alte

Du 22 au 23 février 2019 : Armaçao de Pera, barrage de Arade, Alte.

22 février, 42 km avec Rouletabille. Services et pause repas à Armaçao de Pera. Vent violent sur la plage, se calmant dans l'après-midi. Bivouac au-dessus du barrage de Arrade. 23 février, beau temps, légèrement voilé, températures en hausse (minimum 21 °C). Belle rando de 7,5 km dans les monts autour de Vale Fuzeiros, puis bivouac à Alte. 28 km avec le camion, et virage marquant le début de la remontée vers la maison...

Nous quittons donc Carvoeiro après avoir étudié les lieux où nous pouvons effectuer les vidanges et remplissages de Rouletabille, travail qui nous est indispensable tous les 4 ou 5 jours environ. La réponse : Armaçao de Pera. Nous faisons les services dans le camping, pour 4 euros, c'est très correct.

Puis nous filons sur la plage, en cherchant la Praia de los Pescaderos, que nous ne trouvons pas. La ville est grande, immense plage de sable, Claudine aimerait s'enfuir, mais je suis tenace... En fait, elle déteste le trafic, la foule, tout comme moi, mais j'aimerais trouver cette plage que les autrichiens rencontrés sur la Rota Vicentina nous ont décrite comme étant magique. Malheureusement, nous ne l'avons pas trouvée. Après coup, je me rends compte que je cherche une plage dans la mauvaise ville : elle était à Albufeira... Tant pis, ce sera pour un autre voyage ! Du coup, avant de partir pour de bon, nous décidons quand même de nous dégourdir les jambes sur la grande plage de Armaçao de Pera, en commençant par la partie des falaises, qui se trouve être assez proche de la fameuse plage de Marinha visitée hier. Le vent souffle très fort, à notre grande surprise. Nous supportons gilets et K-ways, bien que le fond de l'air soit plutôt doux. Regardez.

Petit poisson échoué sur la plage. La photo est trompeuse, il est plus petit que ma main !

Incroyable, aloès et buissons poussent sur ce morceau de falaise échoué sur la plage !

Claudine passe devant les restes de la petite forteresse d'Armaçao de Pera. Nous marchons contre le vent : dur dur !

Finalement, nous arrivons devant des petites cabanes de pêcheurs, et les bateaux sont bien là, remontés tout en haut de la plage. Forcément, pas question de sortir aujourd'hui avec ce petit coup de tabac : les vagues sont puissantes. Regardez bien sur cette photo, on voit très nettement les "nuages" de sable qui passent !

Puis nous allons nous promener dans les vieilles ruelles de la vieille ville, c'est plus sympa que la ville touristique moderne.

Claudine m'invite dans un beau restaurant. Nous sommes les seuls clients... La gérante est une chinoise installée ici depuis une quinzaine d'années, super sympa. Nous "papotons" une dizaine de minutes avec elle, c'est toujours passionnant et enrichissant d'entendre les vies des gens. Le poisson était délicieux, ainsi que le très grand verre de rouge. Nous étions un peu "pompette" sur le chemin du retour, et avons pris le temps d'un café-gâteau sur le remblai.

On aperçoit les falaises près desquelles nous avons laissé Rouletabille. Et c'est normalement la dernière photo de plage que vous verrez, puisque nous entamons maintenant la route du retour, et allons doucement remonter vers le nord. Pour ce soir, ce sera au barrage de Arade, une quinzaine de bornes au nord d'Armaçao de Pera.

Et voilà. On aperçoit les pavés du barrage dans la trouée. Nous avons trouvé un parking de terre battue, ombragé, sur lequel se trouvaient 4 ou 5 camping-cars (Polonais, anglais, belge, autrichien). Super calme, beau paysage.




Samedi 23 février. Nuit plus fraîche, et ciel un peu voilé ce matin, mais températures très douces. Nous avons trouvé une belle rando à faire, 7,5 km de longueur, dont le départ se trouve dans le petit village de Vale Fuzeiros. Nous avons démarré avec nos pulls et nos K-ways, quelle erreur. Il faisait plus de 20 °C, sans doute 22 à 23 comme nous l'ont dit des touristes rencontrés le soir. Nous avons fait la rando en T-Shirt, naturellement, et avons dû nous coltiner le portage des vêtements tout du long ! C'est mieux que s'il avait fait froid !


Nous commençons par longer le barrage. Il manque déjà plusieurs mètres d'eau...

Départ de la rando.

Il a fallu se "coltiner" quelques belles côtes, mais nous avons adoré, car qui dit altitude dit paysages...

Cette balade a été créée pour permettre aux randonneurs de découvrir de belles nécropoles datant des 6ème et 7ème siècle, au temps des Wisigoths. Passionnant !

Claudine en a essayé une qui lui allait vraiment bien. Je ne suis pourtant pas grand, mais elle est trop petite pour moi.

En plus des quatre nécropoles rencontrées, il y avait aussi des menhirs, cette fois datant des temps néolithiques, donc naturellement beaucoup plus anciens que les nécropoles.

Ah oui, je ne vous ai pas dit. Ce petit chien nous a très poliment abordés dès le début du sentier, nous demandant si nous accepterions sa présence à nos côtés pendant toute la rando. Compte tenu de sa politesse, nous avons accepté. Il a été adorable, ne nous a pas quittés d'une semelle, n'a pas dit un mot, a tenu à poser sur quelques photos, et nous a suivis jusqu'au bout, bref, vraiment sympa. J'ai demandé à Claudine si elle voulait que nous l'adoptions. Sa réponse fut très claire : c'est lui ou moi. Compte tenu du fait que le chien me donnerait du boulot, alors que Claudine m'en enlève, j'ai choisi Claudine.

Nous avons malheureusement cheminé dans un secteur touché par le feu : c'est triste. Heureusement, ce ne fut pas long.

Et voilà, fin de la promenade. Nous retrouvons Rouletabille, quittons notre compagnon, et partons faire quelques courses à Sao Batolomeu de Messines.

Nous nous faisons plaisir avec deux belles tranches de saumon accompagnées de délicieux légumes, le tout encore bien chaud : quel délice, pour moins de 8 euros à deux !

Peu désireux de rouler beaucoup, nous choisissons le petit village de Alte pour notre bivouac nocturne. Il y a plusieurs parkings bien chargés de camping-caristes, nous en trouvons un merveilleux près d'une petite fontaine, sans aucun voisin. Je m'installe pour faire mon petit travail quotidien. Claudine, ne se sentant pas l'âme artistique ce soir, va faire un tour dans le village, réputé pour être très joli. Elle me revient bien plus tard accompagnée de deux couples français. Devinez un peu ! Michel et Annie, que nous avons déjà rencontrés par deux fois, et Jean-Paul et Colette, des amis de Claudine habitant St Gilles-Croix-de-Vie ! Et, incroyable, Jean-Paul me reconnaît en me disant où il m'a déjà vu : lorsque je travaillais à Croix-de-Vie dans les années... 1980 ! Quelle mémoire ! Nous discutons une grosse demi-heure devant le camping-car, nous promettant de nous revoir dès que possible. Soirée au calme dans notre petit appartement, que du bonheur, comme d'hab'. Ciao ciao.

Page précédente: carvoeiro
Page suivante: mertola


Depuis le 06/06/2005 Visites:1235446 Aujourd'hui :114 Maintenant:10 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)