au terme de cette merveilleuse journée. Nous sommes au centre équestre 'La claire fontaine' à Fontaine le Sec. Nous allons dormir ici à plusieurs par chambre. je plains les pauvres qui vont hériter de ma présence avec eux, à cause de mes ronflements. Je les préviens pour essayer d'avoir une chambre à l'écart, mais ils ne semblent pas s'en inquiéter le moins du monde. Alea jacta est, les dés sont jetés...

C'est la bonne humeur à table.
Franck, Sov, Duong, Paul je pense, Patrick, Allan, Alice, Michel...

Maud, Dany, César, Eric, Jim, Mike, Colin, Michèle, Gérald, Tof.

Paul, Patrick, Allan, Alice.

Eric, Jim, Mike, Colin -radieux-, Michèle, Gérald -un peu coupé...

Philippe, Alain, Alice, Allan, Patrick, Paul, Duong -qui dort déjà-, Sov. A droite, Tof, et les yeux de Gérald.

Top -qui joue avec sa PSP-, Gérald, Michèle qui se demande ce qu'elle fait ici, Colin, Mike, Jim, Eric, César, Dany.
Au premier plan, Philippe de dos, et Alain à gauche.

Jim, Eric, César, Tof et Maud tout au fond.

 

Puis beaucoup s'en iront dormir. Et quelques uns resteront pour refaire le monde, comme c'est souvent le cas, le soir, tard, après le repas, un verre à la main, dans le calme revenu. On nous laissera éteindre la salle. César nous offre la bonne bière que nous décusterons en discutant amicalement. Une très bonne soirée.

César, un peu fatigué, prend ses aises.

 

Il est bien une heure du matin lorsque je pars rejoindre mes compagnons de chambrée, Franck et Eric. Les pauvres!

Je rentre sur la pointe des pieds, avec la seule lumière de la lune heureusement très présente pour m'éclairer, afin de ne réveiller personne. Après avoir enfin trouvé la bonne chambre, j'appuie sur la poignée et pousse doucement, et... et elle ne s'ouvre pas. Mais comment est-ce possible? Mes copains ont barré la porte pour m'empêcher d'entrer? J'essaye à nouveau, mais c'est pareil. je tape dans un objet métallique...? Enfin, un bruit, j'entends quelqu'un qui me parle, je ne comprends pas bien, mais après avoir entendu un raclement sur le sol, la porte, enfin, s'entrouve.... C'est Eric qui me l'ouvre et me permet de rentrer. Merci, Eric. En fait, il avait bougé son lit pour ne pas déranger Franck avec sa lumière, mais n'avait pas remarqué que son lit, ensuite, bloquait l'ouverture de la porte... Pour une entrée discrète!

Ensuite, c'est le trou noir. Je sombre directement dans les bras de Morphée, sans passer par la case départ, comme toujours, et je ne me réveille plus du tout. Je dors comme un bébé.


Depuis le 06/06/2005 Visites:861998 Aujourd'hui :43 Maintenant:5 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)