20191010-16

Du 10 au 16 octobre 2019

Normandie, Pays de la Loire

Carte du trajet et des balades du 10 au 16 octobre 2019

Respectivement 109, 90, 38, 38, 106, 94 et... 6 km pour Rouletabille.

Les balades à pied sont les gros points violet, noir et bleu.



Jeudi 10 octobre 2019

Les cloches de l'abbaye m'ont réveillé ce matin vers 7 heures... Nous avons été sidérés de voir l'immense parking se remplir, cette abbaye génère un très gros "business" : visites, offices, hôtellerie, séminaires, retraites... ! Nous nous dirigeons ensuite vers le Mont Saint-Michel par de sublimes petites routes extrêmement étroites. Des arches de verdure nous ont accompagnés sur plusieurs kilomètres : grandiose. Arrêt technique à Avranches pour les vidanges et l'eau. Soudain, le mont apparaît au loin, au-delà des champs : magnifique ! puis arrêt à quelques kilomètres du Mont Saint-Michel, à l'arrière du parking d'une boutique où nous avons acheté du pommeau (calvados + cidre). Le propriétaire nous autorise à dormir ici cette nuit : impeccable, car nous sommes éloignés de la route et juste à côté du sentier longeant le Couesnon qui se jette dans la Baie du Mont Saint-Michel ! Le beau temps sera là cet après-midi, et pas forcément demain. Du coup, nous décidons de consacrer l'après-midi à la visite du mont, et partons après avoir déjeuné dans Rouletabille.

Balade de 11 km vers le Mont St Michel, tracé jaune-rouge. En vert clair, avec Rouletabille.

Claudine... Nous prenons donc la piste cyclable (mais à pied) à 14h30. L'approche est agréable, et nous voyons le mont prendre de l'ampleur au fur et à mesure de notre avancée. On se régale sous le soleil, en T-shirt. Une fois au pied du mont, nous en faisons le tour sur la grève, car la marée est basse, quelle chance ! Attention, c'est glissant. Quelques groupes accompagnés s'aventurent dans les sables mouvants, certains guides font la démonstration. Le tour terminé, nous entrons dans la cité médiévale que nous visitons en empruntant plusieurs niveaux jusqu'à l'abbaye sommitale, puis nous redescendons par les remparts. La mer monte et reprend ses terres, c'est magique. Au retour, nous prenons la navette, gratuite, jusqu'au hameau de La Caserne, et terminons notre tour à pied, bien entendu. Place aux photos.

Zoom sur Tombelaine. Au premier plan, les traces des randonneurs de la baie.

Au loin, l'îlot granitique de Tombelaine, tout-à-l'heure accessible à pied (photo plus haut), est déjà sous l'emprise des eaux.

Zoom sur le mont, vu depuis Rouletabille, baignant dans la lumière des derniers rayons du soleil.



Vendredi 11 octobre 2019

Les prévisions météo étant plutôt moyennes, nous prenons les grandes routes en direction de Laval, vers le sud-ouest. Les départementales sont taillées au cordeau à travers le paysage, et nous franchissons les collines successives sur de longues lignes droites, entre deux averses. En arrivant à Fougères, un panneau vantant "sa forteresse médiévale, la plus grande en Europe, et aussi la mieux conservée" attire notre attention. Il ne pleut plus : pourquoi ne pas aller nous dégourdir les jambes dans cette petite ville ma foi fort accueillante ?

Balade de 5 km dans Fougères, tracé rouge. En bleu, avec Rouletabille.

Fougères doit son origine à son imposant château, installé il y a plus de mille ans sur un éperon rocheux entouré des eaux de la rivière Nançon qui firent office de douves naturelles. Elle se compose de deux villes : la Ville Basse, entourant le château et l'église de Saint-Sulpice, sur la rive droite du ruisseau Nançon ; et la Ville Haute, sur la rive gauche de ce ruisseau, avec l'église Saint-Léonard, l'Hôtel de Ville et le Beffroi. Nous commençons donc par le bas...

Claudine regarde la carte de ce petit restaurant, tellement alléchante que nous y reviendrons manger nos galettes en revenant de la ville haute !

Nous voici maintenant sur la ville-haute.

Et voilà, nous sommes revenus au point de départ, près de l'église St Sulpice visitée au début. Nous allons donc nous restaurer, puis décidons, après manger, et pour digérer, d'escalader l'autre coteau pour avoir un autre point-de-vue sur la ville. Photos...

Nous reprenons ensuite la route vers Laval, et posons finalement Rouletabille au bord de la Mayenne, juste à côté du chemin de halage, à Montflours exactement. Claudine, en pleine forme, part se faire une petite rando de 6,5 km le long de la jolie Mayenne.

Nous profitons du soleil en soirée devant un grand bol de café : que du bonheur !



Samedi 12 octobre 2019

Ce n'est pas un hasard si nous venons ici à Laval. Les Nantais que nous avons rencontrés à Lille par deux fois nous avaient fait l'éloge du musée de l'Art Naïf de Laval, gratuit et très intéressant. Comme nous n'avons pas eu l'occasion de visiter un seul musée au cours de ce long voyage, nous avions décidé d'y passer. Nous prenons tout notre temps ce matin, puisqu'il n'ouvre qu'à 13h30. Ci-dessus, la Mayenne et le Vieux-Pont de Laval. Le musée se trouve dans le vieux château, situé sur la rive derrière nous. Construit à partir du 11ème siècle sur un éperon rocheux dominant la Mayenne, la forteresse médiévale de Laval a conservé de cette époque une chapelle pourvue de voûtes d'arêtes et de chapiteaux romans. La tour maîtresse, érigée au début du 13ème siècle, domine de plus de 34 mètres la Mayenne et le Vieux-pont qui l'enjambe. Une remarquable charpente formant hourds le couronne (ci-dessous).

Sans transition, la visite du musée. En plus de la partie gratuite concernant l'art naïf et l'art singulier, nous avons pu voir l'exposition consacrée à un jeune artiste impressionnant, Marjan (pas de photos, à la demande de l'hôtesse), une autre expo consacrée à Alain Pauzié (également sans photos), ainsi que les lettres envoyées cet été dans le cadre d'un concours d'art postal (magnifique). Place à quelques photos...

Après cette belle visite, nous ne résistons pas à l'envie de voir de plus près le coeur historique de la cité. Nous avons la surprise d'y découvrir de très belles façades médiévales...

Ici est né le fameux peintre Henri Rousseau, connu sous le nom du "Douanier Rousseau", représentant majeur de l'Art Naïf, et dont plusieurs oeuvres étaient visibles au musée. Il a peint au cours de sa vie près de 250 tableaux dont une centaine sont perdus, beaucoup ayant été donnés en guise de paiement à son épicier, sa blanchisseuse ou son vendeur de voitures.

Après cette balade d'environ 6 km, Rouletabille nous emmène de nouveau au bord de la Mayenne, quelques km plus au sud seulement, et bien entendu juste à côté de l'ancien... chemin de halage. Merveilleux emplacement pour passer une nuit paisible.



Dimanche 13 octobre 2019

La météo annonçant quelques averses, je préfère rester au sein de Rouletabille et trier mes photos. Je me sens merveilleusement bien dans mon petit camion. De son côté, Claudine, ne pouvant tenir longtemps enfermée, décide de s'oxygéner. Elle me reviendra enchantée, fière, rouge et toute en sueur, après avoir marché 14 km en 2h15. J'ai essuyé une belle averse, et pas elle, comme quoi... Ses photos...

Nous nous déplaçons en soirée quelques km plus au sud, après Château-Gontier, et juste à côté du Lion-d'Angers, à nouveau au bord de la Mayenne, dans le hameau de Montreuil-sur-Maine. Ci-dessus, la belle ligne parfaitement droite de 19 km de long ! Ce soir, il pleut à nouveau : nous avons été chanceaux, surtout Claudine !



Lundi 14 octobre 2019

Rouletabillle au réveil, au pied de l'église ensoleillée, et bruyante (cloches obligent), ce matin avant le départ. Le hasard de la route nous fait passer dans le village de Beaupréau, où habitent des cousins-germains de Claudine, fort sympathiques, que je ne connaissais pas. Après leur avoir téléphoné, nous convenons d'un RDV à 11 heures. Finalement, ils nous garderont à manger. Avant de les rejoindre, nous traversons la Loire à Montjean-sur-Loire, et Titi le GPS nous fait passer sur de splendides petites routes en contrebas des digues du fleuve. Photos.

Nous essuyons un orage d'un rare violence en quittant Beaupréau, nous obligeant à stopper Rouletabille sous un torrent de grêle ! Dix minutes après cette tornade noire, puis blanche à ne rien voir, nous reprenons la route sous la pluie. Les bords de route sont jonchés de débris de feuilles, plaques blanches d'amas de grêlons, puis d'arbres arrachés et/ou cassés dans les champs et les haies. Dans les villages, claustras et panneaux par terre... Nous arrivons en soirée sur notre bivouac, le Parc de la Godelinière, aux Landes-Génusson, en Vendée. Tout est sens dessus dessous ! L'orage est passé par là, regardez plutôt... Nous discutons avec un garde-pêche venu constater les dégâts : il nous montre une vidéo qu'il a faite sous l'orage devant chez lui : dantesque ! On entend les sirènes des pompiers, les tronçonneuses sont déjà en action... Nous décidons de rester sous les arbres, car il n'y a plus un seul souffle de vent : le calme après la tempête !

Sans doute l'avez-vous oublié, le premier bivouac de ce merveilleux voyage s'est fait ici-même le 10 mai dernier! Et si nous sommes ici, ce n'est pas un hasard. J'ai vendu Oscar, notre précédent fourgon avec lequel nous avons voyagé l'été dernier, et nous devons signer les documents demain matin. Une page se tourne définitivement, Rouletabille a remporté la bataille, Claudine l'adore et ne voudrait pas en changer. Dont acte...



Mardi 15 octobre 2019

Nous passons la journée dans la famille de Claudine, tout près d'ici. Beaucoup de bonheur pour Claudine qui peut embrasser sa maman et ses frères et soeurs. Nous sommes invités à manger chez un de ses frères le midi, et chez l'autre le soir. Nous rentrons donc de nuit vers Saint-Gilles-Croix-de-Vie. Peu désireux de transporter nos affaires sous la pluie en arrivant, nous prenons la décision de passer une nuit supplémentaire avec Rouletabille, qui, enchanté, nous fait la fête ! Nous plantons le bivouac au bord de la mer, près d'un des plus beaux panoramas sur la plage de Saint-Gilles. Malheureusement, la pluie est revenus, la mer est démontée, la couleur dominante est grise : la voici en ce matin du mercredi 16 octobre 2019 !

Nous avons loué une voiture pour un mois, que nous allons chercher dans la foulée, car nous n'avons plus que Rouletabille désormais, Claudine ayant elle aussi vendu sa jolie Kangoo au cours de ce voyage. C'est donc vers dix heures ce matin, après 7 km de route pour Rouletabille (hi hi hi), que nous ouvrons la porte de notre maison. Après 160 jours de perégrination, et 16.824 km parcourus...

Merci de votre attention. Ce voyage est terminé, mais je vais vous faire un récapitulatif et vous faire part des chiffres le concernant d'ici quelques jours. Par ailleurs, Claudine accepte que je publie les dessins et peintures réalisés au cours de ce voyage. Si tout ça vous intéresse, revenez donc nous revoir très bientôt. Ciao ciao.

Page précédente: 20190929-1009
Page suivante: 2019-souvenirs


Depuis le 06/06/2005 Visites:1248526 Aujourd'hui :160 Maintenant:8 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)