Entrée au Portugal

31 décembre 2018 - 1er janvier 2019 : Entrée au Portugal

Carte des deux jours de route. 255 km le premier jour, 119 km le deuxième jour. Les petites balises rectangulaires numérotées représentent les lieux des bivouacs nocturnes. Tempête de ciel bleu ces deux jours, 15 à 17°C le jour mais températures négatives la nuit. Départ de Riaño, 1150 m d'altitude, en direction du Portugal. Traversée d'un long plateau à une altitude autour de 900 m. Réveillon du nouvel-an et bivouac à Bragança au Portugal. Deuxième jour : départ tardif, arrivée sur les rives et la vallée du Douro où nous bivouaquons.

Avant de partir, petite photo du spot norcturne sur lequel absolument personne ne nous a dérangés. Cette nuit, la température est descendue à -5°C, et le spectacle des étoiles était majestueux.

Le ciel est d'un bleu intense. La route est givrée dans les zones d'ombre, mais sèche très vite. Partis de 1150 m d'altitude, je pensais que nous allions redescendre beaucoup plus bas, mais que nenni : nous sommes sur un plateau, et nous ne sommes jamais descendus en-dessous des 800 mètres !

Curieuses buttes avec cheminées. Nous pensons que ce sont des habitations troglodytes, et nous avons vu ce type de sédentarisation sur une trentaine de kilomètres dans plusieurs villages, très curieux ! Nous avons quitté la Cantabrie et roulons maintenant dans la région Castille et Leon.

Après une centaine de kilomètres de grandes lignes droites et de zones plates et quasiment désertes traversées dans un grand contournement sud-ouest de la ville de Leon, nous retrouvons du relief en approchant de la Sierra de la Cabrera. Ouf !

Et voilà, entrée au Portugal.

Grâce à notre petite application, nous trouvons une superbe aire pour camping-caristes dans la ville de Bragança, merci à la municipalité. C'est parfait, au pied du château, avec accès gratuit à l'eau et à toutes les vidanges, ce que nous ferons demain matin. Pour l'instant, nous désirons nous dégourdir un peu les jambes après cette journée de route. Il fait encore bon, mais on sent déjà la fraîcheur. Nous venons de franchir l'enceinte fortifiée, et découvrons le donjon au milieu de la grande cour pavée. Magnifique ! Cheminons autour du château.

En bas, on distingue encore Rouletabille. Quelle joie de se déplacer ainsi avec sa chaumière !

Et là, dans une des ruelles pavées en forte pente, nous apercevons une taverne ouverte en cette soirée du 31 décembre 2018, dernier jour de l'année. Nous poussons la porte et sommes accueillis en français par un "boss" ayant vécu longtemps à... Genève ! La déco est de type "métall", ainsi que la musique. Sur un mur, un grand et beau tableau représentant un groupe de squelettes "vivants" assis dans un bar en train de jouer aux cartes attire le regard... Nous commandons une bière portugaise, que je n'ai pas trouvé très bonne, mais l'ambiance est excellente, il y a un bon feu de bois, et nous sommes tout simplement heureux d'être ici. Ci-dessus la photo de circonstance envoyée à la famille en guise de voeux pour la nouvelle année... La nuit est tombée, nous avons envie de rentrer à la maison.




Fermeture des portes et fenêtres, mise en route du chauffage, le rituel quotidien. Nous nous sommes arrêtés ce midi faire quelques courses dans une petite ville espagnole en vue de "festoyer" un peu ce soir. Quelle belle soirée de nouvel an, pourvu que 2019 se poursuive ainsi sur la route, c'est notre voeu le plus cher.



Jour de l'an 2019



Oups, il fait bien froid ce matin, le lanterneau est recouvert d'une belle couche de givre, mais le ciel est toujours bleu, youpeee ! La nuit a été très calme ici, ce fut parfait. Vidage des toilettes et des eaux usées, remplissage des 100 litres d'eau potable, avec l'aide de camping-caristes allemands super sympas. Le sol est complètement verglacé autour des robinets, et Claudine a failli tomber. Ouf, heureusement, elle a eu le réflexe de se rattraper, mais c'était dangereux.

Et c'est reparti pour une journée de route.

Nous sommes toujours sur un grand plateau, mais soudain, nous apercevons une immense mer de nuages. C'est la vallée du Douro, le grand fleuve portugais sur les rives duquel "pousse" le Porto ! C'est notre but, puisque nous roulons vers Porto, justement, en suivant le Douro.

Arrêt repas encore dans le soleil, sous la protection de l'ange gardien...

Puis c'est la longue descente vers le Douro et ses côteaux de vigne très escarpés. Voyez vous-mêmes.

Nous voici à Tua, cul de sac sur le Douro. Nous décidons de rester y passer la nuit. Le "spot" est magnifique, l'endroit est d'un calme olympien (mis-à-part un petit train qui ne passera que deux fois à une vitesse d'escargot). Une fois de plus, nous sommes comblés et heureux de ce premier jour de l'an de grâce 2019 !

Page précédente: Picos de Europa
Page suivante: Porto


Depuis le 06/06/2005 Visites:1255263 Aujourd'hui :357 Maintenant:7 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)