20190801-04

Du 1er au 4 août 2019 : Senja la grande île

Carte du trajet et des balades du 1er au 4 août 2019. Respectivement 19 et 75 km pour Rouletabille.

Plus une balade à pied en rouge. Et 3 nuits passées devant une plage, en haut à droite.



Jeudi 1er août 2019

Journée de repos aujourd'hui, avant d'affronter le voisin de Segla, vous savez, Hesten, le sommet dont je vous ai parlé hier. Vous les verrez tous les deux sur la photo suivante, véritables phares au-dessus du Mefjorden. Vous les reconnaîtrez facilement sur les photos suivantes, je les ai beaucoup photographiés car je les trouve très jolis. Donc, nous longeons le Mefjorden, déjeunons sur un magnifique emplacement en face de ces deux montagnes, et finalement allons installer notre bivouac à Mefjordbotn, donc au fond de ce fjord, face à un poste idéal pour la pêche. Mais le ciel s'assombrissant en fin de journée, avec la levée d'un vent fort, je ne tenterai pas le lancer...

Délicieux repas préparé par ma chérie Claudine, le poisson donné par Dallius roulé dans la farine et frit avec de l'huile d'olive : quel régal ! Photo suivante : en route vers Mefjordbotn.

Excellente vue de Hesten et de Segla, sur laquelle je peux vous montrer le chemin que nous allons faire demain (sur la photo suivante, tracé réalisé après la rando !).

Le ponton de Mefjordbotn, sur lequel j'avais plus ou moins l'intention de pêcher, mais que j'ai finalement trouvé bien trop occupé mon goût. Nous avons vu de splendides méduses dans l'eau (photo suivante).

Petite photo du bivouac faite le lendemain matin avant de reprendre la route.



Vendredi 2 août 2019

Debout à 7 heures, Claudine veut que nous soyons de bonne heure sur place. Le départ de l'ascension se fait dans le petit village de Fjordgard, situé au milieu du fjord suivant, appelé Ornfjorden, et qui débouche dans un plus grand fjord appelé Oyfjorden. Donc vous l'avez compris, surtout en voyant les photos que je vous ai montrées hier, qu'il n'était pas possible de démarrer côté Mefjorden : ce sont des murs de pierre tombant directement dans la mer, et on ne peut les attaquer que par l'arrière ! Photo suivante : Breidtinden, la superbe montagne dominant Mefjordbotn où nous avons passé la nuit.

Arrivée sur le Ornfjorden. Il faut passer par trois tunnels, dont deux forts étroits, avant d'atteindre Fjordgard, et nous sommes contents de les prendre si tôt, car nous n'y croiserons personne. Ci-dessous, arrivée à Fjordgard. En face, Segla et, à droite, Hesten, notre but. Je dois vous dire que nous sommes quelque peu stressés, car nous avons lu beaucoup de compte-rendus qui la décrivent comme une rando difficile. En fait, elle est sincèrement courte et facile, sauf sur la fin, pour moi, car j'ai assez facilement le vertige et je n'aime pas trop me sentir en danger.

Départ de la rando. Segla domine le paysage côté gauche. Nous rencontrons une famille de touristes russes de St Pétersburg, un couple et deux enfants, qui démarrent juste derrière nous. Elle, Natalia Egorova (egorova.art sur Instagram), est une grande artiste peintre, et une très bonne randonneuse. Très sympathiques et parlant bien anglais, nous discuterons plusieurs fois ensemble au cours de notre balade.

Nous rencontrons ici un norvégien de Bergen qui a passé la nuit sous sa tente, encore montée. Super sympa, il nous fait part d'une suggestion très intéressante : aller d'abord vers le fjord, puis longer la corniche et grimper au sommet, pour ensuite redescendre par l'autre côté, ce qui constitue une boucle (que je vous ai tracée hier sur la photo). Nous suivons son conseil, les russes également.

Claudine en approche de la corniche, avec Segla désormais sur sa gauche. Photo suivante : côté droit, en levant la tête, nous voyons la masse imposante de Hesten, notre but, et son gros pierrier, que nous allons contourner par la gauche et la corniche. Bien entendu, derrière la corniche, c'est le vide, le plongeon sur le Mefjorden... Au-delà de la corniche, on voit les montagnes situées au-dessus de l'autre rive du Mefjorden.

Derrière moi, le Ornfjorden, et l'autre bras du Oyfjorden appelé Traelvika, et naturellement Fjordgard en bas à droite, d'où nous sommes partis. Photo suivante : nous approchons de la corniche, les eaux du Mefjorden sont visibles, et Segla nous dévoile son fabuleux profil, celui qui se trouve en page de garde de tous les magazines traitant de Senja. C'est en effet la montagne la plus emblématique de l'île, celle que tout le monde veut voir et/ou gravir. Plus loin, admirez la corniche plus en détail : ça fait froid dans le dos...

Je vous le disais : ça fait froid dans le dos, et dire qu'il faut maintenant grimper jusqu'au sommet de Hesten en suivant cette corniche. Claudine n'est pas peureuse et ne connaît pas le vertige, mais elle me fait peur. Pour ma part, je grimpe en crabe, assez prêt pour admirer le spectacle, mais en même temps le plus loin possible du bord pour poser mes pieds.

Ce qui ne l'empêche pas de serrer quand même les fesses... En face, au bout, le village où nous avons dormi avant-hier soir, Mefjordvaer, et plus près, Senjahoppen.

Après cet intermède, nous reprenons notre ascension en bordure de corniche. Les russes nous ont doublé, Claudine est devant, je suis désormais bon dernier, et me demande comment nous allons franchir les murs de roches du sommet de Hesten. Bon, nous verrons bien, mais à ce moment précis, je ne suis pas trop tranquille. Puis je double de nouveau Claudine qui n'hésite pas à surplomber le vide. Franchement, elle me fait peur, mais elle semble totalement rassurée ! Puis finalement, je me dis que, si elle tombe, elle n'aura pas le temps de souffrir, c'est le plus important !

Comme je le pressentais, le chemin prend une tournure inquiétante, les marches sont de plus en plus hautes pour franchir les énormes blocs rocheux sommitaux. Notre randonneuse russe n'hésite pourtant pas et s'y engage avec son sac à dos, tandis que son mari et leurs deux enfants suivent un autre sentier qui descend en longeant la paroi. Je les suis, et demande à Claudine de ne pas tenter, car je sens bien qu'elle a envie de poursuivre vers le haut ! Regardez les blocs sur la photo suivante : j'évite de faire du bruit, de peur que ça ne déclenche un éboulement, hi hi hi... Admirez en passant l'arête de la montagne qui suit le Hesten perpendiculairement au fjord : splendide, non ? C'est le Stavelitippen.

Arrivés en bas de la masse rocheuse du sommet du Hesten, nous retrouvons le sentier montant lâché à l'aller. Il attaque les gros blocs en s'y faufilant de façon plus ou moins exposée sur le flanc gauche. Le russe avait l'intention d'attendre son épouse ici, ne voulant pas engager les enfants par là, mais Claudine a la pêche, et décide d'y aller. Du coup, après mûre réflexion (du genre : que peut-il m'arriver, pourquoi tomberais-je, etc...), je m'engage à mon tour dans la passe. En me retournant, je m'aperçois que notre ami russe s'y lance lui aussi avec ses enfants. Vous connaissez le viel adage : plus on est de fous, plus on s'amuse !

Vous avez vu la joie de Claudine en arrivant au sommet. Je ne vous cache pas que je commence aussi à avoir la banane, car je sais que je vais y arriver moi aussi. Et voilà, nous y sommes : Segla à mes pieds, sur ma gauche puis derrière moi finalement et, en face, au-dessus, ce que nous ne pouvions voir puisque le Hesten nous le cachait : l'embouchure du fjord dans toute son ampleur, les crêtes suivantes, et surtout, sur la photo d'après, le magnifique complexe Midtre Kongen et Svartevasstind avec, en bas sous nos pieds, la fantastique vallée Korkedalen, qui tombe sur le fjord suivant Oyfjorden. Vous verrez ça sur les photos qui suivent, nous savourons notre bonheur. Tout le monde se prend en photo, d'autres randonneurs arrivent, nous sommes tous très heureux, tout le monde se congratule, c'est merveilleux.

Svartevasstinden, Korkedalen, embouchure du Oyfjorden, pointe Flugeneset. Grandiose ! Et derrière nous, photo suivante : Segla à droite, Fjordgard en bas, Ornfjorden, et le grand Keipen, 938 m... Quel spectacle, les amis !

Ci-dessus Traelvika et Ornfjorden, Fjordgard en bas naturellement, et Stavelitippen à gauche.

Les crêtes au-delà du Hesten, le Mefjorden se jetant dans la mer de Norvège, Mefjordvaer au bout sur l'autre rive...

Zoom sur le col au pied de la crête du Stavelitippen. Nous redescendons par ici, bien entendu, et Claudine est déjà partie. Photo suivante, de nouveau la Korkedalen dans son ensemble, et son magnifique petit lac supérieur, une vallée suspendue comme je les adore !

Le Hesten que nous venons donc de gravir, et de redescendre. On voit très nettement, côté gauche vers le haut, le couloir suivi pour le vaincre ! Photo suivante : Segla dans toute sa grandeur, et Claudine entamant la descente finale vers Fjordgard.

Au loin, peu avant d'atteindre Fjordgard, nous voyons très nettement l'île Husoy, au milieu du Oyfjorden. Nous y allons, mais faisons une halte douche et repas sur le plateau que nous traversons avant d'atteindre l'avant-dernier doigt de Senja.

Voici donc Husoy. je laisse Claudine aller s'y promener pendant que je m'amuse sur mon PC avec nos photos. Je n'ai plus envie de marcher et, il faut bien l'avouer, je suis déjà venu ici en 2012 avec la Kangoo... Claudine fait quelques photos que je vous livre ci-après.

En quittant Husoy, nous apercevons au loin nos deux montagnes touchées du doigt ce matin, au-dessus de Fjordgard : Segla à gauche et toute la crête montante et le sommet de Hesten à droite, comme vous les aviez bien entendu reconnues, Traelvika au premier plan et Ornfjorden au fond, devant le village de Fjordgard, comme il se doit ! En zoom sur la photo suivante, pour que ce soit bien clair pour tout le monde, hi hi hi...

Nous retraversons ensuite cette péninsule pour aller au bout de la suivante, à Laukvik, qui marque pratiquement pour moi la fin de Senja, en ce sens que le dernier doigt est presque plat et présente, pour ma part, peu d'intérêt. Ici, prequ'au bout de la route, nous trouvons un spot remarquable, sur une petite plage de rêve, et décidons de bivouaquer ici. Il y a déjà deux camping-cars, une voiture, un van, mais le lieu est magique. Nous descendons sur la plage et allons faire un petit tour sur la grosse roche voisine, saluons nos voisins allemands, et rentrons dans nos appartements.



Samedi 3 août 2019

Tempête de ciel bleu, nous n'avons pas trop envie de bouger. Notre voisin allemand, pêcheur avec un zodiac, nous dit avoir beaucoup de poisson, et nous en donne. Je vais ramasser des berniques pour mon repas de midi. Claudine va se promener sur le petit mont jouxtant le nôtre pendant que je reste m'amuser sur mon PC. La vie est enchanteresse, c'est merveilleux.



Dimanche 4 août 2019

Pierre, notre voisin allemand, m'avait dit hier qu'il sortirait son bateau aujourd'hui, et m'a dit : "si tu veux du poisson, dis-le moi, car sinon je ne prends que ce dont j'ai besoin, il y en a toujours !". Je dis ok, l'aide à mettre le bateau à l'eau. Il revient vers 13 heures, j'essaye de l'aider dans la préparation, mais il en fait 15 pendant que j'en fais deux. Des voisins suisses nouvellement arrivés viennent discuter, il leur en donne aussi. Pierre est très généreux, merci à lui pour sa grande gentillesse. Le soir venu, son épouse et lui nous invitent dans leur camping-car à venir boire un verre de vin. Nous y allons vers 18h45 et en sortons à 22h30... Adorable soirée, que du bonheur ! Bien entendu, nous restons ici une troisième nuit, départ demain matin. Ciao ciao.

Page précédente: 20190730-31
Page suivante: 20190805-08


Depuis le 06/06/2005 Visites:1258351 Aujourd'hui :58 Maintenant:8 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)