La route vers la succession

Samedi-Dimanche 3 et 4 mars 2007

La route vers la succession

932 km - 209 photos - 152 sélectionnées pour le site!

Sur la carte ci-dessus, il y a des flèches vous permettant d'accéder directement aux photos et au récit attaché à cette région. Allez sur la flèche qui vous intéresse, et si une main apparaît, cliquez.
Attendez un petit moment avant de cliquer, si vous arrivez juste sur cette page, que les photos se chargent.
En attendant un peu, vous pouvez commencer à lire le début, ce qui vous permettra de patienter.
Lorsque vous voudrez revenir à la carte, utilisez la flèche "précédent" de votre navigateur. Bonne lecture.

 

Voici quelque temps, au hasard d'une conversation, un copain de randonnées, décidé à changer de compagnon de route, me propose son scooter à la vente. Comme Laurent est quelqu'un de très méticuleux avec son matériel, son offre a de suite attiré mon attention. Et pourtant, j'avais pris la décision de repousser le passage du permis "A" à une date ultérieure, désireux de pousser JJ "Jolly Jumper, mon x9 125 cm3" encore plus loin, et lui faire faire un grand tour d'Europe!

Oui, mais voilà, c'était sans compter avec les aléas que nous offre si souvent la vie! Et me voilà reparti à réfléchir une nouvelle fois sur un problème pourtant évacué et repoussé... J'ai passé le code, j'ai 5 ans devant moi pour passer ce permis, j'ai donc tout mon temps! D'un autre côté, la monture de Laurent est impeccable, parfaitement équipée pour parcourir l'Europe, évidemment merveilleusement bien rodée, conduite avec douceur mais habituée à rouler, superbement bien entretenue... Plus j'y réfléchis et plus j'en arrive à une évidence! Cette machine, mon vieux, est faite pour toi! C'est l'idéal pour faire mes armes, avant de passer à l'étape ultérieure, celle de l'aventure avec un grand "A", celle des BM 1200 GS ou des KTM Adventure, celle des raids à travers l'Asie, l'Afrique, les Amériques... Bon, revenons les pieds sur terre!

Laurent habite à 450 km de chez moi, en banlieue parisienne. Comme je n'ai pas le permis, il me propose de me livrer le scooter aux Sables d'Olonne. C'est super! Mais il faut quand même que j'aille voir, toucher, sentir et essayer la bête! Mon seul jour de libre est le dimanche, je n'ai donc pas le choix: aller-retour dans la journée, avec mon fidèle JJ. Entre 900 et 950 bornes à se "taper", et en plus, en dehors de l'autoroute, que je déteste en raison de son prix exhorbitant et de sa monotonie! D'un autre côté, tout faire dans la journée m'oblige à me lever à 2 ou 3h du matin, et ça ne me fait pas trop envie. Et puis tout d'un coup, vendredi soir, une idée lumineuse m'a traversé l'esprit. Evidente, la solution! Je pars samedi soir après le boulot, je vais le plus loin possible, dodo dans un terrain de camping, et je peux donner rendez-vous à Laurent dimanche matin entre 9h30 et 10h. L'idéal, c'est de rouler jusqu'à Chartres, car je voudrais enfin voir cette cathédrale, depuis le temps que j'y passe à vue d'oeil sans marquer l'arrêt! Quelques coups de fil pour trouver un terrain de camping ouvert -il faut bien minimiser les coûts de l'opération, et le camping est l'hôtel le plus économe (hormis le bivouac). Le plus proche est celui de Brou, une petite cinquantaine de km au Sud-Ouest de Chartres. L'accueil téléphonique est très chaleureux, et surtout très arrangeant! Pensez-donc! Je prévois d'arriver vers minuit, et de repartir à l'aube. Par conséquent, en dehors des horaires du personnel. Eh bien, figurez-vous que la dame me propose de mettre les 7,50 euros représentant le prix de ma nuitée dans la boîte aux lettres, m'assurant que je pourrai passer avec le scooter par le passage "piétons". Voilà ce que j'aime! Pas de ces énormes sociétés, usines à fric, où tout fonctionne via les automates et les cartes de crédit... Non, non, un service personnalisé, à échelle humaine, un contact, une voix, la recherche d'une solution, c'est génial. Je vous les recommande!

Et c'est parti! Après un rapide repas, la mise dans un sac de quelques "croquettes" et autres gâteries -du genre pot de Nutella, chips...-, la trousse de toilettes -toujours presque prête-, le sac de tente -pour le coup celui-là est toujours prêt- fixé sur la place "passager", et le phare de mon JJ perce déjà la nuit. Il est 20 heures en ce samedi 3 mars. Je pars vers Chartres!

La Roche-sur-Yon, Cholet, Angers, Le Mans... sur les routes départementes et régionales, puisque ce ne sont plus des routes nationales maintenant! Ils sont en train de les débaptiser, la fameuse N23 devenat je crois le D2023... Enfin, bref. Justement, la N23, elle monte un peu au Nord pour aller à Chartres, alors que l'autoroute coupe en ligne droite entre Le Mans et Chartres. Or, mon camping se trouve, pour sa part, au Sud de cette ligne droite. J'ai donc avantage à prendre un bout d'autoroute qui va m'éviter, pour une fois, une grosse rallonge. Une trentaine de km environ. J'en ai pour moins de deux euros, ça valait le coup. Et je trouve mon campement sans problème, malgré un fort brouillard.

Il fait 10 degrés environ, mais je suis gelé. L'herbe est trempée. Je me trouve un coin près des sanitaires, et je peux "poser" JJ sur le carelage le long du bâtiment, car la béquille s'enfonce dans l'herbe grasse ou sur les petits cailloux de l'allée. La lumière des sanitaires me rend un énorme service, ma lampe frontale s'avérant être complètement déchargée...

A une heure du matin, je suis enveloppé dans mon gros duvet, que je trouve avec un grand plaisir.
Cinq minutes plus tard, je dors!

La nuit a été courte, et froide. Je n'étais pas assez couvert. La toile est trempée d'humidité. Je m'arrache difficilement de mon duvet, et j'enfile mes gilets avec reconnaissance! Ouf, ça fait du bien. Deux minutes plus tard, le gant chargé d'eau bouillante me fait un bien phénoménal. Impeccable, ce petit camping. Le bonhomme est retapé en cinq minutes.

Bon, deux-trois photos s'imposent, malgré le brouillard!

Ce bon JJ, couvert de buée. Il va démarrer au quart de tour! Je peux vraiment compter sur lui.

La tente est trempée, je vais la plier comme ça. Elle sèchera au soleil de Vendée, plus tard...

L'étang près duquel se trouvent les emplacements du camping. Je n'en verrai pas plus!

Avec tout ça, il est 8h15 lorsque je démarre. Plus question d'aller voir la cathédrale de Chartres, je ne serais pas à l'heure au rendez-vous pris avec Laurent. Ce qui m'ennuie bien davantage, c'est que j'ai complètement oublié de prendre mon atlas routier favori! Me voici condamné à demander mon chemin, et le dimanche matin, dans la campagne et dans le brouillard, il n'y a pas foule... Mon objectif est de rejoindre la prochaine entrée d'autoroute le plus vite possible. Je rencontre une dame, mais elle ne sait que rejoindre la bretelle par laquelle je suis venu hier soir, et ça, je sais aussi le faire, mais je n'ai aucune envie de retourner dix km en arrière, c'est contre ma nature... Toujours aller voir des coins inconnus, éviter au maximum deux fois le même trajet... Bon, je vais bien me débrouiller tout seul. Et j'y suis bien arrivé, mais dans le brouillard parfois dense, en pleine campagne, sur de petites routes et de touts petits villages, comme Ermenonville-la-Petite, dont le nom est resté dans ma mémoire. Puis le soleil réussit sa mission, qui est de traverser le brouillard. C'est le bonheur!

Le reste du parcours se passe sans incident, j'avais bien noté les embranchements importants, N118 direction Versailles.

C'est finalement sous le soleil que je sonne à la porte. Laurent m'accueille avec gentillsess, et m'offre un délicieux café accompagné de brioches grillées qui réveilleraient un mort, et feraient sourire un croque-mort. C'est merveilleux.

Et du haut de la fenêtre, je vois mon futur bébé... enfin, peut-être, en tout cas celui pour lequel je suis ici (ben oui, désolé, Laurent... :-)

Je l'avais bien vu en bas, en arrivant. Vous reconnaissez JJ avec son sac de voyage...

Bon, le voilà, c'est lui. Alors, vous le trouvez comment? Vous ne savez pas ce que c'est? Je ne vous l'ai pas dit?

Vous n'avez pas encore deviné?

OK. Je vais vous le présenter. Maintenant que je suis en pleine forme, on s'en va l'essayer. Là, tout près, à deux pas. Sur un très grand parking. Ben oui, je n'ai pas encore le permis, vous savez bien, donc pas question de rouler en circulation. Je suis juste venu voir s'il me convenait, s'il répondait à mes attentes.

Le voilà. Il est magnifique. Déjà là, comme ça, Laurent l'a pratiquement vendu.

C'est un scooter Suzuki Burgman 650, AN 650, K4. Voilà.

Si vous voulez connaître sa vie, allez sur le site de Laurent, qui le bichonne comme un père.

Les renseignements techniques sont à prendre sur le site de Pirmil, qui en est à son deuxième...

Allez lire un essai de cette merveilleuse machine à distribuer la liberté ici.

Alors, vous le trouvez comment?

Bon, c'est bien beau, tout ça, mais je piaffe d'impatience. Le verdict, je ne vais pas mettre longtemps à l'obtenir!

Et voilà. Terminé. J'ai fait quoi? Allez, dix mètres, peut-être quinze? Et déjà, je sais...

Retour vers Laurent, après le demi-tour, un petit coup d'accélérateur, le freinage...

Et un nouveau demi-tour, tout doucement....

Comme un vélo! Du pur bonheur!

Lolo ne le sait pas encore, mais moi, oui. A ce moment précis, Lolo vient de perdre la possession morale de son superbe scooter. Il est vendu. Il est acheté. C'est pour "ma pomme".

Il faut que je lui fasse part de mon verdict. Je n'en reviens pas, étonné de cette rapidité de prise de décision. Il faut que vous sachiez. Je ne fais pas partie des acheteurs "coup-de-tête", mais alors pas du tout. Mais ce matin, il n'y a plus rien à dire. La boucle est bouclée. Les cartes sont distribuées, les jeux sont faits! Tapis! Tapis gagnant!

Je crois que tout est dit, n'est-ce-pas?

Pas un seul mot. Mon JJ reste stoïque. Il regarde son futur compagnon de garage avec indifférence.

Sacré JJ. Il est parfait, comme toujours. Je sais qu'il n'y aura pas d'histoire avec lui.

Que voulez-vous? Quand on aime... Laurent est sympa, il me laisse refaire quelques tours. Mieux, il prend les photos.
Il me fait essayer le bouton "power" qui transforme le Burgman en bombe. Impressionnant!

C'est vraiment un gros BB, non? Pourquoi BB, ou bébé? En fait, c'est devenu le surnom de ce scooter, ce sont les initiales de "Big Burgman", ou "Gros Burgman", puisque c'est le plus gros des scooters Burgman de Suzuki.

Je le rebaptiserai. Je ne sais pas encore lequel, mais je vais lui trouver un superbe nom, c'est sûr.

Pour l'instant, je n'y crois pas encore. Mais je vais vous expliquer ma décision.

On m'avait dit que le BB était difficile à manoeuvrer, lourd, et qu'il "broutait" à allure réduite, car il aurait tendance à hésiter entre la première et la seconde vitesse... C'est simple. J'ai tourné sagement la poignée, il a avancé sagement, tout doucement, sans vibration aucune, avec une souplesse à peine croyable. Puis j'ai tourné légèrement la poignée, et je l'ai senti se soulever de l'avant, j'ai l'ai entendu émettre un petit feulement, et il a accéléré instantanément, silencieusement, merveilleusement. Et j'ai retourné la poignée dans l'autre sens, et il a aussitôt obéi, ralenti. Il s'est légèrement tassé sur lui-même, et j'ai amorcé le demi-tour. Quelques secondes, juste quelques secondes m'ont suffi pour savoir que ce serait lui le remplaçant de JJ.

Il est parfait. Lolo, merci d'en avoir pris soin comme ça. Je suis un acheteur heureux.

Le voilà, celui qui entretient mon futur canasson!
Et là, tel que vous le voyez, il se demande s'il ne fait pas une boulette....

Trop tard, Lolo, c'est dit. Et fais bien attention à lui en attendant le transfert, hein? Mais j'ai confiance en vous deux!

On s'observe silencieusement....

Je sens qu'on va faire beaucoup de chemin ensemble, mon petit coco!

Quelle classe!

La puissance tranquille.

La grande classe.

Veux-tu venir jusqu'au château de Versailles, avant de repartir? Comment résister à une telle proposition. Laurent me connait bien, et il a raison, ce serait dommage nde ne pas en profiter. Allons-y, ça va me permettre d'admirer mon futur "BB bébé" en situation. Maintenant, j'ai hâte de l'avoir! Je disais à laurent, tu sais, je ne suis pas pressé, prends ton temps, etc.

Plus maintenant! Laurent, je suis pressé maintenant... En plus, ça rime!

On dirait une peinture surréaliste. On dirait que je les ai rajoutés dans le tableau!

Alors, ils ne sont pas beaux, mes deux chevaux? Devant ce magnifique château du roi "soleil"?

Au loin, les grilles dorées du fleuron des châteaux de France.

Et la foule des touristes...

Et auprès, le fleuron des scooters de 125 cm3, le roi de la route, le fidèle compagnon.

Et auprès, le fleuron des maxi-scooteurs, mon futur compagnon de route!

C'est sur cette belle image que je quitte Lolo et son BB.

Merci pour ton accueil, Laurent, et merci de m'avoir choisi comme acheteur. Je saurai en prendre soin, crois-moi!

Il doit être midi et demi. Laurent me laisse sur la N10, que je vais suivre en direction de Chartres.

Car oui, bien sûr, je n'ai pas abandonné l'idée. J'y vais. J'ai soif de photos, maintenant!

La voilà, l'immense cathédrale, visible de si loin, dans ce pays de plaine, avec son toît à la couleur si caractéristique!

La cathédrale de Chartres.

Un peu plus loin... Je m'approche à vue, ce n'est pas trop difficile...

La même au zoom. Dommage que la lumière soit si mauvaise!

Une pancarte m'annonce un point de vue. Je vais voir. Effectivement!

Du même endroit, je découvre ce château-fort près de l'église.

Autre zoom, mais même lieu de prise de vue.

Allez, encore une autre....

Celle-là est bien droite.

Allez, je vais aller voir de plus près maintenant. Mais j'ai du mal à y parvenir. Toutes les routes y conduisant sont bloquées. La cathédrale est évidemment au sommet d'une buttre, et une route entoure cette butte. Mais j'ai énormément de mal à trouver une petite ruelle menant vers le bâtiment, aucune pancarte n'indiquant clairement cette direction. J'ai l'impression -non, la certitude- que les autorités ne veulent pas de véhicules dans ce quartier... Mais j'ai trouvé un passage! Non mais!

Enfin, la voilà. Depuis le temps que je tourne autour!

La cathédrale de Chartres. Façade Ouest, de 48 mètres de largeur.

Portail Occidental.

A droite, l'ange au cadran. En arrière-plan, le Porche Sud.

Vue globale depuis le x9, stationné à droite derrière les gros pavés empêchant le stationnementd es voitures.
Encore un privilège pour les deux roues, que de pouvoir se poser ici.

Cette statue se trouve sur la petite place face au portail. Il s'agit de l'évêque Fulbert, bâtisseur de la cathédrale.

La rosace Ouest, représentant le jugement dernier.

Les vitraux sous la rosace.

L'ange au cadran. Il s'agit d'une copie. L'original se trouve dans la crypte de la cathédrale.

Centre du "grand tympan" dit tympan de l'Apocalypse, au-dessus du Portail Royal, le plus célèbre et le plus ancien.

Au-dessus de la Porte de l'Ascension. Les registres représentent les mois, le calendrier, la marche du temps.

Enfin, au-dessus de la Porte de l'Incarnation.

Détail sur les statues des piliers soutenant les linteaux.

Elles sont de forme très longiligne.

Vraiment très très filiformes.

Je vous le disais bien!

De très jolies sculptures.

Au-dessus de la Porte de l'Ascension, les apôtres.

Sur ce linteau du Portail Royal, les douze apôtres dans la Jérusalem.

Fin du Portail Royal.

Au-dessus de la rose Ouest (édifiée en 1215).
Tout en haut, sous la Vierge au Pignon entourée de deux anges, et au dessus de la rosace, se trouverait selon la légende locale, la lignée des Rois de Juda avec David reconnaissable au lion couché sous ses pieds.

La Vierge au Pignon.

Toujours elle....

Zoom sur le transept Nord.

La Tour Nord.

La Tour Sud.

Toujours la façade Ouest.

La façade Ouest, la rosace Ouest, le Portail Ouest. C'est haut, hein?

Détails sur la façade.

Quelques horaires...

Détails sur les sculptures. J'adore admirer cet immense travail. Je me suis toujours dit qu'un jour, je prendrais en photo la totalité des détails d'une cathédrale, mais pour cela, il me faut plusieurs jours sur place, c'est évident!

Tout a été sculpté très minutieusement.

Chaque cm2 est sculpté!

Combien d'artisans ont-ils travaillé pour réaliser ces statuettes?

Vue d'ensemble des colonnes-statues.

Elles entourent les portes. On passe près d'elles -enfin, en-dessous...- pour pénétrer dans la cathédrale.

"Ces personnages sont sensés représenter l'humanité toute entière, immortalisée dans la pierre en un long cortège de 24 radieuses statues colonnes évoquant ce peuple immense de l'Apocalypse" ---> voir ici.

Une tête couronnée, et souriante!

Ceux-là rigolent moins...

Le poids des ans...

Je crois que les spécialistes ne savent pas de qui il s'agit individuellement.

Il y a beaucoup de femmes dans les sculptures. je trouve ça très bien!

Certains endroits sont plus ou moins abîmés.

A une certaine époque, les femmes devaient porter de très longues tresses. Regardez celle-ci!

Signature du sculpteur?

Certaines statues ont été décapitées!

Volontairement?

Encore une tête couronnée.

Un ange. Je le reconnais à ses ailes... Vous aussi?

Un musicien?

Que nous font-ils voir ici? Un bouquin?

Même la dentelle du bout des manches a été sculptée dans la pierre!

Des galeries entières de personnages!

Le sonneur de cloches. Ou un musicien?

Encore un ange.

A l'intérieur, il fait pratiquement nuit. Ce doit être fait exprès pour qu'on ne puisse pas prendre de photos. je trouve cette pratique extrêmement désagréable, car pour moi, ces bâtiments appartiennent désormais au peuple! Ce sont évidemment nos impôts qui sont utilisés pour les restaurer, alors la moindre des choses serait de nous accorder ce privilège de pouvoir en emporter un petit morceau à la masion sous forme de document photographique! Bref, je vous la laisse, malgré le "grain" énorme du au fait d'avoir poussé les "ISO" à leur maximum, juste pour vous donner une petite idée.

Je ressors immédiatement!

Toute une armée de personnages en train de regarder quelque chose.

Je lève mon regard... Ouahhh, c'est haut! Au premier plan, les voussures du Portail Royal.

Zoom sur les statues des voussures.

Encore les statues des voussures.

Admiration, c'est ce que je ressens en voyant ça!

Un nouveau regard sur les statues colonne.

Je me retourne. Un coup d'oeil sur les bâtiments entourant le parvis de la cathédrale.
Au premier plan, les grilles défendant l'accès au Portail Ouest.

Décoration moderne. Je ne sais pas pour vous, mais personnellement, je ne m'y habitue pas!
J'ai beau essayer, je n'arrive pas à trouver ça joli!
Et quand je pense comment on enquiquine -pour prendre un terme correct- les gens qui refont la peinture de leur propre maison, je me dis que certains organismes ont certains privilèges... Pas vous?

On aperçoit JJ le x9 là-bas, le long du trottoir.

Ce sont quand même de vieux bâtiments, même très légèrement délabrés...

Fulbert, le bâtisseur de la cathédrale. Enfin, à mon avis, ce n'est pas lui qui a posé les pierres.
Statue moderne, je n'aime pas trop le style et je préfère de très loin celles qui ornent la cathédrale, mais les goûts et les couleurs... Cela dit, je vais quand même vous dire pourquoi je ne suis pas un adepte de ce genre de sculpture. Tout simplement parce que je trouve que la quantité de travail fournie pour la construire est très certainement bien faible par rapport à celles qui ont ma préférence. J'oserais aller plus loin dans le raisonnement. Il me semble que tout le monde est capable de faire celle-ci, pas les autres! Voila, c'est dit, mais ce n'est que mon avis... Désolé pour l'artiste créateur!

Une petite exposition sur cet évêque bâtisseur.

Avec force explications. Il y a six ou sept panneaux comme ça qui se suivent. Intéressant pour se cultiver un peu.

Admiratifs? Perplexes? Devant la statue de Fulbert.

Je retourne doucement vers le scooter. Encore une vue sur la façade Ouest.

La rosace.

Autour du parvis Ouest de la cathédrale.

Détail vers le clocher Sud.

Vers la Porte Sud.

Vue depuis le bas du parvis Ouest.

Au premier plan, JJ attend pour repartir. Au fond, le Portail Sud.

A gauche, sur le parvis, devant la petite maison, ce n'est pas du linge étendu sur le fil.
Non non, ce sont les affiches décrivant les réalisations de l'évêque bâtisseur que fut Fulbert.

Une ruelle transversale, interdite aux camions...

La flèche du transept Nord. On voit la statue de Fulbert sur la place.

petit grossissement pour regarder un peu les détails.

Retour vers le scooter. Encore une vue de la façade Ouest. On aperçoit un bout de la fameuse couleur verte du toît.

JJ a trouvé son petit parking privé. Excellent emplacement pour la visite!

En 1836, après le destruction de la charpente en bois par un incendie, le toît de la cathédrale fur recouvert de cuivre.

Sous l'effet de l'oxidation, le métal a pris cette teinte verte particulière!

Prêt à repartir! Oui, mais voilà, j'ai une petite faim. Par conséquent, j'avale avec grand appétit quelques gâteries que j'avais prises vite fait hier soir avant le départ. Hum... délicieux. Et revitalisant. Cette fois, on peut y aller!

Il est 15h15...

J'ai un peu de mal à trouver la N23 en direction du Mans. Enfin, après deux ou trois détours, et une personne questionnée, je trouve enfin la bonne voie. C'est très agréable. D'autant plus que la température commence à monter. Il y a du vent, parfois un peu fort, en provenance de l'Est, et bizarrement pas froid. Très vite, je vois le thermomètre monter à 20 degrés, ce qui est génial. Je ressens même une vague de chaleur, ça me fait le plus grand bien, et je retrouve toute la joie de la route. Le x9 roule merveilleusement bien, avale les côtes sans discuter, et suit parfaitement le rythme de la circulation, très peu dense d'ailleurs. Les villes et villages jalonnant le parcours sont agréables. Ils sont tous invariablement traversés à 50 km/h, parfois à 30 lorsque c'est nécessaire. Je suis surpris par le respect total des limitations de la part des automobilistes, et c'est finalement fort sécurisant. Bref, un trajet sans histoire, et une bonne moyenne. Nogent-le-Rotrou, Le Mans, La Flèche -où se déroule une très grande fête, avec force manèges et musique...

Il n'est finalement pas loin de 18 heures lorsque j'arrive à....

Durtal, ce magnifique village si souvent traversé sans jamais m'y arrêter. C'est chose faite!

La N23 passe au pied de ce magnifique château de style "Renaissance", parfaitement bien entretenu. Le château primitif date du milieu du XIème siècle. Durtal est la porte de l'Anjou, bâtie sur le...

Loir, rivière de 311 km de long.

Je suis maintenant sur le pont enjambant le Loir. Vue vers l'Est.

Le débit de la rivière est important, ce qui ne m'étonne pas trop, compte tenu des pluies de la semaine dernière.

C'est très joli, surtout avec ce soleil qui vient illuminer les berges et les murs des maisons.

On peut dire que je suis "verni" au niveau de la météo. Juste entre deux épisodes pluvieux!

Vue d'ensemble de la vue qui s'offre à mes yeux.

Zoom sur les berges. Je n'aimerais pas habiter si près de l'eau...

Et voici le château dans son ensemble. Ici, en direction de Paris. Je roule vers l'autre côté.

Petit zoom. On distingue JJ le x9 à gauche.

L'eau passe sous les porches créés en bas des murs.

Petit zoom vers ces entrées d'eaux.

De ce côté également! Cela servirait-il de hangar pour les bateaux?

Vers l'autre rive.

Sur les bords du loir.

La façade de ce bâtiment semble incurvée. Est-ce la réalité ou un effet de mon optique?

Détail sur la tour Ouest.

Gros zoom sur la tourelle Est.

La tour Est dans son ensemble.

Les fenêtres.

Je suis revenu près du scooter. A droite, le bâtiment qui semblait s'incurver sur une précédente photo semble ici bien droit.

Et pour finir, un petit zoom sur les fenêtres de la façade du château.

C'est là ma dernière photo de la journée. J'enfourche à nouveau mon brave cheval pour effectuer la dernière étape de ce beau parcours. Angers n'est plus très loin, puis Cholet -très difficile à traverser, à cause d'une très mauvaise déviation très mal flèchée, qui m'a fait faire bien des détours!-, le Mont des Alouettes, les Herbiers -tout près du Puy-du-Fou-, La Roche-sur-Yon, et finalement arrivée sur la côte vers 19h45.

 

Cette journée très particulière restera longtemps gravée dans ma mémoire, vous savez maintenant pourquoi!

Une fois de plus, je ne peux que me louer des immenses services rendus par mon fidèle canasson, qui ne mérite vraiment pas la retraite. En effet, il fait partie de ceux qui ne veulent pas en entendre parler. C'est un actif, mon JJ, qui n'en a jamais assez, la preuve! A 77.000 km, il vient de se "taper" 932 km supplémentaires en 24 heures avec force fougue et allant, et n'a pas dit son dernier mot, très loin s'en faut! Il vient encore de m'en donner une belle preuve! Alors, avis aux amateurs... Car JJ, le brave JJ, Jolly Jumper le roi de la route, est à vendre. Non, je ne peux pas le laisser dans un fond de garage, il faut lui faire ce plaisir, lui permettre de rouler encore et encore. .

Alors, avis aux amateurs. Des photos de lui, il y en a à foison sur le site.
Si vous le voulez, envoyez-moi un mail, et on trouvera sûrement un terrain d'entente.

De mon côté, j'attends avec impatience le remplaçant. Vous savez ce que c'est, quand on a pris une décision...
J'ai maintenant hâte de le voir dans mon garage!

Page précédente: Retour aux Sables - 5ème jour
Page suivante: Région PACA


Depuis le 06/06/2005 Visites:939943 Aujourd'hui :24 Maintenant:4 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)