sierra-de-francia

Du 1er au 3 mars 2019 : La Alberca, Mandrigal, Santo Domingo.

Grand beau temps le 1er mars, mais frais, maxi 16 °C. Nous retrouvons les montagnes, ça fait plaisir, passage d'un col à 1240 m. Bivouac dans un très joli village de la Sierra de Francia, La Alberca. 135 km. Samedi 2 mars. Montée au sommet de la Peña de Francia avec Rouletabille (1732 m), puis poursuite de la route vers la France par les petites routes. Nous visons Burgos en évitant Salamanca, Valladolid et bien entendu Madrid. 217 km, bivouac à Madrigal de las Altas Torres, la ville qui a vu naître la reine Isabel la Catolica. Dimanche 3 mars 2019, toujours beau temps frais. 199 km de route avec Rouletabille, et atterrissage à Santo Domingo de Silos pour la pause nocturne. Nous sommes au pied de la Rioja, tout près du Pays Basque espagnol, proche des Pyrénées. Aïe, ça commence à sentir le pays...

Vendredi 1er mars 2019.

La nuit fut d'un calme olympien ! Il faisait frais ce matin au réveil, nous avons mis un peu de chauffage. Ci-dessus, l'immense Embalse de Alcantara dans sa partie nord-est, près de laquelle nous avons dormi. Il manque entre 10 et 15 mètres d'eau, au bas mot, et nous ne sommes que le 1er mars...!

Au contournement de ce bras du bassin, nous découvrons avec émotion les vestiges du pont romain de Alconetar. Ce paysage immense, à perte de vue, me fait penser aux grandes steppes d'Asie centrale. Nous roulons plein nord, vers la ville de Coria.

Les champs de chaque côté de la route sont couverts de chênes-verts ou de chênes-lièges, aux pieds desquels paissent moutons et/ou vaches et taureaux. Insensiblement, mais de plus en plus sûrement, le paysage change et nous prenons de l'altitude. Nous traversons d'abord la Sierra de Coria, puis changeons de région : nous rentrons en Castille et Leon, dans la province de Salamanca. Nous voyons à plusieurs reprises un type de pressoir inconnu pour nous : est-ce pour l'olive ?

Pause déjeuner juste au-dessus d'un beau torrent après avoir longé la Sierra de Los Angeles (eh oui !) et traversé une jolie région appelée Las Hurdes. Retrouver les montagnes après quelques semaines de bord de mer nous fait un bien fou ! Nous sommes ici au pied de la Sierra de la Peña de Francia, à moins de 30 km de La Alberca, où nous avons décidé de bivouaquer. La route grimpe à 1240 m au col du Portillo, franchissant une dizaine d'épingles à cheveu que Rouletabille négocie avec brio.

Et nous voici posés à La Alberca. Le camion est installé pour la nuit, et nous partons visiter ce joli village montagnard espagnol, en empruntant un magnifique sentier. La petite cité est splendide, il y a beaucoup de touristes (surprenant). Je vous laisse visiter en notre compagnie sans m'étendre davantage, les photos parlant d'elles-mêmes, je pense.

Et voilà, chers lecteurs. Fin des balades pour aujourd'hui, nous rentrons à la maison... Adios.



Samedi 2 mars 2019.



Avant de reprendre la route pour de bon, nous avons envie de nous détendre un peu en grimpant sur le sommet de la Peña de Francia, point culminant de cette "Sierra", et lieu de pèlerinage vers la vierge noire qui y a été découverte au XVème siècle. Nous y serions bien allés à pied, mais il nous aurait fallu plusieurs heures, voire même rester bivouaquer à La Alberca. Mais il nous faut bien avancer : nous choisissons donc la facilité en y grimpant avec Rouletabille. Eh oui, une route va jusqu'au sommet (1732 m), puisqu'un couvent y a été construit... J'y suis venu avec les copains en 2013 en moto, souvenir, souvenir.



Pendant la descente. Petite remarque concernant les photos à venir : il va falloir être indulgent ! En effet, nous allons surtout rouler, et la plupart seront prises justement en roulant, à travers un pare-brise plus ou moins sale, avec des conditions de contre-jour notoirement mauvaises... Je les fais plus pour me donner une idée des paysages rencontrés, et m'aider à me souvenir, plus tard, de ces moments de trajet.

Là, par contre, je me suis arrêter pour vous montrer la Peña de Francia que je voyais dans mon rétroviseur en conduisant : c'est de là que nous venons !

Nous roulons d'abord plein est, vers la Sierra de Candelario, encore sous la neige.

Puis, après avoir roulé un peu sur la voie principale en direction de Segovia, nous avons de nouveau bifurqué nord nord-est sur de petites routes, loin des grands axes de communication. Nous avons alors traversé un immense plateau perché aux alentours de 1000 mètres d'altitude, aux paysages variés et intéressants. Les villages traversés étaient tristes et vieux, mais nous avons aimé voir cette Espagne qui, bien que semblant pauvre, pratique partout une agriculture intensive ! Peu de terres sont inexploitées, c'est très impressionnant !

Nous avions décidé de stopper vers 17 heures, et c'est exactement à cette heure-là que nous sommes arrivés à Mandrigal de las Altas Terras. Sans le savoir, nous sommes "tombés" sur la cité qui a vu naître la grande reine de Castille, Isabelle La Catholique, sans doute surtout connue pour avoir financé les expéditions de Christophe Colomb. Du coup, nous partons visiter ce gros bourg, aujourd'hui bien calme ! Un homme nous a abordés : il tenait à nous montrer son domicile : j'habite dans la maison des inquisiteurs... Curieux ! Nous avons aussi rencontré un espagnol qui a passé 50 ans de sa vie comme compagnon du Tour de France (pas vélo, hein... lui, il était couvreur). Revenu voici un an ici dans sa ville natale, il nous dit détester ses compatriotes, racistes, et repart s'installer en France, à Reims où il a longtemps vécu, car il ne peut plus les supporter ! Etonnant, non ? Je vous laisse visiter avec nous.

Franchement, lisez ces deux "pancartes" apposées sur le mur de la maison natale d'Isabelle, ça vaut le déplacement !

Ce soir, je n'ai pas ouvert le PC et Claudine n'a pas dessiné. Nous nous sommes offert un "pastis" et avons grignoté pendant longtemps avant d'aller nous coucher. Que du bonheur, comme de coutume !



Dimanche 3 mars 2019.

Toujours très frais, le matin, mais il fait beau, et c'est bien là l'essentiel. Ce sera une journée de route, sans balade ni visite... Nous avons serpenté en direction du nord-est. Je dis bien "serpenté", car c'est bien ce que nous avons fait. En effet, il n'y a pas de route transversale comme ça, et il nous faut suivre un dédale de petites routes loin des axes principaux. Nous sommes alors dans une Espagne sans doute peu visitée, loin des chemins touristiques. Et nous avons beaucoup aimé. Paysages variés, plateaux, montagnes intéressantes géologiquement, culture intensive déjà bien avancée (arrosage en cours comme chez nous en été...). Voyez.

Ha ha, pourquoi cette photo ? Sur le toit, ce sont des... vautours ! Il y en avait des dizaines en vol...

Château de Peñafiel. Bien sûr, nous aurions aimé vadrouiller dans quelques cités attirantes, certaines entourées de fortifications. Nous reviendrons peut-être...

Franchissement du Duero, ou Douro, que nous avons suivi au Portugal jusqu'à son embouchure à Porto. Curieusement, ici aussi, nous avons traversé de grandes zones viticoles autour de ce fleuve, comme là-bas au Portugal !

Le hasard nous a conduit devant ce restaurant typiquement espagnol, à Oquillas, bien loin des hordes touristiques et certainement pas inscrit dans les guides. Je me laisse séduire par l'invitation de Claudine, et nous avons très bien mangé. Ci-dessous, les peintures sur les murs de l'intérieur.

Puis nous retrouvons les montagnes. Je trouve que ça "sent" les Pyrénées. Magnifique !

Et c'est finalement ici, à Santo Domingo de Silos, que nous posons notre sac ce soir. Et nous apprenons que c'est ici, autour de ce village, que Sergio Leone a tourné ses westerns "Pour une poignée de dollars", ainsi que "Le bon, la brute et le truand".... On peut aller voir le fameux cimetière, dans la montagne, où les trois acteurs Clint Eastwood, Eli Wallach et Lee Van Cleef se sont retrouvés pour le duel final ! Irons-nous ? Nous verrons ça demain. Claudine part faire un tour dans le village, j'ouvre mon ordinateur... Et voilà le travail. Ciao ciao !

Page précédente: caceres
Page suivante: roncevaux


Depuis le 06/06/2005 Visites:1235293 Aujourd'hui :279 Maintenant:10 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)