20190725-29

Du 25 au 29 juillet 2019 : Senja la grande île

Carte du trajet et des balades du 25 au 29 juillet 2019. Respectivement 26, 95, 142, 101, 38 et 144 km pour Rouletabille.

Les balades à pied ou en VTT sont de couleur orange.



Jeudi 25 juillet 2019

Claudine : spectacle grandiose sous nos fenêtres ce matin : le ballet très calme de 4 ou 5 dauphins qui vont et viennent dans le fjord sur 300 mètres environ et font quelques aller-retours. Nos voisins camping-caristes allemands sont en train de les filmer. On se décide à quitter ce lieu tranquille pour la grande ville de Finnsnes où nous devons faire le vide et le plein habituel (Rouletabille), quelques courses, et un passage à l'Office de Tourisme pour des infos sur les randos (accueil très sympathique, le jeune homme nous donne une très belle carte de l'île qui s'avèrera très utile).

Le fameux bateau de croisière norvégien Hurtigruten, que nous avons vu à Alesund et à Sortland, entre au port... Nous franchissons le pont et entrons à notre tour sur l'île de Senja.

Le ciel se charge, il fait très chaud et très lourd. Nous nous décidons malgré tout pour une balade assez tranquile et préconisée partout : le Parc National Anderdalen. Nos amis les sablais rencontrés dans les Lofoten l'ont faite, mais c'était pour eux une balade de mise en jambe, alors que les 14 km nous ont bien fatigués ! A ce propos, j'ai oublié de vous le dire, ils ont un blog que vous pouvez suivre ici. Ce sont de gros marcheurs, et nous ne sommes pas capables de faire ce qu'ils font, mais leur blog est très intéressant et écrit avec beaucoup d'humour. J'en profite pour les en remercier s'ils me lisent, car je ne parviens pas à mettre un mot sur leur livre d'or...

Donc, en couleur orange, le chemin parcouru. Vous noterez que nous avons suivi une variante à l'aller en longeant la rivière qui s'échappe du lac Andervatnet, but de la sortie. Il faut savoir que ce sentier se poursuit bien plus loin dans la montagne et permet de traverser Senja et la totalité du parc. Nous croisons quelques jeunes portant d'énormes sacs à dos qui, manifestement, partent pour plusieurs jours dans le "bush"... Le sentier est dans sa première partie extrêmement bien aménagé, presque trop "autoroute" à notre goût. Mais nous retrouverons le sentier typiquement norvégien environ 2 km plus loin... La pluie s'invitera au cours de la promenade, mais rien de bien méchant puisque nous resterons en T-shirts. Par contre, mouches, moustiques et taons étaient bien présents, et nous n'avons pu éviter quelques piqûres.... Je hais les insectes ! Le parc est magnifique, la forêt sublime comme toujours ici, avec toutes sortes de "verts", mais ça ne vaut pas une randonnée de type "sommet" tel que je les préfère : il y manque les grands panoramas... Je vous laisse admirer.

Nous nous trouvons un petit coin à l'écart de la route quelques km plus loin, car nous n'avons pas le courage d'aller plus loin ce soir. Il faut bien l'avouer : nous sommes "crevés" ! C'est toujours la même chose avec les p'tits vieux : ça se croit encore jeune, et au final... Et quand je pense qu'il y en a qui nous croient en vacances, j'te jure !



Vendredi 26 juillet 2019

L'île de Senja, très grande, est divisée en plusieurs parties administratives, respectivement, du sud vers le nord dans le sens des aiguilles d'une montre, Tranoy, Torsken, Berg, Lenvik. Cette île est extrêmement découpée en de nombreuses péninsules plus ou moins longues auxquelles je donne le nom de "doigts" par analogie avec les doigts d'une main, sachant qu'il y en a bien plus de 5 ! Nous avons envie, puisque le beau temps est avec nous, de tous les visiter, ce qui représente des allers-retours pour ceux qui se terminent en cul-de-sac, et bien des km... Mais comme chaque route, en Norvège, apporte son lot de merveilles incroyables, ça vaut toujours le déplacement. Nous commençons donc par Tranoy, au sud, et filons tout au bout du bout du doigt de Tranoy, à Skrolsvik, où nous posons Rouletabille, sur le port (ci-dessous). J'ai envie de bosser un peu, puisque des nuages non prévus recouvrent les montagnes. Claudine, pour sa part, va se balader dans le village, puis se fait une belle balade d'une dizaine de km sur la piste longeant la côte.

Des pêcheurs arrivent en bateau et se mettent à découper du poisson à deux pas de Rouletabille. Je sors du camion pour aller discuter avec eux. Ce sont des Lituaniens, ils sont trois, et me disent venir tous les ans une semaine ici depuis plus de dix ans. Ils viennent avec un "van" qu'ils mettent sur un train, et terminent la route en voiture. Ils repartent demain matin à 5 heures. Cette nuit, ils ont pêché tous ces poissons (du lieu noir) en une heure seulement ! Ils sont extrêmement sympathiques, et me disent de revenir avec Claudine en prendre un quand elle sera rentrée de sa balade ! Et effectivement, ils nous donnent (pas question de leur payer quoi que ce soit) un filet tout prêt. Plus tard, le troisième viendra au fourgon nous en donner un autre, entier, mais bien plus petit, qu'ils ont trouvé dans une de leurs caisses : c'est un lieu jaune.

A 18 heures, le pêcheur de droite sur la photo revient avec son épouse et nous invite à aller voir un fjord situé de l'autre côté du "doigt" avec le bateau qu'ils louent pour la pêche. Quelle gentillesse. Bien sûr, nous acceptons. Malheureusement, une forte brume s'est invitée là où il voulait nous emmener, le forçant à faire demi-tour en s'excusant ! Franchement, pas de quoi, merci Dallius (c'est son prénom) pour tout, ce fut merveilleux ! Il nous a montré le sonar avec les profondeurs qui ont varié de quelques mètres à 200 mètres, alors que nous sommes toujours restés proches de la côte. Il nous a dit pêcher dans des eaux à environ 400 mètres de profondeur. Photo suivante : nous venons de jeter les abats des poissons pêchés, et les mouettes se précipitent, très beau spectacle ! Ci-dessus, en bleu clair côté gauche, la trace de la deuxième partie de cette escapade (j'avais oublié de mettre le GPS en route, désolé). Je pense que nous avons fait environ 25 km de mer.

Nous venons de faire demi-tour près de la petite île que vous voyez au premier plan. Nous voyons des macareux moines passer près de nous au raz de la surface de l'eau, et de grandes quantités d'autres oiseaux, c'est féérique ! Au loin, le "doigt" suivant de Senja...

Nos hôtes lituaniens... Du coup, puisque nous sommes ici parfaitement bien et en plein soleil, nous décidons de rester là cette nuit et de préparer la sortie de demain. Ciao ciao à nos nouveaux amis, et bon voyage de retour.



Samedi 27 juillet 2019

Une brume très épaisse recouvre tout Skrolsvik ce matin, le port est dans le nuage ! Nous prenons donc notre temps. Nous avons trouvé une belle randonnée à faire sur Tranoy. Il est dix heures lorsque nous quittons notre petit hâvre de paix, et la brume semble bien vouloir se lever. Il faut dire que M. Météo norvégien, j'ai nommé YR.no, nous promet une tempête de ciel bleu pour toute la semaine ! Et effectivement, en arrivant à "A", le ciel bleu est en passe de gagner la bataille.

La deuxième trace bleu-clair (même photo que la sortie en bateau), est donc celle de notre rando du jour. D'un peu plus de 7 km, elle nous conduit au sommet du Lonketind, 840 m de dénivelé positif, à travers un peu de marécages, un joli bois, puis une longue montée progressive dans la pierre. Tout en montant, nous aurons derrière nous les îles Andorja et Rolla, visitées voici quelques jours, et les Vesteralen, ainsi que le continent norvégien. Et au sommet, un 360 ° vertigineux. Une fois de plus, les photos en contre jour, peut-être aussi la luminosité extrême, me laissent un goût amer quant à notre production photographique, en comparaison du spectacle que nous avons vu. J'espère que ça vous donnera quand même envie de venir car, croyez-moi sur parole, c'était infiniment plus beau que sur les images ! Ci-dessous, le très beau sommet que nous avons vaincu !

Nous sommes maintenant dans le pierrier sommital. Je monte plus vite que Claudine, mais j'ai besoin de souffler beaucoup plus souvent qu'elle, qui marche plus régulièrement. Quoi qu'il en soit, mes arrêts me permettent de faire des photos tout en reprenant mon souffle !

En arrivant au sommet, la vue de l'autre côté de Tranoy : le littoral ouest est encore sous la brume. Au premier plan en bas à droite, c'est le Blyfjorden. Derrière, vers le nord, les lignes de crête des "doigts" de Senja s'enchaînent les unes derrière les autres ! C'est absolument grandiose !

Stop, Claudine, tu n'es pas obligée de monter sur ce cairn instable, et plutôt mal placé. En effet, derrière, c'est le vide, et il nous empêche de faire un 360 ° complet, dommage. Sur les photos suivantes, le tour d'horizon.

Au loin, c'est la longue, longue ligne des montagnes de l'île de Andoya, Vesteralen, au bout de laquelle nous avons escaladé le Matind et vu cette splendide plage encastrée entre les montagnes... C'était le 14 juillet, et déjà... Souvenirs souvenirs....

Et voilà, fin du tour de table. C'est l'heure de casser la croûte, à tout-à-l'heure !

Retour vers le plancher des vaches, heu, des trolls. Entretemps, la brume s'est presqu'entièrement évaporée, nous laissant voir la mer remplissant les cuvettes. Magique. Justement, à propos de magie, j'ai trouvé un tapis volant, et j'ai voulu l'essayer, mais un troll l'a figé sur place et... il ne bouge plus. Dommage...

En face, Andorja et Rolla. Nous retrouvons très nettement la ligne de crêtes que nous avons grimpée le 23 juillet. Nous adorons retrouver ainsi les lieux où nous sommes passés, où nous avons crapahuté !

Ah les mouches, ces sales mouches. Elles nous ont également accompagnés au cours de cette rando. Parfois, pour prendre une photo, il me fallait m'y reprendre à plusieurs fois : il y en avait sur l'objectif, sur mes mains, sur mon nez... Ici, on devine l'une d'entre elles qui passe devant l'objectif, faisant une trace floue au niveau de l'épaule de Claudine. Je vous montre quand même la photo qui donne une bonne idée du magnifique bosquet traversé ici.

Nous décidons d'aller chercher un bivouac sur le Selfjorden, de l'autre côté de notre péninsule de Tranoy. Une route traverse le "doigt" de part en part et, comme toujours, c'est prodigieux de beauté. Ci-dessus, à droite, le Lonketind que nous venons de vaincre, hi hi.

C'est finalement dans le village de pêcheurs de Rodsand, devant ces montagnes incroyables, situés sur le "doigt" suivant de Senja, sur l'autre rive du Selfjorden, que nous posons Rouletabille pour la nuit. Claudine aperçoit un aigle de mer, qui se laisse glisser majestueusement dans les airs, et que l'on voit sur la photo suivante.

Après l'aigle, c'est le dauphin que nous voyons prendre sa respiration au milieu du fjord !

Et juste après, nous entendons et devinons des centaines de petits poissons sautant hors de l'eau, pourchassés par de plus gros, invisibles ceux-là. Entendant le bruit, des mouettes se précipitent elles aussi à la curée. Incroyable !

Ce soir, nous mangerons le lieu jaune donné par nos pêcheurs lituaniens. Délicieux ! Une nouvelle journée magique se termine, juste assombrie par le fait que, désormais, de nouveau, le soleil se couche... Comme le temps passe vite !



Dimanche 28 juillet 2019

Claudine écrit. Aujourd'hui, on se remet de notre rando d'hier... donc du tourisme, de la route. On va découvrir le petit village que l'on apercevait hier soir depuis notre bivouac : Flakstadvag, situé de l'autre côté du Selfjorden. La route est splendide avec de jolis points de vue sur différents monts, fjords, cascades, rivières, plages, tout cela dans le Parc National Anderdalen. Mais, mieux que des discours...

Flakstadvag. Et toujours ces montagnes aux formes incroyables, plus spectaculaires les unes que les autres. J'aimerais toutes les escalader, mais 100 vies n'y suffiraient pas, chaque doigt en est couvert ! Nous faisons une petite marche sur le littoral et discutons un peu avec un local qui nous donne des tuyaux pour escalader celles-ci qui, selon ses dires, sont plutôt faciles... ! Ce hameau est naturellement un cul-de-sac au bout de la 243 que nous devons refaire dans l'autre sens. Qu'à celà ne tienne, les formes des montagnes sont totalement différentes, et nous prenons notre pied. Au bout de la 243, nous tournons à gauche sur la 232 qui nous conduit au bout de la péninsule suivante, composée de 3 doigts, qui longe 3 fjords, et finit, elle aussi, dans un cul-de-sac appelé Grunnfarnes ! Eh oui, la démesure, je vous avais prévenus, ce pays est inimaginable. Allez, au-delà des mots...

Après le village, une piste... Nous la suivons jusqu'au bout. Une place assez large pour Rouletabille, au bout du fjord, face aux montagnes, et à l'océan. Au-delà, un sentier conduit à une incroyable aire de pique-nique, avec barbecue incorporé, table et bancs disposés en cercle, tout y est, dans un cadre... heu, je vous laisse le choix de l'adjectif, je n'en ai plus pour exprimer la beauté. Sur la photo suivante, vous pouvez voir Rouletabille qui se la coule douce ces temps-ci... Et la dernière photo représente ce que nous voyons à travers la fenêtre de notre salle-à-manger... Oui, je sais...



Lundi 29 juillet 2019

Petit lac de Grunnfarnes, la mer est à droite ! Nous poursuivons la visite de Senja. Pour aller sur la péninsule suivante, Torsken, il nous faut retraverser le parc Anderdalen, traverser des tunnels, longer des lacs, des fjords, des montagnes, des plages, des îles... et suivre la 86 jusqu'au bout du bout, Torsken, pour retourner et s'arrêter manger à... Gryllefjord, sur le... Gryllefjorden, naturellement. Place aux images...

Gryllefjorden...

Ma chérie m'offre une pizza et une bière locale à Gryllefjord. Il y a de l'animation, car d'ici part le ferry qui vous conduit sur les Vesteralen à Andenes... Nous avions préféré la route, et nous avons bien fait ! En face, sur l'autre rive du fjord, ces montagnes...

Cul-de-sac oblige... Demi-tour, fond du Gryllefjorden.

De l'autre côté, mer ouverte, large baie avant le "doigt" suivant. Premier hameau, minuscule, quelques maisons, une grande plage. L'envie de marcher sur le sable. Il fait toujours beau, mais le vent a forci et fait chuter les températures. Qu'à celà ne tienne. C'est... Grandiose ? Voyez vous-mêmes....

Puis c'est la baie de Hamn, la Hamnevika, et ses quelques dizaines d'îlots... paradisiaques. Une petite excursion d'un kilomètre à peine nous propulse sur un point de vue à une centaine de mètres d'altitude pour les admirer.

Rouletabille est posé sur le parking à l'écart de la route. Nous n'avons pas envie de bouger. Café, petits gâteaux, lecture, PC... La vie est belle, restons-en là.

Mille mercis à ceux et celles qui se sont manifestés, ça m'a fait extrêmement plaisir de vous lire et d'avoir de nouveau de vos nouvelles. C'est vraiment très très très sympa de votre part, et je suis heureux que ça vous fasse plaisir de suivre notre voyage de cette façon. Très amicalement.

Page précédente: 20190719-23
Page suivante: 20190730-31


Depuis le 06/06/2005 Visites:1235675 Aujourd'hui :344 Maintenant:9 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)