Test_VTTAE_BigBlue



Le grand test de Big Blue, sur la distance !

Ci-dessus. C'était le 19 décembre 2020. Je venais juste d'acheter mon nouveau jouet, BB, alias Big Blue, un magnifique VTT électrique (VTTAE comme on dit maintenant) Giant, pour rester fidèle à son excellent prédécesseur, le Giant Full e+ Pro 1 M, de 2014. Celui-ci, c'est le Giant Trance X e+ Pro 2 M, millésime 2021. Juste sorti, et déjà introuvable, comme la plupart des VTT électriques venant de sortir, en raison de la pandémie Covid. Je lisais tout sur le sujet depuis quelques semaines, et c'est celui que je préférais. Je suis entré dans mon magasin des Sables d'Olonne, et il était là, exactement celui que je voulais, bonne taille, bonne couleur. J'ai aussitôt signé. Ci-dessous, sur le chemin du retour, sur la piste cyclable entre Les Sables d'Olonne et Saint-Gilles-Croix-de-Vie.

Ci-dessus. Saint-Jean-de-Monts, au retour d'une belle virée de 81 km dans les marais de Monts, jusqu'à l'abbaye de l'île Chauvet, où j'avais autrefois emmené mes copains motards, ainsi que Kiki le frangin. C'était la veille de Nöel 2020.

Lundi 25 janvier 2021

C'était donc aujourd'hui le jour du grand test. Depuis le 19 décembre, j'ai déjà parcouru 965 km avec Big Blue, mais avec une seule batterie, celle de 625 Wh livrée avec le VTT. Très déçu par l'autonomie de BB, pas meilleure que celle du Full (qui n'a pourtant qu'une batterie de "seulement" 400 Wh), je viens de m'acheter une deuxième batterie de 625 Wh et un sac à dos spécial avec un compartiment spécifique pour y placer la batterie. En effet, je vois bien qu'avec une seule batterie, j'ai du mal à faire plus de 90 km d'affilée, et ce en faisant attention à la gestion, ce qui est vraiment minable, au point que j'ai eu envie de revendre ce vélo dès le premier jour !

Au niveau météo, froid mais beau temps, et surtout aucune pluie. Assurément la seule journée possible de la semaine sur ce point. Ci-dessus la carte du parcours prévu (161 km, 450 m de dénivelé positif seulement), départ et arrivée à Saint-Gilles-Croix-de-Vie naturellement. Départ à 8h08. Le jour n'est pas encore levé, mais il est possible de rouler sans lumière. Il fallait que je parte tôt, en raison du gros défi, et du confinement à 18 heures. Il me fallait un peu de marge, pour manger, me reposer, boire, et relâcher la pression de la selle sur mes fesses fragiles ... Quoi qu'il en soit, la petite marge m'a maintenu un peu de stress, car il était hors de question d'arriver après 18h00.

Il faisait froid. Heureusement, pédaler réchauffe. Et je me suis senti bien dès que je suis arrivé dans le marais entre St Hilaire de Riez et Soullans, lorsque j'ai senti les premiers rayons du lever du soleil. J'avais préparé une grande boucle en privilégiant les petites routes secondaires et les belles pistes cyclables, pour ne pas avoir à gérer les chemins boueux. C'était le bon choix. Quelques pistes dans le marais étaient de temps en temps recouvertes d'eau, mais j'ai toujours pu passer, doucement, sans poser pied à terre et sans mouiller mes chaussures, parce que Big Blue est haut sur pattes, un bonheur !

Au niveau de la route, c'était du pur bonheur. Très beaux paysages, routes variées, nature diversifiée (marais, campagne, bois, rivières, vallées, canaux, chenaux), nombreux villages. J'ai pris mon pied avec mes yeux, j'ai fait beaucoup de photos (mais pas autant que j'aurais aimé, parce que j'avais d'abord un objectif, un défi que je m'étais lancé, pour savoir si c'était possible, en vue de préparer avec réalisme de futures sorties). J'ai été très embêté par ma petite sacoche qui se met sous la selle, et dans laquelle j'avais mis 2 bouteilles d'eau de 75 cl, en plus de quelques outils... Oui, bombe anti-crevaison, pince... Elle est tombée sur la route une fois, elle pesait sur le garde-boue qui alors frottait sur le pneu, bref, j'ai été obligé de m'arrêter très souvent, c'était pénible, et j'ai fini par mettre une bouteille dans mon sac. Et j'avais donc un gros sac, avec ma batterie secondaire, plus une batterie pour recharger mes smartphones, sandwich, bouteille d'eau. Poids total entre 7,5 et 8 kgs. C'est lourd, mais ça a été. Je l'ai eu sur le dos pendant 8h30, fatigué ce soir, mais normal. Je verrai demain matin si j'ai des douleurs, mais je ne le pense pas.

Arrivée sur le littoral. Au loin sur l'horizon, l'île de Noirmoutier.

Je pouvais diminuer la distance et couper le fromage au cours de cette grosse balade. Je me suis arrêté manger vers 12h15, soit environ 4 heures après le départ. Il me restait encore 95 km à faire ! J'en avais donc fait environ 65. Là, j'ai pensé que je ne ferai pas tout le tour, mais finalement, voyant diminuer mon compteur de km restants assez vite (je roulais régulièrement entre 23 et 25 km/h, plus vite que le matin), j'ai poursuivi le programme car je voyais que ce serait jouable pour une arrivée peu après 17h. La première batterie a rendu l'âme au km 88. J'ai roulé en mode "eco" jusqu'à midi (niveau 1 sur 5), puis "eco +" (niveau 2) jusqu'au changement. Donc, comme je vous l'ai déjà dit, je suis vraiment dégoûté par un tel résultat, comparé à mon VTT précédent, qui, avec 6 ans d'écart (ce qui est une durée énorme, en terme de développement technologique), avec sa batterie de 400 w au lieu de 625 pour BB.... Pour moi, c'est un constat terrifiant qui se confirme ! Les constructeurs comme les journalistes spécialisés sont des menteurs et des idiots, car ils utilisent les watts supplémentaires pour augmenter tous les paramètres du VTT. Alors c'est sûr, il est plus moelleux, plus puissant, plus "tout", mais ça bouffe tous les watts, donc pas plus d'autonomie. Une batterie de 625 w sur mon premier vtt lui permettrait de faire 130 bornes minimum !

Étant un peu fatigué, et comme il me restait encore un gros morceau à faire (73 bornes quand même), avec plus de dénivelé, j'ai directement démarré cette troisième partie (après le changement de la batterie, donc) en mode "eco +", puis passé en mode "normal" (niveau 3) au bout d'une trentaine de km, voyant que la batterie me conduirait au bout. Je suis même carrément passé en mode "sport" (niveau 4) sur les 10 derniers km. D'où une moyenne nettement supérieure sur cette 2ème partie, pour au final faire une très belle moyenne de 22 km/h sur 161 km, ce que je n'avais pas du tout cherché. Quoi qu'il en soit, il ne me restait plus que 13 % de la 2ème batterie à l'arrivée. 73 km, 87 % de la batterie mangés !!

A la sortie et après Grand'Landes.

Palluau ci-dessus, et la Vie à Maché ci-dessous.

Apremont et son magnifique château.

Voilà ce que je peux dire ce soir au terme de cette merveilleuse journée. Ma chérie m'a accueilli avec du riz au lait encore chaud, une délicieuse compote de pommes sucrée avec plein de beaux morceaux, et le bol de café. Le rêve, quoi !

Et maintenant, je sais qu'en emportant la deuxième batterie, je peux me lancer dans des virées de plus de 120 bornes sans me soucier de devoir faire attention dans la gestion de l'autonomie. Ce qui signifie que je pourrai me faire plaisir, laisser glisser Big Blue sans souffrir ni forcer, même avec de fortes côtes et du vent de face, et ça, c'est du grand bonheur. Mais à quel coût ! Je reste extrêmement déçu par l'autonomie. Pour ce qui est du reste, ce VTT est une "tuerie", et, très franchement, rien ne peut lui résister, aucun chemin, même couvert de grosses pierres, aucune pente, il est tout simplement extraordinaire ! Je l'ai essayé sur les plages de la côte vendéenne et, même dans le sable profond, je suis toujours passé sans devoir mettre le pied à terre. Que du bonheur, donc !

Page précédente: VTT_001
Page suivante: Evénements


Depuis le 06/06/2005 Visites:1448533 Aujourd'hui :68 Maintenant:17 (Passage du cap des 50.000 visiteurs le 09/01/2009)