La côte Vendéenne - 3àme jour

Randonnée en scooter en Vendée
Dimanche 10 juin 2007
3ème jour de voyage

Vendée. La côte.
207 km - 77 photos - Temps couvert

Ci-dessus, retour au sommaire
Ci-dessous, le parcours

Sur la carte ci-dessus, il y a des points rouge-jaune vous permettant d'accéder directement aux photos et au récit attaché à cette région. Allez sur le point qui vous intéresse, et si une main apparaît, cliquez.
Attendez un petit moment avant de cliquer, si vous arrivez juste sur cette page, que les photos se chargent.
En attendant un peu, vous pouvez commencer à lire le début, ce qui vous permettra de patienter.
Lorsque vous voudrez revenir à la carte, utilisez la flèche "précédent" de votre navigateur. Bonne lecture.

Jean-Claude, Annie, Béa et moi-même partons rejoindre les membres de la rando à l'hôtel de Talmont-Saint-Hilaire vers 8h45. Ils sont tous là, en train de se préparer. Par contre, Didier, à l'écoute de la météo très orageuse qui l'attend sur sa route du retour, a préféré partir de suite, ce qui fait que je ne peux pas le saluer comme je l'aurais voulu avant son départ.

Nous saluons par contre Djédjé et Pascale, contraints de déclarer forfait suite à la panne de leur x9. Quant à David, Twicky et Mam'Soleil, je leur ai donné rendez-vous au bout de la plage de la Paracou à 9h30. Les pauvres....

En effet, je suis décidé aujourd'hui à ne pas "pousser" les randonneurs. En fait, je suis nettement moins "à cheval" sur les horaires initialement prévus. Pourquoi? Une fatigue de ma part? Ou peut-être le fait de ressentir chez les participants un besoin de plus grande liberté, de moins de directives? Je ne saurai le dire. Mais c'est un fait.

C'est ainsi que je les envoie à la station en haut du bourg, pendant que je m'informe auprès de l'hôtelier si tout est en ordre. Je rejoins tout le monde, et nous partons aux Sables d'Olonne en longeant la côte au maximum, la plage de Cayola et toute la corniche. Le temps est plutôt triste, ce qui est dommage pour l'éclairage de la baie, et les photos.

Rendez-vous compte! Il est déjà dix heures lorsque je fais une pause au lieu-dit "les Présidents", en face de la plage des Sables d'Olonne. Pratiquement une heure de retard, et ce dès le départ, et je n'en suis même pas affecté! Cette fois, Josette, la femme de Christian, est avec nous. Elle porte dans un joli panier sa petite chienne Sandy, et je dois ici donner une mention spéciale à Sandy. Généralement, je n'aime pas les petis chiens, car ils aboient sans cesse. Alors je dois dire que Sandy est exceptionnelle. C'est un adorable petit toutou, toujours le sourire, jamais un mot plus haut que l'autre, et qui suit et obéit à ses maîtres de façon admirable. Chapeau bas! Une éducation parfaite! Je serai désormais plus tolérant.

Devant le manège installé à l'année. Tout le monde admire la grande plage.

Cette fois, nous parcourons le remblai dans sa totalité, et comme la circulation est quasiment nulle en ce dimanche matin, chacun peut en profiter à fond. Nous faisons le tour complet par le port, puis je les conduis à La Chaume, le quartier Sablais où nous avons mangé hier soir, afin de parfaire le tour complet de la corniche sablaise, en revenant par le fort Saint Nicolas et la Tour Arundel. Les dames me demandant déjà un arrêt "pipi" -il faudra que je répertorie tous les endroits possibles lors d'une prochaine organisation de randonnée avec des filles....-, nous faisons une assez longue pause près du fort saint Nicolas, où j'en aperçois miraculeusement en passant devant! Et pendant ce temps, mes pauvres randonneurs de Loire-Atlantique nous attendent toujours à la Paracou! Et je les ai oubliés! Ce sont eux qui se rappèlent à mon bon souvenir en laissant un message sur le portable de Tof! Ne bougez surtout pas, on arrive!

Mais je tiens à marquer un arrêt à la Chaume, devant une magnifique fresque en trompe-l'oeil, sur la place de l'église.

La voici. Avouez que ça valait le déplacement!

Nous prenons ensuite la corniche de la Paracou, route à sens unique longeant la côte rocheuse jusqu'à la forêt d'Olonne.

 

Il est vrai que l'on photographie peu les lieux que l'on habite, mais j'ai quand même fait des centaines de photos de la ville des Sables d'Olonne, au fil des années. Pour ceux qui sont venus aux Sables d'Olonne hier soir et aujourd'hui-et pour tous les autres aussi...- je vous en livre quelques unes ici, vous permettant de reconnaître quelques endroits près desquels nous sommes passés. Il vous suffit de cliquer ici.

 

C'est ici que David nous attend avec Twicky et MamSoleil. Une heure et demie de retard, je suis confus!
Heureusement, le cadre est superbe, mais ils auraient pu dormir une heure de plus, car ils se sont levés de bonne heure pour ne pas être en retard! La route s'arrête ici et part à angle droit dans les terres, pour contourner la forêt d'Olonne, zone évidemment protégée. Si vous voulez parcourir toute la plage jusqu'à Brétignolles, allez voir ici.

Une fois les Nantais récupérés, nous traversons un petit bout de la forêt d'Olonne, et nous continuons lentement vers le petit village de l'Ile d'Olonne, en traversant les marais. J'avais initialement prévu une pause devant les douves, mais nous sommes tellement en retard... De plus, comme nous avons vu pas mal de paysages de marais hier, je décide de passer outre. C'est la seule façon de "recoller" au programme.

Je vous mets tout de même quelques photos prises lors d'un précédent passage, un jour où il y avait du soleil....

On distingue le clocher d'Olonne-sur-mer dans la brume.

 

J'avais également prévu un aller-retour au barrage de La Vertonne, au Nord de la forêt d'Olonne, mais ça fera l'objet d'une étape dans une prochaine randonnée. Nous traversons donc les marais de Brem-sur-mer, puis nous prenons la route de la côte sauvage à Brétignolles-sur-mer. Nous profitons donc de la mer, que nous longeons sur plusieurs kilomètres à allure réduite. Le ciel est toujours bien gris, mais il n'y a pas un souffle de vent, et la mer que nous voyons ressemble étrangement à un immense lac. Pas une seule vague, c'est le calme parfait! Dommage, pour une fois, j'aurais aimé que nous ayions un peu plus de mouvement. Il faudra donc revenir!

Nous faisons une halte à La Sauzaie, sur la corniche de Brétignolles.

Alain se demande ce qu'il va bien pouvoir photographier.

C'est la première fois que nous faisons un alignement presque parfait de toutes nos bécanes. Babeth a l'idée de faire une photo avec les pilotes près de leurs machines. Un touriste se propose amicalement de nous photographier.

Nous sommes donc tous ici, 13 machines.

Ici, je dégaine en même temps que Bruno...

Nous poursuivons jusqu'au bout de la route, qui s'éloigne ensuite du littoral. En effet, la côte devien sablonneuse, et c'est une grande étendue de dunes qui va jusqu'à Saint-Gilles-sur-Vie. Cette zone est protégée, et il n'y a pas de route longeant l'océan. En allant sur Saint-Gilles, nous passons devant une très vieille ferme, la ferme du Moufois -ou des Mauxfaits en Français- que je signale à tous les randonneurs, sans marquer d'arrêt. Il s'agit tout simplement de la ferme dans laquelle ont vécu mes ancêtres récents, là où sont nés mon père et mon grand-père. La photo date de la fin du mois de mai 2007.

La grande plage de Saint-Gilles-sur-Vie, photographiée à la fin du mois de mai.

Saint-Gilles-Croix-de-Vie, c'est mon village préféré sur la côte Vendéenne. Petite ville très animée, avec un port de pêche encore bien vivant, un bon tissu économique, une réelle beauté naturelle avec l'embouchure de la rivière nommée la Vie, ainsi que celle appelée le Jaunay, bref, tout pour plaire. Il y avait autrefois Saint-Gilles-sur-Vie et Croix-de-Vie.
Les deux communes ont fusionné en 1967.

Nous faisons une halte au bout de la grande plage, près de la villa Notre-Dame -centre de rééducation fonctionnelle, face à Croix-de-Vie et sa corniche, sur ce bout de dune séparant la Vie de la mer, et abritant les ports.

Josette et Annie admirant le port de plaisance. Au fond, le clocher de Saint-Gilles.

Chriastian surveille Sandy du coin de l'oeil. En face, le clocher de Croix-de-Vie.

Une partie de nos machines.

Les deux solitaires, qui sont justement les deux m'ayant échappé hier à l'Assemblée des Deux-Lay.... Bizarre....

Le bout -ou le début- de la grande plage de Saint-Gilles, la grande jetée, Croix-de-Vie en face, de l'autre côté de la Vie, dont l'embouchure se situe juste derrière la jetée.

Le port de pêche de Croix-de-Vie. Et la Vie, la rivière. La plage est derrière moi.

Le port est derrière nous. Tout le monde admire cette très belle plage.

Sandy renifle les bottes d'Annie. Jim se grille une petite cigarette. Et Tof est à la recherche d'un sujet à photographier.

Mychèle est dérangée par un coup de fil. Ah, ces téléphones portables, pas moyen d'être tranquille!
D'un autre côté, je dois bien admettre qu'ils m'ont rendu service pendant la rando. Merci à ceux qui m'en ont prêté un!

Mychèle bombarde le port de Saint-Gilles.

Tof s'approche doucement... pour ne pas la déranger.

Encore Mychèle! Mais elle est partout! Elle a tout photographié ici. Il ne reste plus rien! Tout est dans la boîte!

Vue arrière de deux motos bien différentes. A gauche l'Anglaise, à droite l'Allemande...
Et qui c'est qui a gagné la guerre, malgré les apparences? Hein?

Ah, ils sont bien fatigués, mes randonneurs. Je sentais bien qu'il ne fallait pas trop les bousculer, ce matin!

Bon, OK, j'ai compris. On va manger. C'est l'heure, de toute façon.

Et c'est génial, parce que c'est à deux pas d'ici, enfin, non, à deux tours de roue!

Eh oui, nous mangeons pratiquement sur la plage. Au début du repas, le vent se lève avec la marée, et nous assistons à la formation de petites vaguelettes. Quelques gouttes tombent sporadiquement sur nos têtes, mais sans grande gravité. par contre, il ne fait pas plus chaud que ça. Tof et Mimi sont gelés.

Puis, petit à petit, les nuages commencent à se sauver sous l'action du vent, et nous voyons le soleil apparaître!

Béa, qu'est-ce qui te fait rire comme ça?

Patrick fait le pitre, pendant que Mychèle étudie très sérieusement les menus proposés.
Vu sa tête, je me demande si elle va trouver quelque chose à son goût.

Ah si, finalement, elle a trouvé. La feuille passe de mains en mains.

Tout le monde attend patiemment.

En attendant, la bonne humeur est de rigueur.

Josette est en pleine forme. Annie est perdue dans ses pensées.
Jean-Claude, en chemise, ne semble pas avoir froid, alors que Mimi, tout au fond, est frigorifiée.

Une belle tablée de motards affamés, dans un cadre idyllique.

On distingue tout au fond les villas de Croix-de-Vie.

Nos bécanes sont alignées un peu plus loin, ce qui nous permet de les surveiller sans problème.

Le service laisse un peu à désirer. Après le passage laborieux d'une jeune fille, un jeune revient prendre les commandes. La nourriture n'est pas fantastique, mais pour l'ensemble, ça va. SAUF pour Mimi, qui n'a vraiment pas eu de chance. La saucisse de Frankfurt qu'elle a commandée n'a pas un aspect bien terrible, à tel point qu'elle se voit obligée de la retourner. mais la deuxième qui arrive dans son assiette n'est toujours pas bonne. Dépitée, elle commence une viande à point, et elle reçoit une viande bien saignante. Là, elle abandonne! Elle finit par manger ce qui lui restait dans les bagages de la béhème... Je reconnais que le sort s'est méchamment acharné contre elle!

C'est maintenant que quelques randonneurs commencent à nous quitter. C'est normal, certains ont encore beaucoup de route, et comme toute chose a une fin.... Il faut bien rentrer à la maison. C'est ainsi que Babeth, Alain et Mychèle, ainsi que Tof et Mimi nous quittent sur le quai de Saint-Gilles. Merci pour votre participation, les amis, et bonne route de retour.

 

Pour ceux qui restent, ce n'est pas terminé, loin s'en faut.
Ah, vous avez cru qu'on allait rester allongés sur la plage, à ne rien faire? Que nenni!

A cheval, au trot, nous filons sur Noirmoutier, comme prévu. Nous traversons donc la Vie sur le pont séparant Saint-Gilles de Croix-de-Vie, puis longeons la corniche de Sion. Le soleil est de plus en plus fort, et ce n'est pas pour nous déplaire! Après Sion, nous pénétrons dans la grande forêt domaniale de pins de Saint-Hilaire-de-Riez, qui s'étend derrière les douze kilomètres de plage de sable fin qui me font un peu penser aux immenses plages de Picardie -en moins bien, Alain, je sais....

Petite pause sur la côte, plage des Mouettes, à mi-chemin entre Sion et Saint-Jean-de-Monts.

L'occasion rêvée pour faire quelques photos, et surtout papoter...
Bruno est tout heureux, ça lui rappèle des souvenirs de vacances passées.

Les scooters se tiennent prêts à repartir.
Sur la gauche, on aperçoit la gentille Sandy, jamais loin de sa maîtresse.

Christian et Josette.

Sandy ne s'éloigne pas du scooter, elle n'a pas envie de rester ici.

Quelques kilomètres plus loin, c'est l'arrivée sur l'immense plage des Demoiselles à Saint-Jean-de-Monts. Si la plage est fantastique -sable très fin, pente extrêmement douce idéale pour les enfants, espace immense-, le remblai est absolument affreux. ici, c'est le règne du béton et du tourisme de masse. J'avoue aimer Saint-Jean-de-Monts en hiver, lorsque presque tout est fermé, que le vent se déchaîne en poussant d'immenses tourbillons de sable sur la route, et que les vagues en furie donnent une autre dimension au littoral.

Malgré le soleil, tout le monde roule avec la veste...

Mais que fait-elle la nuit, pour être si fatiguée. Dès qu'elle s'arrête, elle baille ou elle s'asseoit ou elle se couche!

Jim essaye d'apprivoiser Sandy, mais ce n'est pas bien difficile, elle est tellement gentille!

De plus, Sandy est Britannique -Yorkshire, je crois, non?- et entre Brittaniques, le courant passe!

La Plage des Demoiselles.

Bruno continue de photographier.

Pour ma part, c'est tout ce qu'il y a à voir à Saint-Jean-de-Monts, pour une randonnée en moto. Nous reprenons donc nos bécanes et nous éloignons très vite de la côte pour filer vers Noirmoutier. La circulation sur le remblai de Saint-Jean-de-Monts, pourtant très large, commence déjà à être difficile. Oh, je ne voudrais pas rouler ici en plein été... Nous traversons ensuite la petite ville de Notre-Dame-de-Monts, avant de parvenir sur le territoire de la commune de Fromentine, installée en face de l'île de Noirnmoutier, dont elle est séparée par le goulet de Fromentine.


L’île de Noirmoutier est accessible depuis 1971 par un pont.
D’une longueur de 583 mètres, il enjambe le goulet de Fromentine pour relier l’île au continent.
On peut également accéder à l’île par le « passage du Gois » mais seulement à marée basse.
Elle est constituée de 10 hameaux et de quatre communes.
Sa longueur est d’approximativement 25 km et sa largeur varie de 500 mètres à 15 km.
L’île est souvent surnommée l’île aux mimosas pour sa douceur climatique permettant aux mimosas de pousser et d’y fleurir en hiver. Ses paysages dominants sont les marais salants, les dunes et les forêts de chênes verts.

Le passage sur le pont de Noirmoutier est toujours grandiose. Nous roulons doucement pour admirer les immenses sables de la côte Ouest de l'île, et le goulet de Fromentine que nous franchissons au-dessus d'une marée descendante. Vers le bas du pont, côté Noirmoutier, nous faisons une halte photos, pendant laquelle j'oublie de faire... des photos! Elle est bien bonne, celle-là. On distingue au loin les balises du passage du Gois encore dans l'eau. C'est superbe.

Ensuite, c'est la belle route, 4 voies. C'est ici que nous allons rouler le plus vite depuis le premier jour de la rando.
Il n'y a pas de circulation, et nous pouvons nous défouler un peu.
Un peu seulement, car Jean-Claude me dira que j'aurais pu rouler plus vite....

Nous voici donc à Noirmoutier, place du château. Bien sûr, il n'est pas question de faire le tour que j'avais prévu, compte tenu du retard accumulé depuis ce matin, mais c'est un plaisir que de se retrouver sur le port de Noirmoutier. D'un commun accord, nous décidons de nous installer à la terrasse d'un café, au soleil, pour étancher nos gosiers, et vider nos vessies...

Bruno vient de poser son beau destrier.

C'est ici que Patrick et Amy nous quittent. Ils entament doucement leur retour vers la capitale, en deux étapes. ils ont l'intention de faire halte aux environs d'Angers, et décident de partir maintenant pour chercher tranquillement leur logis du soir.

Au fond, on aperçoit les murailles du château de Noirmoutier, qui mérite une visite.

Les fleurs accrochées aux lampadaires sont splendides, et donnent un cachet particulier à cette petite place.

J'ai une fois de plus oublié de prendre des photos de notre groupe à la terrasse du café. Décidément, je suis incapable de faire deux choses en même temps, c'est soit photographe, soit organisateur, mais pas les deux. D'un autre côté, ça me rassure, car chacun sait que ce sont les cervaux féminins qui sont habilités à réaliser ce genre d'exploit!

Au moment de partir, nous apprenons que notre ami Jim, le grand randonneur Britannique, qui nous a offert ce pot.
Alors je te réitère ici mes remerciements, Jim, c'est très sympa de ta part.

Et maintenant que notre soif est apaisée, nous allons reprendre un peu de soleil. Direction, le Gois.

Le passage du Gois ou Gôa est une chaussée submersible située dans la baie de Bourgneuf entre l’île de Noirmoutier et Beauvoir-sur-Mer sur le continent dans le département de la Vendée en France. Il est praticable en voiture lors des basse-mer et est inondé deux fois par jour à marée haute. Il existe d’autres sites de ce type, mais le caractère unique du Gois est son exceptionnelle longueur : 4,5 km. La hauteur d’eau qui le recouvre à marée haute varie de 1,30 mètre à 4 mètres, suivant le coefficient de la marée.

La marée est assez basse pour nous permettre de passer.

Mais ça ne va pas empêcher Bruno de filmer!

En face, sur le continent, les maisons de Beauvoir-sur-mer.

Les pêcheurs commencent à envahir la zone que la mer découvre. Au loin, on aperçoit les éoliennes de Bouin.

Pas une minute de perdue. La mer se retire relativement vite.

Un petit coup de zoom.

La chaussée est encore humide. Au loin, la mer est encore bien présente.

En fait, le terrain descend en pente douce là-bas.

Les filles ne perdent pas de temps à papoter. Non, Béa, on ne bronze pas comme ça.

On aperçoit, au loin, Fromentine et sa belle plage. Et, regardez-bien, on voit le pont de Noirmoutier.

Plus bas, les manches, Béa... Et la chemise aussi! Regarde Josette et Annie.

Lui, il est obligé d'attendre quelques heures... Eh oui, mon pauvre vieux, elle est partie.

Bon, pendant ce temps, Jim est en train de nous dire au revoir. Il fait étape en Bretagne avant de rejoindre l'Angleterre.

Jim s'engage sur le Gois, pressé d'en découdre avec ce qui reste d'eau de mer sur les pavés.
Sous l'oeil médusé de la reine d'Angleterre, avec son chapeau rouge, qui visite incognito les îles Françaises...

On aperçoit Jim dans le flot... des véhicules quittant l'île de Noirmoutier.

Vue d'ensemble de la route. On voit toujours Jim sur son x9 500.

Les derniers rescapés que nous sommes restons là à flaner, photographier et papoter. Puis nous prenons la décision de traverser également par le Gois. Tous? Non, une irréductible Gauloise refuse absolument de mettre la moindre goutte d'eau salée sur sa monture. Le chrome doit briller! Mais de qui peut-il bien s'agir?

Vous avez deviné? Eh oui, c'est bien elle. C'est Béa, qui fait le tour par le pont, et nous rejoindra à Beauvoir-sur-mer.

Je marque une petite pause au mieu du Gois. Je n'étais pas venu depuis un moment, et je constate avec plaisir que la route a été extrêmement bien arrangée. Il n'y a plus les énormes pavés qui, s'ils participaient à l'attrait et à la spécificité de cette route submersible, n'arrangeaient pas, il faut bien l'avouer, les suspensions de nos véhicules. Jolly Jumper est passé bien des fois ici, mais c'est une grande première pour Pégase. Enfin, je pense, car peut-être y est-il venu avec son ancien cavalier?

Je marque une seconde pause alors que j'arrive au bout du passage.
En fait, c'est juste une excuse pour faire des photos de Jean-Claude et Annie qui arrivent derrière moi.

Coucou, les amis. C'est génial, non?

Aïe, j'ai bougé, mais ce n'est pas facile de maintenir Pégase tout en photographiant.

Voilà, ils sont passés devant. Nous arrivons maintenant à nouveau sur le continent.

 

 

C'est la dernière photo de cette splendide randonnée de trois jours avec tous ces motards et scootards qui, il faut bien l'avouer, sont devenus petit à petit des amis que j'ai grand plaisir à revoir régulièrement.

Il est déjà 18h30. Nous rejoignons Béa à Beauvoir comme prévu. Elle est déjà là à nous attendre, et lorsque je la questionne sur ce mystère, elle me répond que Bonnie avait grande envie de se laisser aller, après trois jours de "bridage"...

Je ne m'attarderai donc pas davantage sur cette réflexion. Nos amis nantais -David, Twicky et Mam'Soleil- nous quittent un peu plus loin, à Saint-Gervais, et partent vers les terres de la Loire-Atlantique par les petites routes. Bruno le Corrézien, qui est toujours avec nous -bravo, Bruno- nous quitte un peu plus tard à Challans. Josette a un peu mal au cou, le panier de Sandy appuyant depuis trop longtemps sur ses vertèbres cervicales. Un sac de pont serait certainement la solution idéale pour la petite chienne. Nous poursuivons donc tranquillement vers Le Château d'Olonne, par la campagne, en traversant les petits villages de l'Aiguillon-sur-Vie, La Chaize-Giraud, Landevieille, Vairé. Puis c'est la grande traversée de l'agglomération du pays des Olonnes, j'ai nommé Olonne-sur-mer, Les Sables d'Olonne et finalement Le Château d'Olonne. Jean-Claude et Annie restent avec nous. Ils ont leur camping-car dans la cour, et partent demain matin à 7 heures. Christian, Josette et Sandy -dans son panier- retournent pour leur part à leur hôtel à Talmont-Saint-Hilaire, ayant planifié un retour vers le Tarn en plusieurs étapes. Alors que nous roulions, et comme je déteste les fins de randos -n'est-ce pas, Lolo?- une idée m'est venue à l'esprit, que je propose aux derniers participants. Si nous allions manger ensemble, une pizza ou autre, de façon à terminer ensemble ce beau week-end, au lieu de manger chacun de notre côté? Tout le monde est d'accord, et nous prenons rendez-vous avec Christian et Josette vers 21 heures à Talmont. Pendant ce temps, je donne une petit coup de mains à Jean-Claude et Annie pour harnacher le x9 sur la remorque du camping-car.

C'est avec difficulté que nous trouvons enfin une pizzeria acceptant de nous servir, à cette heure tardive.... Merci à vous quatre, Jean-Claude, Annie, Christian et Josette, pour cette excellente soirée passée en votre compagnie. Et pour nous avoir offert avec tant de tact les repas de la journée, à Béa et à moi-même! Nous sommes très touchés par vos gestes.

 

Je termine ce récit en vous livrant les petits mots laissés sur le forum par les randonneurs, une fois arrivés chez eux. Car c'est la coutume, après une balade en scoot/moto, de confirmer le retour à la maison.

 

Bien rentrée ce soir à 17:45, ai même eu le temps d'aller voter
Super rando, temps impeccable, pas une seule goutte de pluie
Tu nous réorganise une rando quand tu veux JEF, c'était génial.
Une grosse bouffée d'oxygène cette rando, de bonnes odeurs, et la joie
de revoir toutes les têtes familières et nouvelles ....
vivement la prochaine !
Merci à nos 2 Géos et grosse bise à BEA (le côté pratique de JEF :-))
La suite plus tard
Babeth, enchantée

 

Bonjour Babeth
Très heureux de te savoir de retour sans encombres
Je me joint a toi pour remercier Béa et Jef
A très bientôt
Bisous a Clément
Kriss

 

Merci à Béa et Jef pour cette magnifique balade vendéenne; et merci à tous les participants
pour la bonne humeur générale.
Pirmil

 

Salut à tous,
Un petit coucou pour vous dire que nous sommes bien rentrés.
Partis vers 15 heures de St Gilles et arrivé un peu avant 20 heures à destination.
Le voyage a été un peu difficile du à la fatigue mais avec quelques arrêts, tout c’est bien passé.
Un grand merci à Jef pour son organisation, nous garderons de très bons souvenirs de la Vendée et de cette rando.
Un merci aussi à tous les participants dont la bonne humeur habituelle a été partagé par tous.
Enfin, une pensée pour Djédjé et Pascale qui n’ont pas eu de chance, 2
casses de poulie motrice qui les ont obligé
A nous quitter beaucoup plus tot que prévu.
Bon courage pour le rapatriement du X9
Les photos bientôt en ligne.
Encore merci à tous pour ce superbe WE.
Mimi et Tof

 

Merci pour cette rando Jeff,
merci à Pirmil et Looser pour le dépannage,
et merci aux autres d'être venus pour qu'on ai pu se retrouver ou se découvrir !

Djédjé

 

Ouf, ça y est je suis bien arrivé à 19H45. Pas de souci sur la route,
le SW s'en est donné à coeur joie sur l'autoroute et j'ai contourné les
orages. Même pas mouillé.. Enfin presque ! Parce qu'il y a eu une
panne de courant chez moi pendant mon absence et que le congélateur
s'est répandu dans la maison. Sympa comme arrivée.... J'vous raconte pas l'odeur...
Heureusement rien ne viendra contrarier le moral gonflé par la superbe
rando de Jef. Merci à lui et à Béa pour le super travail d'organisation.
Bon retour à tous.
Bises à Béa, Anny, Annie, Amy, Mimi, Josette... et à toutes les autres.
Didier, fatigué et le congélateur vide mais heureux.

 

Bonjour Jef et Bea , je suis bien arrive a ma maison sans encombre, si ce n' est
que le temps n' a pas été trop de mon cote surtout après St Jean D' angely.
Jusque là un temps superbe, et une bonne moyenne (2h30 pour 240Km). Mais après
la pose Pizza ciel couvert et j' ai suivi les orages jusqu' a Périgueux (pluie
sans vent ) et la moyenne et largement retombée si bien que je suis arrive a
00h45. Voila pour la retour. Merci a Vous deux pour ce magnifique week-end qui
nous a permis de découvrir ( et de revoir pour moi) de magnifiques paysages de
la Vendée. J' ai été content de revoir tous les autres participants et de
rencontre ceux que je ne connaissai pas. Vivement la prochaine et a la
"revoyure" a tous.... Si jamais vous passer dans ma superbe région qu' est la
Correze faite moi un petit coucou.
Un mot spécial pour Jérôme et Pascale, et j' espère que l' on vous reverra très
vite sur une rando et courage.... Bises a tous les deux....
M E R C I encor Jeff et Bea et a très bientôt ;-)))))
Bruno le Corrézien

 

Encore merci à toi Jef pour ce superbe WE et à ton assistante tres
précieuse...j'ai nommé Béa
qui a fait la moto balai durant tout le WE pour ne perdre personne.
Un "spécial thanks" au chef resto de la godille qui nous a appris une nouvelle
facon de cuisiner les saucisses de frankfort ;-)))))))
Tof

 

nous auusi on est bien rentrer , twicky , mam soleil et moi meme .
Retours par nos petites routes tranquilles.
un grand merci a Jeff et bea pour cette rando .
meme si je connaissais la vendee , j ai decouvert des petits coin sympa .
merci a tous les participants , que je rencontrais pour la premiere fois , mis
a part bruno avec qui j avais rouler en auvergne
petite pense a dje dje et sa femme , j aurais aime faire plus que les depanner provisoirement .
a une prochaine rando +++

David

 

Nous venons d'arriver aprés une longuuuuuuuuuuuue nuit à Angers (on a
failli rater le petit dej') Tout s'est bien passé et un grande merci à
Jef et Béa pour nous avoir fait partager leur passion pour la Vendée.
Un grand merci à tous pour votre accueil et vivement la prochaine.
Amy et Patrick

 

Les petits derniers viennent de rentrer sans encombres. Le MP3 a
ronronné sans broncher tout au long des 1600 km de bitûme avalés depuis le départ.
Après une bonne nuit (complète !) nous commençons à reprendre nos esprits.
Merci encore à Jeff et Béa pour leur chaleureux accueil et leur gentillesse.
La vendée n'a (presque) plus de secrets pour tous les participants !!
et Jeff a su nous donner envie d'y revenir.
Très contents d'avoir pu enfin poser des visages sur des noms fréquemment rencontrés sur le forum.
Côté resto mémorable de dimanche : j'y ai laissé mon chéquier, ce qui renforcera le souvenir…
...à moins que l'un d`entre vous ne l'ait retrouvé.
Message de Mychèle aux filles du groupe :
Un peu de féminité dans ce groupe d'hommes était bien agréable !!!
Message d'Alain à Béa :
Ma pelouse est bien haute, qu'est ce que je fais de l'herbe ??? :-))
Bon, manque plus que les photos....
Amitiés à toutes, à tous et au toutou.
Alain/Mychèle

 

Rosbif home
Je arrive chez moi 00:30 (UK), 1036miles, ~1660km. :)
Bon rando, merci Jef. :)

Jim

PS : Jim, quel humour! Rosbif home, c'est vraiment trop fort! Merci à toi.

 

Je viens de rentrer avec un retard de 3 jours suite à une prolongation de
rando à La Rochelle avec Josette ( et Sandy). Total : 1650 km.
Départ sous pluie d'orage pendant 150 km pour enlever les restes de sel du
passage du Goix puis 300 km sous le soleil et 30° pour tout sécher ( pilote compris).


Un grand merci :


A Jef pour son organisation, pour nous avoir fait partager sa passion de la
Vendée ainsi que pour sa bonne humeur constante.
A Béa de l'avoir si bien aidé et de nous avoir ouvert ses portes.
A Didier d'avoir fait un détour par la maison pour faire l'aller
ensemble.(Didier , il ne te reste plus qu'à faire les courses pour remplir le congélateur)
A Kriss de nous avoir reçu royalement et nous avoir permis de faire une étape très amicale ( la bise aux chiens ).
A Jean Claude et Anny d'avoir fait le maximum pour être des notres.
A¨Pirmil d'avoir fait le dépannage express por DjéDjé et son épouse, malchanceux et surmontant l'adversité.
A Looser ( véritable Mac Gyver du scoot)
A tous les participants pour leur bonne humeur.


J'ai eu plaisir à faire la connaissance des nouveaux venus ainsi que les plus anciens que je n'avais jamais vus.
Christian 81

 

 

La conclusion, je l'ai exprimée sur le forum de notre petit groupe.

C'est moi qui vous remercie :
- d'être venus (le masculin l'emporte sur le féminin, je ne mets donc pas le "e" des filles, mais c'était sensas d'avoir autant de
participantes)
- d'avoir emmené avec vous cette gentillesse et bonne humeur qui caractérise si bien nos randos.
- de m'avoir supporté sans rien dire -enfin...-, et pour certains pendant 3 jours
- Mention spéciale à ceux qui ont "tenu" jusqu'au bout, et qui ont même fait du rab', les pauvres. Mais ce fut un peu la cerise sur le gâteau.
Et, comme dit Lolo, "je déteste les fins de rando", tout simplement parce que les bons moments passent toujours trop vite.
Pour conclure,
- j'ai eu beaucoup de plaisir à vous préparer cette rando
- J'en ai eu tout autant à vous la faire vivre.


Donc, je crois bien que je suis déjà mûr pour une prochaine...!!!

Page précédente: Du bocage à la mer - 2ème jour
Page suivante: Préparation


Depuis le 06/06/2005 Visites:939598 Aujourd'hui :387 Maintenant:9 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)