20190815-20

Du 15 au 20 août 2019 : Des Alpes de Lyngen vers le Cap Nord

Carte du trajet et des balades du 15 au 20 août 2019. Respectivement 79, 271, 75, 124, puis 242 km pour Rouletabille.

Une balade à pied, en rouge.



La météo a été moyenne, ce qui nous a incités à prendre la route vers le nord et son cap si réputé, car là-haut, à contrario, une belle fenêtre météo semblait s'ouvrir. Du coup, beaucoup de route, à part une rando avec grand beau temps dans la dernière zone de haute montagne avant le grand nord.

Jeudi 15 août 2019

Nous sommes tout en haut des Alpes de Lyngen, près d'un sentier de randonnée conduisant au bout de la péninsule. Il fait gris et triste, je n'ai pas envie de randonner après celle d'hier. Quant à Claudine, elle avait prévu de la faire, et elle y va. Ce sont donc ses photos que vous allez découvrir. Il y avait deux épaves sur la pointe, mais je n'ai pas trouvé les noms des navires incriminés. Pour ma part, je reste bien au chaud dans Rouletabille à trier mes photos. Je la laisse parler...

A 10 h, je décide d'aller marcher jusqu'au phare, 10 km AR. Chemin côtier sans difficulté qui me permet aussi de voir des épaves de bateau. Aucune hésitation sur le chemin, tout semble bien tracé... Quelques panneaux d'infos sur le site, les habitants (pêche à la baleine, huile). Je me rends à l'extrémité rocheuse, et là, obligation de faire marche arrière, je suis hors du sentier ! Quelques moutons, une vue sur le phare. Donc passage plus à l'intérieur de la côte pour me trouver du bon côté du phare, point-de-vue sur les épaves, le phare et sa cabane. Deux allemands sortent de la cabane où ils ont passé la nuit, on papote... En chemin, j'ai aperçu à trois fois un aigle de mer, une hermine qui se cachait dans les pierres, une loutre de mer (couleur brun foncé, queue importante, la taille d'un chien moyen bas sur pattes). Elle est descendue dans les galets pour retourner à l'eau à 5-6 mètres de moi, alors que j'étais sur le sentier au niveau d'un troupeau de chèvres qui occupait la prairie... Contente de ma balade, retour à 12h30.

Nous reprenons la route sous la pluie. Il nous faut redescendre tout en bas des Alpes de Lyngen pour retrouver la E6 et reprendre notre route vers le nord. En passant à Lyngseidet, nous décidons d'aller manger dans la cafétéria du "grand" magasin. Il faut dire que ça nous fait tout drôle de nous faire servir un repas bien chaud, un vrai bonheur. Nous reprendrons ensuite la route pour nous arrêter peu de temps après sur une belle aire en retrait de la route, juste avant un tunnel. Il pleut toujours, nous n'avons pas envie de poursuivre...



Vendredi 16 août 2019

Grosse journée de route aujourd'hui, comme nous en avons rarement fait. Il faut dire que la météo nous y a fortement incités. Nous faisons 271 km, car une exceptionnelle fenêtre de ciel bleu pour demain nous "oblige" pratiquement à rejoindre le parking de départ de la randonnée que nous ne voulons pas louper : le Oksfjordjoekelen, un glacier.

Arrêt où nous avons fait la connaissance d'Anne-Marie l'autre jour, au fond du Storfjorden, à la sortie des Alpes de Lyngen. Nous y rencontrons deux camping-cars français, et discutons avec leurs occupants, profitant d'une accalmie. Il y avait une famille qui voyageait dans un camping-car de location norvégien (nous les croiserons de nouveau deux jours plus tard), et un couple de bretons en fourgon, passionnés de pêche. Ils ont un bateau et deux moteurs dans leur fourgon, et nous racontent leurs pêches miraculeuses... La suite sur les images : nous longeons le grand fjord Lyngen, et donc toutes les Alpes de même nom qui dominent les monts situés de l'autre côté du fjord. C'est grandiose, comme toujours ici.

Ce sont les deux ferries qui font la navette entre les Alpes de Lyngen (à Lyngseidet, où nous avons mangé) et la E6.

Nous voici enfin arrivés sur site, à Saltnes, sur le Jokelfjorden. Au fond, là-bas, la fameuse langue glaciaire au pied de laquelle nous aimerions nous rendre demain, si la météo correspond aux prévisions : touchons du bois !



Samedi 17 août 2019

Yeeessss, le beau temps est bien là, nous pouvons y aller. Pique-nique dans le sac, bâtons de randonnée, eau. 13 km en tout. Je discute avec nos voisins allemands qui l'ont faite hier : ils ont mis 8h30, et nous disent d'être très prudents car ça glisse beaucoup. En fait, nous mettrons 6h30, et ce fut moins difficile que ce qu'ils disaient. A leur décharge, ils en ont fait une partie sous la pluie. Bref, il fallait faire attention, surtout au début dans le bois de bouleaux. Ensuite, le chemin consiste à marcher sur la grève : j'ai adoré cette portion. Marcher en bord de mer, avec la vue du glacier en ligne de mire et les jolis pierriers des montagnes nous entourant, ce fut magique. Nous avons discuté avec un couple de jeunes allemands qui faisaient la rando comme nous, et que nous avons suivi d'un bout à l'autre. Par contre, une partie de la marche se fait dans les pierriers, au-dessus du fjord, et est assez pénible, mais ça restait relativement aisé, et le dénivelé a été très faible. Nous avons mangé devant le grand spectacle, sans toutefois traîner, car la marée montait, et nous voulions passer avant que la marée ne nous oblige à devoir passer dans un pierrier délicat. Nous avons eu une longue discussion au retour avec un couple de norvégiens d'environ 70 ans qui a campé au-dessus du fjord cette nuit, et avec les deux allemands : un grand moment d'échange. Je vous laisse admirer sans autre commentaire.

C'est ici que les norvégiens ont planté leur tente ! Vous parlez d'un cadre... Ah oui, j'oubliais. Nous avons assisté, de très loin, à la rupture d'un pan de glace, suivi d'un bruit assourdissant qui a résonné dans toute la vallée. J'ai eu le réflexe de zoomer avec le smartphone et de faire quelques photos, de très mauvaise qualité, mais montrant l'événement. Derrière le bloc de glace se trouvait une mare d'eau qui s'est échappée. Le torrent a duré environ une vingtaine de secondes, puis a disparu une fois la poche vidée. Ce fut incroyable, à voir sur la photo suivante.

Cette photo pour vous donner une idée de la taille des blocs rocheux à l'approche du glacier !

Vue arrière vers les pentes que nous avons traversées avant de parvenir de nouveau sur la rive du fjord dans le gros pierrier terminal. Et ci-dessous, une vue vers la montagne qui nous dominait alors que nous traversions ses pierriers... Toujours impressionnant en vrai : pourvu qu'aucune roche ne se détache et dévale la pente lors de notre passage, en entraînant d'autres avec elle, sinon...

Dernier zoom... Nous décidons de rester une nuit de plus sur ce parking : c'est très calme, il y a des toilettes très propres, et le paysage du fjord sous nos yeux est juste parfait.



Dimanche 18 août 2019

En voyant le ciel gris ce matin, nous nous félicitons d'avoir si bien géré notre randonnée hier. Notre but est le village Oksfjord, situé tout au bout du Oksfjorden, lequel se trouve de l'autre côté de cette petite péninsule, et du glacier visité hier. La route qui y conduit est magnifique, mais nous avons d'abord voulu aller tout au bout du Jokelfjorden avant, afin peut-être de voir le site de notre rando d'hier.

Bingo. On aperçoit les maisons du hameau de Saltsnes à droite, là où nous avons passé deux nuits, ainsi que l'immense glacier qui recouvre les montagnes là-bas, avec la langue glaciaire visitée hier. Plus de détails sur la photo suivante.

Traversée de la péninsule, retour sur le grand Kvanangen, puis nous longeons le Langfjorden, le long duquel nous rencontrons de nombreux groupes de rennes sur et au bord de la route...

Puis nous arrivons au fond du Oksfjorden, que nous allons suivre jusqu'à son embouchure dans la Mer de Norvège à Oksfjord. Et là, nous admirons toute une horde de rennes en train de lécher les algues du bord de mer sur la grève découverte par la marée basse. Quel spectacle ! Dommage, nous ne sommes pas assez bien pourvus en matière de télé-objectifs pour vous les montrer : je vous exhorte donc à y aller voir vous-mêmes...!

Un des petits phares d'Oksfjord. Nous nous installons au bout du village face à l'océan pour manger. Bien entendu, nous resterons ici ce soir. Claudine va faire un tour dans le village, je préfère rester dans Rouletabille, non sans avoir auparavant photographié le fameux Hurtigruten lors de son entrée dans le fjord, Oksfjord étant un de ses ports d'attache. Les autres photos ont été faites par Claudine lors de sa petite escapade.

Coucher de soleil dans la baie d'Oksfjord, et derniers promeneurs près de l'autre phare. Une fois de plus, nous nous endormons ce soir dans un cadre splendide !



Lundi 19 août 2019

De nouveau un ciel gris, nous avons un peu de mal avec ça, après les semaines de beau temps passées sur les îles montagneuses ! C'est en examinant la météo sur le Cap Nord que nous décidons d'y aller sans tarder, pour une grande randonnée qui nous tient à coeur depuis le départ. Nous retournons donc sur la E6 que nous allons maintenant suivre. Les grandes montagnes disparaissent, nous arrivons dans les montagnes arrondies du grand nord, et assistons à la disparition lente des arbres et arbustes. Mais avant celà, place au retour le long du splendide Oksfjord et ses hautes montagnes et glaciers, ainsi que ses rennes...

Avant d'arriver à la grande ville de Alta, nous arrêtons visiter une boutique tenue par des "Sames", et achetons de la viande de renne séchée, que je trouve délicieuse (pas Claudine). Claudine : on s'arrête à une boutique de souvenirs SAMI. On discute avec un Sami en costume traditionnel. Il est aussi éleveur d'un grand troupeau de rennes. Combien ? Secret... Il nous montre une photo de son épouse, magnifique. Puis il nous fait une démonstration du chant et tambour Sami, très proche de celui des Indiens d'Amérique... Ci-dessous, la cathédrale d'Alta. La ville ne nous intéresse pas, nous la traversons sous la pluie pour finalement poser le bivouac quelques kilomètres plus loin, près d'une plage au bord du grand fjord.



Mardi 20 août 2019

Nouvelle grosse journée de route : 242 km. Si le temps est plutôt gris au départ, il s'arrangera au fur et à mesure de la journée, et nous traverserons l'île du Cap Nord sous le soleil pour notre plus grand plaisir. Ce fut pour Claudine une très belle journée, qui appréhendait quelque peu les paysages désertiques et minéraux que je lui décrivais...

En tout premier lieu, la beauté des troupeaux de rennes en train de paître dans la nature...

Ensuite, les immensités vierges et infinies du haut plateau...

Puis les belles rivières bordées de bouleaux...

Enfin, après avoir rempli nos cuves à Olderfjord, l'arrivée sur l'immense fjord appelé Porsanger, en même temps que le ciel bleu : quelle joie immense. La remontée du fjord fut un enchantement perpétuel, je vous laisse regarder les photos faites par Claudine au fur et à mesure, en roulant...

Après le long tunnel de 7 km sous la mer, nous "débarquons" sur Mageroya, l'île du Cap Nord. Je vous laisse regarder les photos "volées" le long de la route...

Nous décidons d'aller voir le petit village de Skarsvag, le port de pêche le plus septentrional au monde, où nous nous arrêterons prendre un café. La patronne nous confiera son désespoir : 7 jours de soleil de tout l'été, pas un de plus. Et tous les autres jours, pluie, vent et températures entre 5 et 7 °C... Elle dit que nous avons une chance inouïe, et que demain devrait être le plus beau jour de l'été ! Pour ma part, j'ai campé par deux fois dans le camping que vous voyez ci-dessus.

Nous sommes à 15 km du Cap Nord. Le ciel se couvre d'un seul coup, la brume monte, et la température baisse à une allure incroyable ! Nous allons jusqu'au parking final faire demi-tour, pour nous installer quelques km plus au sud...

C'est ici, sur le "P" situé en bas à gauche de cette carte, que nous posons Rouletabille ce soir, au départ de la randonnée pour laquelle nous sommes venus ici. En effet, nous désirons atteindre le Knivsjelodden, point géographique le plus au nord de l'île, comme vous le voyez sur la carte ci-dessus affichée sur le parking. Espérons que la météo sera avec nous.... Vous le saurez à la lecture du prochain épisode, qui paraîtra dès que possible. En attendant, merci encore à tous ceux qui nous suivent et qui, surtout, le disent, me donnant le "punch" nécessaire pour poursuivre.

Page précédente: 20190809-14
Page suivante: 20190821-27


Depuis le 06/06/2005 Visites:1248526 Aujourd'hui :160 Maintenant:7 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)