20190809-14

Du 9 au 14 août 2019 : Kvaloya - Alpes de Lyngen

Carte du trajet et des balades du 9 au 14 août 2019. Respectivement 73, 23, 114, 197, 30 et 62 km pour Rouletabille.

Plus 5 randos à pied (rouge épais), 3 petites et 2 grosses.



Vendredi 9 août 2019

Notre but est d'aller voir la partie sud de Kvaloya, au-delà du Ersfjorden. La météo est très moyenne, ce qui ne nous donne pas vraiment envie de nous lancer dans une grosse randonnée. Avant de partir, nous descendons faire quelques photos sur le rivage de ce magnifique spot.

Voici le Ersfjorden, vu depuis le village situé au fond du fjord et logiquement appelé Ersfjordbotn. La dernière montagne à droite est celle que nous avons tentée hier, pour vous situer les lieux. Il y a un petit sommet avec un belvédère appelé Nattmalsfjellet, situé à gauche de cette photo, et que nous décidons de faire : 4 km aller-retour avec une belle grimpette, ça va nous dégourdir les jambes. Je vous laisse regarder.

J'inscris nos noms sur le petit carnet comme il se doit lorsqu'il y en a un, en ne manquant pas d'y mentionner le site internet : ce serait rigolo de recevoir un message suite à ça, mais ce n'est pas encore arrivé ! Donc à gauche, le Ersfjorden, et à droite le Kaldfjorden, par lequel nous sommes revenus de la partie nord-ouest de Kvaloya. Sur la photo suivante, on voit très bien l'île de Sessoya qui se trouvait hier à nos pieds lorsque nous escaladions le Skamtinden.

Et ci-dessus la vue vers le sud-ouest sur la magnifique vallée Kattfjordeidet que nous allons suivre via la route 862 que vous voyez sur la droite, et qui fait le tour de la partie sud de Kvaloya. Justement, admirez, sur les photos suivantes , le paysage que nous avions en traversant cette vallée !

La route longe ensuite un fjord étroit, le Nordfjorden, dont la partie nord se termine en cul-de-sac au village de Vasstrand. Depuis Vassstrand, nous apercevons les "doigts" de Senja et le spot où nous sommes restés trois nuits sur une petite plage (photo suivante) !

Finalement, nous nous posons sur le Kattfjorden, en face du village de Vasstrand (ci-dessus et photo suivante). L'endroit est idyllique pour tenter une petite partie de pêche, sans parler du spectacle visuel, comme vous pouvez le voir. Claudine pour sa part s'essaye aux moules : elle en pêche une dizaine et les fait cuire pour "voir" avant de se lancer dans une pêche plus conséquente : raté, elles sont pleines de sable. Pour ma part, gagné : je pêche un splendide maquereau, un de mes poissons préférés en ce qui concerne le goût. Hum, comme ça va être bon !



Samedi 10 août 2019

Nous nous sentons bien "flemmards" ce matin. Du coup, on traîne tellement qu'il est déjà 10h30 lorsque nous démarrons. Il fait un temps parfait, mais nous n'avons pas envie de faire une grosse escalade, et ça tombe bien car, juste un peu plus loin, un petit sommet domine le petit archipel situé autour de l'île de Sommaroy. C'est le rendez-vous préféré des habitants de Troms aimant les plages, car les îles sont toutes entourées de sable blanc. En face, nous voyons très nettement Senja et les derniers "doigts" que nous avons visités voici quelques jours, ainsi que le fameux spot de trois nuits successives... Regardez.

J'ajoute nos noms sur le petit carnet situé au sommet, face à Senja. On aperçoit même, tout à droite, le doigt de la péninsule de Gryllefjord ! La promenade fait moins de 4 km, mais ça nous suffit pour aujourd'hui.

La vue pendant notre descente sur les rochers tout ronds limés par les glaciers. On aperçoit Rouletabille en bas sur la 862 le long du Kattfjord. On se pose manger un peu plus loin, puis, incroyable mais vrai, nous retournons sur notre bivouac d'hier soir.

J'ai envie de m'amuser encore avec le lancer, mais cette fois, je "rentrerai" bredouille ! Ceci dit, peu importe : nous sortons nos chaises et lisons : avouez qu'il serait bien mal placé de se plaindre !



Dimanche 11 août 2019

Un couple de français et leur fille, de Strasbourg, sont venus s'installer près de nous hier soir. Ce matin, nous avons fait connaissance, et avons discuté pendant plus d'une heure avec eux, une très belle rencontre. Ils ont trois semaines devant eux pour rentrer à Strasbourg, nous leur souhaitons un merveilleux voyage de retour. Aujourd'hui, le ciel est plutôt tristounet, ce sera donc une journée de route vers les Alpes de Lyngen.

Tromso, dont nous ne verrons finalement que ça ! En fait, la route passe sous la ville (tunnel), et les parkings sont loin. Or, ce que nous avons lu sur cette ville ne nous emballant pas vraiment, nous préférons retourner dans "nos" montagnes et nos fjords...

Les Alpes de Lyngen recouvrent deux péninsules, chacune d'entre elles se terminant par des cul-de-sacs, du moins si l'on ne veut pas prendre de ferries, ce qui est notre cas. Nous allons d'abord explorer la péninsule ouest, qui se termine à Breivik au bout de la route 91. Cette sur cette route, devant cette splendide montagne, que nous déjeunons. En regardant nos cartes, nous découvrons un sentier qui mène jusqu'à la rivière Breivikelva, laquelle se jette au bout de la 91 dans le Ullsfjorden. Allons voir ça de plus près ! C'est très sauvage, et nous nous sentons tout petits dans ces immensités. Or, ce qui est incroyable, c'est de "tomber" sur des cabanes au mileu de la forêt, en bord de rivière, habitées par des chasseurs-pêcheurs qui viennent ici passer quelques jours ou carrément leurs vacances ! Pourtant, le sentier est, par moments, à peine visible parmi les herbes, comme vous pourrez le voir sur les photos. Nous faisons demi-tour à la jolie passerelle, au terme d'une balade à la fois enchanteresse et mystérieuse d'un peu plus de trois kilomètres.

Voici l'embouchure de la Breivikelva dans le fjord. Ici, un ferry permet de le franchir (le fjord, photos suivantes) pour arriver directement sur la partie nord de la deuxième péninsule de Lyngen. Cette dernière est séparée en deux blocs par le Kjosen. En ce qui nous concerne, nous voulons visiter le Sorfjorden, ce qui correspond à une rallonge de près de 100 km, mais peu importe ! Ce sera donc l'exploration complète de la route 51.

Pendant la traversée de la vallée Nakkedalen, nous longeons un lac incroyablement beau niché au creux de montagnes imaginables seulement en Norvège ! Malgré un ciel gris, c'est sublime.

Puis c'est la descente sur le fjord Sorfjorden, long et étroit. Une route à gauche qui mène à un village terminal, une route à droite qui conduit à un autre hameau final : bref, deux cul-de-sacs, pour changer ! En face, nous voyons les glaciers des hautes montagnes de Lyngen (entre 1.500 et 1.850 mètres), celles de la partie sud de la deuxième péninsule. Il nous manque le soleil, quel dommage ! Nous commençons par la droite, donc direction sud. Ci-dessous, l'église de Sjursnes.

Les pierriers dévalant les pentes des montagnes de la rive opposée me sidèrent, et j'ai bien du mal à les quitter des yeux tellement j'adore ce type de montagnes. Nous nous posons quelques centaines de mètres plus loin, car la lumière est terne, et il fait déjà sombre ! C'est assez incroyable de constater à quelle vitesse nous avons perdu la luminosité si enchanteresse du nord. L'été avance très vite, et ça "sent" déjà l'automne. J'ose le dire : winter is coming !

Alors que chacun vaque à ses occupations (Claudine bouquine, je trie mes photos), une femme s'approche de Rouletabille, hésitante. Nous comprenons qu'elle voudrait nous parler, et, bingo, c'est bien ça. Une norvégienne parlant vraiment très bien le français, institutrice dans ce village. Elle restera discuter avec nous pendant plus d'une heure. Grande voyageuse, parlant plusieurs langues, ayant vécu dans plusieurs pays, elle est absolument incroyable : une rencontre riche et rare, merci à elle d'être venue nous voir.



Lundi 12 août 2019

Poursuite de notre route 51 le long du Sorfjorden en direction du sud. Elle est étroite, mais la circulation étant proche de zéro, tout va bien. Ici, nous ne sommes pas dérangés par les camping-caristes et autres touristes, car nous sommes bien en dehors des routes classiques. La lumière est toujours mauvaise, et les contre-jours sont omniprésents : du coup, les couleurs ne sont pas au rendez-vous, mes photos sont moches, je suis désolé et j'espère que vous aimerez malgré tout ces montagnes qui sont, pour moi, parmi les plus belles de Norvège.

Nous voici arrivés au bout du chemin, c'est ici que nous faisons demi-tour pour rejoindre maintenant le point le plus au nord, de l'autre côté !

Et voilà Skarmukken, le village marquant la partie finale du Sorfjoden, là où il se jette dans le Ullsfjorden. Alors que je descends sur la plage, je dérange un groupe de mouettes qui s'envolent dans toutes les directions avec force cris... Le lieu est magique, et il restera longtemps gravé dans ma mémoire !

Derrière nous, la montagne. Devant nous, la plage, le fjord, le goémon, les mouettes, les bateaux de pêche. Et de l'autre côté, d'autres montagnes, des glaciers... Oh là là, incroyable, inimaginable Norvège, qu'il faut absolument voir pour y croire tant c'est au-delà de toute description !

Demi-tour effectué, fjord quitté, nous traversons de nouveau la péninsule et la belle vallée. Arrêt obligatoire sur les rives du fameux lac Nakkevatnet pour tenter de meilleures photos avec un peu de ciel bleu.

Retour maintenant sur la 91, le long de laquelle nous avons mangé hier midi, pour rejoindre la E8, partiellement en deux fois deux voies, avec une autorisation de rouler à... 90 km/h ! Oups, ça faisait longtemps que Rouletabille n'avait pas atteint de telles vitesses, il s'éclate !

Arrêt repas au pied de montagnes... heu... comment dire ? Majestueuses ? Nous retrouvons alors le fjord qui conduit à Tromso vers le nord, mais que nous descendons bien entendu vers le sud. Nous aurions bien aimé remonter tout le Sorfjorden (celui que nous venons de faire), sur son autre rive, mais ce serait rajouter encore pas loin de 100 bornes supplémentaires. Nous choisissons une voie médiane : nous quittons la E8 pour un détour de près de 50 km par les 293 puis 292, avant de retrouver la E8 plus au sud.

Et voilà, ceci n'est bien entendu qu'une infime partie des paysages offerts par ces montagnes. Nous retrouvons ensuite la E8 puis, finalement, la très fameuse E6, au fond du Storfjorden. Nous avons rendez-vous ici avec Anne-Marie, une internaute avec laquelle je corresponds depuis quelques années, et que je ne connais pas. Elle vient enfin de se lancer sur les routes, ce à quoi elle rêvait depuis longtemps, avec un joli fourgon, et est heureuse comme un poisson dans l'eau. Elle nous invite à manger dans sa maison roulante, et nous passons ensemble une excellente soirée. Contrairement à nos habitudes, nous reprenons ensuite la route (nous ne roulons normalement pas le soir), la 868 qui remonte le Storfjorden côté péninsule de Lyngen, pour bivouaquer sur le parking de départ de...



Mardi 13 août 2019

... la randonnée du jour. Elle est longue : 14 km. Et comme la météo des prochains jours est plutôt mauvaise, nous préférons la faire de suite. La journée devait être sans nuages : c'était sans compter avec les brumes se développant bien souvent sur les fjords... Au moins, il ne pleuvra pas. Il s'agit d'aller voir le Steindalsbreen, un des nombreux glaciers des Alpes de Lyngen. Ce fut une randonnée mémorable, à bien des égards. Mais... place aux images.

Facile de les reconnaître ! Ci-dessus, l'eau bleue chargée de limon et descendant directement du glacier, et ci-dessous, l'eau claire et transparente des torrents dévalant des autres montagnes.

Pour vous dire à quel point les nuages nous privent de spectacle. Là, pendant quelques minutes, la brume s'écarte, dévoilant un immense pan rocheux... Il nous reste l'imagination pour deviner le reste !

On aperçoit la trace du sentier s'attaquant aux moraines laissées par le retrait des glaces. La grimpette va s'accentuer, quel spectacle va-t-elle nous dévoiler ?

Dès que j'ai vu ces deux chapeaux de pierres, à droite, j'ai su que j'allais au moins essayer d'atteindre leurs sommets. Notre sentier les contourne, il s'agit là de très vieilles moraines laissées par le glacier lors d'une précédente glaciation.

Soudain... Que dire ? Emotion, très forte, devant ce spectacle. Ouf, quelle chance, les brumes ne le cachent pas, et bien que les couleurs soient ternes, le bleu est bien là.

Eh oui, je suis heureux, alors je saute. Bon, je ne suis pas prêt de le refaire, je me suis fait mal à la cuisse... Hi hi hi, ça ne fait rien, je ne le regrette pas. Claudine, plus sage, reste calme !

Qui peut nous dire quelle âge a cette glace ? En tout cas, nous n'y goûtons pas. Nous montons jusqu'au point le plus haut possible, tout près de la glace recouverte de pierres, et restons manger ici. Il fait froid, et nous sommes heureux de pouvoir enfiler nos vêtements supplémentaires.

Et c'est le retour. Vous voyez les deux pyramides, en haut à gauche ? Ce sont les deux sommets des anciennes moraines, et je décide de les escalader. J'aurais aimé que Claudine m'accompagne, mais comme je m'en doutais, elle dédaigne mon invitation... Je vais vous dire : j'ai adoré ces deux montées, et j'ai adoré le spectacle du glacier depuis leurs sommets. La descente fut délicate sur la crête de la moraine, mais selon le vieil adage italien, "que va piano va sano", tout s'est très bien passé. Je vous laisse regarder les photos prises au cours de cette ascension, et lors de la descente.

Cette fois, la brume s'est retirée, dévoilant le glacier que nous ne voyions pas ce matin. Malheureusement, les couleurs manquent terriblement, le soleil n'étant pas au rendez-vous !

Bien plus tard dans la soirée, nous voici sur la 91, après avoir remonté la 868 jusqu'à Lyngseidet, le plus important village de Lyngen, depuis lequel on peut rejoindre la E6 par ferry. Nous avons posé Rouletabille sur le fjord Kjosen. Le spectacle qui s'étale sous nos yeux est, une fois de plus, grandiose !



Mercredi 14 août 2019

Une deuxième rando nous attend dans les Alpes de Lyngen : il s'agit d'un lac aux eaux bleues, le Blauvatnet. Dix kilomètres sur terrain presque plat, ça devrait "le faire" facilement. Il nous faut faire un peu de route pour l'atteindre, elle se situe dans la partie nord de la péninsule de Lyngen, sur la route 312. Le ciel est gris et le plafond nuageux bien bas, comme hier. Quel dommage ! Allez, c'est parti.

Au bout d'un gros kilomètre, le chemin s'efface complètement, et pour cause : face à nous, un immense plateau recouvert de pierres ! Des cairns placés à distance les uns des autres nous indiquent la direction à suivre. Soudain, Claudine m'arrête et me dit : regarde là-bas, des rennes ! Je ne les avais pas vus. Un petit groupe passe au loin. C'est magique.

Alors ça, c'est absolument énorme. Il s'agit du lit d'une rivière. L'eau coule entre les pierres, nous l'entendons en traversant. Mais ce qui me fascine, c'est l'agencement des cailloux, bien posés les uns à côté des autres. Et il ne s'agit pas ici du travail de l'homme, mais de celui de Dame Nature. Epoustouflant !

Le voilà. Effectivement, il est vraiment bleu, et c'est heureux, car avec tout ce gris, partout, au sol comme au ciel, il est bon de voir de la couleur ! Nous nous installons le plus confortablement possible pour pique-niquer avant de repartir. Des deux côtés du lac, des jeunes ont planté la tente. J'avoue que ce n'est plus vraiment notre "tasse de thé" !

Traversée de la rivière invisible. Pauvre Claudine, elle va louper une pierre un peu plus loin et s'affaler sur ce sol de cailloux. Aïe, le poignet, aïe, le genou. Elle s'est fait mal mais, heureusement, plus de douleur que de dégât. Pour elle, la fin du chemin sera difficile ! Nous reprenons ensuite la route jusqu'au terminus, tout en haut de la péninsule, à Russelv. Au bout du Ullsfjorden, c'est la mer de Norvège, ouverte. Ce soir, nous verrons passer notre ami le Hurtigruten, qui poursuit son chemin entre les îles, sur les fjords les plus étroits possibles, afin d'offrir les plus grands frissons à ses passagers. Pour nous, les frissons sont garantis chaque jour, chaque soir, sur chaque bivouac. Une fois de plus, et malgré les nuages, c'est toujours magique. Allez, je vous laisse ici ce soir, à la prochaine, ciao ciao !

Page précédente: 20190805-08
Page suivante: 20190815-20


Depuis le 06/06/2005 Visites:1233010 Aujourd'hui :240 Maintenant:11 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)