20190516-17-a

Jeudi 16 mai 2019

Carte du trajet effectué le 16 mai 2019.

Nous poursuivons notre montée vers le nord-est, en essayant de rester sur le réseau secondaire. Sans rendez-vous chez mon frère, nous cheminerions bien davantage, mais il bosse, lui, et a quelques impératifs, le pauvre ! Il ne faut donc pas trop traîner non plus !

Nous avons dormi dans ce bosquet à gauche, près d'une petite rivière et à côté des champs occupés par des vaches. Bref, une halte champêtre, dans un calme absolu, à environ 500 mètres du village de Germagny, dans la Saône-et-Loire, région Bourgogne-Franche-Comté. Cette photo est prise depuis l'aire de services pour camping-car, sur laquelle nous sommes venus nous installer pour prendre le petit-déjeuner en plein soleil (nous y étions au soleil hier soir, mais à l'ombre ce matin). La photo suivante vous montre le paysage depuis le même endroit. Après avoir mangé, je refais le plein d'eau, vide les eaux grises (vaisselle, toilette) ainsi que la cassette des WC. Ces tâches font partie de mon boulot, surtout celle des WC, que Claudine me laisse sans discuter ! Je la comprends, ce n'est pas très "rose", mais il faut bien le faire ! En échange, elle me fait à manger, je trouve que le "deal" est plutôt à mon avantage, non ? Bref, la vie est belle en itinérance, nous adorons, car ce sont nos seules corvées...

Nous trouvons une magnifique randonnée à faire dans le secteur, mais il nous a été absolument impossible de poser Rouletabille : pas un seul emplacement au bord de la route ! Dommage. Du coup, nous poursuivons notre chemin à travers un joli paysage de campagne légèrement vallonnée, au milieu des vignobles de la côte chalonnaise, une des subdivisions du vignoble de Bourgogne, située de part et d'autre de Chalon-sur-Saône. Nous longeons la Saône lors de notre traversée de Chalons-sur-Saône (logique...), ce qui nous donne envie d'aller marcher un peu le long de sa berge.

C'est finalement près du hameau de Bougerot que nous posons Rouletabille, entre Sassenay et Gergy, pour nous dégourdir les jambes. Balade très plate, et plutôt courte (un peu plus de 4 km). La berge est très escarpée, et il ne nous est pas possible d'aller sur le bord. Le fleuve est large. Nous apercevons une longue péniche de très loin, alors que nous retournions vers notre maison : dommage pour les photos manquées. Nous rencontrons un couple belgo-hollandais venu de Strasbourg sur de magnifiques vélos... hollandais, avec lesquels nous échangeons quelques mots.

Je lis dans le journal de Claudie : "Bord de fleuve sans grand intérêt... passage de bateaux et péniches... cultures maïs... piste vélos...". Je dois admettre qu'elle a raison, mais c'était bien de faire marcher un peu nos petites "gambettes"...

Au final, nous restons manger sur place avant de reprendre notre route. Il fait chaud, nous devons ouvrir les écoutilles, et, avec les moustiquaires présentes sur chaque ouverture, c'est absolument parfait.

Juste après, nous découvrons que le Doubs se jette dans la Saône à Verdun-sur-le-Doubs, quelques km plus au nord. Malheureusement, nous n'avons pas le temps d'aller voir. Nous suivons la vallée de la Saône jusqu'à Auxonne via Seurre et St Jean-de-Losne, sans nous attarder dans les villages. Nous entrons alors dans le département de la Haute-Saône et caracolons en direction de Vesoul, à moitié endormis derrière le grand pare-brise, quand soudain, une splendide allée de platanes comme j'aime me sort de ma torpeur...

Nous arrivons à Pesmes, qui nous charme dans l'instant ! Il est 15 heures, nous n'avons plus envie de rouler, notre décision est prise immédiatement : le bivouac se fera ici, au bord de l'Ognon (c'est le nom de la petite rivière qui traverse Pesmes). Aussitôt dit, aussitôt fait, et quelques instants plus tard, nous partons à l'assaut du village historique, installé au sommet du rocher. Ce qui est incroyable, c'est que Pesmes porte les labels de "Cité de Caractère" et de "plus beaux villages de France" ! Quel hasard ! Suivez-nous...

Depuis deux ou trois ans, j'ai de moins en moins envie de visiter les églises, car les statues et les tableaux représentent toujours les mêmes sujets, forcément ! Mais là, dans l'église Saint Hilaire, ça valait le déplacement ! Statues et ensemble monumental en marbre, les personnages représentés sont des personnalités locales importantes. La richesse des détails est admirable !

Sans parler des nombreuses dalles funéraires ornant certains murs ou posées sur le sol.

Le clocher, "coiffé à la comtoise", est couvert de petites tuiles plates arrondies polychromes vernissées, que nous avons pu remarquer sur quelques églises en cours de journée.

Sur la façade d'une boulangerie, comme il se doit.

C'est donc ici que nous passons la nuit, dans un calme total, au bord de la rivière. Comme d'habitude, c'est sensationnel !

Vendredi 17 mai 2019

Carte du trajet effectué le 17 mai 2019. 170 km, c'est le double de ce que nous faisons lorsque nous sommes en mode "voyage". Mais ce soir, il nous fallait arriver chez "Momo", surnom donné à mon frangin par son épouse vosgienne Maryse, qui nous attendent pour dîner à... Lépanges-sur-Vologne, village connu de tous les français (les anciens) pour une célèbre affaire criminelle ayant longtemps défrayé la chronique !

Aujourd'hui, le ciel est partiellement couvert, et la chaleur s'est bien dissipée au cours de la nuit. Qu'à celà ne tienne, nous sommes en vacances et bien à l'abri des intempéries. J'ai toujours adoré ces grandes lignes droites lorsque je suis derrière un volant. Nous décollons vers 9h30. Dans le journal de Claudine, je peux lire ceci : "... sur le chemin, quelques beaux villages, particulièrement les clochers en dôme ou bulbe, trop difficile de faire les photos pour mon atelier dessin. Dommage !!!". Nous traversons Vesoul, puis Luxeuil-les-Bains, toujours en Haute-Saône, et sur les grands axes, avant d'entrer dans le département des Vosges. Nous reprenons alors les petites routes à partir du Val d'Ajol, près duquel nous faisons une longue pause repas suivie d'une belle sieste. Ben oui, quoi, la vie est belle, et prendre notre temps est un luxe que nous savourons !

Quelle joie de revoir la montagne vosgienne. La petite départementale 23 entre Le Val d'Ajol et Remiremont franchit le col du Peutet à 645 m. Stop : il n'est que 15h, une petite marche s'impose. Des sentiers pentus nous tendent les bras dans le Bois du Bosson.

Claudine est ravie. Il faut dire qu'il y a de quoi ! Nous avons aperçu une biche courant dans la forêt, puis nous nous sommes trouvés nez à nez avec un chevreuil qui nous observait, instants absolument magiques !

Quelques essais de macro avec mon nouveau joujou. Sur la photo suivante, je vous garantis que la bêbête est minuscule. Quelqu'un sait-il de quoi il s'agit exactement ?



Arrivée à destination vers 17h, retrouvailles et repas en famille. Joie de revoir mes neveux et leurs enfants, et pour Claudine de faire leur connaissance. Bonheur simple, très belle soirée, dodo dans Rouletabille comme il se doit, en lisière de la belle forêt vosgienne. Que du bonheur, comme toujours.

Page précédente: 20190513-15a
Page suivante: 20190518-19-a


Depuis le 06/06/2005 Visites:1258469 Aujourd'hui :176 Maintenant:6 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)